1

Le Mur des cons est l’expression de la pourriture gauchiste

L’héritage gauchiste du Mur des cons est le résultat de la misère intellectuelle de l’idéologie socialiste.

Jusqu’où ira Macron dans la provocation ? Macron nomme Dupond-M à la justice de gauche contre les policiers et pour les détenus, et il dissout le mouvement Génération identitaire, ce qui porte justement au paroxysme les inquiétudes des Français ! Pour les Français, il ne fait aucun doute que Macron veut détruire la France en imposant l’immigration et l’impunité de la délinquance. Désormais, ils n’ont plus peur de le dire !

À droite fièrement : Jusqu’où ira Macron dans la provocation pour imposer à la fédération de football, avec l’approbation de la ministre des sports, le rappeur Youssoupha pour défigurer l’hymne de l’Euro 2021 ?

Ce rappeur racialiste vulgaire sans talent est le porte-parole de Macron en campagne pour 2022 :

« J’mélange mes fantasmes, Comme dans c’rêve où ma semence de nègre fout en cloque cette chienne de Marine Le Pen ! J’mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Éric Zemmour. »

Condamné à 500 euros avec sursis par la 17ème chambre, Youssoupha fut relaxé en appel au motif que « les propos n’étaient pas diffamatoires et n’excédaient pas les limites admissibles en matière de liberté d’expression artistique« . Moralité : Le rap est un style artistique ! C’est ce qu’on appelle l’individualisation de la peine ! À moins d’un an de l’élection présidentielle, une arrière-pensée électoraliste de Macron à l’origine de la provocation ? Macron spécule sur ce choix non consensuel pour tenter de récupérer le vote musulman, et pour accentuer les divisions de la France. C’est donc un choix totalement irresponsable de Macron !

Julien Benda, dans la Trahison des clercs, ne condamne pas l’engagement en tant que tel pour les intellectuels. Ce qu’il demande, c’est que eux surtout, eux avant tout, subordonnent l’engagement à la vérité et non la vérité à l’engagement. Ce devoir s’impose encore davantage au juge, car le juge infidèle à son devoir ajoute au péché contre l’esprit celui d’abus de position dominante. L’héritage gauchiste du Mur des cons crée en fait la justice la plus réactionnaire qui soit quand la prétendue matrice de la justice accouche de la suprême injustice. La justice a été et peut redevenir un instrument de perfectionnement de la société et de correction des inégalités, mais, précisément, comme c’est son rôle, en passant avant tout par le devoir de justice, non pas en le niant et en l’interdisant. Ce que la justice socialiste a permis, c’est de transformer la justice en levier de correction des inégalités. L’une des significations les plus profondes du Mur des cons est peut-être que le Mur des cons devait servir avant tout à désagréger la réelle démocratisation de la justice des victimes !

Le rêve du Mur des cons est de transformer la justice en outil de destruction de la société, par le mensonge et l’idéologie gauchiste. Cette tactique ne détruira pas la société, d’abord parce que les nouveaux juges du Mur des cons ne connaissent pas cette société, ne se donnent pas la peine de l’étudier et la jugent à travers des préjugés paresseux et consternants de simplisme. Et ensuite, parce que la société ne tolérera pas longtemps une justice dont le but avoué est de la saper de l’intérieur. Enfin, parce qu’à force de s’anéantir elle-même avec le Mur des cons pour mieux anéantir la société, la justice, d’accusatrice qu’elle se voulait, devient la principale accusée. Avec le Mur des cons, son idéologie inefficace la discrédite et la ridiculise.

Avec le Mur des cons, la justice voulait faire la révolution. Mais en réalité, elle a fait naufrage !

Le Monde : La procureure de la République de Bobigny, Fabienne Klein-Donati : « Nous arrivons quand le mal est fait : la justice applique la loi, elle ne la fait pas ! Mercredi 19 mai, des milliers de policiers se sont rassemblés devant l’Assemblée nationale et ont hué le ministre de la justice et l’institution judiciaire. C’est une partie des policiers qui invective et qui voudrait faire croire qu’eux feraient bien leur travail et que nous le bâclerions derrière. C’est une façon d’instrumentaliser la justice, comme si elle était la seule coupable de tous les maux de la société. Il faut bien noter que, pour la délinquance, nous arrivons en bout de course. Bien sûr, nous travaillons aussi sur la prévention, mais, malheureusement, nous arrivons quand le mal est fait.

« Et qui travaille sur la racine des problèmes ? La justice applique la loi, elle ne la fait pas. Tous ces élus qui étaient dans la rue, ce sont eux qui font la loi. Dans la manifestation, on entendait crier à la justice laxiste, aux peines trop faibles… Tout ça, c’est de l’invective à des fins démagogiques et préélectoralistes.

« À chaque campagne électorale, il y a un fait divers susceptible d’interroger les questions de sécurité. Et lorsqu’on parle de la sécurité, on met en cause la justice. Mais qui s’interroge sur les causes de l’insécurité, la montée de la violence ou de telle forme de délinquance ? On ne se pose pas la question du pourquoi, on attaque directement la fin de la chaîne. Il faudrait entrer dans l’analyse, cesser les contre-vérités et retrouver de la nuance. Ici, au parquet de Bobigny, on enregistre 200 000 procédures au pénal chaque année. »

Le Monde : Dupond-Moretti défend l’institution judiciaire : La police sans justice, c’est le totalitarisme !

Dupond-M croit défendre l’institution judiciaire accusée de laxisme par des syndicats de policiers et des élus. « Le problème de la police, c’est la justice ! » a jugé le secrétaire général du syndicat de police Alliance lors du rassemblement de milliers de policiers devant l’Assemblée nationale. Dupond-M : « Cette affirmation est fausse et elle est grave. La police sans la justice, c’est le totalitarisme, la justice sans la police, c’est l’impuissance. Ces deux institutions méritent le respect de tous les républicains ! »

Dupond-M veut redonner confiance dans l’institution judiciaire et refuse les peines plancher. Créées au début du mandat de Nicolas Sarkozy en 2007, elles prévoyaient une peine minimale incompressible pour un certain nombre de crimes et de délits et ont été supprimées par Hollande-UBU en 2014. Toujours avec des mots, Dupond-Moretti dénonce les attaques incessantes et l’instrumentalisation nocive de la justice !

Voyez les résultats de la justice des détenus avec Belloubet-Macron : Un téléphone dans les cellules de prison, en 2020. (Ouest-France) Une nouveauté de taille ! Prévenus et détenus pourront appeler, depuis leur cellule, via un téléphone fixe. « Il faut qu’il y ait un téléphone dans chaque cellule dans les prisons« , a indiqué la Belloubet, ministre idéologique de la Justice socialiste de Macron en marge vis-à-vis de la réalité !

RTL : Belloubet : « C’est une question de sécurité, d’allègement des tâches pour les surveillants et cela permet de maintenir le lien familial« . Moralité : Des téléphones pour favoriser la réinsertion des prisonniers !

breizh-info : Nantes. « Il agresse un surveillant pour obtenir son transfert vers une prison (socialiste) plus (bienveillante et) accueillante en stupéfiants et téléphones !

« Un détenu s’en est pris à l’agent pénitentiaire qui l’accompagnait au retour de promenade. Il lui a donné plusieurs coups de poing au visage puis à la poitrine. Le détenu, le matin même, s’était fait confisquer son téléphone pendant une fouille sectorielle or ces derniers, interdits, deviennent très rares en détention.

« D’après le communiqué de FO Pénitentiaire, ce détenu violent souhaitait obtenir son transfert vers des contrées plus accueillantes en stupéfiants et téléphones. Le syndicat FO Pénitentiaire espère que la justice prononcera une peine sévère suite à cette agression : « Il serait totalement incompréhensible que la justice ne nous soutienne pas, cela serait la porte ouverte aux surveillants Punching Ball pour obtenir des transferts de confort ! » Les résultats de la sécurisation du glacis, les abords de la prison, obtenus de haute lutte par les agents, font que les projections de couteaux, portables, drogue, viande et bouteilles d’alcool sont devenues quasiment impossibles, les agents se relayant pour surveiller le glacis désormais protégé.

« Habituellement on trouvait des savonnettes de résine de cannabis, des portables en quantité, des armes… qui concouraient à maintenir les prisons perpétuellement au bord de l’abîme ». (Louis Moulin)

Dupond-M veut redonner confiance dans l’institution judiciaire ! Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Condamné à 500 euros avec sursis par la 17ème chambre, Youssoupha fut relaxé en appel au motif que « les propos n’étaient pas diffamatoires et n’excédaient pas les limites admissibles en matière de liberté d’expression artistique« . « Comme dans c’rêve où ma semence de nègre fout en cloque cette chienne de Marine Le Pen ! J’mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Éric Zemmour. »

Jusqu’où ira Macron dans la provocation ? Macron a transformé l’Élysée en cage aux folles ! Durant le mandat de Macron, la Fête de la musique a été l’occasion de mettre en scène la cage aux folles de l’Élysée. Macron sans cravate, et son épouse en jean et veste rose, ont fait de la Fête de la musique à l’Élysée un message de soutien aux migrants et à la cause LGBT. Jack Lang a salué cette initiative. Il s’est réjoui de la promotion de la cause LGBT qui a été constamment maltraitée. Jusqu’où ira Macron dans la provocation avec la cage aux folles à l’Élysée avec les incapables déguisés en ministres travestis dans une interprétation d’un mandat catastrophique, mise en scène par Macron et les loges maçonniques GOF-LGBT.

Macron a osé : Benalla n’est pas mon amant ! La cage aux folles de l’Élysée n’a pas convaincu certains élus qui y ont vu un affaiblissement de la fonction présidentielle et un non-respect de l’institution. « De Gaulle réveille toi ils sont devenus fous ! » pic.twitter.com/Cvfn1WXEpx — Eric Ciotti (@ECiotti) June 22, 2018

Jusqu’où ira Macron dans la provocation ? Le rap est un style artistique du rappeur Youssoupha pour faire taire ce con d’Éric Zemmour et pour défigurer l’hymne de l’Euro 2021 ? Moralité : Ce rappeur racialiste vulgaire sans talent est le porte-parole de Macron dans la provocation en campagne pour 2022 !

Thierry Michaud-Nérard