Le journaleux Emmanuel Bedu dénonce un prêtre dans la rue à 22 heures !

L’article publié le 12 avril dans la NR de l’Indre ne se voulait pas a priori destiné à verser dans la christianophobie puisque son titre était :

Couvre-feu : l’Indre dit non, le Cher dit oui !

https://www.lanouvellerepublique.fr/chateauroux/couvre-feu-l-indre-dit-non-le-cher-dit-oui

La photo en exergue était vite explicite : (photo jointe)

Et la légende inscrite sous la photo allait enfoncer le clou :

Le jeune prêtre en soutane a remonté la rue à grands pas, une heure après le couvre-feu.

Vous vous rendez compte, alors qu’on ne rencontre plus guère d’hommes en soutane dans la rue, le journaleux de l’Indre Emmanuel Bédu en a dégoté un à Bourges, dans le Cher, et qui de plus se sauve presque comme un voleur puisqu’il se doit de préciser qu’il marche à grands pas (ce qui ne semble pas évident sur la photo !).

Pour ma part, à première vue, voyant la photo avant de lire la légende, j’ai pensé à un adepte d’une autre religion, de ceux qu’on retrouve plus couramment dans les rues, ceux dont les journalistes ne parlent que pour en dire du bien, adeptes qu’ils sont de la discrimination positive généralisée obligatoire. Idiote que je suis, cette idée n’aurait même pas dû m’effleurer car si un adepte de la religion qu’on dit d’amour et de paix s’était trouvé dans la rue à 22 heures, bravant le couvre-feu, on ne l’aurait pas su. Il n’y aurait pas eu de photo et il n’y aurait pas eu la chute subliminale donnée en conclusion, inattendue aussi, presque hors sujet si l’on considère le titre de l’article et sa teneur. Oui, que de lignes inutiles pour écrire que de 21 h (heure du couvre-feu) à 22 h, il n’y avait trop rien à signaler dans la ville calme pour en arriver en conclusion à un petit vomi de haine bien tassé, que le journaleux a pris le soin de bien « lécher » si l’on s’en réfère au style et que je livre intégralement :

Au loin des talons résonnent sur le pavé. Des talons aiguilles ? Le bruit se rapproche. Il est tout à la fois près et lointain. Nos repères sonores sont chahutés. Les talons étaient finalement encore loin. Enfin, ils arrivent à notre hauteur. C’est un jeune homme en soutane. Vous savez quelle heure il est ? lui demandons-nous. Oui, je sais j’ai une heure de retard mais c’est la Semaine Sainte et nous nous sommes réunis entre prêtres pour une cérémonie. Mais là, je rentre chez moi.

Le pas est déterminé et nous le regardons s’enfoncer dans la rue éclairée à la Brassaï. Et tandis qu’il disparaît, nous repensons à ses mots Nous nous sommes réunis… Une réunion ? Mais c’est interdit ? Sans doute se croit-il béni d’un Dieu, pour tant d’incivilités. Sans doute aime-t-il moins son prochain que lui- même.

Vous savez quelle heure il est ? La question ou plutôt l’apostrophe inquisitoriale a de quoi surprendre, car c’est celle qu’on pourrait admettre venant d’un policier dans le cadre de ses fonctions. Journaliste et flic : quelquefois, la confusion des genres ne gêne pas ! Mais pas si con que ça quand même, le journaliste, car je doute bien qu’il se soit aventuré à poser la même question n’importe où et à n’importe qui… au risque de subir des injures, des crachats, des coups et même pire. Mais là, un jeune prêtre en soutane, dans le centre-ville… ça vous donne un courage  à toute épreuve ! Et allons-y même de le ridiculiser et de parler à son propos de bruit de talons aiguilles… qui résonnent sur le pavé : quelquefois donner à entendre la confusion des genres, ça ne gêne pas non plus, surtout en parlant d’un membre du clergé !

En tout honnêteté, le jeune, répréhensible surtout d’être prêtre, alors qu’il y en a de moins en moins, et en soutane alors qu’il y en a de moins en moins qui la portent, de répondre et d’expliquer en toute vérité le pourquoi de son retard à être encore dans la rue : … c’est la Semaine Sainte et nous nous sommes réunis entre prêtres pour une cérémonie. Mais là je rentre chez moi… et le voilà parti. Et le journaleux de cogiter, car au cas où on l’oublierait, les journalistes sont parfois des têtes chercheuses qui ne se contentent pas de relater des faits en toute objectivité, ce sont aussi des têtes pensantes avec un cerveau qui penche à… (à chacun en toute intelligence de compléter), et eurêka ! il a trouvé la faille : une réunion ? Mais c’est interdit ? Et pour terminer la flèche finale lancée contre le jeune pécheur : Sans doute se croit-il béni d’un Dieu, pour tant d’incivilités. Sans doute aime-t-il moins son prochain que lui-même.

Ce jeudi 11 mars, date du délit, notre censeur, qui battait le pavé dans la nuit à Bourges, issu du camp autoproclamé de la bienséance et de la juste pensée surtout pas trop catholique ignorait forcément que nous étions le Jeudi Saint et qu’à la messe, ce soir-là, on commémore la Cène, dernier repas que Jésus a pris avec ses disciples : ce jeune prêtre venait-il tout simplement de participer à cette messe ? À ma connaissance, les messes ne sont pas interdites actuellement. Le ministre du culte peut célébrer un office, certes sans paroissiens, mais il peut être assisté de quelques personnes…

En 1880, le socialiste Jules Ferry disait : « La République est perdue si l’État ne se débarrasse pas de l’Église ». L’Église est toujours là et malgré son influence limitée après 1905, beaucoup voudraient toujours encore avoir sa peau. Exemple actuel : depuis plus d’un mois, il est à noter que les faits de délation se sont propagés en même temps que la propagation du virus. Et beaucoup de corbeaux, en particulier, ont dénoncé des messes soi- disant au prétexte qu’elles étaient clandestines alors qu’elles avaient été déclarées.

La semaine Sainte des catholiques est passée, les cafardeurs vont pouvoir dormir, ils n’entendront plus ou beaucoup moins la musique de l’harmonium si dérangeante. Nous entrons dans le mois du ramadan ?… pas de problème, tout va bien se passer. Et si ça se passe mal, que la loi n’est pas respectée ? On vous le dira un peu… mais surtout pas beaucoup ! Interdiction en France d’être islamophobe mais vous avez le droit d’être christianophobe, ce n’est pas un délit ! Les mosquées se remplissent de plus en plus tandis qu’on cherche de plus en plus de griefs pour vider les églises. Il me revient en mémoire les mots prémonitoires de Châteaubriand en 1840 : « Détruisez le christianisme et vous aurez l’islam »!

Françoise Lerat

image_pdf
0
0

30 Commentaires

  1. Faudra pas oublier de la mettre sur la liste des « nuisibles à neutraliser avec extrême préjudice » lors de la révolution.

  2. Ça ne m’étonnerait absolument pas qu’Emmanuel Bedu ait accosté ce prètre en soutane pour lui proposer de l’argent pour pouvoir lui sucer le pommeau et que le prètre l’ait envoyé balader… Je ne dis pas que tous les Emmanuels sont homosexuels (même si les 2 mots riment), je veux dire que certains le sont comme Emmanuel Bedu et Emmanuel……

  3. Que faisait donc le journaleux dans la rue, après le couvre-feu ?

  4. La France n’est pas malade, elle n’est pas seulement morte, elle est en putréfaction avancée et une grande quantité de vermine, la plupart des descendants de gens recueillis avec générosité par la France par le passé, grouille sur son corps décomposé. La gratitude du scorpion. Le reste de la populace inculte et con comme un manche ne veut pas en entendre parler, car y zont dit à la télé que c’est pas bien

  5. Salop de journaliste pourri ! que faisait il, lui, dehors accompagné puisqu’il dit  » nous  » ? il mérite la corde, non pour ça ,mais pour délation ce salop !!! Sortons tous…….

  6. Aucune avanie ne sera épargnée au catholicisme par des journaleux bas de gamme prêts à toutes les ignominies pour faire carrière ou simplement faire du zèle au service du mondialisme.

  7. Encore un journalope bien dans son rôle de délateur.
    A ajouter sur la liste des comptes à rendre.

  8. RL devient de moins en moins crédible et à peur de la vérité avérée.

  9. Curieux qu’il y ait de plus en plus de conn…ds chez les journalistes, oui enfin, plutôt pisse copies que journalistes.

  10. Où habite ce Bedu (ancien bedeau ?) qu’on aille lui parler du pays ? Mais il officie(sic) dans ce beau et bon quotidien qu’est la Nouvelle Ripoublique du Centre-Ouest appartenant à la famille de la non moins belle(sic) et bonne (resic) journaleuse Nathalie Saint-Cricq qui officie elle sur la TV France 2, et ceci explique cela. Berrichons, Poitevins, Blésois, Tourangeaux, désabonnez-vous de ce cloaqueux canard !

  11. Grand merci à ce jeune prêtre de remplir sa belle mission dans toutes les circonstances…s’il est appelé auprès d’un mourant du Covid, il ira aussi!

  12. HS Une promeneuse se fait violer, le département du 93 condamne l’incivisme de la femme et du violeur qui ne respectent pas le confinement https://www.fdesouche.com/1367261-seine-saint-denis-une-promeneuse-a-ete-violee-dans-un-parc-a-aulnay-sous-bois
    Pour ces gens, la faute revient à la femme violée car elle est sortie. Pour eux, en tant que prisonnière/ »confinée », elle n’avait droit qu’à une heure de sortie autour de chez elle, à concurrence d’un km et elle ne pouvait pas se promener dans un parc, ce qui est devenu interdit pour les Français.
    Ceux du Conseil départemental considèrent que le violeur est à part égal en faute par rapport à sa victime qu’il a violée car lui aussi se « promenait » dans le parc. Le viol qu’il a commis, pour le Conseil départemental, c’est totalement secondaire.

  13. Maintenant que le gouvernement a fait une dictature pure et dure sous prétexte de ce virus, il s’en torche encore plus qu’avant des lois, il persécute ceux qu’il veut persécuter et les considère comme ses prisonniers. Voilà où on en est.

    • Enfin, ces voyous au pouvoir créent des lois pour eux (« on n’est jamais mieux servi que par soi-même »), les plus immorales, les plus nuisibles pour les Français, et quand il n’y en a pas une qui existe sur le moment et adaptée à ce qu’ils veulent, ils passent outre. Ces voyous en créeront une sur-mesure plus tard pour pallier à ça puis les feront appliquer selon ceux qu’ils persécutent ou pas.

  14. Et il est fier de lui ce délateur… Cet anti-chrétien a tellement l’habitude de sucer ces maîtres. Il n’aurait bien entendu jamais fait cette délation pour d’autres religions.

    HS Toulouse : elle installe une banderole « Macronavirus » devant sa maison et finit en garde à vue pour «offense envers le chef de l’Etat»
    https://www.fdesouche.com/1367301-toulouse-elle-installe-une-banderole-macronavirus-devant-sa-maison-et-finit-en-garde-a-vue-pour-offense-envers-le-chef-de-letat

    Les Français sont tenus d’encenser Macron comme tous les journalopes… A savoir qu’en plus de ça, ce délit n’existe plus donc c’est illégal qu’ils lui ont demandée d’enlever cette banderole, la GAV l’est aussi donc, et il y a une ouverture d’enquête sur une base de quelque chose qui n’existe même pas…

    • De toute façon, absolument tout ce que fait subir le gvt aux Français est illégal. Il les considère et les traite comme des prisonniers.
      Il ne se gêne plus du tout car il voit que les Français sont majoritairement mous car acceptent tout, et en plus, il y a une volonté du gvt de les détruire dans tous les domaines.

      Il faut que les Français comprennent, pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, qu’on est en dictature (les lois, ce gvt de voyous, il n’en a rien à foutre, ils s’en torchent avec), et qu’ils sont persécutés pour ce qu’ils sont : chrétiens/Français de souche/blancs.
      Il faut que de plus en plus de Français comprennent que ce gvt leur veut du mal.

      Que les Français n’hésitent pas à sortir quand ils en ont envie, notamment aussi à voir la famille ect…

  15. Rien dans cet photo ne fait penser a un Curé. Promenant sa soutane pour l’aérer ! ?

  16. Les fantômes de Drieu La Rochelle ou de Jean Luchaire sont de retour !

    • ah non ! les tondeurs de la libération , résistants de la 25è heures, s’en sont pris à des faibles femmes, incapables de réagir, alors qu’ils saluaient les nazis du temps où ils étaient forts

  17. À ce stade ce n’est même plus un journaleux, c’est une journaclure !
    Ce n’est même plus un article tendancieux, c’est un ignoble dégueulis.
    Que cette cette espèce de minable, de lâche aille maintenant faire la police dans les quartiers pour le ramadan, et même le reste de l’année, pour leur demander s’ils se croient bénis d’un dieu pour se permettre tant d’incivilité (sans parler des délits, des agressions, des crimes, du fait de pourrir la vie des européens du matin au soir et du soir au matin…).

  18. Et les journalistes que faisaient-ils dans la rue après le couvre-feu ?

  19. Merci pour cet article ! On nous a toujours appris qu’il n’y avait rien de pire que ces dénonciations par voie de presse qui fleurissaient sous l’occupation allemande. Bedu est digne des journalistes de Je suis partout, de Gringoire et de la Gerbe. À ceci près que ces derniers risquaient leur peau et que Bedu, lui, ne risque rien.

Les commentaires sont fermés.