Le jeu de cache-cache entre l’islam et la République

Publié le 27 octobre 2007 - par
Share

L’islam a plus d’un voile, plus d’un feu et plus d’une fumée de diversion dans son arsenal. La République et les républicains se trouvent souvent démunis dans ce jeu de cache-cache dont la danse est tout de même menée par les musulmans, du plus libéral au plus intégriste, tous d’accord sur l’essentiel et l’essence même de l’islam = Coran + Mahomet.

D’ailleurs, la diversité des musulmans, déroutante et bigrarrée, ajoute au piquant de la course-dérobade dans les ruelles du bazar et du souk que mes frères et soeurs musulmans maîtrisent à merveille.

Le but non avoué de tout ce jeu est bien d’éloigner toutes les critiques et tous les républicains du pot sacré ; les obliger à faire, comme nous avons toujours su faire, nous autres musulmans : déambuler autour du pot sacré=Coran+Mahomet en palabrant de ce qui est tout simplement à leur périphérie.

Alors tout le monde se met à discutailler de l’islam modéré, des islamistes, de l’islam des lumières, des intégristes, des réformistes et tutti quanti.

Et pourquoi pas du sexe des djins et de la solidité des sept Cieux superposés, suspendus au-dessus de nos têtes ?

Mais voyons, mon cher ami, c’est pour ne pas évoquer tout simplement les prescriptions caduques de l’islam classique ! Entre frères musulmans, j’ai un petit secret à te révéler. Lorsqu’on arrive à me rattrapper, je laisse jouer la comédie à mon frère barbu et je m’empresse de le dénoncer. Il sait jouer l’éternelle victime, l’humilié par Bush bien après les croisés, l’indigène de la République dont la tête est toujours colonisée, mais il sait tout de même vociférer en répandant quelque sang : « Touche pas à mon sacré : mon livre et mon prophète, sinon je fais un malheur ! ». Figure-toi que cela a toujours bien marché auprès de ceux qui, enfants, n’ont jamais assisté à l’égorgement public d’un mouton. Cette comédie a toujours fonctionné, de 1830 jusqu’à aujourd’hui. Les progressistes n’y voient que du feu. Façon de parler : ils ne voient même pas l’épais écran de fumée !

Chers ami(e)s républicain(e)s et progressistes,

Il est tout simplement temps de s’attaquer à la tâche jamais réalisée : renvoyer les prescriptions de l’islam classique=Coran+Mahomet, oppressantes aujourd’hui parmi nous ici, en France et en Europe, à leur Moyen-âge au lieu de courir derrière les voiles et les feux de diversion qu’allumaient les mollahs et qu’allument les malins « istes » qui nous ont toujours eus !

C’est ce choix que j’ai officiellement et publiquement fait. Le Conseil Français du Culte Musulman et tous les ténors de l’islam en France et en Suisse en ont été avisé. Ce choix, je l’ai fait depuis au moins l’an 2000 en publiant des textes, d’abord en arabe et puis en français puisque le CFCM a enfin été invité à la table de la République. Cela m’a permis, je crois, de forcer le respect parce que c’est tout simplement l’expression de la bonne foi et du parler vrai.

Les musulmans, toutes colorations confondues, ne s’y trompent pas et savent que c’est de là que sortira leur libération et leur délivrance. Vous aussi, vous pouvez y contribuer. Il s’agit bien de l’émancipation et de la libération de nos concitoyens et surtout de nos concitoyennes.

Faisons donc confiance à l’efficacité de la vérité et de la sincérité. Banissons le consensus généralisé autour l’hypocrisie, endémique en pays d’islam, mais en partie aussi ici. C’est cela qui fait qu’on évite d’aller directement à l’essence et à l’essentiel de nos ennuis : l’islam=Coran+Mahomet.

La dignité humaine est sacrée, pas les religions

Pascal Hilout

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.