1

Le Kalifat se serait il emparé du CRIF ?

J’ai trouvé absolument choquante et injuste la façon dont Monsieur Kalifat, Président du CRIF, le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (son président devrait songer à changer de patronyme !), a déclaré Marine Le Pen persona non grata lors de la marche blanche en hommage à Mireille Knoll. Le fils de la victime, qui est au moins aussi qualifié que le Président du CRIF, a eu une attitude autrement digne.

Les lecteurs de Riposte Laïque devinent que je suis, comme beaucoup d’entre eux, sympathisant du Front National. Je n’en suis pas formellement membre, mais j’y ai des amis et je connais assez bien le milieu des militants FN. A la limite, on pourrait dire que j’en suis également un, à ma manière, principalement numérique, épistolaire et comme auteur de billets d’humeur.

Les gens qui me connaissent savent que, nonobstant mon engagement dans la droite dite extrême, je suis très favorable à Israël et à la communauté juive de France, que je considère comme partie intégrante et valorisante du Peuple Français. Alors que je n’en dirais pas autant de la communauté musulmane. Et voilà une bonne quarantaine d’années que je me tue à dire à mes amis juifs que l’augmentation folle de la population musulmane en France est un danger pour eux. Ils savaient bien que j’avais raison, mais la plupart avaient un blocage, de solidarité entre minoritaires sans doute, pour le reconnaître ouvertement. Je suis tristement heureux de voir que leur parole se délie de plus en plus devant l’évidence.

S’agissant du Front National, je rappelle ce que tout le monde sait, c’est-à-dire qu’outre l’évidence que Marine Le Pen n’est pas responsable des anciens propos de son père, elle a fait de gros efforts, depuis qu’elle en est présidente, pour nettoyer son parti des scories antisémites. Qu’il reste des antisémites cachés au FN, comme dans d’autres partis d‘ailleurs, est vraisemblable, mais ce n’est plus dans son ADN, comme ses détracteurs aiment tellement le dire. Et aujourd’hui, l’antisémitisme est beaucoup plus le fait de l’extrême-gauche, unanimement favorable aux Palestiniens, et qui n’a pas abandonné le cliché du juif capitaliste, banquier et exploiteur, que de la droite dite extrême. Quant à la communauté musulmane, elle est antisémite depuis Mahomet et celle qui s’est installée en France l’est résolument dans sa totalité et fanatiquement pour une bonne part. Les discours du style Philippe Val, Laurent Neumann, journaliste bien connu de BFM-TV, et, bien sûr, la langue de bois de la plupart de nos dirigeants politiques sur « l’éducation » me paraissent totalement iréniques et n’ont aucune chance de rien y changer. La seule chose efficace serait que la communauté musulmane résidant en France soit démographiquement très minoritaire et, de ce fait, en revienne à une attitude modeste. Le moins qu’on puisse dire est qu’on n’en prend pas le chemin !

En rejetant la Présidente du FN, et ses militants à travers elle, le CRIF crée un sentiment d’injustice qui peut engendrer un ressentiment à l’égard de la communauté juive. J’espère que ce ne sera pas durablement le cas. Sinon, outre le fait que son président ne s’est pas grandi moralement par ses propos, il aurait commis une lourde faute politique.

Eric Lhullier