Le jeudi 22 mars, tous ensemble contre Macron

Publié le 20 mars 2018 - par - 11 commentaires - 1 258 vues

Le figaro.fr annonce une semaine sociale chargée : Grèves et manifestations. Le jeudi 22 mars, le gouvernement devra faire face au mécontentement des retraités, des cheminots et des fonctionnaires. Plus de 140 manifestations de fonctionnaires sont prévues dans toute la France contre les annonces faites sur la réforme de la Fonction publique. À l’appel de 7 syndicats sur 9, plusieurs milliers de personnes défileront dans les rues. Sur le terrain de la santé, les agents des Ehpad, qui dénoncent des manques de moyens et qui se sont mobilisés à plusieurs reprises en 2018, sont invités à se joindre au mouvement ainsi que les cheminots, les agents RATP ou encore les contrôleurs aériens. Les retraités, touchés par la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG), sont appelés à amplifier le mouvement. La ministre de la Santé, Buzyn, a balayé tout risque d’une convergence des luttes : “Il faudrait pour cela qu’il y ait une convergence des problématiques et ce n’est pas le cas“… Certains souhaitent faire coaguler tous ces mécontentements.

Les syndicats représentatifs de la SNCF ont appelé à une grève en pointillé, deux jours sur cinq pendant trois mois d’avril à juin, avec 36 journées de mobilisation annoncées entre le 3 avril et le 28 juin. Le gouvernement est prévenu, les syndicats de cheminots se disent prêts à s’engager dans une grève dure, mais ne compte pas pour autant lâcher du lest. Quelle que soit la longueur du conflit social, l’exécutif tiendra bon, a indiqué Bruno Le Maire. Le ministre de l’Économie a affirmé qu’il ne cachait ni son étonnement ni sa surprise devant les appels à la grève annoncés alors que les discussions ne sont pas achevées.

Le Figaro.fr : Blanquer : “On n’a pas besoin de grève en France”. Blanquer est confiant. Selon lui, la mobilisation de l’Éducation nationale appelée à la grève le 22 mars ne sera pas trop forte. Il estime qu’il y a un allant des professeurs, la grande majorité comprend le sens des réformes engagées par le gouvernement. “J’ai un message pour les enseignants. On n’a pas besoin de grève pour se parler et je n’ai pas besoin de grève pour comprendre les revendications. Ça ne rend service à personne. Certaines grèves nous ont mis en difficulté (alors) qu’il y aura moins de fermetures de classes rurales à la rentrée 2018 qu’en 2015 et 2016. Le ministre considère que ceux qui s’alarment de ces fermetures font un faux procès au gouvernement.”

Macron a fini par mettre au point quelque chose d’assez rare dans le monde d’aujourd’hui : une sorte d’art de la provocation fondé sur l’intolérance et sur l’autoritarisme de Macron qui veut en remontrer au monde entier et à tout le monde, sans jamais rien comprendre aux espérances des Français, face à l’insécurité de l’islamisme et à l’avenir de leurs enfants. Il croit que ce n’est pas en France qu’un dirigeant politique serait poussé à la démission pour des motifs sociétaux. Il pense que les effets de la mondialisation heureuse font que seuls les milliardaires qui ont financé sa campagne ont une idée du bonheur de vivre riches en France.

À la menace soviétique a succédé la menace islamiste avec l’invasion des migrants venus des pays d’Afrique. La Droite nationale a depuis longtemps alerté tous ceux qui ne se cachent pas la tête dans le sable.

D’où l’importance de signaler tous les dangers de la menace islamiste pleinement justifiée, ceux que les politiciens dhimmis lâches et médiocres veulent rejeter pour nier les conflits dont ils ne souffrent pas.

La fin de l’Union soviétique a révélé la formidable poussée des islamistes, la seule force organisée pour récupérer toute la misère du tiers monde. Le seul ennemi est aujourd’hui l’islamisme radical qui frappe sur tous les fronts en France, en Égypte, au Pakistan, en Afghanistan, etc. L’islamisme apparaît clairement comme une menace qui se répand aux dimensions de la planète. La pire erreur politique à commettre serait de se laisser aller à un accommodement avec l’islamisme radical. Dans la situation actuelle, l’impératif, tant du point de vue moral que du point de vue politique, est de rejeter tout ce qui ressemble à l’islamisme radical et de rejeter toute tolérance vis-à-vis des imams des mosquées salafistes qui se situent résolument dans le camp de l’ennemi djihadiste. Mais Macron n’a pas compris qu’il s’agit là d’une crise de civilisation.

Pendant ce temps, Macron impose le harcèlement fiscal dans la suite de son père spirituel, Hollande, avec la gabegie socialiste et le recours abusif à la pompe à phynances du père Ubu déchu. C’est pourquoi, il ne faut pas s’étonner que la colère des petits retraités pauvres et des fonctionnaires augmente.  C’est ce qui fait que les Français vont devoir défiler dans les rues contre Macron. Face à l’autoritarisme arrogant de Macron, c’est la peur, la déception, le refus du racket fiscal organisé par Bercy contre les retraités pauvres.

Inutile de soutenir qu’il s’agit du troisième tour, dans la rue, des élections législatives ou de l’élection présidentielle. Avec le racket des radars à 80 km/h et la CSG de la honte pour continuer la gabegie LREM, on aura, dans la rue, une version inquiétante du Macron triomphant à la Rotonde des riches. Mais c’est la même fureur, mêlée de désespoir. II est impossible pour l’arrogant Macron de comprendre les motifs de la révolte.

On a vu la fête organisée avec Macron triomphant à la Rotonde, dès le 23 avril, pour montrer que sa qualification au second tour de la présidentielle, face à Marine Le Pen, était déjà acquise. C’était la victoire finale du Président du Monde En Marche à la Rotonde. La petite bande de copains pouvait se goinfrer à la Rotonde de Paris, pendant que les gens du peuple avaient bien du mal à boucler les fins de mois. Selon la presse, en pleine campagne électorale, son épouse se vantait déjà de se faire habiller gratuitement grâce au milliardaire propriétaire de Louis Vuitton alors que beaucoup de gens n’ont pas de quoi vivre tout simplement.

On peut soutenir que des décennies de mensonges, de démagogie et de laisser-aller socialiste au profit des riches milliardaires ont abouti inévitablement à l’affrontement et à la révolte des classes moyennes.

Depuis Macron, on constate aussi et surtout que des secteurs entiers de la population française ont peur de l’avenir, peur pour leur retraite, peur pour leurs enfants. On sait que les retraités et les fonctionnaires grévistes ne sont pas des privilégiés, malgré la propagande LREM arrogante et vulgaire sur toutes les télés de désinformation continue. On imagine les sentiments des petits retraités pauvres qui sont accusés d’être des privilégiés par des gens LREM qui le sont beaucoup plus qu’eux. Ce que confirment les événements que Macron impose à la population, c’est que des millions de gens vivent dans un état de précarité extrême. C’est cela la sombre réalité que Macron impose à la population des petits retraités pauvres. C’est une situation de plus en plus difficilement tolérable. Ces millions de petits retraités pauvres ne manifestent guère dans les rues. Et la politique fiscaliste de Macron d’aujourd’hui rend leur situation plus dure encore et insupportable.

C’est une injustice terrible que la politique fiscaliste de Macron de Bercy hautement perfectionnée et qui est obligée de recourir au racket fiscal contre les petits retraités pauvres pour continuer la gabegie LREM. Jamais en tout cas, esprit révolutionnaire n’aura été mis en mouvement avec tant d’ardeur au service de la révolte contre la CSG de la honte et le hold-up scandaleux de Macron sur le pouvoir d’achat des petits retraités pauvres. Tout le monde qui travaille se prépare à la révolte, à la Sécurité sociale, dans la santé, dans l’enseignement, partout. Il est clair que Macron a tout faux avec la CSG de la honte et le racket des radars à 80 km/h. C’est que, pour beaucoup, ce n’était surtout pas cette agression fiscale-là qu’il fallait faire.

Ce n’est pas assez dire que la réforme du pays est inévitable : elle était appelée, elle était réclamée, lors de la campagne Macron. Ce qu’on reprochait aux gouvernements UMPS, c’était de ne pas avoir fait les réformes nécessaires. Voilà Macron qui est seul à prétendre vouloir les faire. Et on lui reproche de s’attaquer seulement aux plus pauvres. Mais alors, quelle injustice, quelle honteuse réforme !

Macron, le ministre de Bercy devrait, en principe, s’y connaître en matière de réforme et de fiscalité juste, et non pour enrichir toujours plus les copains milliardaires. Où est la réforme ? La CSG de la honte et le racket des radars à 80 km/h. Pour la première fois, la population des petits retraités pauvres a été dans la rue pour tenter de sortir d’une situation fiscale injuste que tout le monde dénonce sans que personne LREM n’ait le courage d’y remédier. Les petits retraités pauvres sont dans une situation difficile. Et la révolte dans la rue est porteuse de mauvaises nouvelles pour Macron. Il faut dire qu’il a fait bonne mesure avec la CSG de la honte et le racket des radars à 80 km/h. Et qu’il ajoute encore des prélèvements aux prélèvements existants. II doit s’attendre à une impopularité record qui a succédé au Macron triomphant à la Rotonde des riches.

On comprend que sa tâche est rendue plus difficile après la facilité de la campagne présidentielle. Le candidat président avait accumulé les promesses faites au parti de l’étranger : Macron a été interviewé à la télévision algérienne le 15 février 2017 : “La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie…” Macron a racolé ouvertement des Français de diverses origines. “Dans la salle du parc Chanot de Marseille, il y avait comme un écho du passé. Macron candidat s’est adressé aux milliers de participants en louant les origines composites qui ont façonné et façonnent toujours l’identité de la cité phocéenne… Kabyles, Algériens, Marocains, Tunisiens, Ivoiriens, Sénégalais, Italiens, Espagnols, Maghrébins, Comoriens, récoltaient leur lot de gloire et d’applaudissements…

“Le président (social-opportuniste mondialiste) d’En Marche ! a fait les louanges d’une “ville française façonnée par 2000 ans d’Histoire, d’immigration” devant un public (de naïfs soumis). La séquence (de Macron l’Algérien) a fait son effet… comme le candidat Hollande, cinq ans plus tôt…” (adapté de Charlotte Anglade).

“Après avoir qualifié la colonisation de l’Algérie de “crime contre l’humanité“, après avoir prétendu qu’il n’existait “pas de culture française“, ni d’art français, (Macron l’Algérien) le chouchou de l’oligarchie mondiale étale son ignorance crasse de la géographie du pays qu’il a la prétention de vouloir diriger.

La réforme est nécessaire. Ses modalités exigent la discussion. De la droite à la gauche, personne ne l’ignore. On peut faire semblant de l’ignorer, mais on ne peut pas ignorer la réalité. Les petits retraités se battent contre une situation fiscale injuste qui mène inéluctablement à la catastrophe. S’ils ne l’emportent pas, Macron sera en mauvaise posture. Le pays s’enfoncera irrémédiablement dans une spirale de révoltes et d’appauvrissement dont tous, les pauvres et les moins pauvres, souffriront inévitablement du fait de Macron.

Les premières victimes de ce qui se passe sous nos yeux sont évidemment les plus pauvres. Au point que la perspective d’une amélioration du pouvoir d’achat prend la forme d’un mirage qui se perd dans l’avenir.

Peut-être les petits retraités pauvres eux-mêmes devinent-ils obscurément que Macron signifie la fin de cette espérance d’une amélioration du pouvoir d’achat à laquelle ils sont si attachés. Depuis Hollande, les Français sont de plus en plus malheureux. La situation des pauvres d’aujourd’hui est évidemment rendue plus tragique avec l’occupation étrangère des clandestins, des islamistes et des hordes de migrants. Mais, dans ces jours sinistres, avec la généralisation du regroupement familial des illégaux sans papiers, des clandestins, des islamistes et des hordes de migrants, Macron signifie la fin de tout espoir de Libération.

Ce qui manque aujourd’hui, c’est la confiance en Macron pour améliorer l’avenir des vrais Français. Quel avenir pour les retraités pauvres face à des migrants de plus en plus nombreux ? Quel avenir pour les jeunes travailleurs sans emploi ? Quel avenir pour des étudiants qui n’ont pas le niveau après le bac pour tous de Belkacine, qui ont du mal à poursuivre des études dans des conditions difficiles et qui se demandent ce qu’ils pourront bien faire de leurs diplômes inutiles ? Quelle espérance ? Macron candidat en était une.

Beaucoup commencent à en douter. Et un des effets des événements actuels est de la rendre moins crédible. Que signifie la confiance en Macron pour ceux qui sont rackettés et qui ne savent pas comment boucler leurs fins de mois, ni quel sera l’avenir de leurs enfants ? La crise politique et sociale que crée Macron est sévère. Mais il y a une crise plus rude encore, c’est une crise des migrants islamistes qui provoque une crise identitaire et une crise civilisation. Vouloir l’affronter dans la désunion conduit au désastre.

Des journées comme celles du 22 mars exprimeront la révolte et le désarroi des Français les plus pauvres devant les difficultés fiscales créées par Macron pour des millions de Français malheureux. La colère des petits retraités pauvres en témoigne. Ils seront en conséquence toujours plus à voter contre Macron.

Le déficit de confiance d’un peuple désarmé est au désespoir de beaucoup. Ivan Rioufol : Face à la tyrannie de l’islam conquérant contre la démocratie, la France recule. Si rien ne vient briser l’hégémonie prise dans les cités par les Frères musulmans et le salafisme, la France deviendra méconnaissable et invivable. La France recule sous les assauts de l’islam conquérant. Il crée le désordre dans la laïcité, la mixité, l’indivisibilité nationale. Il sème la discorde à l’école. Il fracture la nation. Cette idéologie minoritaire pose ses exigences et conteste les lois de la République. Macron voudrait l’organisation de l’islam de France face à l’esprit totalitaire.

On est à la source de l’épreuve de force pour lutter contre l’islamophobie alors que les islamistes ont gagné la bataille de la norme, qu’il s’agisse du port du voile ou de la consommation de la viande hallal.

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Roban

Etant moi-même retraité je soutiens les revendications des retraités mais pas du tout celles des cheminots et des fonctionnaires.
Il suffirait de supprimer toutes les subventions aux syndicats qui, ne pouvant pas subsister des cotisations de leurs adhérents (moins de 8%), disparaitraient et il n’y aurait plus de grèves !

grélaud

http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/macron-ses-d%c3%aeners-secrets-du-lundi/ar-BBKx6Bv?li=BBoJIji&ocid=AARDHP

le lien qui confirme que macron se paye la tête des français complétement ;une à 2 fois par mois un dîné a l’Elysée ,pour tous les mettre dans sa poche ,je vous signal qu’il est entrain de préparé son élection dans 4 ans ,et oui il est entrain de préparé son deuxième mandat

Roban

Excellent le lien, je vais le diffuser.
Merci.

Sitting bull

Macronet est pire que hollande ou sarko , finira peut être par déclencher un Mai 68

dufaitrez

J’espère sincèrement que le défilé sera aussi long que l’article !

MAUREL

Jeudi il faut tirer la chasse pour évacuer cette merde .

Une patriote

Il n’y a aucun avenir avec Macron, qu’une mort prochaine. Il n’est là que depuis peu et ce n’est que régressions, suppressions, taxes, surtaxes, dépouillement UNIQUEMENT SUR LE DOS DES FRANCAIS rien sur les arabes et les riches, il ne sait pas quoi faire pour NOUS TERRASSER. Une nouvelle fois, il vient nous NARGUER après avoir dit ” QU’IL ALLAIT BOTTER LE Q DES SYNDICATS ” ce matin ils annonçaient ” QU’ILS ALLAIENT AUGMENTER LES ALLOCS FAMILIALES ” A qui ça va profiter, AUX ARABES, QUI FAIT DES GOSSES PAR MILLIERS, LES ARABES et ensuite les rooms, mais certainement pas les français ! Ce cinglé DISJONCTE COMPLETEMENT, il ferait bien de dormir plus que 2 h / jour, ce qu’il prend pour tenir commence à lui bouffer le peu de neurones qu’il a !

Une patriote

C’est le moment de tous se soutenir, de se serrer les coudes CONTRE L’ USURPATEUR QUI FAIT TOUT POUR MONTER LES FRANCAIS LES UNS CONTRE LES AUTRES DANS TOUT LES DOMAINES QUE CE SOIT, AFIN DE LEURS SUPPRIMER LEURS ACQUIS OU DE DEPOUILLER LES AUTRES. C’EST LE MOMENT DE TOUS DESCENDRE DANS LA RUE, retraités, travailleurs, chômeurs, même les fonctionnaires. S’ils n’obtiennent RIEN c’est bien parce qu’ils ne sont pas SOLIDAIRES LES UNS DES AUTRES. A chaque fois l’usurpateur en profite pour les MANIPULER OU LES MENACER sans jamais rien leur donner. Regardez l’armée, pas de budget, des manipulations de Macron pour les ENDORMIR et ils n’auront RIEN avant soi-disant 2030, OU SERONT NOUS ET DANS QUEL ETAT SERA LE PAYS EN 2030 ? Il y a de gros risques qu’il aura TRANSMIS le pays aux islamistes

lucie clavijo

Qui peut croire un instant que des manifestations feront partir Macron?
il renforcera sa dictaure en marche et c’est tout.
le seul moyen c’est de bloquer le pays,
boycotter tout ce qui fait vivre ces amis les banquiers.
bien sur ce serait un peu difficile pour des occidentaux, habitués à baigner dans le un relatif confort.
mais on a rien sans rien.
ou on se prépare à manger des patates pendant 2 ou 3 mois s’il le faut,
ou RIEN
RIEN DE RIEN.
macron continuera.

Robin

Exact, mais n’oubliez pas l’appel du 5 mai prochain, ils faut que tous participent §

catalan

Moi je veux bien soutenir les fonctionnaires si ça peut nous débarasser de ces ordures !

Lire Aussi