Le marché aux préPuces

Publié le 17 juillet 2012 - par - 1 316 vues
Share

J’appartiens à une religion pas encore très répandue mais stricte sur beaucoup de sujets et en plein développement, le Digitisme. Ainsi, ma religion interdit absolument de montrer du doigt son contemporain. C’est impoli, et surtout stigmatisant à l’excès. Donc, on ne montre pas du doigt. Mais comme ce geste est très tôt appris dans la petite enfance, Satan n’étant jamais en retard pour les mauvaises manières, nos prêtres de type chamane qui sont des savants de la nature mais aussi de la parole divine nous ont transmis leur savoir et les oukases célestes selon lesquels il est impératif dans la semaine suivant la naissance de l’enfant de couper son index droit. En plus, avantage non négligeable, on reconnaît ainsi notre appartenance et, le sachant, ceux qui ne sont pas encore de notre religion s’interdisent de nous montrer du doigt. S’ils le faisaient quand même cela pourrait leur coûter très cher.

On a ainsi réussi à faire plier les mécréants qui doivent désormais accepter un certain nombre de nos rituels et se soumettre à certains de nos interdits. Nombre de ces mécréants ont fait mine de ne s’apercevoir de rien pour ne pas nous stigmatiser mais ils ont toujours leur index et il faudra bien qu’un jour ils suivent notre voie juste. Pour l’instant nous les appelons nos imbéciles heureux (parfois appelés idiots utiles). D’autres mécréants essaient de riposter, mais ils sont tenus en échec par ceux dont je viens de parler qui font mine de ne rien voir ; ils sont tenus en échec aussi par les GO ou GC, gentils organisateurs ou collaborateurs qui nous aiment parce qu’ils resteront au pouvoir si personne ne peut les montrer du doigt. Donc nous sommes une communauté qu’il est interdit de mettre à l’index, interdit de stigmatiser.

De toute façon, c’est aussi une question d’hygiène  avec un  doigt de moins à laver, un  doigt de moins pour les péchés. Il y en aura toujours assez de neuf qu’on est bien obligé de conserver en raison de l’usage pratique des métiers. Mais ces neuf-là exigent une surveillance de tous les instants. Les gants en forme de moufles sont d’ailleurs des instruments sacerdotaux de notre religion révélée. Les mains hors des draps sont une marque de respect et de bonne éducation de notre Digitisme. Il y a bien des esprits malfaisants qui blasphèment sur la prétendue utilité de l’index. D’autres qui suggèrent que l’enfant choisisse à sa majorité  sa religion et décide plus tard de montrer ou de ne pas montrer du doigt ! C’est nier la réalité et les droits de notre communauté !

De méchants esprits nous disent que d’autres religions ont renoncé à tout acte et toute amputation définitive sur un être n’ayant pas donné son consentement. Ils disent que les catholiques ont su remplacer la très ancienne coutume cannibale visant à s’approprier les qualités du défunt en le consommant par une simple eucharistie, le pain et le vin symbolisant la théophagie. D’autres religions s’obstinent encore, jugeant l’oeuvre de Dieu imparfaite, à trancher le prépuce sous prétexte d’hygiène ou raison médicale dissimulant le but réel de rendre le gland cartonneux et moins sensible, de limiter aussi la coulisse de la peau et subséquemment le plaisir solitaire. Déjà il y a du nouveau se réjouissent les méchants esprits. Après la circoncision par le rabbin (mohel), celui-ci devait prendre le sexe du garçon dans sa bouche pour en recracher le sang. Cette tradition s’est perdue pour des raisons d’interprétation et de suggestion inadéquates.  Il en est parait-il qui pratiquent encore le rite primitif de la peri’ah metsitsah. Des très traditionnalistes. 

Les méchants mécréants suggèrent de remplacer l’acte de circoncire par un simple geste symbolique  comme un maniement de couteau dans les airs. Mais ce n’est pas demain la veille. Supprimer  l’index, le bout de peau, exciser ou scarifier sont des façons de signer définitivement l’appartenance à une communauté, appartenance dont on ne pourra pas sortir. Ne dit-on pas d’un enfant qu’il est catholique, protestant, musulman, juif ou bouddhiste alors qu’il ne parle pas encore ?

On ne dit pas d’un gosse qu’il est UMP, centriste, socialiste, mélenchoniste ou ultra-libéral. Pour ça, il a le temps de choisir et même de changer. Pour une communauté, hors de question.

Alain Vérache 

Pcc Vichnou Lapet

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.