1

Le journal Marianne analyse : Pourquoi l’islam fait peur

Ce ne sont pas moins de 43 pages sur l’islam en Europe que les journalistes Eric Conan et Martine Gozlan proposent aux lecteurs de Marianne dans son numéro 734.  Bien sûr la tentation fût grande pour ces deux journalistes de parler dès le début de l’article de «  l’agitation des peurs et de l’extrême droite », comme une espèce de discours obligé, mais reconnaissons une certaine honnêteté à l’ensemble de la publication. Ils ont  analysé la situation sur la plupart des pays d’Europe  et pointé les signes manifestes des poussées intégristes,  en  donnant la parole à d’autres confrères envoyés spéciaux.
Leur point de départ est le fait que la ligne officielle sur la société multiculturelle de deux des principaux membres de l’Union, l’Allemagne et l’Angleterre s’est totalement effondrée. Angela Merkel  admet l’échec de la société multiculturelle, et David Cameron  pense : qu’il est temps de tourner la page et que les politiques du passé ont échoué. Les nations européennes pariaient sur l’intégration sont en train de réviser leur stratégie. Ensuite ils constatent  que là ou les partis ne se sont pas prononcés sur le sujet, des partis sont nés pour canaliser ce ressentiment et cette peur de l’islam et qu’ils engrangent des voix dans tous les pays. Que se passe-t-il réellement se demandent alors nos journalistes ?
 
Ce ressentiment et cette peur de l’islam n’est  pas qu’une vague sensation, qu’une position à laquelle ils aimeraient coller facilement le qualificatif si facile de xénophobie, non elle s’appuie sur des enquêtes ou sur des faits contrôlables et visibles de tout le monde, de propos, de pratiques, de revendications. Est-ce une inquiétude subite ? Non.
Un gros dossier est consacré à la France avec enquête  sur islam et laïcité. En faisant un peu d’histoire les deux journalistes rappellent que  Gilles Kepel avait attiré l’attention sur l’année 1989, à partir de cette année l’UOIF considère que la France n’est plus pour les musulmans immigrés une dar al-sohl, une terre à islamiser, mais est déjà une dar al-Islam, une terre musulmane, dans laquelle ils doivent pouvoir appliquer la charia. Rappelons que cette date 1989 est la date des premiers voiles à l’école et des premiers reculs de la gauche…! Et en 1999 le même Gilles Kepel s’inquiétait, bien avant Guéant : de ces quartiers français où l’on a du mal à se rappeler que l’on se trouve dans l’hexagone…tant l’on se trouve dans un ordre moral et rigoriste islamique que l’on ne constate pas de l’autre côté de la Méditerranée.
Jacques Lang reconnaît dans Marianne, l’erreur d’avoir perdu 15 ans sur l’affaire du voile à l’école, et avoue aujourd’hui, « qu’il avait été naïf de croire que le mélange des différences serait tellement fécond qu’il fallait être tolérant face aux particularismes »  sincérité tardive peu suivie d’effets puisque le Think Tank Strauss Kahnien veut s’opposer à la laïcité doctrinaire et proposer aujourd’hui une citoyenneté musulmane.
Mais en 1999 la France cède officiellement devant l’UOIF qui refusait de reconnaître le droit au changement de religion, liberté de conscience qu’interdit le Coran. Ce que découvrent aujourd’hui dans la panique tant de responsables européens, ces experts ( Gilles Kepel, Olivier Roy) le prédisaient calmement dix ans auparavant, affirment nos deux journalistes. Ils regrettent qu’à la naïveté succède aujourd’hui  l’hostilité alors qu’il n’y a besoin, selon eux, que de pédagogie ! J’ai bien peur que la pédagogie ne suffise pas tant il y a eu du retard à l’allumage  et tant les pratiques des radicaux ont pu justement s’imposer partout en France comme en Europe, comme le démontrent les différents reportages.
En Suède le port du voile, autorisé partout, est ultra majoritaire chez les non européennes. L’imam Ismael Okur veut absolument que l’on autorise l’appel à la prière du haut du minaret ( les Suisses ont donc eu raison de se méfier), en 2004 un Suédois converti  a approuvé fermement la lapidation, pour ensuite, devant le tollé, revenir en arrière. Des milliers de résidents juifs  ont déserté Malmö suite à des agressions de jeunes antisémites. Les jeunes filles se plaignent d’insultes de la part d’ados musulmans quand on est « blonde et jolie » .
En Allemagne les musulmans essentiellement d’origine turque ont-ils trop bien fait leur le discours d’Erdogan de voir en l’Allemagne un terrain à conquérir, un terrain de confrontation ? Un terrain où ce dernier a demandé aux Turcs de ne pas s’assimiler ni s’intégrer mais de rester avant tout des Turcs ? C’est  Thilo Sarrazin qui a le plus exprimé les peurs allemandes. Peur fortement ressentie par le peuple allemand que le nombre croissant de musulmans finisse par modifier le pays et la culture. Face à Sarrazin Necla Kelek (féministe d’origine turque)  condamne : l’approche sociale-darwiniste selon laquelle il existerait des prédispositions d’ordre génétique au développement intellectuel, mais pense que Sarrazin n’a pas eu tort de dénoncer l’endogamie : 60% des mariages de ressortissants turcs en  Allemagne ont été contractés avec  un partenaire turc provenant de Turquie. Necla Kelek a, la première, vu et condamné toute la volonté de puissance des gardiens de l’islam et la démission d’une partie des élites politiques face à l’intimidation islamiste. Elle félicite la France de légiférer contre le port de la burqa regrettant qu’en Allemagne la liberté religieuse serve de paravent au relativisme et aux menées islamistes.
C’est du côté de la Grande Bretagne que viennent sans doute les plus grandes déceptions et les plus grandes inquiétudes. La gauche anglaise fière de son idée de tolérance au sein d’une société multiculturelle semble avoir ouvert les yeux le 7 juillet 2005. A cause de la guerre en Irak et de l’acquis d’un vote musulman au  « labour », ce dernier parti consentait à  un silence intéressé sur les extravagances islamistes du Londonistan. Ann Cryer, ancienne députée travailliste de Keighley ( West Yorkshire) avait essayé de dénoncer les mariages forcés, mais dit-elle : « le politiquement correct imposait de ne rien dire ». Une évolution s’est produite précise-t-elle :  En 1997 les enfants des familles pakistanaises regardaient les programmes pour enfants de la BBC, aujourd’hui ils suivent ceux de la télévision pakistanaise ou des chaînes arabes, sont élevés sans la moindre référence à la culture du pays dans lequel ils vivent, ils commencent l’école sans parler un mot d’anglais ».
Pour David Cameron aujourd’hui plus question de financer des tas d’associations islamiques qui ne font absolument rien pour combattre l’extrémisme. Le NSS National Secular Security, une organisation de gauche qui milite pour une laïcité britannique salue cette volonté du premier ministre. Terry Sanderson son président rappelle que :  plusieurs membres du Conseil musulman de Grande Bretagne avait des liens avec des groupes radicaux. C’est maintenant la fin de l’entrisme, les révélations de wikiLeaks montrent que les services secrets américains considéraient Londres comme un hub pour le réseau al-Qaida. Dans la prison de Guatanamo Bay, 35 prisonniers avaient été radicalisés en grande Bretagne. Ann Cryer se bat aujourd’hui contre la violence et la radicalisation dans certaines des 160 écoles musulmanes du royaume, financées sur fonds publics, et surtout dans  ces madrasas où l’on enseigne un islam extrême, avec des manuels arrivant tout droit d’Arabie Saoudite, enseignement qui  échappe à tout contrôle académique.
La Grande Bretagne,  victime de son propre laxisme, pourra-t-elle  contrer efficacement tout cela ? Rien n’est moins sûr, les intégristes continuent de défiler plusieurs fois par an avec leurs slogans  épouvantables « mort aux infidèles » et autres gentillesses!
La peur a envahi l’Espagne le 11 mars 2004 avec ses 193 morts et ses 1857  blessés.  Pour Juan Jose Primo Jurado Professeur d’histoire contemporaine : les gardiens du dogme islamique considèrent dans leur grande majorité que l’Espagne leur appartient  et qu’il est du devoir  d’un bon musulman de l’infiltrer pour la récupérer. Les lieux de prières financés par l’Arabie Saoudite, La Syrie, l’Iran, la Libye et le Maroc  dispensent des enseignements salafistes ou wahhabites…. (Ce poison là est finalement partout en Europe… !)  Le Prune ( parti pour la renaissance nationale de l’Espagne), ne vise rien moins que la régénération éthique et morale de la société espagnole à travers l’islam, en fait le Prune veut fédérer le mécontentement des classes défavorisées autour d’un projet de «  société islamique », Bigre !  Les faits s’accumulent :
-La condamnation à mort d’une musulmane accusée d’adultère, rendue au nom de la charia en 2009. Cette femme ayant échappé à la lapidation doit vivre sous protection policière.-A -Lérida, en avril 2010 demande d’interdiction des chiens (animaux impurs) dans la rue et dans les transports
-Demande que les musulmans puissent prier dans les anciennes mosquées..
On envisage vraiment une reconquête. Bien que les heurts soient violents en Andalousie,  Zapatero vient d’accepter l’enseignement du Coran dans les écoles publiques… Entendra-t-on un jour le  muezzin à Séville ?
Les journalistes donnent ensuite la parole aux intellectuels qui militent pour qu’on puisse critiquer l’islam et ces derniers certifient que cette religion peut se  modifier, éternelle promesse toujours repoussée.
C’est à Dublin que se termine l’exposé. Là  le milliardaire Rachid al-Maktoum, ancien ministre des finances des Emirats Arabes Unis finance le Conseil européen pour la fatwa.  Dans quel but disperse-t-il autant d’argent pour la recherche ? Quelle recherche au juste ? Est-ce pour que les musulmans européens évoluent et s’intègrent dans chacun de leur pays européen? Pas du tout : « Nous réfléchissons pour 30 millions d’Européens. Mais personne n’a le droit de changer l’islam, nous fournissons simplement des recommandations sous le haut bouclier de la charia »…. Encombrante charia toujours omniprésente ! Pour ces messieurs : le voile est une obligation absolue pour toutes les musulmanes. (Il semble d’ailleurs qu’ils soient de plus en plus obéis en Europe où le voile explose). Les assistants de Hussein Halawa sont un algérien, un Anglais d’origine du Yemen et un Pakistanais et qui chapeaute tout cela ?  Youssef al- Qaradaoui frère musulman égyptien résidant au Qatar, interdit de séjour en Grande Bretagne qui justifie les attentats suicides : « arme qu’Allah a donné aux faibles contre les forts, compensation divine ».
Bien d’autres informations intéressantes dans cet article qui rappelle que c’est la question du Droit des femmes qui a fini par invalider la solution multiculturelle  européenne. L’islam bougera-t-il sur ce point de l’égalité des femmes et de la liberté de conscience ? Optimistes, nos journalistes veulent croire que la masse des musulmans viendra vers la modernité,  et que certains intellectuels pourraient faire que l’islam change peut-être un jour, mais ils déplorent que l’Europe ait préféré trop longtemps, et préfèrent encore dans certains pays, »ceux qui veulent islamiser la modernité », à ceux qui « veulent moderniser l’islam ».  L’islam doit-il bouger en terre d’islam d’abord avant de bouger en Europe ou le contraire?
De mon point de vue, pour moderniser l’islam il faut faire plier cette religion sur bien des points, il faut une réelle prise de conscience et une détermination du politique. A l’autre bout de la chaîne, comme un frein à tout cela, la riche et prodigue Arabie Saoudite tient la chose bien en main pour le rayonnement de son islam intégriste, donc ne rêvons pas et ne  soyons pas trop naïfs !
Chantal Crabère
(1°)France –Europe Pourquoi l’Islam fait peur N° 74 du 14 au 20 mai