Le mois sans…

Publié le 23 octobre 2019 - par - 22 commentaires - 1 316 vues
Share

Vous vous rappelez, en février 2017, le mois sans alcool ? Sans QUOI ? Sans moi, en tous cas. De toutes façons, je ne bois que du vin.
Maintenant, c’est le mois sans tabac. Je ne participe pas (jamais fumé)
Ils ne savent plus quoi inventer pour nous freiner, nous emmerder, nous réduire en poussière, faire de nous des loques. Je peux encore mâcher mes cuberdons, au moins ? On parie qu’ils sont bourrés de gélatine ? Eh bien, tant mieux. Ce n’est pas halal, la gélatine !
J’ai une bonne idée, il faudrait tout de même que toute cette publicité nous procure un minimum de plaisir. C’est qui, qui décide de ces conneries ? Les agences de pub ? Impossible, ça fait baisser leurs ventes. L’église catholique ? Je ne crois pas, les curés ne s’enivrent pas qu’au calice. Les assurances-maladies, peut-être ? Les caisses de pension ? Ben non, au contraire.

Il faudrait tout de même que je sache, car je voudrais déposer une proposition.
Je suis sûre que c’est Castaner.
Pour les conneries, il est le meilleur. Il a fait voter le mois sans mousse à raser, en tous cas. Le mois sans compétence politique et le mois sans défense du peuple français, le mois sans subtilité, le mois sans protection des citoyens. Tous ces efforts sans le moindre succès. Je vais lui écrire, on verra bien.

(Cher) Monsieur Castaner,
Je vous écris en ma qualité de citoyen honnête, droite, intègre : non ; je n’ai pas suivi les gilets ‘jeunes’ (vous vous êtes déjà entendu ?), je paie mes impôts, je m’occupe régulièrement des enfants de mes voisins, dans ma rue, on dit qu’on me donnerait le bon dieu sans confession, que je suis un modèle de comportement.
Ça va, à la maison ? Je m’en soucie, car j’ai vu sur mon portable, quand vous galochiez la blondasse dans une boite de nuit, elle devait pas être contente, votre dame. Mais ce que je dis ! Ce ne sont pas mes affaires.
Un mois sans tabac ! Vous allez les ruiner ! C’est vous qui avez décidé de priver les grands-pères de leur calumet du soir, les vieux de leur cigare et les jeunes de leur petite clope bienfaisante ? C’est vous aussi qui avez imposé le mois sans tourner sa langue dans la bouche avant de parler ? Non ? Ah bon, je croyais. Et le mois sans la moindre trace de radicalisation, il est de vous ? Le mois sans surveillance des fichés S ? Car je viens de lire dans le journal : « a-t-on jamais eu de ministre moins à la hauteur de la tâche que cet endormi tout juste bon à enchaîner les déclarations hâtives et à se faire prendre en photo en boîte de nuit pendant que ses agents s’épuisent ?». C’est lourd. Sans vous commander, monsieur le ministre de l‘intérieur de la république (en anglais : indoor district secretary), ce n’était pas génial, je viens de lire que l’industrie du tabac porte plainte contre vous pour abus de pouvoir. Et tant que j’y suis, vous n’avez pas seulement abusé de votre pouvoir, mais aussi des shots de Vodka, du beurre et du fromage, sans vous manquer de respect, monsieur le chef de la police car le bouton de votre manteau me fait peur Il va lâcher, c’est sûr. Faudrait demander à votre dame de vous acheter une taille au-dessus. Trêve de bagatelles, revenons à ma requête.
A la demande générale de ma bourgeoise, je vous propose de lancer le plus rapidement possible.

LE MOIS SANS VOILE
Vous verrez, votre taux de popularité va grimper, grimper, atteindre des sommets. Chez nous, en tous cas. Ma femme, c’est Gladys, 63 kg de bonté et de tendresse, elle se met à rêver, soudain ! UN MOIS ENTIER ! Gérard, elle me disait, ce ne sera pas en juillet, tout de même, quand on part à la Costa Brava ? C’est une rêveuse, ma Gladys, elle échafaude des projets pour ce mois béni. Balades main dans la main en ville, shopping sans bousculades, ascenseurs sans odeurs, métros vide de tout amas de graisse empaqueté de noir et beuglant dans le téléphone, eh, Gerard, elle me dit, on va aller nager ! Attends, Gladys, c’est trop, je note ! Piscine sans crottes, le pied !

Déjà, on va reprendre un abonnement au tram. Plus besoin de voiture, pendant un mois, peinards, assis entre nous, on pourra causer sans bruitages suspects, déjà qu’on ne comprend pas ce qu’elles disent. Tu descends du tram, chou, et on va chez C&A pour t’acheter une fourrure. Entre nous. Tu pourras choisir.
Il faudra prévenir Angélique. Elle peut de nouveau sortir en minijupe, le ventre à l’air. Elle est si mignonne, notre petite, dommage de cacher tout cela, tu ne trouves pas ? Et dimanche, on s’offre la grande brocante de Schaerbeek, ou de Jette, c’est comme tu veux. Entre nous. Inutile d’emmener ton panier à roulette, Gladys, il n’y en aura plus une seule à harponner.

On ira aussi chez IKEA. Ça fait des années qu’on n’y va plus. E les kotbullars avec des frites, tu te rappelles ? On va prendre chacun un caddie et le remplir de lamettas, de boules colorées, de loupiotes, oui, d’accord, je te rachète une crèche géante pour l’extérieur. Ok, et des guirlandes pour dehors, il parait qu’il y a des projecteurs de neige artificielle en promo. Le soir ma grosse, on ira manger des andouillettes à la bière avec une triple Chimay, comme tu aimes. Oui, en terrasse, je te le promets. Dehors. Regarder les passants, comme avant. Dis, et on pourra faire des blagues ! Sur les pédés, sur les séquestrées ! Tu te rappelles celle-ci : « que font les musulmans lorsqu’ils fêtent ? Ils dansent « allah » queue-leu-leu ». Qu’est-ce que j’ai ri ! Trop marrant ! J’en faisais dans ma culotte !
Je vais ressortir du grenier mon sac à dos avec le dessin d’Iznogoud qui voulait être calife à la place du calife et toi, bouboule, ton short à trous. Faut qu’on s’éclate ! Un mois de vacances cadeau ! Si on part à Cadaquès après, ça nous fera 6 semaines !

6 semaines de bonheur sans odeurs, sans antidépresseur, sans visions d’horreur, 6 mois entre gens sensés, 6 mois de zénitude, de balades sur des trottoirs libérés, 6 mois sans cauchemars, sans idées criminelles, sans envie de meurtre, sans besoin de frapper, de cogner, de talocher, de matraquer. Sans visites permanentes chez le médecin pour dépression accrue et persistante. Sans ulcère ni crampes douloureuses. Sans nausées.
De toute façon, je suis pour qu’on impose les panneaux « Zones sans séquestre ». On nous impose bien les zones sans chaussures (et on dit merci !)

#BALANCETABACHE
#JESUISZEMMOURETCHEMNITZETCHARLIE
#DENONCETONMUSULMAN
#UNMOISSANSVOILE
#BALANCEMERKEL
#ZEROCLINFOC

Anne Schubert

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
zéphyrin

un mois sans….seulement ? Sans moi merci

HERVE DEPALRAC

Je propose « le mois sans baiser » pour les musulmans pour freiner leur prolifération!

grougnach

UN mois sans islam, retrouver un pays propre, tranquille, où l’on peut circuler sans avoir la peur au ventre en virant de notre beau pays tout ce qui nous offense. Enfin une bouffée de fraîcheur ….Pourquoi qu’un mois??

POLYEUCTE

Et un Mois sans « Moi » chez les politiques ?
Qu’ils se mettent à Jour des réalités, 365 fois par An…
Chaque Minute compte !
Je les Seconderai !

pauledesbaux

super article j’ai bien ri je voudrais le faire pendant plus de 6 semaines……pour bien se porter- dit-on -il faut un quart d’heure par jour : c’est fait…..je diffuse
çà fera rire du monde

hoplite

Un mois sans les branleurs de l’assemblée? Suis pour cà me fera des vacances

Laurent

Merci Madame Anne Schubert pour votre article tres humouristique Ça fait du bien dans ce monde de cinglés

Rems

Un ou m^me deux mois sans cons !!!!

Laurent

Oui c est pour quand?

4711

D’accord pour les mois « sans » à partir du 32 eme jour

patphil

j’adore cet humour corrosif

kinns

Moi je dirais un mois sans musulman (renouvelable)

4711

bonne idée

Laurent

Renouvelable à vie Kinns

kinns

Tant qu’à faire………………

Marnie

Je plussoie …

pauledesbaux

oh lalla la ouiiiiiii
mais c’est bon de réver et de s’imaginer comme le chantaient CLAUDE LUTHER musique de SYDNEY BECHET

Morgane

Et sans africain…. Renouvelable !!! 😋

Laurent

Moi je propose un moi sans islam , sans collabos, sans bêtises humaine, sans dejabas ni voilés et sans réchauffement climatique…et bien je pense qu il y aurait plus beaucoups de monde.

Morgane

Un mois sans migrant….. 😁

Durocher

Le « mois sans alcool »… puis ce sera le « mois sans porc »… et pourquoi pas le « mois sans voiture » (contre le réchauffisme frénétique), le « mois sans viande » (tous-solidaires-avec-les-malheureux-végans), puis le « mois sans pantalon » (portons tous des jupettes pour ne pas paraître trop facho-nazi-méchant-pas cool).

Patrick VERRO

Quand j’ai lu un mois sans voile, j’ai cru à une offensive du « lobby » des nudistes, et je m’en réjouissais secrètement, mais non il s’agissait tout simplement d’appliquer les lois de la République laïque ! Attention pendant un mois seulement, campagne électorale oblige…
Enfin pour voir le bon côté des choses je me suis dit que j’allais enfin savoir si les femmes musulmanes sont belles, mais en même temps ces vers de Paul Eluard, extrait de son poème « Armure de proie » :

Un voile de soie sur les lenteurs de la luxure
Pour en finir
Une hache dans le dos d’un seul coup.

Me revenaient en mémoire, dommage !