1

Le gouvernement soutient l'UOIF et le prêcheur de haine Hassan Iquioussen

IquioussenIl y a des divergences de taille au sein de l’Islam. On nous qualifie tantôt de modérés, tantôt d’extrémistes, parfois de laïcs et d’autres fois de fondamentalistes, certains sont hommes d’affaires, d’autres des hommes du jihad. Or ces derniers temps, une vague odeur de Croisades nous gratte le nez.
« À peine les nôtres eurent-ils occupé les murs et les tours de la ville, alors ils purent voir des choses terribles : certains, et c’était une chance pour eux, étaient décapités, d’autres tombaient des murs criblés de flèches ; beaucoup d’autres enfin brûlaient dans les flammes. A travers les rues et les places, on voyait des têtes amoncelées, des mains et des pieds coupés ; hommes et chevaux couraient parmi les cadavres ».
Non, il ne s’agit pas d’un article d’un journaliste de CNN correspondant en Syrie, mais du récit par Raimondo d’Aguilers de la prise de Jérusalem en 1099 par les Croisés.
L’islamisme est-il en train de prendre sa revanche près d’un millénaire plus tard ? Cela en a tout l’air. La différence, de nos jours, dans les moyens déployés est de taille, outre les armes et la guerre frontale (au Levant), le nouveau terrain de la guerre sainte sont les réseaux sociaux, la sphère internet, et les petites mosquées disséminées partout dans le monde et qui ne subissent aucune supervision.
A 20 ans
Si j’avais de nouveau 20 ans, je n’hésiterais pas sur la voie à suivre pour être heureux et ne faire qu’un avec la République, j’affirmerais ma citoyenneté et ma loyauté au pays, je tenterais de me fondre au peuple français, sans le traiter de raciste ou d’islamophobe dès qu’il notera nos différences, je me raserais la barbe et mettrais un jean Zara. Bref, je choisirais un avenir prometteur, des études longues même si coûteuses, je rêverais encore de devenir médecin ou gérant d’entreprise. Je ne renie pas mes origines, mais je me sens alerté de plus en plus sur la nécessité de mettre des choses au clair, pour mes enfants, mes futurs petits-enfants, et leurs camarades de toutes religions.
Je suis las d’entendre, depuis le terrible massacre dans la capitale, que des Nabil Ennasri, des Marwan Muhammad, des Tariq Ramadan et compagnie s’insurgent contre l’islamophobie qui frappe la « minorité musulmane », « oppressée », « pointée du doigt », « violemment perquisitionnée » et accusée de tous les torts. Ça me démange et j’ai besoin de l’écrire. Pourquoi ces mêmes personnalités n’avouent pas que ces mêmes musulmans « égarés », « déséquilibrés » font preuve d’un racisme anti-blanc sans borne et d’un antisémitisme à toute épreuve ?
Et nous assistons, hagards à cette propagande quotidienne, à qui l’on serre la main sur les plateaux télé, à qui l’on fait un grand sourire lors d’interviews des plus farfelues où le problème français n’est plus la montée du terrorisme, mais l’islamophobie !
Je n’appartiens plus à cette minorité revendiquée par les Frères musulmans, salafistes ou toute autre espèce animale de fondamentalistes. Et pourtant, vous ne pourrez rien y faire, je SUIS MUSULMAN. Et je dis OUI aux perquisitions des mosquées, qui sont de facto un environnement propice à la propagation de la haine anti-occidentale et d’une philanthropie islamiste.
Le cas Iquioussen
Prenons pour exemple la mosquée de Denain/Escaudain, tenue par un Frère musulman et fanatique renommé, nommé Hassan Iquioussen, dont un ami m’a récemment conté les aventures. Très apprécié du public, il fait sa tournée régulièrement en France, prêchant auprès des jeunes, moins jeunes et plus vieux dans des mosquées, salles de conférences, rencontres publiques et plus petits cercles. Optant pour la politique de « différenciation » et d’auto-exclusion, notre homme soutient l’idée des attentats-suicides et se montre partisan du Hamas. Est-ce uniquement cela l’islam du 21e siècle ? Iquioussen enjoint à ses disciples de prioriser l’islam à la France.
Dès lors qu’un musulman hausse le ton et s’insurge contre cet ostracisme né au sein même de l’islam et dénonce le fondamentaliste, il se fait attaquer de plein fouet par une horde de soldats d’Ennasri, de Ramadan, d’Iquioussen et caetera.
Iquioussen a le public jeune dans sa poche, populaire, il est aussi le fondateur des Jeunes musulmans de France, autre avatar de l’UOIF.
Selon les dires que l’on m’a rapportés, Iquioussen, un Marocain à l’allure jeune et sympathique, sait jouer du double langage à la perfection comme ses maîtres. A l’Iquioussen des caméras se substitue l’Iquioussen des cercles fermés, ami d’Alain Soral et d’autres extrémistes de tous bords. Aussi un proche m’a-t-il rapporté cette citation, qui l’a lui-même légèrement fait sourire : « Nous sommes musulmans, c’est notre identité, la seule chose qui compte, et tout le reste est secondaire ». Il exhorte ses fidèles à outrance à prendre les rênes de la politique et à faire entendre notre voix en tant que musulmans, pour défendre nos valeurs, nos lois et notre mode de vie face à la République. « Faites pression sur les députés, et les députés vont voter une loi contre le blasphème et l’islamophobie, et il n’y a plus personne qui osera insulter un Musulman, une Musulmane, le voile islamique, la chaussette islamique, le rat islamique, tout ce qui sera islamique sera protégé par une loi », a-t-il déjà dit au cours d’une conférence.
Il incite à la haine anti-française, mais aussi antisémite, anti-chrétienne et j’en passe, il qualifie le « pseudo-génocide » arménien d’invention pure, et parle des attentats de Charlie Hebdo comme de manipulations pour « justifier » l’islamophobie…
« Vous savez là ce film, ces caricatures, c’est quoi l’objectif ? Ce n’est pas que les non-musulmans nous détestent, ça, c’est déjà fait, ils l’ont fait avec le 11 septembre, ils l’ont fait avec le 18 juillet, Londres, Madrid, ils l’ont fait avec Merah, vous voyez toutes ces pseudo-affaires ? Ouais ? Ces pseudo-attentats ont pour objectif de faire peur aux non-musulmans pour qu’ils aient peur de l’Islam et des Musulmans. Mais ce n’est pas suffisant, la guerre, cela se fait à deux. Donc il faut maintenant mettre dans le coeur des Musulmans la haine et la peur des non-musulmans. Comment ? En insultant le Prophète de l’Islam, en brûlant des Corans, vous entendez ?», lit-on également sur le net, lors d’une conférence donnée à la Mosquée Abou Dhar de Dunkerque le 5 octobre 2012.
Rappelez-moi juste combien de temps de détention notre pays inflige-t-il pour incitation à la violence ? Pourquoi cet homme est-il encore en liberté malgré toutes les perquisitions ? S’il n’y a peut-être pas d’armes chez lui, c’est bien un des cerveaux de la haine véhiculée chez les jeunes « déséquilibrés ».
C’est toute notre culture qui est affectée, par seulement celle d’un petit groupe d’intégristes. C’est cette même incitation anti-occidentale, anti-américaine qui a amené Al Qaïda à envoyer ses avions dans les tours jumelles, cette même haine qui a poussé ces drogués de Daesh à tirer de sang froid sur les jeunes parisiens le 13 novembre, massacrant tout sur leur passage.
En s’adressant au secteur pauvre du Nord de la France, en prétendant ouvrir grands les bras aux jeunes égarés, ce prédicateur dangereux met en place un programme tout aussi radical que l’EI.
Réalisez, plus d’un cinquième des musulmans du monde s’identifient à Daesh, Al Qaïda ou encore aux Frères musulmans. Imaginez si cette force rassemblée désirait renverser le pays. Vous, comme moi – qui en tant que mécréant musulman serait mis dans le même bain – n’aurions pas beaucoup de chance de réussir, que ce soit avec nos fleurs, notre espoir ou notre force d’esprit.
En attendant, le gouvernement envoie un message très confus. Au lieu d’être du côté des musulmans modérés et laïcs comme moi, il a fait le choix de soutenir l’UOIF, une organisation radicale et qui ne joue pas dans la même cour. Affaire à suivre.
Karim Fares