Le Mrap « en survie » et SOS-Racisme « en situation financière des plus délicates »

Publié le 9 juin 2014 - par - 2 116 vues
Share

HOMMAGE A ROGER HEURTEBISE

Dans ma série d’articles sur la Licra, j’avais dit que cette officine et les autres boutiques dites « antiracistes » étaient en grande difficulté financières, d’une part par la chute du nombre d’adhérents, d’autre part par celle des subventions publiques pourtant énormes et puisées dans les poches du contribuable. Selon le bulletin d’avril 2010 de la Licra « Le droit de vivre », les subventions publiques – y compris pour la Licra – sont en chute libre et « les autres associations, que ce soit SOS Racisme ou les autres [c.à.d. le Mrap et la LDH parce qu’il n’y a pas 50 sur le marché], sont en train de souffrir, et certaines sont pratiquement en dépôt de bilan. Car l’Etat malheureusement se désintéresse de nous. »

Deux appels aux dons quasiment simultanés confirment cette déroute financière.

– Le 13 juillet 2011, le Mrap publiait le « flyer » suivant, où il expliquait avoir « besoin d’une aide financière immédiate » pour sa « survie » (sic !)

– Le 21 juillet 2011, SOS-Racisme lançait un vibrant appel à ses « parrains » et « marraines » en avouant être « en situation financière des plus délicates » (sic !)

On peut dire que faire ainsi la manche, « c’est la honte »….
Mais pourquoi Dominique Sopo ne s’adresse-t-il pas au plus grand des « parrains » de SOS-Racisme, à savoir Julien Dray que François Mitterrand avait chargé de créer et chapeauter SOS-Racisme ? Comme le « concert géant » du 14 juillet n’a pas été payant (sans jeu de mot), peut-être que Sopo et Dray pourraient organiser quelque chose comme une vente publique de montres de valeurs ?

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=EUxRiokgVUE[/youtube]

Ou alors monnayer un soutien officieux à la candidature de Martine Aubry ?

Plus sérieusement, nous nous réjouissons de voir péricliter ces deux officines néfastes. Bon débarras !

Djamila GERARD

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.