Le gouvernement porte le coup de grâce à EDF 

Le gouvernement porte le coup de grâce à EDF

Le souvenir des Gilets jaunes hante encore Emmanuel Macron. En achetant la paix sociale, à moins de trois mois du premier tour de la présidentielle, le gouvernement vient de porter le coup de grâce à EDF. En tant qu’actionnaire à 85 % de l’énergéticien, il vient en effet de le contraindre à augmenter de 20 % la quantité d’électricité que ce dernier vend à prix cassé. L’objectif est de faire pression à la baisse sur le prix de marché, aux alentours de 250 €/MWh actuellement (du jamais vu !), et limiter ainsi la hausse de la facture pour le consommateur. Comme Castex s’y est engagé avec le « bouclier tarifaire ».

En temps normal, EDF est déjà contraint de vendre près d’un tiers de sa production d’électricité, soit 100 TWh, à 42 €/MWh. Une aberration imposée par l’Europe à la France depuis 2010 pour favoriser la concurrence (quand le prix de marché de l’électricité s’envole, les concurrents s’approvisionnent chez EDF ; quand le prix de marché est inférieur au tarif de l’électricité nucléaire, ils s’approvisionnent sur le marché) et accessoirement torpiller le fleuron du service public à la française. Un gros mot pour les bureaucrates de Bruxelles. Ce dispositif, l’ARENH (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique) en bon langage technocratique, que le PDG d’EDF qualifie de « vrai péril » et de « principal handicap » d’EDF parce qu’il revient à ce que « des investissements publics subventionnent des acteurs privés dont certains disposent de moyens considérables, empêche EDF de profiter du produit de son travail et n’incite pas ses concurrents à construire de production nouvelle à leurs risques », avait été dénoncé par Éric Zemmour dans son débat contre Bruno Le Maire, le 9 décembre dernier sur France 2. Une parfaite illustration de sa thèse selon laquelle l’Europe affaiblit la France. Mais Le Maire avait fait semblant de confondre l’ARENH avec le prix régulé de l’électricité. Histoire de brouiller les pistes et d’empêcher les téléspectateurs de comprendre le scandale que représente ce dispositif imposé par Bruxelles à un État français à ses ordres.

C’est donc désormais 120 TWh de sa production qu’EDF va devoir brader à 46,2 €/MWh. Une perte sèche colossale pour l’entreprise publique, de l’ordre de 8 milliards d’euros. Une aubaine pour ses concurrents, à qui le patron de la  CRE (Commission de régulation de l’énergie) a demandé de ne pas profiter de la situation. Nul doute qu’il sera entendu… Pendant ce temps-là, le PDG d’EDF, plus furieux que jamais, n’exclut pas d’attaquer l’État français en justice, et travaille à une augmentation de capital pour éviter la faillite. Les quatre principaux syndicats du secteur énergétique sont aussi vent debout : ils ont lancé un appel commun à la grève, le 26 janvier prochain.

Jupiter

Auteur de L’élection de la dernière chance

Pour en savoir plus sur le scandale que constitue le démantèlement d’EDF, imposé par les idéologues de la Commission européenne au nom du dogme chimérique de la concurrence pure et parfaite, lisez  L’élection de la dernière chance, le roman de Jupiter qui aborde les sujets qui fâchent, ceux-là mêmes que Macron cherche à cacher sous le tapis avec la crise sanitaire.

 

image_pdfimage_print
20

14 Commentaires

  1. L’Europe affaiblit la France… mais à qui donc profite le crime ?
    J’ai ma petite idée ; avec des amis comme ça, on n’a plus besoin d’ennemis… Pas de bol, autrefois, c’étaient nos ennemis héréditaires et pour se réconcilier avec eux, un couple a été formé, afin qu’une fois pacsé, il n’y ait jamais plus de querelle.
    Malheureusement, avec ce couple contre-nature, c’est toujours le même qui fait la femme.
    Heureusement que l’oncle Sam et Granny Albion nous invite de temps en temps à leurs dinners de cons, ça dissipe l’électricité qu’il y a dans l’air.

  2. Un pur scandale.Le privé dont total énergie vont s’en mettre plein les fouilles sans prendre le moindre risque alors que EDF va etre au bord du gouffre. A vomir

    Suite avec le plombage d’Alstom rachetant la partie ferroviaire de Bombardier qui est un vrais boulet avec des contrats de fournitures de rames catastrophiques tout cela pour favoriser Airbus qui reprend la partie aviation de bombardier avec comme cadeau l’A320. Pauvre Alstom ,véritablement cocufié dans cette affaire. A cela se rajoute la vente de la pépite ferroviaire Thalés railways (automatisation)à Hitachi. Alstom encore une fois cocufié car ne pouvant se mettre sur les rangs (pas les moyens ).
    Une politique désastreuse qui ne vise qu’à plomber la filiére rail en France ,certainement au bénéfice de Siemens.

    • Quelle honte.Il faudra une enquête sur le fond, et les sanctions féroces.

  3. EDF nucléaire hydraulique = bien commun souchien à dépecer
    éolien = privé

    Accumulation primitive du capital « mondialiste »

  4. J’ai pourtant écouté hier le mignon accessoirement porte parole du gouvernement (pour la culotte on sait pas) qui passait hier chez Ferrari, eh ben, il a déclaré,tout va bien, eh GABY, tu passes dans les stations services, tu fais tes courses toi même, t’achètes ta baguette, sinon, tu devrais mettre des lunettes, sans parler des prix du gaz et de l’électricité.

  5. Ceci est l’hommage d’un sectateur des « services publics » à la française, c’est à dire arrogants, syndicalisés jusqu’à la gauche (Je sais c’est facile) ayant un Comité d’entreprise financé par un pourcentage du CA (Une commission quoi) si déficitaire que ses dirigeants furent condamnés par la justice et dont les maîtres (La CGT) disaient il n’y a guère que pour augmenter le personnel il n’y avait qu’à augmenter le prix de l’électricité. Maintenant voir une entreprise attaquer son (presque) seul actionnaire j’attends de le voir pour le croire. Autre chose l’état fait peser des taxes énormes sur le courant, comme pour le carburant, qu’il les baisse ou les annule et une partie du chemin sera fait.

  6. A cela s’ajoute la CSPE qui finance l’éolien et le photovoltaïque également privés pour la plupart.

  7. « Le gouvernement » , c’est macron le genriste et ses conseillers mondialistes.
    Commandité pour tuer la Nation France, iel a démantelé la famille, iel a tué notre belle langue, désormais moitié globish moitié inclusiviste, et iel a entrepris de liquider nos Services Publics.
    iel a donné Alcatel chaudières et NOS brevets nucléaires à Westinghouse, pour concurrencer déloyalement EDF.iel a tenté de morceler EDF avec son hercules.
    iel n’a pas pu, alors iel oblige EDF à vendre au privé sa production d’énergie nucléaire à perte, 120 milliards de KiloWatt-heures 30% SOUS le prix de revient! Pour faire baisser le prix…bradé par le privé aux entreprises.
    iel est en train de réussir son forfait, le macron, avec la complicité des LR, en particulier de ses complices d’AGIR.
    EDF, au bord de la faillite va devoir reporter sur le consommateur citoyen cette carambouille imposée par macron.
    Qui stoppera ce liquidateur?

  8. Reprendre notre souveraineté, amener en justice ces félons et le poudré en tête !

  9. Je suis parti chez un concurrent d’EDF car je refuse de financer, à travers une des nombreuses taxes sur ma facture, le comité d’entreprise d’un syndicat communiste comme la CGT. Tant pis pour EDF et les parasites et assassins communistes de la CGT.

  10. il ne reste plus qu’une chose / Que les « gilets jaunes » se mobilisent de nouveau ….Mais là se sera pour aller jusqu’au bout .

  11. Charles de Gaulle, le 28 octobre 1964. (Il s’agissait du traité de Rome) :
    « Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : “Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp.”»
    (Alain Peyrefitte, « C’était De Gaulle », tome II, part. III, chap. 10 ; Éditions De Fallois-Fayard, Paris, 1997, p. 267)

  12. Mille mercis pour vos commentaires très pertinents. Le rôle de l’Allemagne dans ce processus est en effet particulièrement délétère. Comme je le rappelle dans « L’élection de la dernière chance », l’Allemagne est un géant industriel, mais un nain énergétique. » Dominatrice et arrogante, elle ne supporte pas que la France puisse avoir un avantage compétitif avec son énergie nucléaire bon marché. Aussi, sous couvert de concurrence, elle manœuvre activement à la Commission européenne, qu’elle contrôle à tous les niveaux, pour démanteler EDF et promouvoir les énergies renouvelables, dont l’éolien, secteur dans lequel elle dispose de fabricants déjà bien implantés en France.

Les commentaires sont fermés.