Le journaleux Burgat : plutôt mentir que dire des vérités gênantes

Publié le 30 janvier 2018 - par - 18 commentaires - 2 836 vues
Share

Il y a deux jours, trois des quatre policiers que Théo Luhaka accusait de viol en réunion ont été réintégrés dans l’institution.

Aussitôt la famille Luhaka, famille au-dessus de tout soupçon – escroquerie en bande organisée, blanchiment d’argent à travers un système de détournement d’aides de l’Etat 687 000 euros dont 52 000 comme argent de poche pour Théo – donnait de la voix par l’intermédiaire de la sœur du violé imaginaire.

Eléonore Luhaka convoquait une conférence de presse sur les lieux du martyre de Saint Théo. «En réintégrant les policiers, quel message on envoie ?» glapit la soror dolorosa. «La réponse qu’ils nous apportent elle est très claire : on est “des rien du tout”. Est-ce qu’on est juste un défouloir pour les policiers ? Pour des frustrés ? Parce que là clairement c’est eux qui salissent la fonction et c’est eux qu’on réintègre», poursuivait sœur Eléonore. Cette décision a énormément affecté le bébé chéri. «Il y a un sentiment d’impunité qui est là ! En réintégrant les trois policiers, quel message on envoie à Théo ? Si ce n’est vouloir l’anéantir». «On a attendu les un an de l’affaire pour réintégrer les policiers. A un moment donné, il faut arrêter.»

C’est exactement ce qu’a dû se dire celui (ou celle) qui a fait parvenir la vidéo de l’arrestation de Théo Luhaka à Europe 1 : « A un moment donné, il faut arrêter».

Il faut arrêter de mentir, arrêter d’affabuler, arrêter de cogner sur les policiers – rappelons-nous que Hollande, Cazeneuve, Macron n’ont pas retenu leurs coups pour enfoncer les forces de l’ordre –, arrêter de nous prendre pour des lapins crétins.

A partir de là, ce matin, Pascal Praud dans L’heure des pros sur Cnews, a fait une partie de son émission sur l’Apollon noir d’Aulnay. L’occasion pour un des chroniqueurs attitrés de l’émission, Jean-Louis Burgat, de montrer une fois encore à quoi ressemble un journaleux de la presse mainstream, une voix de la médiagogie.

Devant la preuve par la vidéo, Pascal Praud, a proposé de marcher sur des œufs en prenant toutes les précautions oratoires possibles pour ne pas penser que le voyou black avait menti – pas de viol en réunion de la part des policiers, pas d’effeuillage de la racaille, pas de jeu de la matraque sciemment transformée en sextoy anal –, en refusant toute intrusion dans une explication de l’insécurité dans les banlieues, en rejetant toute analyse sur l’insurrection permanente de l’immigration envers les représentants de l’Etat, en oubliant ce qui s’est passé dans cette merveilleuse commune d’Aulnay-sous-Bois tellement riche de sa diversité – fusillades, agressions systématiques des policiers, barbecue humain dans des voitures.

Mais comment expliquer que les policiers, les pompiers, les médecins soient si souvent la cible de nos “chances-pour-la-France” dès qu’ils entrent dans les zones de non-droit.

On sent que quelques-uns des participants sont tentés par l’explication sociale : pas assez de subventions pour aider ces braves gens, manque de bibliothèques, de transports en commun, de cinémas, de travail… Toutes les excuses habituelles flottaient dans l’air, ballons de baudruche monocolores que personne ne voulait crever.

Et puis Charlotte d’Ornellas dont je regrette souvent le manque de répartie et de pugnacité a quand même réussi à placer un début d’explication de la haine de nos sympathiques CPF envers les Français. Elle était présente, dit-elle, au moment où les amis de Théo Luhaka manifestaient devant le palais de Justice de Bobigny, il y a un an. Les policiers étaient bloqués sur une passerelle. Ils se protégeaient comme ils pouvaient derrière leurs boucliers pendant que les potes de Théo les caillassaient. «Et qu’est ce que criaient les gens qui s’en prenaient aux forces de l’ordre? demande Charlotte d’Ornellas. “Nique la France”. C’est ça leur but. C’est évidemment l’Etat qui est visé et tous ceux qui le représentent

Burgat, ex Europe 1, RMC, France Inter, TF1, Canal, France 2 et 3, aujourd’hui chroniqueur pantouflard de la bien-pensance sur Cnews, s’en prend aussitôt à la journaliste de Valeurs actuelles : «Ce n’est pas ainsi qu’on arrivera à faire évoluer les choses.»

Ce que Monsieur Burgat veut dire, c’est que même quand on est témoin de l’échec consommé du multiculturalisme, de l’impossibilité du vivre-ensemble, il ne faut pas le dire, encore moins l’écrire.

Monsieur Burgat est un vrai journaleux français. Pour lui comme pour l’immense majorité de ses confrères, il est impératif de taire la réalité pour ne pas réveiller les Français de souche. Pour lui, la mission des journalistes est d’éduquer les foules à la bienveillance envers les migrants, d’ignorer les prédateurs et, pour cela, ils doivent s’interdire des sujets comme celui de la réalité de l’arrestation de Théo Lusaka et des mois de désinformation qui ont suivi.

Marcus Graven

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Fifi

« « L’émergence d’un islam de France cultivé constitue la vraie réponse ». Quel mépris ! Quelle suffisance ! Quel aveuglement ! Ainsi donc, pour M. Chevènement plus on serait un musulman « cultivé » plus on serait perméable à la laïcité, et inversement. C’est oublier un peu vite que parmi les terroristes islamistes, nombreux sont ceux qui ont un niveau d’études tout à fait honorable, en particulier d’ingénieurs.
« L’islam peut s’accommoder de la laïcité » affirme, péremptoire l’ancien ministre. Il s’agit d’une pétition de principe ne reposant sur aucun fait. Où et quand cette intéressante expérience a-t-elle été menée avec succès ? La réalité est que toutes les tentatives de laïcisation de l’islam ont été des échecs : en Turquie, en Irak, en Iran, en Égypte, etc. »

Fifi

Concernant ce que veut faire J.-P. Chevènement avec l’islam :
« Il est à craindre que nous ne soyons dans un déni de réalité s’appuyant sur une immense vanité : la laïcité à la française résoudra toutes les difficultés, pour la raison simple que ce concept est celui auquel adhèrent des hommes de la qualité de Jean-Pierre Chevènement éclairés par la lumière infaillible de leur raison. Cette raison n’excluant d’ailleurs pas une part de lâcheté mais aussi de complicité, disons affective, avec l’islam de la part d’un nombre grandissant de nos responsables politiques. » https://www.ndf.fr/poing-de-vue/15-01-2018/jean-pierre-chevenement-est-un-ideologue-dangereux/

Fifi

(suite2) Ce n’est pas non plus comme ce que veut faire l’Etat : de se soumettre ni plus ni moins à l’islam, que l’islam devienne plus ou moins officiellement religion d’Etat, pour l’encadrer en la finançant, comme ce que préconise Chevènement: «Ne peut-on pas donner un coup de pouce à l’islam ?» http://www.leparisien.fr/politique/jean-pierre-chevenement-l-etat-doit-donner-un-coup-de-pouce-a-l-islam-31-01-2018-7533840.php
Au contraire, l’Etat devrait montrer qu’il sait se faire respecter en matière de délinquance donc mettre les délinquants en prison (donc construire des places de prison) et expulser les délinquants dont c’est possible, qu’il réinvestisse les territoires perdus. Tout ce qu’il fait d’autres : de financer l’islam, de victimiser les délinquants etc… n’est que de la lâcheté

Fifi

(suite) ce n’est pas non plus en disant que les délinquants, quand ils sont d’origine d’Afrique du Nord ou du Sud, que s’ils font des actes de délinquance, qu’ils agressent, volent, violent, manquent de respect partout, c’est parce qu’ils sont des victimes de la société…
Bien au contraire, en les victimisant, on les alimente dans leur haine de la France, d’où que Charlotte d’Ornellas dit que les « gens » (jeunes délinquants des cités issus de l’immigration) qui s’en prenaient aux forces de l’ordre disaient : “Nique la France”.

Fifi

« chroniqueur pantouflard de la bien-pensance sur Cnews, s’en prend aussitôt à la journaliste de Valeurs actuelles : «Ce n’est pas ainsi qu’on arrivera à faire évoluer les choses.» »
Burgat parle comme un lâche… Alors que bien entendu que c’est en parlant clairement qu’on peut arriver possiblement à faire évoluer les choses, ce n’est pas avec l’idéologie dite bien-pensante, avec la porte ouverte à l’immigration, en disant que l’islam est une religion d’amour et de paix, en ne voulant pas voir la montée du fondamentalisme musulman, où 28% des musulmans pratiquent un islam « autoritaire » en révolte contre la société française dont 50% de jeunes http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/20-a-30-des-musulmans-utilisent-l-islam-pour-signifier-leur-revolte-selon-hakim-el-karaoui-7784896037

Raspoutin

Lui arrive-t-il parfois de sourire, à ce Monsieur Burgat ?

Carter

Encore un minable dans toute sa splendeur, dans toute l’étendue infiniment petite de sa médiocrité

dufaitrez

Burgat ira au Burgatoire du journalisme et des journaleux !
Un Théophile, Théocrasse !
Voire à l’Enfer pavé des mauvaises intentions…. Un pavé dans la g…, Oui !
CNews et Punchline prendre des cours de Français…

Pascal Olivier

Un an sans divulguer la vidéo. Le secret de l’instruction a bon
dos. Il fallait surtout contrebalancer l’immense mouvement des policiers
après la séquence de la grillade de Grigny Viry-Châtillon.

Zorglub

Burgat avec sa bouche en cul de poule et son air très docte, croit nous inculquer la bonne parole , alors que ce n’est un qu’un journaleux de plus ressemblant plus à une girouette , qui renifle surtout d’où vient le vent.

lafronde

Que peut-on attendre d’une Presse telle qu’elle est structurée ? La Presse imprimée est subventionnée, ce qui fausse la concurrence et retarde son renouvellement par la « destruction créatrice ». La campagne présidentielle a révélé un audiovisuel privé et public hostiles à la Droite. Ceci révèle l’échec du CSA dans sa mission : garantir le pluralisme de la Presse audiovisuelle, comme le stipule ses statuts, les cahiers des charges des opérateurs publics et privés, et notre Constitution. Cette alliance des progressistes politiciens et journalistes, serait inopérante si les moyens de l’Etat – CSA et budget – ne lui donnait un monopole politico-mediatique. Ce détournement de la puissance publique est avec le déficit chronique du budget de l’Etat, la grande fraude d’une République clientéliste.

JILL

Je croyais que la Burgat était interdite en France …

BALT

Concernant la plupart d’entre eux, à l’heure actuelle, c’est un pléonasme de dire que les journalistes sont des menteurs. Une télé (ou radio) Allemande vient d’avouer qu’elle avait délibérément augmenté le son des huées contre Trump à Davos.

Trannod

si eux pas content

eux partir de ce pays honni

sahsan.rosa

Ce monsieur Burgat a osé dire un matin dans l’émission de Pascal Praud qu’il
n’avait jamais autant vu de Kippotes dans la rue. Et combien de voilées Monsieur
Burgat voit-il? Je déteste ce type

schneiter

Burgat, la journalope, appelée aussi Jena Louis Burka…..

kabout

ce burgat c’est un vieux,trés vieux journaleux en fin de carriere voir de vie et doit dire la meme chose « tout va bien en France »,s’il devie de la trajectoire il est mis au placard et donc fini pour lui,ce sont des pauvres types sans interets.

julie

Son éminence a dû se prendre un pv alors qu’il se croyait au-dessus des lois.