Le maire de Bagnolet est le digne successeur de Doriot et Clamamus

Publié le 2 juin 2013 - par - 2 011 vues
Share

L’article de Caroline Alamachère sur la « madrasa » clandestine de Bagnolet, paru dans Riposte laïque, m’amène à comme le disait feu Derrida à « contextualiser » cette histoire banale de la charia qui s’installe en banlieue parisienne et ailleurs grâce à la gauche et notamment au Parti communiste français (ou ce qu’il en reste).
http://ripostelaique.com/bagnolet-le-maire-pcf-tolere-une-madrassa-illegale-avec-directrice-niqabee-et-fillettes-voilees.html

Le maire de Bagnolet Marc Everbecq, qui paraît-il est communiste, laisse scandaleusement s’installer une école coranique clandestine dans sa commune, accueille dans sa bonne ville les assises des Indigènes de la République, et jumelle Bagnolet, avec Chatila, camp de réfugiés palestiniens à Beyrouth.Il soutint la « flottille de la paix » et fait du tourisme en Palestine avec l’Association des Jumelages. Il entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes de France, le compte rendu de cette visite en « Palestine » à laquelle il participait est particulièrement édifiante, en voici une partie de la déclaration finale :

Une délégation a séjourné du 12 au 16 février 2005 en Palestine à l’initiative de l’AJPF (Association des Jumelages entre les camps de réfugiés palestiniens et les villes de France), et : du maire d’Aubervilliers, Pascal Beaudet du maire de Stains, Michel Baumale, du Maire de Bagnolet, du Secrétaire général du MRAP, Mouloud Aounit, des élus de la Courneuve, de Bagneux, de Mitry-Mory, de Villers Saint Paul, d’un représentant du syndicat FSU, de militants associatifs.
La délégation qui a séjourné du 12 au 16 février 2005, première depuis la rencontre de Sharm El Cheick a voulu se rendre sur place pour évaluer sur le terrain, les chances de Paix. Elle a tenu à rendre hommage au Président Arafat à l’occasion d’une cérémonie à la Mukata, en présence des autorités palestiniennes. (…)

Quand il ne va pas faire du lèche-babouche en Palestine, le maire de Bagnolet s’attire les moqueries des Verts de Bagnolet, qui publient sur leur blog une interview publiée dans le cahier Seine-Saint-Denis du « Le Parisien » du mercredi 7 mars 2012, pimentée de quelques commentaires délicieux. Ainsi, « au lieu de nous parler budget Marc Everbecq s’enferme dans son délire : deux tours de 200 mètres de haut, un téléphérique, un stade sur les toits, etc., »

http://www.bagnoletenvert.com/article-au-fou-l-interview-choc-de-marc-everbecq-dans-le-parisien-d-aujourd-hui-101026986.html

En 2009, sur son blog, un Bagnoletais pose une question sur le terroriste franco-palestinien « Salah Hammouri » dont Everbecq demande la libération, voici la réponse qui se passe de commentaires.
http://sayablog.free.fr/wordpress/?p=118

Pour défendre son poste, le maire de Bagnolet emploie les arguments soi-disant « anti-sionistes », mais en réalité antisémites de ses amis palestiniens, et ce pour se donner une vertu auprès d’une partie des électeurs musulmans, ceux qui sont pro-palestiniens, et recueillir ainsi pieusement leurs voix, comme le font désormais tous les élus communistes. Le maire de Bagnolet, comme tous les élus communistes, flatte l’électorat musulman, et passe sous silence le rôle des juifs dans la création du parti communiste français, dans la résistance aux nazis durant la guerre, rappelons nous que le bras armé du PCF à partir de 1941, et bien avant la création des FTP, fut la M.O.I qui était composée à 95 % de juifs, que sur l’affiche rouge sur les 23, 19 étaient juifs).
Le maire de Bagnolet, renoue avec cette madrasa clandestine, avec son antisionisme, avec les réflexes de feu un grand dirigeant de la fédération de la Seine du Parti communiste français et du rayon de Saint-Denis : Jacques Doriot ou même d’un Clamamus, maire communiste de Bobigny qui se mit au service des allemands.
Que ce soit à Bagnolet, aux Lilas et dans tout le 9-3, c’est la dérive immigrationniste de tous les élus, et la qualité des populations issues de la diversité : richesse de ce département, ce sont les centaines de millions d’€ dépensés en vain pour des rénovations à refaire tous les deux ans,
Le maire de Bagnolet, n’est que le digne continuateur des Doriot, Clamamus et autres, de ceux qui sacrifièrent l’amour de la France aux bénéfices de leurs petits intérêts. Cette madrassa clandestine avec le menu sans porc des cantines et les accommodements avec les « niquabées » n’est que la pointe visible de l’iceberg immigrationniste à Bagnolet comme dans l’ensemble de notre pays.
Tous ces élus de gauche, comme de droite, oublient que le jour où les « frères de l’UOIF » n’auront plus besoin d’idiots utiles comme eux, ils les remplaceront.

Lazare Zylbergleitt

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.