Le livre noir de la gauche française, de Xavier Moreau : la trahison permanente

Chacun connaît « Le livre noir du communisme ». Ce récit des crimes, terreurs, horreurs et répressions. C’est un ouvrage rédigé par un collectif d’universitaires dont faisait partie Stéphane Courtois, ex-communiste lui-même, et qui fut publié en 1997 aux Éditions Robert Laffont.

Ces jours-ci paraît un autre livre noir, celui de la gauche française qui plonge ses racines mortifères dans la Révolution de 1789, et singulièrement celle de 1792, avec la Convention. Le fameux « faire table rase du passé » quitte à tout détruire comme le « populicide » vendéen dénoncé y compris par l’initiateur de l’embryon communiste Gracchus Babeuf.

Je sais qu’il existe des « romantiques » se disant socialistes, des amoureux de Robespierre, de Saint-Just et autres bourreaux du peuple de France, qui ne liront jamais cette rétrospective des crimes de cette gauche qui, au nom de cette table rase, auront trahi ce peuple de France en avalant tous ces discours bienveillants de ces représentants de la « République ».

N’étant pas adepte de cette République, puisque bonapartiste, j’ai pu, en lisant ce livre, réaliser à quel point, même si c’était  confusément, moi le petit ouvrier à l’origine, combien j’avais raison de me méfier de cette engeance gauchiste.

Pourtant, tout au long de ma vie associative, syndicale, politique, j’en ai vu et entendu de ces « intellectuels » venus de cette gauche « humaniste » nous expliquer que sans la gauche, point de salut.

Exit les crimes sanglants des révolutionnaires de la Convention. Il paraît que c’était important de massacrer les « importants » à la guillotine, les noyer à Nantes, et massacrer des dizaines de milliers de Vendéens car il fallait sauver la France et sa révolution et surtout, sauver cette déclaration de guerre faite aux monarchies de l’Europe pour, disaient-ils, éclairer les peuples.

Exit les différentes tentatives de restauration des monarchies, y compris celle du génial Napoléon Bonaparte, victime des coalitions financées par la perfide Albion et trahi par ce maudit Talleyrand et aussi, pour celles qui suivirent, avec la bêtise abyssale des tenants d’une monarchie qui voulait restaurer l’impossible monarchie absolue comme Charles X.

Exit le roi des Français Louis-Philippe, ce roi bourgeois qui a pu constater, de son lieu d’exil en Angleterre, que la République pouvait fusiller le peuple sans gêne aucune.

Exit Napoléon III, notre dernier souverain, l’un des plus géniaux que nous avons eu, et qui fit de la France la première puissance industrielle d’Europe à défaut d’avoir pu réaliser la première armée d’Europe du fait de ces élus républicains qui ont sabordé la réforme militaire lors de l’Empire libéral.

La Troisième République ne prépara pas plus notre armée pour la Première Guerre mondiale face à un Empire allemand mieux équipé, mieux armé. La gauche avait préféré, contrairement à la droite déclarée revancharde, coloniser l’Afrique au nom des Lumières. Souvenons-nous de ce discours à l’Assemblée nationale de Léon Blum du 9 juillet 1925 :

Nous admettons qu’il peut y avoir non seulement un droit, mais un devoir de ce qu’on appelle les races supérieures, revendiquant quelquefois pour elles un privilège quelque peu indu, d’attirer à elles les races qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de civilisation.

La gauche d’hier n’avait pas comme aujourd’hui ces pudeurs de vierges effarouchées. La gauche était raciste et ce racisme se mesurait à l’aune de l’avancée technologique et de la création intellectuelle du moment, il faut bien le dire.

Il n’est pas faux de dire que les roitelets africains de l’époque ne rechignaient pas à rendre esclaves leurs voisins captifs, à les sacrifier en masse lors de fêtes, et même parfois, à les déguster au court-bouillon ou rôtis.

Il n’en reste pas moins que la Troisième République tout comme la Quatrième République furent des catastrophes pour la France.

Aujourd’hui, elle crache sur Philippe Pétain par exemple, mais avant-guerre, elle le considérait comme un héros, c’est même la gauche, à travers le Front Populaire, qui lui a donné les pleins pouvoir. Un Pétain qui eut comme ministres des radicaux-socialistes.

Aujourd’hui, la gauche socialiste et communiste se déclare résistante. Elle fait croire à tous les Français qu’elle fut quasiment à Londres à la première heure, et passe sous silence ses compromissions, sa collaboration. Le Parti communiste aura ouvertement collaboré avec les nazis jusqu’en juin 1941.

La gauche aura toujours été une verrue. Souvent un abcès purulent à certaines périodes de notre histoire. De fait, elle a privé les enfants de France du nécessaire roman national. Il se trouve que nous avons des générations de Français totalement coupés de leur histoire et qui pensent que l’histoire est ringarde.

Les jeunes Français nés après 1970 ne comprennent pas l’attachement charnel qu’ont leurs parents connaissant ce roman national, leur patriotisme, leurs amour du drapeau, en dehors des match de foot. Sans compter l’arrivée massive d’immigrés et la venue de leurs enfants biberonnés à l’amour d’un pays d’origine qui ne voient dans la France qu’une caisse d’aides sociales, de logements bon marché, avec une prise en direct, au jour le jour, à travers les paraboles, aux pays d’origines. Ce qui fait que des immigrés, naturalisés Français ou non, ne comprennent pas la langue française, ni les us et coutumes d’un pays dans lequel ils vivent depuis des dizaines d’années.

La gauche est responsable. La droite dite républicaine est responsable également. Depuis quarante ans, de Mitterrand à Macron en passant par Chirac, Sarkozy, et Hollande, tous sont responsables.

Ce n’est pas madame Le Pen, d’une droite gauchisée, qui a tourné le dos aux dénonciations faites avec outrances certes, par son père, qui va sauver le pays.

Ce n’est pas madame Pécresse qui se veut une planche de salut, alors même qu’elle est, au contraire, le summum de la mayonnaise.

Aux Français, aux électeurs de bien réaliser que c’est cette gauche vermoulue, celle qui aura tout trahi, qui doit absolument rendre gorge. Les électeurs doivent aller dans le bureau de vote avec à l’esprit ce mot de Murat face aux Cinq-Cents de Saint-Cloud : « foutez-moi ça dehors ».

Gérard Brazon

image_pdfimage_print
16

17 Commentaires

  1. Il y a une grande confusion : confondre la gogoche et le socialisme. La gogoche s’est construite de manière parfaitement indépendante à la question du socialisme

    Celui-ci est apparu plus tard, indépendamment du clivage qui opposait la droite royaliste, conservatrice et la gogoche progressiste et libérale qui œuvrait pour la reconnaissance des libertés individuelles.

    Le socialisme était étranger à cette problématique-là. Ce n’est que par un jeu d’alliances historiques que la gogoche et le socialisme ont entretenu des liens.

    La gogoche est redevenue ce qu’elle était dans son essence : non pas un mouvement politique préoccupé par la condition des classes populaires, mais un mouvement idéologique philosophique préoccupé par le progrès des libertés individuelles [la triplette homme/femme/chien mariée qui achète le gode bébé gpa]

    C Robin traduit

  2. Sur le colonialisme gogocho écouter Guillemin (youtube où):

    http://www.rts.ch/archives/tv/culture/dossiers-de-l-histoire/3436298-debut-du-colonialisme.html

    Intéressant passage sur les « concessions coloniales à dividendes garantis » réservé aux petits copains de la caste gogochonne. Pareil que nos éoliennes, photovoltaïque et pseudo producteur d’électricité qui vivent en pillant le contribuable où Edf

    « L’État a été l’instance superstructurale de la répression capitaliste. C’est pourquoi Marx le dénonce. Mais aujourd’hui, avec la mondialisation, le renversement est total. Alors que l’État-nation a pu être le moyen d’oppression d’une classe par une autre, il devient le moyen de résister à la mondialisation. C’est un jeu dialectique. » Clouscard

  3. Voilà un livre qu’il convient de promouvoir de toutes les façons possible, de faire circuler auprès du plus grand nombre.
    Offrir un exemplaire de ce livre à un collègue de gauche pour son anniversaire serait une idée savoureuse, ma foi.

  4. A propos, il n’y avait pas un certain Jean Robin qui avait écrit un « Livre noir de la gauche » qui était un recueil d’éléments factuels ? J’en avais vaguement entendu parler à l’époque. En passant, cela fait un bail qu’on n’a plus de nouvelles de cet individu, serait-il rentré dans le rang ?

    • Non, il vit sous le soleil de Tahiti et poursuit sa nouvelle marotte contre le régime chinois. Bien loin de la métropole envahi par les islamistes aidés par les complices de cette gauche pourrie. On ne va pas lui reprocher de profiter de la vie tant qu’il ne poursuit pas de sa haine viscérale Riposte-Laïque (sourire)

  5. la goche est devenue islamogauchiste et la droite molle est devenue islamo-compatible
    une seule réponse valable et efficace, alleZ voter

  6. la gôche c’est : « Donne moi ta montre Rolex, je te dirais l’heure. »
    Pas mieux pour l »droiche ! »

    • Un grand spécialiste des montres de luxe est Julien Dray qui sévit sur CNEW et ne cesse de nous donner des leçons
      Idem pour Karim Zeribi de gauche aussi, condamné pour abus de biens sociaux qui lui aussi, sur CNEW, donne des leçons de maintien
      Il y a vraiment de curieux politiciens qui ne savent pas fermer leurs clapets, mais il est vrai que personne sur CNEW ne leur rappelle leurs écarts judiciaires

    • Un grand spécialiste des montres de luxe est Julien Dray qui, il y a quelques années avait défrayé les chroniques judiciaires. Il sévit et donne des leçons de morale sur CNEW
      Idem pour Karim Zeribi qui lui aussi a même été condamné par la justice pour abus de biens sociaux. Donneur de leçons également sur CNEW.
      Décidément….

    • Julien Dray socialiste qui sévit sur CNEW est un grand spécialiste des montres de luxe. Il fût épinglé judiciairement, en son temps sur ce sujet.
      Idem pour Karim Zeribi autre donneur de leçon de la gauche pourrie qui a été condamnée pour abus de biens sociaux qui lui aussi sévit sur CNEW
      Après, cette gauche dira que CNEW est « d’extrêême droaate » Trop drôle

  7. melenchon n’est pas du tout interesse par la presidence francaie,,son role d’opposant lui suffit largement ,, il lui apporte fric ,belle vie et nanas (beurettes),,d’ailleurs il est millionnaire,,tout ca grace a la democratie ripoublicaine

  8. Response à Sith le rouge :
    Ton charabia est incompréhensible. En fin de journée avant d´aller au dodo,
    fatigué par une journée d´oisif , tu devrais attendre le lendemain matin
    pour écrire des idées qui tiennent la route. La nuit porte conseil.
    Suédois des Cévennes

  9. Le gros problème est qu’ils tiennent les manuels d’histoire, le CNRS, et le milieu universitaire.
    Nous sommes coincés entre les suicidaires et les islamistes.
    La route sera longue…

  10. Si je lis bien l’article fantaisiste de Gérard Brazon, le « génial » Napoléon III avait bien préparé l’armée française pour la glorieuse bataille de Sedan en 1870 alors que la IIIe République l’avait très mal préparée en 1914, ce qui a aboutit au désastre de la Marne.

    Merci pour ce moment. 🤣🤣🤣🤣

  11. La droite, c’est pire. Mais il faut bien se trouver un bouc émissaire pour masquer ses turpitudes. Si vous croyez que des gens qui ne sont pas adeptes du simplisme gobent vos salades manichéennes, vous rêvez. Quand on est capable de dire que la nazisme et le fascisme sont de gauche, c’est qu’on est au niveau zéro de la réflexion mais par contre au top en matière de propagande. Goebbels ne vous aurait pas renié. Et vous auriez inspiré Orwell.

Les commentaires sont fermés.