Le moment est venu de dire… ce que je vois !

Publié le 10 octobre 2015 - par - 14 commentaires
Share

MoranobaillonneeJ’espère que Philippe de Villiers ne m’en voudra pas de détourner ainsi le titre de son livre (« Le moment est venu de dire ce que j’ai vu ») que je ne peux que recommander très chaleureusement à tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à notre pays. C’est un livre brillant, au vrai sens du terme, tant par la profondeur de la pensée que par la profusion de formules toutes plus inventives les unes que les autres, et qui touchent leur but à chaque fois… et nous ravissent. Quarante ans de vie politique passés au tamis de la réalité vécue de près par un observateur et un acteur de ce monde si particulier. Un régal !

Mais si Philippe de Villiers nous donne à voir ce qu’il a vu, je dois me résoudre encore une fois à commenter avec tristesse et désolation ce que je vois.

Pauvres « Républicains », je les plains ! Je suis né en 1961 et j’ai connu l’époque où le RPR avait du courage et le montrait dans son programme de gouvernement, en 1986/88 notamment (au bras de l’UDF d’ailleurs, avec une base parfois plus droitière…). Déjà à l’époque, mais savent-ils faire autrement de la politique (on se souvient des autocollants « Sarkozy fachiste » arborés par notre belle jeunesse socialiste en 2007), les militants ou sympathisants du RPR étaient traités de fachos par les socialo-gauchistes mais ils n’avaient pas peur… en ce temps-là.

Mais que sont-ils devenus ces français courageux ? Parce que Nadine MORANO cite de Gaulle en insistant bien sur le fait que la France, historiquement de race blanche…, accueille des étrangers et que c’est même la grandeur de la France ajoute-t-elle un peu plus tard, la voilà sanctionnée. Expliquez-moi la raison de ce délire.

En effet, ce qu’elle dit n’est que la vérité. Si débat il devait y avoir, c’est effectivement sur le point de savoir si la France restera un pays majoritairement de race blanche, accueillant des étrangers, ou si ce pays deviendra clairement multiethnique, renonçant volontairement ou de facto en tout cas à ses origines premières. Cette phrase du général de Gaulle avait par ailleurs été reprise abondamment par la presse ces derniers temps avant que Nadine MORANO ne la cite elle-même.

Charles de Gaulle a incarné la Résistance, c’est-à-dire le courage face à la pensée dominante et au renoncement car, ne l’oublions pas, la France entière était très majoritairement pétainiste au moment de l’armistice pour mettre fin à la débâcle. Il fallait des hommes véritablement visionnaires pour imaginer dès le début qu’une autre voie pouvait s’offrir à la France. Et on peut penser que Pétain a constitué un paratonnerre pour les français avec le gouvernement de Vichy. Le débat n’est pas clos à ce sujet. Enfin, j’ose l’espérer… même si les français sont sommés désormais d’avoir une vision totalement manichéenne de ce passé, avec le mal d’un côté et le bien de l’autre.
Alors, si aujourd’hui « Les Républicains » préfèrent se ranger en quelque sorte du côté des BOF contemporains (Beurre Œuf Fromage, pour nos plus jeunes lecteurs) et se coucher devant la dictature socialo-gauchiste de la pensée unique, libre à eux … mais sans moi.
Les Français risquent de leur donner la correction qu’ils méritent aux élections régionales, en tout cas au premier tour. Peut-être comprendront-ils alors, avant qu’il ne soit trop tard, les raisons de leur colère.

J’ai déjà dit dans mes textes précédents que l’article 1 (oui, le premier article, pas n’importe lequel !) de la constitution de 1958 précise que « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. ». Alors, vous me direz que les choses évoluent. Certes, en tout cas pour nous, Occidentaux. Mais peut-on seulement en parler ?

Chaque peuple à travers le monde proclame pourtant encore la fierté de ses racines qu’il revendique, mais pas nous, plus nous. M. ERDOGAN vient d’ailleurs d’en faire la démonstration dans un meeting à Strasbourg destiné aux français d’origine turque, voire aux turcs français plus vraisemblablement selon lui. En Asie, il en va de même. Il n’y a pas si longtemps de cela, Aimé Césaire revendiquait fièrement sa négritude. Inutile de poursuivre tant les exemples sont nombreux…

Le choix de l’Europe de renoncer à ses racines va-t-il vraiment dans le sens de l’histoire ? Peut-être… à long terme, dans ce monde globalisé que l’on nous promet et qui s’inscrit dans une certaine logique. Mais, ici et aujourd’hui, nos compatriotes n’ont-ils pas le droit de participer à ce choix ? Sûrement. Cette liberté leur est-elle accordée ? Manifestement, non. Angela MERKEL décide ainsi seule d’accueillir des centaines et des centaines de milliers d’étrangers qu’elle nous somme ensuite de bien vouloir recevoir également, l’Union européenne veut imposer des quotas de répartition entre pays européens,… La vérité est là pourtant, et je le dis solennellement. Une telle politique relève du pouvoir souverain des peuples à disposer d’eux-mêmes. Sans quoi, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une tyrannie, avec les droits inhérents qui appartiennent alors aux peuples comme l’ont si bien conceptualisé nos penseurs voici déjà plusieurs siècles….

Cela dit, je me répète mais je crois que c’est une des dernières chances (si ce n’est la dernière) de pouvoir exprimer notre opinion sur le sujet, l’évolution du peuplement de nos pays. Je veux parler du peuple français mais également de tous les peuples européens. Deux questions se posent, tout simplement. Cette réalité est-elle bien comprise et acceptée ? Dans l’affirmative, à quel rythme nos peuples souverains sont-ils disposés à renoncer à leurs racines ancestrales pour se fondre dans un nouveau peuple, très certainement moins homogène en termes de valeurs et porteur inévitablement d’une nouvelle civilisation, ou de nouvelles formes de civilisations, le cas échéant antagonistes.

Peuple français, peuples européens, entendez cet appel. Personne n’a le droit de vous retirer le pouvoir de choisir votre destin. Et si c’était le cas, alors, effectivement, le legs le plus précieux qui constitue l’âme de nos pays aura vécu, à savoir la démocratie. Est-ce bien cela que vous souhaitez ?

Patrick CLEMENT

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Raphael

Pour empêcher l’instauration d’une république populaire menée par des citoyens armés prêt à défendre la nation contre les Prusses, le gouvernement Thiers composé de bourgeois et royalistes installé à Versailles fera tout pour les soumettre. Y compris faire un deal avec Wihelm pour qu’il rentre à Paris et dépose cette tentative de république. Le but etant de désarmer Paris et ses citoyens. Un peuple armé patriote qui veut instaurer une république populaire, vous rendez vous compte de l’hérésie?!

Ce gouvernement de planqués n’hesitera pas à amputer son territoire national, à fabriquer des redditions militaires et prétendra à la famine pour soumettre le peuple. Cela finira par la semaine sanglante. L’histoire de France est une succession de traitrises des élites afin de contrôler les masses. C’est de l’histoire naturelle mes amis.

hathoriti

La Commune ? Vous plaisantez, je pense ! Cela n’a été qu’une tentative des « enfants » spirituels des massacreurs de 1792/ 93/ 94. S’il n’y avait pas eu le 9 Thermidor, (27 juillet 1794) que serait devenue la France ? Un cimetière… La commune n’a été qu’une ressucée de cette époque maudite et vous venez nous dire que le peuple voulait retrouver sa souveraineté avec des assassins pareils ?

Raphael

La force prime le droit. Si le peuple veut retrouver sa souverainete, il devra le faire dans la violence. La Commune ca vous rappelle quelque chose des elites francaises?

Herbert Sogno

« je me répète mais je crois que c’est une des dernières chances » : ben oui, il se fait tard, l’heure est grave.

« très certainement moins homogène en termes de valeurs et porteur inévitablement d’une nouvelle civilisation » : on n’a pas besoin de soulever cette question : nous avons le droit de nous aimez, d’être charnellement attachée à notre race, et ce n’est pas du racisme mais de l’anti-racisme car c’est s’opposer à l’hégémonie colonisatrice d’une race sur une autre, qui mène à sa disparition par remplacement. Il n’y a pas de honte à ressentir de ses propres sentiments humains et acceptés pour tous les autres humains.

Vive la race blanche, ça peut se lire au pied de la lettre, pour les sens des mots : que vive la race blanche. Elle a assez donné aux autres pour ne pas mériter la mort pour seule récompense. Et que vive la beauté des femmes blanches qui sont magnifiques et dont la disparition serait une honte ineffaçable pour l’humanité.

BALT

Il ne faut surtout pas baisser les bras. Les « barbares » sont plus trouillards que ce que l’on pense. Il y a d’abord le vote et puis après , la résistance , la police , l’armée… Sus à l’ennemi.

Anne de France

« Quel sera le sort réservé aux autochtones de souche chrétienne lorsqu’ils deviendront minoritaires sur la terre de leurs ancêtres ? »

Ils se feront égorger .

Hugues

Souvenez-vous, ce qui est arrivé aux amérindiens, lorsque les colons blancs protestants sont arrivés. Ils ont été décimés. 500 nations exterminées, 100 millions de morts. C’est ce qui guette l’europe par la faute des traîtres qui gouvernent depuis 40 ans…

R

Justement, qu’est ce qui ressemble le plus au colon blanc protestant que l’arabe musulman fanatisé?
L’anglo-saxon liquide l’amérindien des Ameriques (bien plus que le portugais ou l’espagnol qui fini par…se « mélanger  » avec ses victimes ) ou l’aborigène d’Australie. L’arabe musulman fait la même chose de l’Indus à l’Atlantique et tue coptes et berbères en Afrique du Nord.L’hégémonise ou le suprémacisme n’est pas une question de race mais d’ethnie, de mentalité et d’idéologie.Les Etats-Unis sont dominés par des wasps (et quelques autres), la Oumma par des arabes, les autres étant à la fois vassaux et chair à canon.

divine

pour ma part y a longtemps que je le dis nous n aurons plus notre place dans notre France nous français tout ces barbares je dis bien barbares nous égorgeront sans pitié et la faute a qui dite moi ?a tout ces gouvernements qui ont fait du laxisme et donné trop de pouvoir aux étrangers eux ne feront pas de cadeaux sa te plait sa va sa te plait pas ,une balle dans la tête voila a quoi va ressembler la DÉMOCRATIE EN FRANCE .j espère mourir avant de voir cela mes je plains nos jeunes si ils se réveillent pas .FRANCE FOUTU ,FRANCE VENDU A L ÉTRANGER,FRANCE QUI VA MOURIR IL N Y AURA PAS UN AUTRE GÉNÉRAL DE GAULE POUR LA SAUVER.HOLLANDE UN GROS TRAÎTRE A LA NATION FRANCE LAMENTABLE CE TYPE

Emma

Luttons tous avec le Rassemblement Bleu Marine! Quand il n’y a plus rien à perdre et tout à gagner, foutus pour foutus nous devons lutter pour pérenniser notre culture

Mathieu

Vous vous montrez un tantinet trop optimiste ce me semble, Anne.
Les indigènes – c’est la terminologie idoine – français n’auront pas à attendre leur infériorité numérique pour se faire égorger? L’infériorité seule est largement suffisante.

Au reste, n’y sommes nous pas quasiment déjà ? Posons-nous la question sereinement : Qui est sur-armé – ne fût-ce que psychologiquement – et révère la violence tel un commandement politico-religieux, et qui se refuse jusqu’au simple et légitime DEVOIR de préparer la défense de sa famille et ses biens ?…

J’entends plein de gens autour de moi avoir conscience de la situation, certes et ce site est une bénédiction tombée du ciel en ces temps de grandes débandades.

Mais voilà qu’en raison sans doute de ingénierie psycho sociale par eux subie depuis leur naissance, les indigènes occidentaux ne semblent pas capable de s’armer.
Ils disent que c’est foutu et ils s’en plaignent, c’est tout, les plus hardis pétitionnent.
Ne se montrent-ils donc pas quasi consentant au sort que l’élite leur réserve tout en s’en émouvant ?

J’essaie de comprendre, mais j’avoue rester perplexe.

Toutes ces masses ont été formé à l’émotion. Ils ont été entrainé et endoctriné à l’intellectualiser, à créer sans cesse ni fin une suite ininterrompue de jugements de valeur objectivement stériles. Et ils tentent de se mouvoir sur le champ de bataille de la Vie écrasés par ces deux charges rédhibitoires sur le dos : leurs émotions et leurs jugements.

Dans un temps pas si lointain de nos campagnes rurales un enfant apprenait très vite la réalité de la vie, la vraie. Celle de mère Nature qui ne laisse aucune chance à ses créatures hésitantes ou peureuses. Lorsqu’on estourbit un cochon ou un lapin l’émotion n’est qu’une forme de maladie mentale. Il est nécessaire de savoir la dominer.

A la chasse ou sur un champ de bataille c’est encore plus vrai. Il est impossible d’abattre quoi que ce soit si l’on est pas à la fois parfaitement détaché et concentré.

C’est précisément ce qu’on apprend dans les stands de tir : la maitrise parfaite de soi. Je pense que c’est la condition sine qua non à la discipline et à son corolaire : la Liberté.

Cordialement.

Mathieu

oups ! correction : « égorger » suivi d’un . et non d’un « ? » / et « formées » qui s’accorde au v. être.

Colette de Saingenoix

Au train où vont les choses (immigration de masse imposée par Bruxelles + déferlante immigration invasion actuelle + pondeuses débridées) une seule certitude : « la disparition de notre belle culture ne fait aucun doute. Simple question de temps » Dixit love story « les corps indécents ». Merci à nos responsables mais pas coupables (rapprochement familial, droit du sol etc.). Déjà 65 % d’écoliers musulmans dans les écoles à Béziers (Robert Ménard) et 60 % de la population de Mulhouse musulmane (Arlette Grosskost). Problème : « Quel sera le sort réservé aux autochtones de souche chrétienne lorsqu’ils deviendront minoritaires sur la terre de leurs ancêtres ? » Selon vous, le vivre ensemble c’est que du bonheur…ou sortez vos mouchoirs ?

divine

le vivre ensemble sera :sortez vos mouchoir et pleure toute les larmes de votre corps nous sommes foutu nous les français