Le Grand Orient De France (GODF) admet enfin les femmes en son sein…

L’histoire du GODF est parsemé dans son histoire depuis sa création en 1773 de coups de force qui l’ont fait progresser donc par à coup dans la voie de l’émancipation individuelle et collective de l’Humanité en général, aussi bien dans l’action que dans son sein.
Il y a toujours eu , à l’intérieur, la lutte entre un courant progressiste qui a entraîné le GODF a intervenir dans cette lutte d’émancipation et un courant conservateur qui l’a freiné; mais à chaque fois, jusqu’à encore récemment, les 8 et 9 avril 2010, c’est toujours le courant progressiste qui a triomphé
Quelques rappels pour illustrer ce combat qui a toujours eu des incidences dans l’évolution de la société française.
Une décennie avant la révolution française (nous n’avons pas les dates précises), 2 événements furent décisifs pour instituer historiquement cette évolution.
– Dans les premières loges formées d’aristocrates et de bourgeois, un jour, répété à l’infini sur tout le territoire, les bourgeois du Tiers Etat, pour montrer leur égalité de droit envers les aristocrates décidèrent de porter en loge le cordon bleu de Saint Louis que seuls les aristocrates avaient le droit de porter en public, cordon que portent d’ailleurs toujours les maîtres du GODF en loge. Cette décision a été très symbolique et significative pour la suite, car la revendication de l’Egalité a été faite par le haut, par des actes de conquête de l’égalité, et non par le bas (nul doute qu’actuellement nos gauchistes compassionnels égalitaristes auraient demandé, eux, aux aristocrates d’enlever leurs cordons!).
Ce genre de coup d’éclat a été déterminant par la suite; si les membres du GODF constituent par le fait un élite de par leur recrutement par cooptation, c’est devenue par ce haut fait historique, une élite de combat pour obtenir l’égalité en droit de tous, dans le droit comme dans les faits (c’est l’origine du concept d’égalité sociale ou de fraternité sociale).
Quelques années plus tard, la frange progressiste des aristocrates du GODF décidèrent de combattre l’inégalité en droit de l’esclavage en faisant initier le fils d’une esclave guadeloupéenne et d’un aristocrate français, le Chevalier de Saint-Georges, brillant musicien (surnommé le Mozart français) et brillant chef de guerre (colonel sous la révolution qui stoppa à Lille avec un seul bataillon les armées ennemies commandées par Dumouriez qui avait trahi)); et pour ce faire, ils n’hésitèrent pas à le faire entrer en loge muni d’un masque et de gants blancs pour qu’il ne soit pas refusé à l’entrée parce qu’il était noir; ce fut un autre coup de force qui imposa au GODF la fin de la ségrégation par inégalité des races.
Contrairement à la légende, les Francs-maçons du GODF furent dans tous les camps lors de la Révolution, royalistes et républicains, mais à son issue, seuls les partisans de la République et plus tard de l’Empire napoléonien restèrent Les condamnations de la Franc-Maçonnerie par les Papes successifs n’entrèrent en France qu’après le scandaleux concordat de Napoléon en 1801 qui avait aboli la première séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1795 obtenue à la Convention par le protestant franc-maçon BOISSY D’ANGLAS, parce que les constitutions du GODF, issue de la pensée des Lumières instituaient la liberté de culte honnie par les Papes, et si la grande majorité des catholiques en sortirent alors , ce fut pour faire entrer en masse protestants, juifs, agnostiques mais aussi athées, ce qui donna au GODF définitivement son caractère républicain d’Egalité en Droit.
Ce n’est donc pas étonnant de retenir que l’abolition définitive de l’esclavage fut obtenue avec difficultés mais obtenu par le Secrétaire d’état aux colonies du gouvernement provisoire de 1848, le révolutionnaire franc-maçon Victor SCHOLCHER, protestant déclaré puis athée affiché.
L’autre coup de force déterminant à retenir de l’évolution du GODF, fut celui mené par le Grand Maître Frédéric DESMONS en 1887, qui fit voter lors du convent la fin de l’obligation de croire en Dieu et de prêter serment sur la Bible . Cette décision entraîna l’afflux en son sein de partisans agnostiques et athées qui furent les artisans du combat laïque sous la 3ème République, à la source des lois anticléricales et notamment de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat.

Mais ce qui est à retenir, c’est que le vote de la fin de l’obligation de croire en Dieu pour entrer dans les loges (qui étaient d’ailleurs plus ou moins appliquée comme l’histoire nous le rappelle lors de l’entrée du révolutionnaire athée, plus ou moins anarchiste, PROUDHON), c’est que ce fut l’oeuvre d’un coup de force démocratique mené par le Grand Maître Frédéric DESMONS, de son état pasteur de l’Eglise protestante Réformée, mais qui au nom de la liberté absolue de conscience présenta cette résolution le dimanche après-midi, à la fin du convent, quand la plupart des délégués conservateurs furent parti et que les délégués progressistes devenaient majoritaires!!!
Pour ne pas alourdir cet article , nous allons passer directement à l’affaire qui nous amène à l’écrire.
Les Francs-maçons du GODF furent de 1848 à nos jours de tous les combats pour l’émancipation individuelle et collective de la société, de la création des assurances sociales dans les années 30 , à la participation au Programme National de la Résistance , et surtout du combat pour la liberté de l’avortement et de la contraception dans les années 1970. avec aussi ceux des autres obédiences progressistes de l’époque qui s’étaient constituées de puis le début du 20 ème siècle.
Ils avaient participer aussi aux combats pour l’égalité des droits hommes- femmes, mais la pesanteur des textes auxquels ils se référaient les avaient empêcher de faire eux-même leur révolution interne: celle d’avoir des loges et une obédience mixte; ils se contentèrent de participer à la création d’obédiences mixtes comme le Droit Humain ou purement féminine comme la Grande Loge par Féminine
Mais le combat à l’intérieur du GODF ne désarma jamais pour faire supprimer ce qui était considéré par tous les progressistes comme un anachronisme; et d’année en année, les votes du Convent devenaient de plus en plus serrés.
Jusqu’au jour, où la vieille méthode révolutionnaire du coup de force démocratique fut appliquée : 6 loges du GODF initièrent des femmes en 2008 contre le règlement en vigueur, mais non écrit, ce qui aboutit après une âpre bataille juridique interne et une menace de bataille juridique externe, à ce que la Cour de Justice Maçonnique du GODF admette enfin le 8 avril 2010, que rien dans la Constitution du GODF n’interdisait l’initiation des femmes et donc leur affiliation au GODF. Le Conseil de l’Ordre du 9 avril 2010 entérina cette décision. La révolution interne venait de se faire avec du retard, certes, mais venait de se faire comme en 1887.
Là encore, ce fut le coup de force de « militants déterminés » qui fit sauter un obstacle qui allait à la longue empêcher par une incompréhension certaine les militants progressistes ayant environ moins de 40 ans de grossir les rangs du GODF , et donc risquait de faire disparaître son caractère progressiste dans les années à venir.
De tout cela , nous devons tirer une leçon: ce sont toujours par les coups de force de militants déterminés, coups de force démocratiques en utilisant si besoin les recours juridiques au nom de l’Egalité en droit, que la société progresse dans l’émancipation individuelle et progressive, et le GODF pour cela n’est que le reflet de notre société.
Depuis 2006, le GODF avait pris justement ses distances avec les islamogauchistes de la LDH , du MRAP et des autres organisations de complaisance au sujet de l’offensive antihumaniste de l’Islam en France,, notamment par la condamnation sans appel de l’avant-projet de DURBAN II, et par la prise de position claire sur l’interdiction du port du voile intégral dans l’espace public.
Gageons donc que les loges du GODF continueront désormais leur démarche d’actions progressistes dans la société avec plus de vigueur encore, et , bien sur, n’admettront pas en leur sein, des femmes en BURQA!!!
Pierre Gentil

image_pdf
0
0