Le Monde de gauche fait l’éloge de tous les nuisibles de la gauchosphère

Le Monde de gauche, c’est tous les jours plus de pollution des esprits car ça ressemble à la politique de gauche. La posture du Monde de gauche devrait être exactement ce que veut la déontologie de la presse, il faut dire qu’elle exige l’honnêteté totale : écrire ce que Le Monde de gauche sait et clarifier ce que Le Monde de gauche ne sait pas. On ne voit jamais Le Monde de gauche dire qu’il y a des choses qu’il ne sait pas sur le fascisme de gauche qui a son agrément. Pourquoi ne l’admet-il pas ? Les déconneurs du Monde craignent que la volonté d’agir de Macron contre la France et les Français soit réduite si les journalistes sont honnêtes et font consciencieusement leur travail d’information, un droit citoyen vraiment démocratique.

Les déconneurs du Monde deviennent des politiciens et ce n’est pas une bonne chose pour la presse. Non, ce n’est pas une bonne chose, c’est même effrayant. Mais c’est toujours un grand plaisir d’avoir un vrai journaliste dans une rédaction à qui le lecteur puisse faire confiance. Cela montre le contraste entre les gens qui font leur travail d’information et ceux parmi les plus paresseux et les plus médiocres qui font semblant.

Macron veut étouffer les principaux sites de réinformation qui sont souvent la voix très nécessaire de la pensée de la droite conservatrice en langue française, cette droite qui dérange Macron et dont l’objectif est de la faire disparaître. La gauche est aux abois, tout est bon pour faire disparaître les médias influents qui ne suivent pas la ligne idéologique des fascistes de gauche comme celle du Monde de gauche pro-Macron.

La ligne du Monde de gauche pro-Macron prône la dénonciation des principaux sites de réinformation par les mêmes fascistes de la gauchosphère, avec la complicité active du quotidien Le Monde. Dans un tel contexte fasciste de la gauchosphère, nous ne pouvons plus compter sur une presse libre ! Quelle honte ! Et ce scandale a été complètement occulté par les médias dominants. Les mystifications partisanes du Monde de gauche pro-Macron au profit des fascistes de la gauchosphère sont de plus en plus insupportables !

Demande de clarification : incapable de s’adapter aux circonstances et aux nouvelles situations, Le Monde de gauche pro-Macron fait l’éloge d’une manifestation d’antifascistes à Paris ! Le monde entier est pourtant largement en train de réviser les vertus partisanes du fascisme de la gauchosphère dans la presse.

La ligne du Monde de gauche pro-Macron plaque sur tout la même analyse partisane et les mêmes règles éditoriales islamo-gauchistes : à quand un éditorial du Monde transformé en arroseur arrosé ?

Le danger de la propagande fasciste de la gauchosphère vient souvent d’où l’on ne l’attend pas.

Le Monde de gauche : « Une manifestation antifasciste à Paris en hommage à Clément Méric, tué lors d’une bagarre avec des skinheads dans le centre de la capitale. Ils étaient près de 500 à défiler (bruyamment) dans le calme, contre l’extrême droite en hommage à un antifasciste tué lors d’une bagarre impliquant des militants violents d’extrême gauche et des skinheads d’extrême droite. Le cortège, mené par (les gauchistes de) l’Action antifasciste Paris Banlieue, le syndicat Solidaires et Alternative libertaire, a défilé bruyamment mais sans incident (majeur) jusqu’au métro Alexandre Dumas, où il s’est dispersé en début de soirée dans le calme (???), a constaté un journaliste de l’agence France-Presse (AFP) (qui a participé au défilé antifasciste).

« L’extrême droite, on la combat », « Siamo tutti antifascisti ! » (« Nous sommes tous antifascistes ! »), ont scandé les manifestants fascistes (violents) de la gauchosphère. « L’antifascisme est un combat quotidien, dans notre travail, dans nos rues, chez nous, et solidarité avec les migrants et immigrés » a déclaré un membre du Comité Méric, des militants parisiens de la gauchosphère (violente) antifasciste.

« Aujourd’hui, nous sommes inquiets car la menace des violences d’extrême droite reste très présente et la liste du Rassemblement National est arrivée en tête aux élections européennes dimanche dernier. »

Des groupuscules d’ultradroite dissous, mais pas les groupuscules fascistes de la gauchosphère !

Pour Le Monde de gauche, l’ultra-droite a le visage de l’extrême xénophobie prônant l’interdiction de l’islamisation de la France par Macron, le Clown politicien dhimmi. Un dhimmi (en arabe : ذﺫّمي†) est un terme historique du droit musulman qui désigne les sujets non musulmans d’un État sous gouvernance musulmane, liés à celui-ci par un « pacte de protection » discriminatoire (anti-Français). (Dhimmi, Wikipédia)

« Aujourd’hui, le Rassemblement National arrivé en tête aux élections européennes ne fait plus rire Macron. Il est accusé d’être nationaliste et xénophobe par les fascistes de la gauchosphère pro-Macron !

Le Monde de gauche pro-Macron s’est offert une plateforme antifasciste de choix dans une ère de post-vérité où la communication de Macron a pris le pas sur la politique, alors que le débat public obsédé par la question migratoire a été interdit dans un pays où le totalitarisme a pris le pas sur la démocratie.

Depuis que Macron LREM est au pouvoir, il se passe quelque chose de très malsain dans ce pays !

En chaque élu petit-bourgeois LREM sommeille un petit fasciste assoiffé de répression ! « La dérive autoritaire de la Macronie m’inquiète de plus en plus ». N. Dupont-Aignan ✔@dupontaignan

Michel Janva, le Salon beige : « Macron a demandé que commencent à être remplacés certains dirigeants d’administration centrale en désaccord avec la politique du gouvernement, afin que ses réformes soient appliquées plus rapidement, a indiqué Sibeth Ndiaye. Lors du Conseil des ministres, Macron « a souhaité que les nominations à la tête des administrations centrales puisse refléter notre volonté » que les réformes soient « accélérées », avec « une traduction perceptible par nos concitoyens »… « Il y aura probablement des annonces et des mouvements dans le courant du mois de juin ». Depuis le tout début de son quinquennat Macron avait annoncé vouloir remplacer les hauts fonctionnaires réticents, à qui, selon son entourage, il reproche de freiner ses réformes. Une forme de « spoil system » à la française (littéralement « système des dépouilles », pratique américaine consistant à remplacer les responsables clés des administrations par des personnalités dont la loyauté est acquise au nouveau pouvoir). Mais il n’a pas encore mené de remplacements de grande ampleur, se contentant de mettre les hauts fonctionnaires sous pression, en les faisant convoquer parfois à l’Élysée, ou en sondant les postulants avant leur nomination… »

Depuis que le Rassemblement National est arrivé en tête aux européennes, la liberté d’expression ne connaît que des restrictions et des menaces de censure LREM ! Mais pour Le Monde de gauche, la censure de la droite nationale-conservatrice nationaliste et anti-immigration ne crée aucun malaise.

Mais c’est oublier que les militants du Rassemblement National contre le Grand Remplacement ont le cuir solide ! Hé ! Macron : « L’ambition dont on n’a pas les talents est un crime » Chateaubriand !

Une formation nationaliste extrémiste et anti-immigration est dans l’attente de l’interdiction de l’islam avant  l’expulsion des musulmans, ce qui ne correspond pas au programme du Rassemblement National.

Macron est un provocateur professionnel ahurissant, ce qui explique son cynisme de l’Anti-France !

« Au Danemark, la renommée de Rasmus Paludan n’est pas virtuelle. Il promet aux ennemis étrangers que leur sang inondera les rues et les villes du Danemark et finira dans les égouts auxquels ils appartiennent. Il organise des autodafés du Coran. Ses acolytes couvrent le livre de bacon, ou de sang de cochon, avant de le brûler. (Anne-Françoise Hivert (Malmö (Suède), correspondante) (pour Le Monde de gauche pro-Macron)

« Rasmus Paludan est devenu une célébrité nationale. Des ados réclament des selfies, et des fans récitent en chœur la phrase d’ouverture de ses discours : « Je suis le soldat de la liberté, le protecteur des faibles, le gardien de la société, la lumière des Danois et le leader du parti Stram Kurs. » Une notoriété qui vire au phénomène de société (mais pas l’immigration !) : des parents se sont inquiétés de voir leurs enfants jouer à « Paludan et les étrangers » dans la cour d’école. » (Anne-Françoise Hivert (Malmö (Suède), correspondante)

« Les législatives au Danemark auront lieu le 5 juin, avec une droite usée par le pouvoir. La formation de droite, actuellement au pouvoir grâce à une alliance avec l’extrême droite, est créditée de 18,4 % des voix, et les sociaux-démocrates de 24,7 %. (Anne-Françoise Hivert pour Le Monde de gauche pro-Macron)

« Pour le chef du gouvernement et leader des libéraux (Venstre), la tâche s’annonce compliquée. « Il faudrait un miracle pour que la droite l’emporte », estime le journaliste politique Thomas Larsen. Selon le dernier sondage publié le 2 mai, la gauche obtiendrait 51,8 % des voix contre 41,9 % pour la droite libérale conservatrice, actuellement au pouvoir, avec le soutien du Parti du peuple danois (Dansk Folkeparti, DF), situé à l’extrême droite. La formation de Lars Lokke Rasmussen est créditée de 18,4 % des voix, tandis que les sociaux-démocrates sont annoncés à 24,7 %, en léger recul sur les dernières enquêtes d’opinion, qui leur donnaient plus de 25 % des votes. La droite paie le prix de la politique d’austérité budgétaire menée par les gouvernements successifs depuis 2010, selon le politologue Jorgen Goul Andersen : « Alors que les besoins explosent, en raison du vieillissement rapide (???) de la population (mais surtout pas question de parler de la charge financière consacrée aux migrants !), les dépenses publiques, en hausse de 1,8 % par an et per capita entre 1992 et 2010, ont progressé de 0,1 % depuis 2010 ce qui suscite une grosse insatisfaction. »

« Grâce à son recentrage à gauche en matière de politique économique, opéré par Mette Frederiksen depuis son arrivée à la tête du gouvernement en 2015, le parti des sociaux-démocrates a repris la main sur le thème de la défense du modèle social danois ».

« Autre thème récurrent de la vie politique danoise : l’immigration et l’intégration.

« Dans ce domaine aussi, les sociaux-démocrates ont opéré un revirement idéologique depuis 2015, au point qu’il soit désormais difficile de distinguer leur programme de celui des Libéraux ou du DF.

« Ce virage à droite s’est accompagné d’un rapprochement avec le DF, inédit jusque-là pour les sociaux-démocrates, qui avaient toujours pris soin de marquer leur distance avec le parti nationaliste et anti-immigration. Résultat : « Pour la première fois depuis très longtemps, les sociaux-démocrates parviennent à reprendre l’avantage auprès des électeurs indécis », note Thomas Larsen.

« Une stratégie qui ne fait pas l’unanimité à gauche, selon le politologue Rune Stubager, qui pourrait compliquer les négociations après les élections, « dans un paysage politique morcelé ». Les alliés traditionnels des sociaux-démocrates, en forte progression dans les sondages, ont fait savoir qu’ils refuseraient de soutenir la candidature de Mette Frederiksen au poste de Premier ministre si elle ne coupait pas les ponts avec DF et n’assouplissait pas la politique migratoire du royaume ». Ce pays est foutu !

« Le Parti du peuple danois (DF) impose toujours plus de restrictions en matière d’immigration. Le DF est annoncé comme le grand perdant ! » Ben voyons ! (Anne-Françoise Hivert (Malmö (Suède), Le Monde)

« Démission au gouvernement norvégien après une énième polémique sur l’immigration. Visée par une motion de défiance, la ministre populiste de la justice et de l’immigration a jeté l’éponge, désamorçant une crise politique sans précédent en Norvège. Sa position était devenue intenable. Sylvi Listhaug, ministre de la justice et de l’immigration norvégienne et star du Parti du progrès (Fremskrittspariet, FrP), a annoncé sa démission. Tout a commencé par un message posté par la ministre sur son compte Facebook. Adepte des réseaux sociaux, la star du FrP y compte plus de 150 000 abonnés. Sur la photo d’un homme masqué portant un turban et un collier de munitions, elle écrit : « Les travaillistes (comme les LREM) pensent que les droits des terroristes sont plus importants que la sécurité de la nation. » Sylvi Listhaug voulait faire adopter un texte de loi permettant au ministère de la Justice de déchoir de la nationalité norvégienne les individus d’origine étrangère dont les services de renseignement estiment qu’ils « menacent les intérêts fondamentaux de la nation« . Une majorité des députés s’y sont opposés ! » Ce pays est foutu ! (Anne-Françoise Hivert, Le Monde de gauche)

Moralité : Le Monde de gauche fait l’éloge de tous les nuisibles de la gauchosphère !

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

11 Commentaires

  1. On a dépassé depuis bien longtemps les notions de gauche, droite et compagnie qui n’ont jamais eu de sens à part pour le nouvel ordre mondial qui a embrouillé et pollué tous les pays développés. Ces notions lui (le nouvel ordre mondial) permettent de prémâcher la réflexion en étiquetant les partis pour les imbéciles dont lesdits pays regorgent. Plus les gens sont cons, plus ils votent. Même le macaron a compris que ces notions étaient usés et parle de progressisme et de populisme, et en profite au passage pour saloper ces notions, d’ailleurs c’est la mode depuis quelques années, on modifie les définitions des mots pour que le vocabulaire reste mais que la pensée change.
    Je vois le monde en deux ensemble : les patriotes et les autres à exterminer à l’avenir.

  2. L’IMMONDE est de bien meilleure circonstance à leur encontre.

  3. Intéressant mais trop long comme d’hab. Il y a longtemps que l’on sait que « Le Monde » est un organe de gauche libertaire visant à la destruction de l’occident chrétien..Ne plus l’acheter ni le lire serait bien.

  4. Le monde occidental en entier est devenu de gauche, de gauche morale s’entend, avec, bien entendu, le portefeuille bien à droite. Et çà fait longtemps que çà dure. En l’absence d’une morale chrétienne, la dérive idéoligique du « bien penser » est devenu une tyranie dangereuse, qui va finir par une guerre terrible, totale. Mais, comme toujours, le bon sens, le naturel reprendra ses droits ; mais à quel prix ?

  5. C’est pour cela que ce journal est surnommé l’immonde, ceci étant il est normal que les formatés par la même idéologie internationaliste débile se tiennent les couilles

  6. « Le Monde » a toujours été de gauche et assez adroitement..comme « Le Figaro » qui joue les respectables mais publie de purs mensonges et des calomnies (sur Trump par ex.ou sur M. Le Pen). Toute cette presse (dont le Canard plus enchaîné que jamais à l’idéologie moderne-marxiste antichétienne) est à rejeter sauf à y pêcher les mensonges avérés et les
    formules détournées à publier bien fort ce que Le Gallou illustre bien dans son émission
    I-Média sur TV Libertés

    • Vous parlez judicieusement de la bonne presse dite « presse bourgeoise » affairiste et bien-pensante de la gauche immigrationiste et libertaires sous des dehors parfois puritains, mais toujours laxiste et arrangeante avec les règles pour ne pas dire corrompue et profiteuse…

  7. on est arrivé à un point de non retour
    1)les gueux osent dire leur misère (il leur reste à aller voter)
    2) des insoumis rejoignent (dans les urnes) les populistes, il reste donc à ce qu’ils soient en majorité à le faire
    un nuage d’espoir donc!

  8. Viens d’être virée du Monde pour quelques pauvres articles bloggés en toute innocence quelques désastreuses images d’envahisseurs!!

Les commentaires sont fermés.