L'identitaire Benoit Couetoux et son masque de cochon davantage sanctionnés que de vrais délinquants ?

Le substitut du procureur d’Angers  a requis 3 à 4 mois de prison avec sursis, 105 jours de travail d’intérêt général au sein d’une collectivité comme stage de citoyenneté et l’interdiction du droit de vote durant un an.

Double peine, infligée par la Préfecture, son patron : le prévenu a été suspendu de son poste à la Préfecture !

Qu’a donc fait Benoît Couetoux ? A-t-il tabassé une octogénaire ?    A-t-il tenu des propos antisémites et shooté dans le Code Pénal ?  A-t-il tiré à la kalachnikov sur des policiers ? Bien sûr que non, parce que ces trois faits ont conduit leurs responsables soit à encourir deux mois de prison avec sursis soit à ressortir libres du commissariat…

Qui a pu considérer que le fait de faire irruption dans un conseil municipal avec un masque de cochon sur la tête en disant : « Pas un sou pour la mosquée. Angers n’est pas une terre d’Islam ! »  était bien plus grave que les faits ci-dessus énoncés ?

Qui a pu considérer que ce chahut, d’ordre privé, était suffisamment grave pour faire perdre son emploi à son auteur ?

Je ne crois pas que les faucheurs d’OGM, par exemple, aient jamais perdu leur emploi pour avoir été dans l’illégalité…

Je ne crois pas que les militants de Greenpeace qui entravent la circulation des déchets nucléaires aient jamais perdu leur emploi pour avoir été dans l’illégalité.

Bref, aucune conséquence sur la vie privée des militants d’extrême gauche, qui agit pourtant  partout en véritable extrême droite, qui impose sa loi par la force et la censure. Au contraire, ils ne sont pas loin d’être considérés comme des héros…

Tandis que ceux qui s’attaquent à l’islamisation et à l’immigration se retrouvent mis à l’index, considérés comme infréquentables par leurs anciens amis, ne (re)trouvant pas de travail si Google  met en regard leur nom et ces activités patriotiques…

Quel est ce monde de fou ? Quelle est cette justice qui perd la tête ?

L’honnêteté veut que l’on reconnaisse, quand même, le refus du substitut du Procureur de prendre en compte les plaintes d’associations musulmanes qui estimaient que ne pas vouloir de mosquée et ne pas vouloir l’islamisation d’Angers était raciste… Ces associations ne doutent de rien, et à force de mettre la pression partout et sans cesse vont finir par faire reconnaître de fait le délit de blasphème. Si les Français et les politiques ne se réveillent pas, il ne sera bientôt plus permis de critiquer l’islam et de s’opposer à  sa progression, épouvantable et dangereuse, sur le sol français.

Alors ceux qui, comme Benoît Couetoux, osent dire non, au risque de perdre leur liberté et leur emploi, au risque de perdre l’estime de leurs proches, étiquetés qu’ils sont à l’extrême droite, au risque de se trouver dans une situation financière très difficile  avec les amendes qui pleuvent sur les patriotes, ont droit à tout notre respect, parce que les intimidations se font de plus en plus pressantes et de plus en plus fortes ; ils cherchent à nous museler, ils cherchent à nous faire peur, ils cherchent à faire diminuer drastiquement le nombre de ceux qui sont décidés à se battre en les frappant au ventre, en les affamant.

La situation devient de plus en plus grave…

Christine Tasin

http://christinetasin.over-blog.fr/


image_pdfimage_print