1

Le « homard vert » François de Rugy a vraiment coûté très cher à la France !

En décembre 2017, François de Rugy, président de l’Assemblée nationale, et Séverine Servat, qui officie à la rédaction de Gala, ont uni leurs destinées, puis ont partagé, avec leurs invités un repas de gala à l’Assemblée nationale.

Trop c’est trop !
La liste des turpitudes de François de Rugy s’allonge tous les jours. On apprend ce jour qu’il loue un logement social à 531 € par mois en Loire-Atlantique, « pour y recevoir ses enfants ». Ainsi un ministre d’État, n°2 du gouvernement, n’hésite pas à louer un HLM comme résidence secondaire, ce qui, avec son revenu, est une abomination mais qui, en plus, est interdit par le règlement des HLM qui ne louent que des résidences principales…  Selon un de ses collègues du gouvernement, joint par téléphone, « De Rugy est une crapule, cela est maintenant évident » (pour ceux qui avaient des doutes avant cela). Combien de temps Macron gardera-t-il cette crapule au gouvernement ?

En fait, les dîners somptueux et coûteux donnés à l’Assemblée nationale, avec de la bouteille de vin à 2 200 euros, ne sont que la partie visible de l’iceberg du « homard vert ». Car François de Rugy est un récidiviste. Cette semaine, Mediapart l’accuse d’avoir organisé de copieux dîners et de coûteux travaux dans son appartement ministériel, financés par de l’argent public. Mais le train de vie de l’ancien président de l’Assemblée nationale avait déjà été pointé du doigt en juillet 2018. François de Rugy avait eu à se justifier de certaines dépenses effectuées sur fonds publics, dévoilées par un article du Parisien.

Et nos confrères de la rédaction du Figaro pointent du doigt les précédentes frasques de François de Rugy sur le dos des contribuables :

1) Le mariage de François de Rugy à l’hôtel de Lassay :

Fin décembre 2017, l’actuel ministre de l’Écologie avait organisé son déjeuner de mariage à l’hôtel de Lassay.  Le choix de l’hôtel résidentiel des présidents de l’Assemblée nationale pour accueillir les festivités n’avait pas fait l’unanimité. « Je n’y étais pas favorable », assure aujourd’hui un de ses collaborateurs. Selon des indiscrétions ayant fuité des cuisines de l’Assemblée nationale,  » des homards géants, des foies gras hors de prix, des vins à 2 000 euros le flacon, agrémentaient le déjeuner de mariage de François de Rugy et de Séverine Servat ». Vraiment un déjeuner de Gala.

2) Les soirées-raclette entre collègues

François de Rugy avait également dû se justifier de l’achat de quatre appareils à raclette et trois jeux de huit spatules pour verser le fromage, d’un montant total de 200,57 euros. Le matériel, acquis à l’occasion d’un dîner de fin d’année au cabinet, avait été passé en note de frais et remboursé par l’Assemblée nationale.

3) Un vélo elliptique aux frais du contribuable

Une autre affaire avait interrogé la déontologue de l’Assemblée nationale : l’achat d’un vélo elliptique d’une valeur de 768,99 euros, défrayé par l’Assemblée. François de Rugy s’était justifié en arguant qu’il ne pouvait « pas sortir faire un footing dans la rue sans un officier de sécurité » et avait donc « opté pour un vélo ».

4) Un troisième chauffeur

Alors que deux chauffeurs suffisaient à son prédécesseur, François de Rugy a fait embaucher un troisième chauffeur pour réaliser les allers-retours entre Paris et sa circonscription de Nantes. Une embauche qui avait aussi été largement critiquée au sein même de l’assemblée nationale. « Les distances pour se rendre à son domicile personnel à Nantes (Loire-Atlantique) ne sont pas les mêmes que son prédécesseur, Claude Bartolone (N.D.L.R. : élu de Seine-Saint-Denis) », avait indiqué son entourage lors d’une explication « bidon ».

5) François de Rugy a nommé la déontologue de l’Assemblée chargée aujourd’hui de contrôler ses dépenses

C’est donc une proche de François de Rugy qui occupe le poste stratégique de l’Assemblée nationale. Le 2 août 2017, sur proposition de l’ex-président de l’Assemblée nationale François de Rugy et conformément aux dispositions de l’article 80-2 du règlement de l’Assemblée nationale, le bureau a nommé à l’unanimité de ses membres Mme Agnès Roblot-Troizier, une proche de François de Rugy, comme déontologue de l’Assemblée nationale. La nomination est officialisée dans un communiqué de presse.

Or, alors que le gouvernement a sollicité un contrôle de la légalité et du bien-fondé des dépenses de François de Rugy, c’est la déontologue nommée par le même François de Rugy qui est chargée de ce contrôle !

6) le précédent Nicole Klein

Pour son HLM indu, la directrice de cabinet de François de Rugy a été limogée. Selon une jurisprudence constante dans notre République, François de Rugy devrait être limogé pour son HLM indu et inoccupé la plupart du temps à Nantes. Les mêmes causes devant produire les mêmes effets !

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/pensant-sauver-sa-peau-de-rugy-vire-sa-directrice-de-cabinet-nicole-klein.html

https://ripostelaique.com/scandale-francois-de-rugy-homard-ma-tuer.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/06/les-sacoches-des-boules-de-petanque-de-lelysee-fabriquees-a-annonay-002938965.html

https://ripostelaique.com/annonay-1-mairesse-ps-2-mosquees-3-088-chomeurs.html