Le médecin rwandais, la mondialisation et le communautarisme islamique

Ce n’est, peut-être, qu’un simple fait divers anodin que l’interpellation de ce médecin rwandais officiant à l’hôpital public de Maubeuge ( « Le Figaro.fr » du 17/10/09 – voir ci-dessous : 1 ) …Il est, pourtant, parfaitement révélateur de ce que le système capitaliste-libéral mondialisé est en train de mettre en place pour asseoir sa puissance, déstructurer les Nations, imposer un nouvel ordre mondial susceptible de maintenir le taux de profit maximum qui le justifie en tant que système économico-politique.
Exagération ?…Voire ! Passons, à propos de ce fait divers, sur l’extrême désinvolture dont a fait preuve l’hôpital de Maubeuge en recrutant ce personnage qui, s’il n’a peut être pas commis les faits dont il est accusé, faisait quand même l’objet d’un mandat international de recherche par Interpol….pour nous intéresser à ce qu’aucun média complaisant et bien-pensant (l’expression n’est qu’un pléonasme…) n’a relevé, à savoir qu’il y a, dans les services de santé de notre pays, de milliers d’emplois de médecins et infirmiers (ères) occupés par des étrangers formés dans leurs pays respectifs.
Etonnant, non ? quand on sait que des milliers d’étudiants se voient refuser toute formation en nos facs de médecine, que des milliers d’autres « croupissent » dans des filières sans perspectives tandis que rien n’est fait pour développer les centres de formation aux différents métiers qu’imposent notre développement…
Etonnant seulement si l’on oublie ce qu’est le système qui nous organise et nous impose ses finalités.cette « mondialisation » qui s’appuie sur la libre circulation des capitaux, des biens et des services et la division internationale du travail , qui promeut la libre circulation de la main d’œuvre, le tout sous la houlette des puissances financières multinationales et transnationales pour lesquelles la notion de Nation est obsolète et qui s’imposent aux Etats considérés comme des relais de leur main mise planétaire.
Que cela se fasse sous la conduite de celui qui est le plus fort économiquement, militairement, idéologiquement ne peut surprendre…Que cela conduise à une réorganisation politique globale est dans l’ordre des choses : et la construction européenne actuelle, à l’anglo-saxonne, pilotée par feu le traité constitutionnel relooké « Lisbonne », et appuyée par les forces politiques européennes de droite comme de gauche, en est un exemple frappant…
Que cela conduise inéluctablement à un affrontement entre ceux qui rêvent d’un monde unipolaire qu’ils domineraient (suivez mon regard « Atlantique ») et ceux qui s’y opposent (voir la Chine et la Russie notamment) est la simple vision réaliste d’un avenir probable ( et le déplacement par le président US du « curseur géopolitique » vers l’Asie centrale n’en est que la phase préparatoire.)…
Cette vision « globale » ne nous a pas éloigné du problème posé par le cas de ce médecin rwandais, exemple typique (même si ce cas n’en relève pas) des conséquences futures de l’accord passé en août 2008 entre les ministres européens de « l’immigration » et prévoyant d’ouvrir aux flux migratoires (sous prétexte « d’immigration choisie ») tous les métiers susceptibles d’être pourvus dans les pays de l’Union Européenne…
Quand on voit croître régulièrement le nombre de demandeurs d’emplois dans notre pays, quand on s’aperçoit du nombre croissant de nos étudiants et lycéens sans perspectives ni formations, quand on sait qu’un tiers des demandeurs d’emplois n’a aucune qualification particulière, on peut s’étonner de voir les responsables politiques de tous bords (qu’ils soient aux affaires ou dans l’opposition) justifier une immigration massive de travail et refuser de mettre un terme à l’immigration de peuplement qui caractérise les flux actuels. Nous avons démontré dans des numéros précédents de notre médium – voir ci-dessous : 2 à 6 – (et au chapitre 9 des « Dessous du voile ») que notre pays pouvait se passer de toutes les formes de l’immigration (de travail, de peuplement, et, bien entendu, illégale) et il est curieux que si notre lettre électronique a suscité des qualificatifs aussi peu ragoûtants que ceux de « raciste » ou de « frontiste lepéniste », on n’a jamais vu quiconque (et surtout pas ceux qui remplacent l’examen du réel et le raisonnement par le collage d’étiquettes infâmantes) nous proposer une mise en cause de notre démonstration.
Et pourtant les flux migratoires massifs, quand ils ne correspondent ni à une vraie demande d’emploi, ni à un besoin démographique, ni à une nécessité sociologique et idéologique, pèsent de manière insupportable sur les ressources publiques et sociales de notre pays (36 milliards d’euros par an de déficit si l’on fait la balance recettes-dépenses), accentuent la demande de logements au point d’empêcher qu’elle soit vraiment satisfaite, concentrent les nouveaux arrivants là où sont les « anciens » et transforment nos cités et banlieues en ghettos communautarisés, déstabilisent l’équilibre sociétal en imposant des pratiques, des coutumes, des lois à l’opposé de celles qu’à élaborées notre Histoire, mais constituent un volant d’emplois dans tous les secteurs qui va peser sur les salaires et les conditions de travail, qui va bloquer la demande revendicative par la constitution d’un volant inextinguible de « demandeurs d’emplois ».

L’enrichissement qu’apporte la main d’œuvre immigrés est celui de l’entrepreneur : grosse société du BTP « à la Bouygues » ou petit maçon local, grand propriétaire terrien ou paysan-maraîcher du Vaucluse, sociétés de services et patrons d’hôtellerie-restauration, sans oublier les avantages qu’en tirent les « élites » de ce pays en y puisant « leurs gens de maison ».
On comprend, dès lors, pourquoi tous ceux qui nous gouvernent et leurs « doubles » dans l’opposition, tous ceux qui constituent le monde des média et du spectacle, de l’industrie et du commerce, de « la bien pensance » organisée comme de la « jet-set » alcoolisée, sont si empressés de mettre en avant leur « grand cœur » charitable pour justifier l’apport de la main d’œuvre immigrée, le regroupement familial, et, très souvent, l’immigration illégale : il ne s’agit pour eux, en fait, que de défendre leurs petits intérêts égoïstes et leurs possibilités d’exploiter une population qu’ils maintiennent en un rang inférieur permanent. Il ne s’agit pour eux, en fait, que de participer à l’essor impétueux d’une mondialisation dans laquelle ils se reconnaissent et qui porte leurs intérêts.
Et ce, doublement. Car, au-delà de son aspect économique, l’immigration que nous subissons (et cet aspect est accentué par son pendant illégal) porte en elle les forces qui permettront de déstructurer l’espace sociétal laïque et démocratique qui nous réunit, et d’imposer une dilution de la Nation « une et indivisible » dans une mosaïque de communautés où chacune revendiquera sa loi, sa coutume, sa « culture » tout en s’efforçant de les imposer aux autres…
L’exemple (et le danger) le plus significatif de cette réalité est fourni, aujourd’hui, en France, par le prosélytisme islamique et la pression des associations musulmanes pour imposer leur loi religieuse, leurs coutumes séculaires, leurs pratiques « moyenâgeuses » ( c’est peut-être dépréciatif pour notre Moyen Age) fortement relayées par une multitude d’imams venus d’Arabie Saoudite, du Maroc et d’Algérie. Car c’est faire preuve de cécité angélique que d’oublier que l’islam a surfé (et surfe encore) sur les vagues migratoires qui ont suivi les lois sur le regroupement familial et la primauté du droit du sol, sans oublier les avancées de la politique sociale de notre pays qui l’a rendu attractif pour tous ceux qui voulaient s’y installer.
On a raison de s’insurger contre « la chosification » de la femme maintenue dans un statut discriminatoire, contre des mutilations sexuelles d’un autre âge, contre les mariages forcés, contre l’occupation de l’espace public pour des prières qui devraient rester privées, contre la dilapidation de l’argent public pour aider à la construction de mosquées en nombre excessif et souvent « pharaoniques », contre l’imposition de « carrés musulmans » dans les cimetières de la Nation Républicaine, contre la revendication de pratiques alimentaires obsolètes. Mais on doit bien remarquer que toutes ces altérations de l’espace laïque et républicain qui nous réunit sont nées avec l’arrivée massive des flux migratoires de ces dernières années, flux que rien ne pouvait justifier.
Et toutes ces altérations de l’espace laïque et républicain qui nous organise sont de nature à le nier, à construire à sa place un espace « communautarisé » qui le détruira. Ce communautarisme islamique (et il ne s’agit pas ici « d’islamisme » terroriste) participe parfaitement de la construction d’un espace sociétal européen à l’anglo-saxonne, dont rêve et les libéraux et les socio-démocrates de l’UE. Il ne faut pas chercher ailleurs les raisons profondes qui expliquent l’extrême complaisance dont font preuve les élus de droite comme de gauche, ici, en France, face à la demande prosélyte politique et sociétale islamique.
Détruire l’espace public organisé autour de la laïcité et de la pratique démocratique, tel est la visée qui sous-tend l’action de tous ceux qui se retrouvent dans la construction de l’Europe politique… Et force est de constater qu’ils se recrutent dans un vaste arc politique allant des Verts et du PS au Modem et à l’UMP, en passant par le Nouveau Centre et quelques petits partis disséminés ici ou là … le PCF (attaché à son « os » électoral qui lui fait tout accepter et qui bouge encore un peu) et le NPA (du petit facteur du Hezbollah) se contentant de jouer « les idiots utiles » du capitalisme libéral en apportant leur caution humanitaire à l’immigration « tous azimuts » et en prêchant « le multiculturalisme » dont on attend toujours qu’ils nous précisent ce que ce mot veut dire, tout en rêvant de trouver là un « nouveau peuple » à manipuler (les naïfs !!!)
Le cœur sur la main, la bouche « en cul de poule », il n’est aucun représentant de la caste politique, à quelque niveau que ce soit, qui ne s’engage à défendre la laïcité, à promouvoir « le bonheur de chacun dans la prospérité de tous », à tenir compte des demandes et aspirations « du peuple de France »… L’examen du réel dans ce qu’il a de plus concret, de plus banal, de plus quotidien s’inscrit en faux contre ce qui n’est que promesses dont on sait, d’ailleurs, qu’elles n’engagent que ceux qui les écoutent…Le discours politicien est celui du « non dit », du masque, du jeu de rôle, de la posture convenue…Il est destiné à jeter un rideau de fumée épaisse sur la réalité des choix faits pour nous par ceux qui possèdent la puissance, et, d’abord, la puissance financière…
La « mondialisation » à la sauce libérale se construit sans relâche…l’Europe à la sauce libérale, atlantique, communautarisée, se prépare dans la destruction des Nations et des identités nationales… la France « métissée », multiculturelle, ouverte à des communautés pourvues de leurs droits spécifiques s’inscrit parfaitement dans les deux projets précédents.
Une force politique nouvelle pourra-t-elle surgir pour s’opposer à ce qui se révèle être la destruction de notre Histoire, de nos principes et de nos valeurs ?
Robert Albarèdes
1 – [http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/10/17/01016-20091017ARTFIG00693-a-maubeuge-un-medecin-soupconne-d-implication-dans-le-genocide-rwandais-.php->http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/10/17/01016-20091017ARTFIG00693-a-maubeuge-un-medecin-soupconne-d-implication-dans-le-genocide-rwandais-.php]
2 – http://www.ripostelaique.com/La-France-n-a-pas-besoin-d.html
3 – http://www.ripostelaique.com/La-France-n-a-pas-besoin-d,1474.html
4 – http://www.ripostelaique.com/La-France-n-a-pas-besoin-d,1496.html
5 – http://www.ripostelaique.com/La-France-n-a-pas-besoin-d,1527.html
6- http://www.ripostelaique.com/Les-dangers-evidents-de-l.html

image_pdf
0
0