Le « Mein Kampf » d’al-Qaeda : sept étapes pour dominer le monde en vingt ans

Cet article de Radwân Mourtada est publié sous le titre « Le plan de 20 ans : al-Qaeda du 11 septembre à la « victoire finale » ». Il résume la stratégie d’al-Qaeda, une stratégie qui doit atteindre son objectif en l’an 2020. C’est dans six ans. Il s’agit du Combat (Mein Kampf) d’al-Qaeda qui vise à créer son propre « Espace vital », son « Lebensraum », à mettre le monde sous la coupe d’un califat (1) après avoir ramené les mécréants dans la cité de la foi musulmane, contraints et forcés.

L’aide qu’apporte l’Occident aux rebelles jihadistes en Syrie le rend complice de la progression de l’agenda d’al-Qaeda dans ce pays à présent disloqué et nous assistons maintenant, après les revers que l’organisation a subis en Irak et en Syrie, à son installation au Liban qui sème le désastre dans le pays des cèdres.

A ceux qui pensent qu’ils peuvent toujours se prévaloir d’un vivre ensemble nous disons : Cessez votre hypocrisie et, avec nous, arrêtez cet islam conquérant qui n’est plus aux portes de Poitiers mais dans l’Occident tout entier. Aucune excuse pour ceux qui diront : « Mais nous le savions pas ! ». 

Circule parmi les salafistes « jihadistes », à une échelle restreinte, un texte d’un « plan stratégique » qu’al-Qaeda met en exécution selon un calendrier, s’étalant sur  20 ans, qui a débuté en 2000 par les préparatifs des attaques du 11 septembre 2001 et se termine en 2020. Cette stratégie a été publiée dans un livre paru en 2005, axé sur des entretiens avec des dirigeants et des théoriciens de l’organisation. Ce qui est important, c’est qu’elle paraît presque coller aux événements des treize dernières années et à ceux qui se déroulent actuellement.

AL-ZARQAWI-DEXIEME GENERATION AL-QAEDA002

« Al-Zarqawi, la seconde génération d’al-Qaeda »

On croit souvent, et à tort, que l’action d’al-Qaeda et sa façon d’agir sont spontanées, sanguinaires et dénuées de toute stratégie. Or, les services du Renseignement spécialisés dans la lutte contre le terrorisme disposent de dizaines de documents sur les projets de l’organisation  et ses plans stratégiques, triennal, quinquennal et même décennal dont le but est de les faire aboutir selon des mécanismes clairs et étudiés. Par exemple, un service du Renseignement a réussi, un an après le déclenchement des événements de Syrie, à saisir le contenu d’une correspondance entre l’émir du Front al-Nousra, abou Mohammad al-Joulâni et un membre haut-placé d’al-Qaeda au Liban. Elle comporte les principaux points de l’étape de l’après-chute du régime syrien. Parmi ces points : se focaliser pour attirer les compétences de jeunes spécialisés en médecine, en chimie, en informatique, en communications et travailler à une expansion horizontale dans toutes les régions libanaises afin de préparer l’action d’al-Qaeda au Liban.

Toutes ces informations et tous ces documents sur la stratégie d’al-Qaeda sont fondés sur un document qui circule parmi les dirigeants et qui s’inspire du livre de Fouad Hussein, journaliste jordanien, paru en 2005 et ayant pour titre « Al-Zarqâwi, la seconde génération d’al-Qaeda ». Il s’agit d’un recueil de deux entretiens, le premier avec l’un des principaux théoriciens d’al-Qaeda, abou Mohammad al-Maqdissi, le second avec un chef de guerre, abou Mas’ab al-Zarqâwi (2). En plus de ce document existe un recueil de quatre lettres intitulé « Ainsi nous voyons le jihad et ainsi nous le voulons » par Hâzem al-Madani. Ce dernier livret circule sur les sites jihadistes. Ces deux principaux documents relatent les buts, les plans et les étapes fixés au préalable pour mener l’organisation au pouvoir. Le plan fait état de « l’extension du champ d’action jihadiste pour embraser le monde entier, considérant que cela participera à intensifier la puissance de la oumma et à terroriser ses ennemis ». Ce plan est divisé en sept étapes adossées à un calendrier qui s’étale de 2000 à 2020, année du rendez-vous avec la « réalisation de la victoire finale ». Détaillons ces étapes :

جبهة النصرة تنظيم ارهابي وأحد أذرع القاعدة

Al-Qaeda en manoeuvres

Première étape : « L’étape du réveil » (2000 à 2003) qui « ramène la oumma à l’état de veille » en portant « un coup très fort à la tête de la vipère [à New York],  pour lui faire  perdre la tête et la pousser à réagir, ce qui couronnera al’Qaeda en tant que chef de la oumma ». [C’est ce qui s’est passé]. Les États-Unis ont déclaré leur « guerre des croisés » à l’islam et occupé l’Afghanistan et l’Irak, ce qui a élargi le champ de bataille et fait des Américains des cibles faciles. Cela a transformé al-Qaeda  qui est passée d’une organisation de puissance limitée à un courant en croissance. Cette période se termine avec l’occupation de l’Irak en avril 2003.

Deuxième étape : « Ouvrir les yeux » (2003-2006). Le plan d’al-Qaeda est le prolongement des affrontements avec l’ennemi et la concentration de l’action sur les préparatifs au « jihad électronique » dont les effets se feront sentir à la 3e étape. En plus, al-Qaeda poursuit, en douceur, sa construction dans des régions stratégiques du monde arabe et islamique, tout en prenant en parallèle l’Irak comme base pour instaurer « une armée jihadiste » qui sera déployée à la 3e étape dans les États voisins. C’est aussi la préparation d’études sur la charia et la distribution de ces études pour inciter les musulmans à payer la zakât (3) et à faire des dons à al-Qaeda.

Troisième étape : « Se lever et prendre pied » (2007-2010). Pour un mouvement actif cela signifie, acquérir puissance. Les signes avant-coureurs de cette étape provoqueront un transfert important et un changement dans la région avoisinant l’Irak. L’effort sera centré sur le « Châm » [le Levant, la Grande Syrie (4)], car les récits prophétiques signalent que son siège suivra celui de l’Irak. De plus, des plans clairs découpent la Syrie, le Liban et la Jordanie en des Etats communautaires,  préalable à la refonte de la région.

Le journaliste jordanien qui rapporte les déclarations d’al-Makdissi et d’al-Zarqâwi précise que l’idée de la création de « Jound al-Châm » (5) fut lancée lors du jihad en Afghanistan mais qu’elle n’a pas été complétée à cause de la « razzia » des Américains sur l’Afghanistan en 2001. Ceux qui ont œuvré à cette idée sont entrés en Syrie, au Liban et en Irak et se préparent actuellement à exploiter toute opportunité au Liban et bientôt en Syrie. A la fin de cette période, al-Qaeda est sensée avoir terminé ses préparatifs pour engager des combats directs en Palestine et à la frontière d’Israël. Avec cette action, al-Qaeda sera sacrée « gouvernance légale de la oumma ».

LOGO AL-QAEDA

Logo d’al-Qaeda

La kalachnikov a remplacé le glaive du logo des Frères Musulmans

Quatrième étape : « Étape de la santé retrouvée » (2010 à 2013). Cette période coïncide avec le déclenchement des événements en Syrie. Dans cette étape, on concentre l’effort pour faire chuter les régimes [arabes] à travers des combats directs et intenses. L’organisation d’al-Qaeda compte sur les facteurs suivants : « Auprès des peuples, faire perdre aux  régimes qui gouvernent les justificatifs de leur présence, en étalant leur collaboration et leur collusion avec la politique américaine. En corollaire, développer de façon continue le courant d’al-Qaeda et épuiser la force américaine par le combat direct avec elle et par des assauts électroniques sur son économie. Cela en synchronisation avec une planification pour frapper le pétrole arabe et l’incendier, ce qui priverait les régimes [arabes] et l’Occident de ce soutien économique et, en parallèle, avec la promotion de l’or comme outil de mesure et d’échanges internationaux et comme couverture effective de la monnaie (6). Si cela réussit, le dollar chuterait par manque de couverture-or et, en même temps, Israël sera en position de faiblesse en raison de la poursuite des combats sur son territoire, de la régression de son soutien international et de la chute des régimes arabes qui le protègent.

Cinquième étape : « Étape de la déclaration de l’État » ou de « la déclaration du califat » (2013-2017), qui est l’objectif stratégique d’al-Qaeda. Avec cette étape, on constate des changements internationaux qui commencent par la faiblesse de l’axe anglo-saxon et la montée de forces nouvelles avec qui les musulmans n’ont pas de contradictions importantes comme l’Inde et la Chine, avec une croissance soutenue de la propre force d’al-Qaeda.

Sixième étape : « Étape de l’affrontement total » (2016-2020). Les théoriciens d’al-Qaeda considèrent 2016 comme « le début de l’affrontement entre les deux « cités » (foustat) (7) de la mécréance et de la foi qui éclatera après l’annonce de l’instauration du califat islamique ». C’est l’étape qu’avait prévue Ben Laden dans plusieurs lettres pour qu’elle soit suivie d’une dernière étape  …

Septième étape : « Étape de la victoire finale » en 2020. A cette date, la puissance de l’État islamique sera énorme et colossale. Les musulmans seront plus d’un milliard et demi.

Cette stratégie a été diffusée en 2005. Si on jette un regard attentif sur ce qui a été réalisé, on découvre une quasi concordance entre le plan et ce qui a été réalisé sur le terrain : l’attaque des deux tours du World Trade Center en 2001 au cours de « l’étape du réveil », l’utilisation de l’Afghanistan et de l’Irak pour construire une « armée jihadiste » qui s’est étendue dans les pays voisins au cours de l’étape « Ouvrir les yeux », la préparation à l’affrontement à travers le changement au Levant  au cours de l’étape « Se lever et prendre pied ». Cela est confirmé par le renforcement des groupes jihadistes, par la progression de l’organisation sous de multiples appellations : « al-Qaeda du Jihad des deux fleuves », « Conseil al-choura des moujahidines », « l’Etat islamique d’Irak », et enfin « l’Etat Islamique d’Irak et du Châm » (EIIL ou Dâ’ech) en 2013. Ce sont des faits cités dans le document de 2005 qui sont en plus une indication d’un fait-charnière dans le cours historique de cette région au cours de l’ « Etape de la santé retrouvée » (2010-2013) qui est représentée par la planification puis la chute des régimes arabes que les médias ont appelé les « printemps arabes ».

Cette consolidation de l’organisation d’al-Qaeda va-t-elle se poursuivre jusqu’à la réalisation de la victoire finale en 2020 ?

Traduit de l’arabe par

Bernard Dick

(1) Le califat : système politico-religieux dirigé par le calife, chef spirituel et temporel dans l’islam. Le califat fut aboli par Mustafa Kemal le 3 mars 1924 car « Le monarque-calife aurait eu droit de juridiction sur tous les musulmans et dans tous les pays musulmans […] ». Le califat est le but d’al-Qaeda et des Frères Musulmans

(2) Al-Zarquâwi  a été tué par un bombardement américain le 7/06/2006 près de Bakouba en Irak

(3) La zakât est le troisième pilier de l’islam. C’est un impôt religieux ou impôt de « purification » variant de 2,5% à 10% du revenu. Parmi les 8 postes de dépenses auxquelles la zakât est affectée, on relève : le jihad (la guerre sainte), prioritaire, et les nouveaux convertis …

(4) Châm : le Levant ou Grande Syrie (Syrie, Liban, Jordanie, Palestine, région d’Alexandrette ou district de Hatay actuellement en Turquie)

(5) Jound al-Châm : l’Armée du Châm

(6) L’étalon-or est un système monétaire dans lequel l’unité de compte ou étalon monétaire correspond à un poids fixe d’or.

(7) Foustât : ancien nom du Caire (فسطاط) pris dans le sens de « cité » (NDT)

TERRORISME 22378 ATTAQUES-01-01-2014Au 1er/02/2014

image_pdf
0
0