Le jeune néo-nazi Dylann Roof condamné à mort : silence des abolitionnistes

L’attentat du 17 juin 2015 est encore dans toutes les mémoires, aux États-Unis. Ce jour là, neuf Afro-Américains étaient froidement exécutés lors d’une fusillade menée par un néonazi de vingt-et-un ans. Bilan: neuf victimes, dont le sénateur et pasteur méthodiste Clementa Pinckney.

Jugé par une cour fédérale pour trente-trois chefs d’inculpation, Dylann Roof n’a montré ni regret ni honte face aux proches des victimes, se contentant de dire « je n’ai pas versé une larme pour les innocents que j’ai tués, je devais le faire« . Le verdict, prononcé ce 10 janvier a été voté à l’unanimité des voix : peine de mort.

Que l’on se rassure, il ne s’agit pas dans cet article de faire l’éloge de ce militant suprémaciste qui a tué sans pitié neuf personnes innocentes chantant dans une église.

Bien que des groupes comme le Parti de la France ou le Bloc Identitaire aient parlé d’un « martyr du combat patriotique » (sic) on permettra au patriote que je suis de se désolidariser totalement d’un tel point de vue aussi stupide qu’immoral. On aurait pu parler de « martyr » s’il s’en était pris à une personnalité publique représentative des élites et prônant l’asservissement de l’Amérique à la nouvelle doxa antiraciste et ethnomasochiste. Or, ses victimes étaient de simples fidèles afro-américains qui ne représentaient aucun danger et aspiraient seulement à vivre leur foi en chantant dans l’église de leurs ancêtres. Son geste est encore plus grave que celui de Breivik, qui avait attaqué des gens qu’il estimait (du fait de leurs idées politiques) être des ennemis de l’intérieur, des traîtres menaçant l’identité de la Norvège. Ici, c’est une violence purement haineuse.

Au-delà même de la monstruosité et de l’immoralité qu’il suppose, ce geste est – sur un plan purement politique – contre-productif dans la mesure où il donne du grain à moudre à ceux qui tentent d’assimiler le patriotisme au nazisme et à la violence.

Alors, ce Dylann Roof mérite-t-il la peine capitale ? Si l’on est pour la peine de mort, on ne peut qu’adhérer à cette idée : premièrement, ce type est irrécupérable, et il serait totalement inutile de le garder en prison jusqu’à la fin de ses jours ; en second lieu, des crimes aussi graves (plus de deux meurtres, meurtre motivé par la haine raciale, meurtre commis dans un lieu de culte) sont des éléments aggravants. Si, comme moi, vous n’êtes pas abolitionniste, vous auriez – comme moi – voté la peine de mort pour cet individu.

Eh oui, « si vous n’êtes pas abolitionniste »… Car, si on est abolitionniste, on l’est pour tous et dans tous les cas. On ne fait pas de distinction entre un meurtrier pédophile et un meurtrier raciste.

Aux USA, il existe une multitude d’associations qui militent contre la peine de mort, estimant que c’est « inhumain ». On citera entre autres Amnesty International, Human Rights Watch, Death Penalty Focus et une foultitude d’autres officines pseudo-humanistes qui se pensent investis – par quel dieu ? – d’une mission de bonne volonté et d’humanisation du monde. Il n’est pas une exécution, pas une condamnation à mort, pas un débat sur la peine capitale où on ne les voit brandir leurs pancartes et chanter le triomphe de la vie sur la mort.

On se souvient de l’esclandre provoqué par l’exécution de Troy Davis en 2011, vingt ans après qu’il ait tué un policier blanc. L’exécution de Clayton Lockett en 2014 a également suscité beaucoup de réactions : l’homme aurait « souffert » pendant les seize minutes précédant sa mort à cause d’un produit mal injecté. Âgé de 38 ans, il avait été condamné à mort pour avoir enlevé, violé, torturé, blessé par balles et enterré vivante une jeune fille de 19 ans. La polémique (lancée par lesdites associations et par des journaux bobos comme le Guardian ou le Telegraph) fut telle que la Cour Suprême d’Oklahoma a dû instaurer un moratoire de six mois sur les exécutions.

Cette fois, pas de grande campagne de mobilisation contre l’exécution du jeune Dylann Roof, pas de journalistes qui pondent des articles pleins de métaphores et d’emphase pour appeler à lui laisser la vie sauve. D’ordinaire, dès qu’une personne est condamnée à mort, sa photo paraît sur les sites d’associations abolitionnistes qui demandent aux internautes de signer une pétition en faveur du condamné. On n’a rien vu de tel ici.

Quelle que soit la gravité des faits reprochés à l’accusé, la cohérence et l’honnêteté intellectuelle doivent guider en premier lieu les consciences de chacun, surtout de ceux qui placent leur humanisme au-dessus de tout. Soit, on est pour la peine capitale et on considère à juste titre qu’une personne ayant tué neuf innocents mérite la mort ; soit on est un humaniste et on pense que la peine de mort est une barbarie archaïque : il faut alors vouloir l’éviter à tous les condamnés, sans distinction de couleur, d’âge ou de motif de condamnation. Si on veut laisser la vie sauve à un pédophile et à un meurtrier, alors il faut la laisser aussi au raciste.

« Cela prouve que ce ne sont pas des abolitionnistes, mais des gauchistes dégénérés » a déclaré Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France. Malgré les désaccords que l’on peut avoir avec ce mouvement politique (surtout sur l’affaire Dylann Roof) on ne peut qu’être d’accord avec cette déclaration qui souligne bien l’hypocrisie et la duplicité des belles âmes au grand cœur.

Nicolas Kirkitadze

image_pdf
0
0

42 Commentaires

  1. La peine de mort doit être comprise comme un principe de précaution.
    Ce même principe de précaution, selon lequel nos Pouvoirs Publiques nous imposent, à juste titre, de ne pas mettre la vie d’autrui en danger par nos comportements, doit, à l’inverse, s’imposer à ces mêmes Pouvoirs Publiques.
    Pour ma part, la peine de mort infligée à un criminel n’a pas pour but de satisfaire la vengeance ou la recherche d’une forme d’exemplarité ou encore tenter d’éviter toute forme de récidive mais je la considère plutôt comme une oeuvre de salut public.
    Personne, dans notre pays, n’est investi du droit de faire courir un risque mortel à la Société.
    Quiconque contreviendrait à ce principe devrait avoir à en rendre compte.

  2. Votre article est excellent. La démonstration est implacable: toutes ces associations sont de la GROSSE MER… En effet, ça aurait été un Noir qui aurait massacré 10 Blancs dans une Eglise qu’on les aurait vu défiler. Mais pour ces associations de MER… comme je le mentionnais, il semblerait que certains meurtriers méritent de vivre, et d’autres non. En somme, ce sont EUX qui se sont arrogés le droit de décider de qui mérite la corde et qui mérite la clémence. Personnellement, en tant que promoteur acharné de la peine capitale, j’estime que tout meurtrier, quel qu’il soit, peu importe sa couleur, son crime, ses motivations, son idéologie, mérite la corde.

    • vous pouvez donner un exemple d’un noir ou d’un musulman ayant commis ce genre de crime sans qu’on ne voit personne défiler?

  3. Car que personne ne s’y trompe! après les différences de couleurs de peau ou d’origine, ce sont les différences d’opinion qui seront attaquées jusqu’à ce que la pensée unique de la haine soit la seule qui règne!Socialistes, communistes etc..seront les nouveaux pestiférés à éliminer. Roof ne s’est pas attaqué à des musulmans (nombreux aux us), mais à des noirs…chrétiens! Donc que RL soit manifestement du côté de roof signifie beaucoup de choses…

  4. comme par hasard, tous ceux qui ont posté des commentaires dénonçant l’acte barbare de roof ont écopé des points négatifs alors que ceux qui justifient cette barbarie (l’écrasante majorité des commentaires) ont bénéficié de signes d’approbation! Or, roof a froidement tué des innocents, non pas musulmans, mais …chrétiens qui chantaient tranquillement dans leur église!Leur seul faute? Etre noirs! Le combat de l’extrême droite, c’est donc cela : éliminer tout ce qui est différent du blanc caucasien soi-disant aryen! Quelle différence entre l’acte de roof et ceux des terroristes islamistes? Aucun. Les masques tombent donc et les français qui lisent ces réactions savent à quoi ils s’exposent si jamais l’extrême droite arrivait au pouvoir.

    • On peut tirer les mêmes conclusions que vous mais au détriment des abolitionnistes et les gauchos qui excusent les assassinats de Blancs par des Noirs parce qu’ils seraient victimes de racisme. En outre, ces chrétiens qui chantaient « tranquillement dans leur église » appartenaient à une église « chrétienne » prônant la guerre raciale des Noirs contre les Blancs.

      • donnez des exemples madame! Indiquez moi une source où l’on peut vérifier que des « abolitionnistes » et des « gauchos » ont excusé des assassinats de blancs par des noirs…
        Indiquez aussi une source prouvant que ces pauvres victimes appartenaient à une église ou un mouvement prônant la guerre raciale des noirs contre les blancs.
        Si vous n’indiquez pas ces sources, je serai tenté de croire que vous faites de l’affabulation

        • Vous avez l’embarras du choix avec la récente actualité de Noirs se vengeant du prétendu racisme de la police américaine à leur encontre (sans tenir compte du fait que les policiers en cause étaient souvent noirs eux-mêmes). Des Noirs qui ont torturé un handicapé blanc parce qu’il était blanc. Tous les medias n’ont parlé à ce propos que de réactions malheureuses (Obama a dit qu’il était triste mais qu’il fallait tenir compte du contexte). Jamais il n’a été question de racisme des Noirs contre les Blancs lors de ces tristes événements.

  5. Excellent article qui analyse les faits avec honnêteté et pertinence !

  6. Bien évidemment Dylann Roof mérite la mort. Si tout individu enclin à priver un de ses contemporains de la vie savait qu’en perpétrant ce crime il mettrait du même coup la sienne dans la balance, la plupart réfléchiraient à deux fois avant de s’y risquer.

    • et si précisément cela était réfléchi ????
      qu’il fait don de sa personne pour son idéal ???
      cela vous paraît  » fou « mais la liberté à un prix …ne croyait pas que le donneur de la gifle a valls n’était pas conscient de ce qui il allait lui en coûter
      en cela je peux l’admirer,mais que l’on comprenne bien qu’il ne s’agit pas de se tromper de cible entre une population innocente et des politiciens verreux !

      • Attention! Vous êtes en train de dériver, BOUDRY, sur les crêtes étroites de l’idéal et du fanatisme.Le passage à l’acte du fantasme est bien une transgression, (après ça le déluge..). De même que les populations ne sont pas toujours innocentes , et que tous les politiciens ne sont pas forcément véreux!

    • Visiblement cela ne l’a pas empêché de passer à l’acte. Comme diraient les humanistes (s’ils étaient équitables), il faudrait que son pays ne soit pas divisé en communautés qui se détestent et surtout que la majorité ne soit pas la tête de Turc désignée des minorités et de l’Etat.

      • Il ne s’agit pas de ce tueur en particulier, mais de tous ceux qui s’arrogent le droit de tuer, quelle qu’en soit la raison: argent, jalousie, revanche, haine ou amour, convictions politiques ou religieuses, c’est tout un. Enfin, bon sang de bonsoir, ce n’est tout de même pas difficile à comprendre : en pays civilisé, on ne commet pas de meurtre sans risquer sa vie – un point c’est tout. Pas d’excuse, rétribution. C’est ce qui se passait autrefois en Grande Bretagne, ce qui permettait aux policiers de ne jamais porter d’arme et aux honnêtes gens de sortir la nuit sans crainte.

        Depuis que ce principe a été abandonné au nom de ratiocinations fumeuses, c’est la chienlit partout, il n’y a plus de sécurité, plus de justice, les gens tombent comme des mouches. Vous aimez ça ? Moi pas.

        • Nous sommes bien d’accord sur le constat. La peine de mort toutefois n’était pas appliquée avec autant de rigueur que vous la prônez. En outre, le climat civilisationnel au temps où la peine de mort jouait un grand rôle, n’était pas à la permissivité et à la compréhension unilatérale des minorités opprimées par la majorité. Tout a commencé à dégénérer avec l’accession de la gauche au pouvoir en 1981.

  7. Contrairement aux propos de l’auteur qui se cache derriere le politiquement correct, ce dylan est un combatant patriote dans un pays en etat de guerre ethnique… Pourquoi les memes qui admettent l’etat de martyr des noirs et autres arabes, refusent ce meme etat de martyr pour un blanc???

    Nous sommes en guerre, et en guerre, il n’y a pas d’atermoiment a avoir concernant des victimes innocentes… NOUS SOMMES EN GUERRE ETHNIQUE où aucun musulman n’est innocent, vu le niveau de takkya ambiant….

    • Si j’ai bien compris les victimes étaient en train de chanter dans une EGLISE. Je ne sais pas où vous voyez des musulmans.

    • Il est temps de consulter, et pas en médecine générale, mais en psychiatrie…

      • Avez-vous donc de la clémence pour ce jeune déséquilibré ? Visiblement nos humanistes formatés oublient qu’ils le sont à son égard.

    • Je ne vois pas la moral de tuer dès innocents qui chantaient et priaient dans une église.

  8. Très belle réflexion sur un sujet aussi périlleux. Pourquoi en effet ce 2 poids, 2 mesures ? Nos belles âmes seraient-elles sensibles au politiquement correct et ainsi perçues ce qui était tolérable et ce qui ne l’était pas ? Comment expliquer autrement leur silence assourdissant concernant un tout jeune homme mu par des sentiments comme ceux des radicalisés islamistes qui vont en Syrie pour y tuer, torturer, esclavagiser des non-muslmans ? L’humanisme de ces humanistes pavlovisés n’est finalement qu’un formatage sectaire et aveugle. Pauvre humanité ! Qui veut faire l’ange fait la bête eût dit Pascal.

    • Rejoindrun grand nombre de francaises se sont converti a l islam par amour envers des degeneres et obscurantistes qui ont kidnappe les enfants et les ont emmene au Maghreb.toutes ces femmes venaient ensuite pleurer devant la justice pour recuperer leurs enfants.elles ont voulu faire l ange et en fait on a vu ou sont les sales betes que tout le monde connaît et pourtant tolerent sur notre sol.

    • Je n’ai pas le temps d’écouter tout le podcast, ce sera pour plus tard, mais j’ai retenu dans la partie écrite que les personnes tuées se trouvaient dans une église qui prêche la guerre raciale des noirs contre les blancs ! Certes ce jeune homme n’a pas eu peur d’appuyer sur la gâchette mais peut-être que si les juges et les abolitionnistes avaient approfondi ce point qu’il aurait mérité un peu de la compréhension qu’ils préfèrent réserver aux pires tortionnaires du moment qu’ils sont du bon côté. Je n’ai pas pu lire son testament où il explique ses raisons. Je pense intuitivement qu’il est passé à l’acte par désespoir, par rage, par sentiment d’injustice et que s’il avait été plus âgé, il aurait su résister à sa pulsion mortifère.

  9. Est ce que toutes les associations abolitionnistes sont des gauchistes je ne le crois pas,même si je trouve votre discours très intéressant et impartiale! Aux USA selon l’état il aurait été en prison à perpétuité.Maintenant sur la peine de mort on arrive toujours au même point le fait d’exécuter un innocent! C’est pourquoi je prône pour un tribunal spécial pour les terroristes avec la peine de mort et incinération de leur corps! Pour les autres cas est ce qu’un état doit tuer!Surtout que je trouve que la prison à perpétuité est beaucoup dure qu’une simple exécution mais je parle d’une vraie perpétuité comme aux USA ou les peines s’accumules où les gens ne ressortent jamais!Derrières leurs 4 murs avec 2h de sortie par jour pendant toute une vie il n’y a pas pire châtiment!

    • Si c’est un crime  » fédéral « , la peine de mort s’applique dans tous les Etats, si l’Etat où se passe le procès n’applique pas cette peine, elle sera appliquée dans un état voisin qui lui l’applique.

  10. Liquider cet assassin raciste ne me pose aucun problème de conscience. C’est un danger majeur pour la Société, car son crime menace la paix civile et la paix raciale indispensable dans une Société multiraciale. Après il est certain qu’en prison à vie cet assassin aurait plus de temps pour regretter son acte irréversible. Le sentiment de vengeance de la communauté ethnique meurtrie doit être entendu. Pourquoi ne pas leur livrer cet assassin pour lapidation publique ? Suivie de son exécution. Les Etats-unis ont gardé une Justice populaire, car ils élisent leurs magistrats. En France le sens de la Justice s’est mué en culture de l’excuse, car nos magistrats ne sont pas élus. Ils forment corporation.

    • Il ne s’agit pas de vengeance, mais de justice.

      ‘Lapidation publique’, vous rêvez? Nous ne sommes pas des barbares musulmans, mais des judéos-chrétiens.

      Lorsque la peine de mort s’impose, il faut l’appliquer avec tous les regrets du monde de devoir éteindre une vie créée par l’Eternel. Avec regret, mais fermement et dignement.

  11. Oui ce sont des dégénérés les abolitionnistes demi sel car ils se réservent une petite jouissance , consistant à briser leur propre tabou , mais évidemment pour de « bonnes » raisons lorsque le condamné ne leur plaît pas. C’est tout simple, ils ne se sont pas demandé ce qu’avait pu ressentir cette jeune fille quand au bout de son calvaire elle s’est rendu compte qu’en plus elle allait mourir étouffé e sous terre… Et donc seule la souffrance du condamné les intéressait. Sont-ils crédibles?

  12. Effectivement il n’y a pas deux poids deux mesures ou on est pour ou on est contre. Tout ceci nous prouve bien que l’on vit dans un monde balayé au grès du vent et des idées une jour d’une couleur le lendemain d’une autre.

  13. La peine de mort devrait revenir en France pour des ordures comme Fofana, Abdeslam, Benyettou…

    • LE POINT DE VUE DE LA SPIRITUALITÉ INDÉPENDANTE

      Plus un homme restera sur Terre et plus il pourra s’amender au fil de son évolution psychique.
      Si vous le tuez jeune, son esprit encore diabolique pourra aller plus facilement contaminer d’autres âmes humaines.
      Il n’aura plus son corps physique pour le limiter…

      • Très bien, la spiritualité. Mais quand il n’y a plus de vie, c’est superfétatoire.

  14. « Contre productif » est un adjectif qu’emploient souvent les commentateurs pour se rassurer de ne pas avoir tout compris.

    Mais je pense que ce serait plus simple et honnête de convenir et constater :

    – convenir que son geste est incompréhensible à nos yeux et non contre productif

    – constater qu’il n’est pas contre ou improductif puisque son résultat a pour effet d’habituer l’opinion à la violence comme mode classique de communication en politique : c’est un « résultat »

    C’est la condamnation morale de la bien pensance qui est contre productive :car si vous devez sans cesse rappeler ce qu’est la norme c’est bien qu’implicitement vous reconnaissez qu’elle est de plus en plus combattue.

    Roof ne regrette pas de nous avoir combattu en tuant nos protégés (…)

  15. Les associations « progressistes » financées par la vermine soros ne manifestent seulement que lorsque le condamné est africain ou arabo musulman.

    • Oui, j’avais déjà remarqué depuis de nombreuses années, qu’on ne les voyait jamais défendre un blanc !

Les commentaires sont fermés.