1

Le gouvernement Macron LREM, le vrai cauchemar de la France

Le gouvernement Macron LREM, le cauchemar de la France : moins de confiance, pas de résultats, pas de gouvernance, pas de stratégie. La presse : Macron LREM : Chronique d’un désastre annoncé. Macron a-t-il bénéficié d’un « a priori de compétence » disproportionné par rapport à ses capacités ? Le gouvernement va présenter des résultats catastrophiques en matière de croissance et pas seulement pour cause de grève et de mouvements sociaux. Scandale de l’affaire Macron-Benalla, croissance au ralenti, Europe à l’arrêt…

Après le scandale de la CSG de la honte, les provocations des taxes et impôts et du 80 km/h, Macron a mis en scène la dé-Fête de la musique avec le cliché de l’exhibition de la honte de Macron-Brigitte devant la diversité qui a choqué une fois de plus les Français. La presse : La photo du couple présidentiel avec des « artistes non conformes » fait scandale à droite. L’Élysée veut tirer argument de cette provocation. (JDD)

Il suffit parfois de presque rien pour que l’histoire politique se précipite. Cette photo, conçue comme un clin d’œil (provoquant) du couple présidentiel qui pose avec des danseurs transgenres a cristallisé la discorde. Tout commence par la volonté (de provoquer), toujours la même et d’accomplir « un geste fort en ouvrant l’Élysée à des artistes (de la diversité) non conformes pour que le palais ne soit plus insensible à l’extérieur », dixit un membre du premier cercle. Mais le « coup » a été bien plus « fort » qu’on ne l’imaginait.

« On savait que ça allait provoquer, mais pas à ce point-là », confie un conseiller. « J’ai été surpris par la violence raciste et homophobe », déclare au JDD Pierre-Olivier Costa, directeur de cabinet de Brigitte Macron.

Racisme et homophobie sur les réseaux sociaux avec les accusations d’avoir laissé « la planète des singes débarquer à l’Élysée » et de promouvoir « la décadence ». La droite, de son côté, a retrouvé les accents d’indignation sincère : « Ce n’est pas juste un fait divers, juste un fait anecdotique, a asséné Laurent Wauquiez samedi dans son discours de Menton. Même Hollande n’était pas tombé aussi bas. »

Le député Pierre-Henri Dumont : « Je comprends mieux maintenant pourquoi Macron a dû acheter pour 500.000 euros de vaisselle de Sèvres pour « recevoir à la hauteur des personnalités qui défilent à l’Elysée. » Même Philippe de Villiers : « La Fête de la musique 2018 à l’Élysée, on est loin du Puy-du-Fou. C’est une insulte au cœur de la France ! » La provocation de la photo a-t-elle choqué les Français, « cet amas hétéroclite de conservateurs, de coincés et possiblement d’homophobes » selon un collaborateur élyséen ?

Un LREM : « Ça montre l’état d’esprit d’une fraction importante de l’opinion envers les problématiques LGBT. Cette France crispée, c’est celle de la Manif pour tous, et elle est toujours là. C’est parce que nous le savons que, sur la PMA, nous avons opté pour une méthode d’écoute et d’humilité. »

« Les transgenres, ça existe (???). Les Noirs aussi. C’est ça la France. Ils ont leur place à l’Élysée ! »

Ils ont choisi de « peupler » la scène dressée dans la cour d’honneur (???) de l’Élysée vêtu d’un tee-shirt barré des mots : « Fils d’immigrés, noir et pédé ».

Macron s’est amusé de cette provocation. Ça lui plaît de provoquer ceux qui ne l’attendaient pas là. « Ça buzze ? » a-t-il demandé. « Oh oui », lui a-t-on répondu. Macron a renchéri : « Et les gens adorent. »

Castaner PS-LREM a bombé le torse : « Diffusons cette photo puisqu’elle gêne tant la classe politique qui banalise des propos racistes et homophobes. Cette photo dérange ? Tant pis. Partageons-là ! » Bruno Roger-Petit a mis la photo en couverture de sa page Facebook. Avec ce commentaire : « Tous les Français, quel que soit leur genre, sont les bienvenus à l’Élysée. Tous. Sans distinction. Et tant pis pour les réfractaires à l’ouverture » et tous les dévots de l’époque qui hurlent au scandale. Ce qu’a fait Macron, c’est une formidable transgression (et la volonté) de profaner le sacré (de la fonction). C’est pour ça que l’image restera ! (JDD)

Atlantico : Christian Jacob à Édouard Philippe : « Votre gouvernement a failli par faiblesse, par lâcheté aussi ». Défendant le Parlement, et le rôle des « contre-pouvoirs », il a jugé que « l’affaire Benalla » qui « touche l’État et son chef au cœur » allait laisser des traces profondes. Il a déclaré que cette affaire « alimentée par des zones d’ombre, des contradictions, des mensonges d’un grand nombre de protagonistes et de Macron lui-même, ne fait que commencer et laissera des traces profondes. Des traces politiques et morales pour le chef de l’État et des traces institutionnelles dans l’organisation des pouvoirs publics ».

Il a poursuivi affirmant que « les Français ont été et restent sidérés » et « constatent aujourd’hui, et c’est une vraie trahison pour eux, que la République des copinages malsains est à l’Élysée ». « Votre gouvernement mérite, par delà le désaveu et la colère sourde des Français, la censure des députés ». « Nous ne courberons pas l’échine face à ce projet de révision constitutionnelle qui a été ajourné et que vous seriez bien inspiré d’abandonner » demandant une réponse « sans arrogance, sans mépris, en faisant (si possible) abstraction de votre sentiment de supériorité ». Le gouvernement Macron LREM, c’est bien le cauchemar de la France.

Chronique du désastre de la gouvernance et de la provocation de la diversité « Fils d’immigrés, noir et pédé » de Macron LREM annoncé : moins de confiance, pas de stratégie et des résultats catastrophiques en matière de croissance et pas seulement à cause des mouvements sociaux, des conservateurs, des coincés et possiblement d’homophobes, de la France crispée, et de la Manif pour tous ! Propagande LGBT en pure perte car au terme d’un an de gouvernance de provocation de Macron En Marche vers la sortie à 80 km/h n’a pas de solutions alors que la conjoncture internationale est pourtant très favorable.  La tension reste donc très forte sur les statistiques du chômage et la plupart des familles de chômeurs s‘inquiètent pour leur avenir.

Le cauchemar des Français n’est pas seulement d’origine sociale mais identitaire. Le blocage social n’est que la conséquence d’un défaut de stratégie de gouvernance de provocation de Macron En Marche.

D’abord, la perte de confiance des Français. Les difficultés financières des Français sont imputables aux appétits monstrueux du racket fiscal de Macron LREM. Elles sont évidemment liées à la gabegie de Macron socialiste et à l’aggravation de la dette publique. Si les vrais Français veulent pouvoir vivre de leur travail, les socialistes LREM n’ont qu’une seule ambition : pouvoir vivre du travail des autres, ce qui ne fait qu’aggraver la défiance et reporter la révolte des Français sur le scandale de l’affaire Macron-Benalla.

Macron a perdu une grande partie des privilèges de son image auprès des Français qui sont honteux, découragés et désabusés. Quant à nombre de militants LREM, ils sont démotivés.

Il faudra reconstruire toute la relation Macron LREM en tenant compte de la gouvernance de l’affaire Macron-Benalla qui a montré de profondes failles dans le dispositif de l’Élysée, des failles qui s’observent également dans la manière de traiter les dossiers ! C’est la question de la compétence des amateurs de l’Élysée face aux défis du monde actuel qui se pose dès cette première année de mandature. Affaire d’État ou tempête dans un verre d’eau, le résultat est que la gestion de crise menée par le gouvernement laissera une empreinte d’amateurisme sur le quinquennat qui n’aura rien à envier à celui du calamiteux Hollande.

Des faits imputés à Benalla, au temps de réaction de l’Élysée en passant par les arguments avancés ici ou là (le bagagiste remporte la Palme) et le torse bombé de Macron (« Qu’ils viennent me chercher ! »), c’est un scandale de médiocrité car cette affaire s’inscrit dans la structure plus large du doute des Français sur les capacités de l’exécutif. Son capital politique s’est érodé au fil des mois. Cette dégradation n’est pas la seule conséquence des provocations et des déclarations à l’emporte-pièce de Macron mais trouve sa source dans les résultats de sa politique. Désormais les Français perçoivent l’action gouvernementale comme inefficace (pour 65% des Français, Odoxa Le Figaro le 6 juillet) en plus d’être inégalitaire pour une majorité encore plus importante. Et pour cause. La supposée habileté de Macron dans le domaine économique se traduit par deux trimestres consécutifs de croissance à 0,2%, rendant improbable la tenue des prévisions budgétaires pour 2018. Les chiffres du chômage continuent d’augmenter quand de l’autre côté de l’Atlantique, les États Unis de Donald Trump pourraient connaître une croissance près de deux fois plus élevée pour l’année en cours.

Ce que l’on peut reprocher à Macron, c’est d’avoir de façon insensée voulu provoquer les Français et ignorer la réalité macroéconomique européenne en se concentrant sur la promotion de la diversité, en faisant la politique des « coups » médiatiques plus « forts » qu’on ne l’imaginait. Il rate l’essentiel et se prive des seuls moyens d’action réellement efficaces d’une vraie politique économique. L’Élysée savait parfaitement que ça allait provoquer les Français en dénonçant la soi-disant violence raciste et homophobe, ce qui devait faire diversion à l’incompétence, à l’impuissance économique et à l’amateurisme de Macron. (adapté de Atlantico)

Le racket fiscal de la gauche caviar LREM à l’encontre des manants, des sans grade, des personnes les plus modestes, des gens qui ne sont rien, aide à comprendre la politique de Macron LREM et rappelle que la gauche de Macron de Rothschild aime l’argent et haït le peuple !

À propos de la politique de l’anti-France de Macron de Rothschild LREM, Mandela est très clair :

Dans son autobiographie, « Long Walk to Freedom« , Nelson Rolihlahla Mandela, de son nom de clan « Madiba », cite la critique « d’hommes vains et égoïstes qui placent leurs intérêts au-dessus de ceux des gens qu’ils prétendent servir. D’après moi, la politique, ce n’est qu’un racket pour voler de l’argent aux pauvres. »

Thierry Michaud-Nérard