1

Le Média : le putschiste Théophile Kouamouo charge Aude Lancelin

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, on a pu voir des mouvements particuliers toucher le monde du média alternatif et indépendant d’internet.

Fin 2018, on apprend que monsieur Niel rachetait le média Brut et dans la foulée Rémy Buisine, journaliste de terrain, adulé par les manifestants par son travail honnête, disparaît de la nébuleuse informelle.

Avril 2019, on apprend la démission d’Aude Lancelin du « Média » sur YouTube par Théophile Kouamouo, un jeune homme trop inconnu pour tenir un discours bien trop à charge pour être honnête.

Aude Lancelin, ancienne figure de Marianne et de L’Obs, qui avait pris la direction du Média après Sophia Chikirou, s’était évertuée à couvrir le mouvement des Gilets jaunes avec tout le sérieux et le professionnalisme exigé par la déontologie du métier.

Dénonçant tout à tour les manigances du gouvernement, les violences policières et donnant la parole à ceux qui en avait le droit, l’état de non-droit actuel présageait une contre-attaque systémique.

Cette contre-attaque porte le visage de ce Théophile Kouamouo, dont le langage absolument anti-professionnel porte des accusations péremptoires sur le travail de madame Lancelin. À peine digne d’une piètre émission de télé-réalité, les justifications qu’il apporte à la démission de madame Lancelin ne valent pas mieux qu’une lessive publique !

LA DÉMISSION D'AUDE LANCELIN

LA DÉMISSION D'AUDE LANCELINThéophile Kouamouo revient sur la démission d'Aude Lancelin de son poste de présidente de l'entreprise de presse Le Média

Publiée par Le Média TV sur Mercredi 10 avril 2019

Quand il y a des dissensions dans une équipe, habituellement on souhaite une bonne route au démissionnaire après avoir brodé une raison fictive sur l’objet de ladite démission.

Là, nous assistons à une justification à charge. Qu’est-ce que cela nous apprend ? Soit que le Média est un vulgaire repère d’incompétents, soit que l’objectif est de tuer professionnellement Aude Lancelin.

Monsieur Kouamouo insiste sur le fait que ce n’est pas politique mais insiste « en même temps » sur le fait qu’Aude Lancelin se serait aliéné en quelques mois une partie du Média.

Un argumentaire à charge digne de la plus pathétique excuse du « je ne suis pas raciste, mais… ».

Ce sinistre personnage n’avait pas fini de vomir ses propos diffamants que je m’étais désabonné de la chaîne YouTube du Média. Comment peut-on laisser une tribune pareille, surtout en une, à un discours pareil ?

À partir de recherches internet assez simples sur ce monsieur, l’ombre de la Françafrique commence à obscurcir ce, déjà morne, tableau.

On apprend sur le blog de son ancien employeur en Côte d’Ivoire, monsieur Sylvestre KONIN, que Théophile Kouamouo n’en est pas à son coup d’essai en termes de putsch administratif, mais M. Konin a été assez clairvoyant pour le licencier avant.

D’après M. Konin, cet individu vénal était en lien avec l’ambassade française lors de cette affaire ; est-ce conspirationniste de se poser la question d’un lien supposé avec le gouvernement pour saper le Média ?

Est-ce que se poser la question est illégal ? En tout cas, le faisceau d’indices est très prégnant.

Ma grand-mère me disait souvent : « si ça ressemble à de la merde, que ça a l’odeur de la merde, pas besoin de goûter, c’est sûrement de la merde ». Ça vient peut-être du terroir mais c’est une bonne approche de la vie.

La douche a été froide, passer d’un journalisme rare et qualitatif, qui nous a fait oublier les frasques de madame Chikirou, à un niveau méphitique de basse politique méprisable.

J’encourage fortement tous les abonnés du Média, comme j’ai pu l’être, à se désabonner en masse de cette chaîne corrompue par ce vent d’autoritarisme et de veulerie ambiante.

Merci à vous madame Lancelin pour tout ce que vous avez fait. Beaucoup vous remercient pour votre travail et votre esprit journalistique trop précieux ces temps-ci.

Rose Martin