Le nazisme et l’Ukraine, une longue histoire d’amour : exemple Stepan Bandera

En juin 1941, l’Allemagne nazie envahit la Galicie, l’ouest de l’actuelle Ukraine avec Lviv comme capitale politique et Volodymyr comme centre historique et culturel. On voit où le virtuose du piano à queue a péché son pseudo.

Dans cette région berceau du nationalisme ukrainien, les nazis sont accueillis avec banderoles, flonflons, fleurs et pâtisseries. Les bureaux de recrutement pour les waffen SS ne désemplissent pas. Les blondes à tresses s’offrent aux Allemands. Ceux-ci apparaissent comme des libérateurs qui vont éliminer les Soviétiques dont la présence est pesante depuis 1921.

Un certain Stepan Bandera, agitateur terroriste chef d’une « armée insurrectionnelle ukrainienne », mélange de déséquilibrés, de fanatiques et de voyous (déjà !) profite de l’invasion nazie pour créer la « Légion ukrainienne », sous commandement unifié de la Wehrmacht. Avec uniformes, grades et décorations inspirés des SS.

Dans la foulée, il empoche quelques millions de marks pour créer un état ukrainien dont il se proclame président sous la tutelle du troisième Reich. À l’époque, Hitler privilégie les collabos comme en France, plus facilement acceptés par les peuples soumis que ses gauleiters. Autant de rébellions donc de soucis en moins. Alfred Rosenberg (pendu à Nuremberg) sert de courroie de transmission.

Les structures de l’état fantoche de Stepan Bandera sont calquées sur celles de la Grande Allemagne qu’il admire. Entre autres, un parti nazi qui coiffe l’administration, la presse, la radio, la justice et la police. Avec des milices SS, une Gestapo locale et des auxiliaires paramilitaires qui participent activement aux massacres des juifs.

Leur spécialité : l’exécution par balles. À la mitrailleuse pour la populace. Au Luger pour les bourgeois. Après des tortures abominables. Pas pour des motifs racistes ou politiques mais pour leur faire avouer où ils ont caché leur fric.

Même Adolf trouve Stepan Bandera un peu excessif

Car dans sa cupidité extrême, il fait assassiner de riches Ukrainiens favorables aux nazis et menace des officiers allemands chargés d’enquêter sur ces disparitions.

Prenant prétexte d’une déclaration d’indépendance purement formelle, Hitler le fait placer en résidence surveillée en Allemagne, près de Berlin.

Étrange « prisonnier » libre de ses mouvements, qui exerce son influence par voie radiophonique sur les Ukrainiens nazifiés et tient table ouverte avec les collabos venus prendre ses ordres.

Plusieurs historiens affirment que c’était une couverture pour le protéger des Soviets lors du reflux des Boches à l’Est, et pour le dédouaner vis vis des Américains par la suite, car des documents prouvent que de 1932 à 1934, il a été formé au renseignement dans une section spéciale de la Gestapo avant d’être renvoyé dans son pays natal comme agent de terrain.

Assassin, traître et agent double, le libérateur de l’Ukraine !

Après la guerre, il est protégé par les services secrets britanniques qui lui fournissent la fausse identité de Stefan Popel, et une légende lui permettant de vivre tranquille en Allemagne, avec la complicité mitigée des services américains qui se méfient de ses volte-faces.

Pour s’attacher leurs bonnes grâces, il travaille avec le général Reinhard Gehlen, un ancien nazi recruté par l’OSS, avant de devenir le patron du BND nouveau service de renseignements allemand  chargé de recueillir toutes les informations utiles, y compris des données personnelles, sur les ennemis de l’Amérique. Extorsions, chantages, menaces, les Ricains ne sont pas regardants sur les moyens.

Mais avec l’intensification de la traque aux responsables nazis au début des années 1950, Bandera qui a échappé à deux attentats, se réfugie en Suisse où il meurt en 1959 d’une « crise cardiaque » qui lui a fracassé la nuque. Les responsables de cette « mort naturelle » (version officielle) pourraient être le KGB ou le Mossad. Il est à noter que les Boches « dénazifiés » ont enterré en grande pompe à Munich cet « indéfectible ami de l’Allemagne »

Le criminel Stepan Bandera, héros national ukrainien

Une grande partie des Ukrainiens considère toujours Stepan Bandera comme le père de la Nation, oubliant qu’il a été un complice actif des criminels nazis. Ou que cet épisode de leur histoire n’a pas vraiment d’importance. À moins qu’ils l’approuvent. Une solidarité posthume bien suspecte.

À Kiev, l’avenue de Moscou a été rebaptisée avenue Bandera et à Lviv, un grand stade porte son nom. Peu de villes et de bourgades dans l’Ouest de l’Ukraine n’ont pas leur avenue, leur place ou leur théâtre Stepan Bandera. Des défilés en son honneur ont lieu deux fois par an dans ces villes.

Aujourd’hui, Bandera est toujours un héros des chansons populaires et des contes du folklore. Béni dans les églises, encensé dans les écoles, des dictons font référence à son héroïsme. Peu à peu l’agitateur, assassin et tortionnaire, s’est transformé en figure de proue de la fierté nationale ! On se donne les modèles qu’on mérite.

Viktor Iouchtchenko, président élu en 2005, lui avait même attribué le titre de héros national. Quant à l’actuel président, l’histrion Zigomyr coqueluche de notre caste politico médiatique, il participe à des célébrations en l’honneur de Bandera.

Voilà le genre de personnage que nos alliés imposés par l’OTAN ont choisi pour symbole. Poutine n’exagère pas quand il affirme vouloir dénazifier l’Ukraine.

Mais il y a pire que ces remugles de l’histoire. Des néo nazis violents tiennent toujours le haut du pavé. Encouragés par l’Amérique et ses crétins dociles, français, anglais, allemand et polonais.

Le régiment Azov

Au lendemain des référendums de Lougansk et de Donetsk, où les séparatistes du Donbass s’étaient exprimés démocratiquement à plus de 90% pour leur rattachement à la Russie. le ministre de l’Intérieur du gouvernement ukrainien décida de former une milice d’environ 400 mercenaires, le bataillon Aïdar, pour « rétablir l’ordre à l’Est ».

L’armée régulière étant réticente à mener des opérations d’intimidation et de représailles contre des compatriotes (il y a beaucoup de familles mixtes russo-ukrainiennes) le job fut confié à des barbouzes et des nervis puisés dans les bas fonds de la société, voire extirpés des prisons.

Mais en mars 2015, le procureur général ouvrit une enquête criminelle contre Serhiy Melnychuk député ultra nationaliste accusé d’avoir créé un gang composé de combattants du bataillon Aïdar,  coupables d’ enlèvements, de tortures, de rackets, de vols et de viols. Ces mercenaires devenus incontrôlables menaçaient les pouvoirs de Kiev et lançaient même des contrats contre des ministres qu’ils trouvaient trop laxistes. Tolérés dans la clandestinité, on les utilise encore pour des « opérations spéciales » comprendre assassinats discrets d’opposants.

L’armée d’Azov leur succéda. Mieux encadrée et plus présentable, mais tout aussi vérolée. On lui attribua l’étiquette d’extrême droite, un fourre-tout journalistique bien éloigné de la réalité. Même si son premier chef fut Andriy Biletsky un suprémaciste antisémite fondateur d’un parti national-socialiste, sorti de prison après 28 mois de détention pour violences aggravées, envoyé en mission par le gouvernement de Kiev pour « mater les rebelles de l’Est ». Promu lieutenant-colonel après quelques massacres, puis élu député, il conseille à présent le clown Zygomyr.

Ses acolytes proviennent d’origines très diverses : Proxénètes, arnaqueurs, receleurs, dealers, ivrognes, pickpockets, hooligans du foot, caractériels virés de l’armée… Que du beau linge ! Leur idéologie nazie s’affiche par des tatouages de croix gammées, symboles d’une sincère admiration pour Hitler dont ils vénèrent la mémoire, et une valorisation de la violence aveugle comme solution à tous les problèmes.

Cette armée de bric et de broc a adopté tout naturellement pour emblème les écussons d’une division waffen SS. Légèrement redessinés ces derniers mois, sans se démarquer vraiment de la version d’origine. Avec la bienveillance sinon les encouragements des autorités de Kiev. Ça en dit long sur leur éthique victimaire.

Il leur fallait des sicaires pour assassiner, terroriser et racketter les russophones de l’Est. Ils les ont trouvés. Mais peu à peu, encensés par les médias d’État, puis présentés comme des chevaliers blancs par la propagande, ces voyous ont fini par se prendre pour un corps d’élite. Aidés une fois encore par les autorités de Kiev qui en ont fait un régiment officiellement intégré à la garde nationale. Sans leur demander de renoncer à leurs références nazies ni à leurs emblèmes « vintage ».

Très forts pour massacrer des civils et profiter du désordre pour perpétrer leurs rapines… Très entraînés à utiliser leurs victimes comme boucliers humains en prétendant les défendre… Très doués pour assassiner leurs prisonniers de guerre après avoir accusé les Russes…

Ces immondes nazis protégés par l’Eurocrature se planquent dans des souterrains comme les rats d’égouts qu’ils sont, lorsqu’ils ont affaire à de véritables combattants.

Après le déshonneur en Serbie et l’humiliation en Afrique, l’armée française touche le fond de l’ignominie en acceptant de servir de tels alliés.

Christian Navis

https://climatorealist.blogspot.com/

 

image_pdfimage_print
18
2

21 Commentaires

  1. L’ÉTERNEL RETOUR : LE Bandérisme est une notion historique dépassée . Avec ZELENSKI le travelo juif imposé comme président d’Ukraine par le Putsch de la CIA , avec le Forcing des BHL et autres Zélotes de l’Immigration juive oligarchique et mondialiste d’Occident et qui sont à la manœuvre et à la pointe de la Guerre « Occidentale » Otanesque contre la Russie , au détriment des peuples européens qu’ils oppressent …Il est temps de nommer les choses par leur nom et Poutine ne se trompe pas en désignant à la conscience russe et à l’Opinion internationale le vrai Belligérant dans l’affaire d’Ukraine : le JUDEO-NAZISME

    • Pauvre tache et toi tu es judéo-con ou bon aryen mauvais en tout?

    • Selon certaines rumeurs li y aurait de l’eau dans le gaz (russe) entre zelenski et le psycophate élyséen les deux folles vont elles en venir aux mains? Volodo le pianiste va arracher la moumoute à manu 🤕

      • Avec « Fuck Off Trudeau » comme arbitre et tous les cinglés européistes pro-Otan comme public, avec commentaires de BHL et Glucksmann, ce serait un super spectacle en Eurovision. On n’y comprendrait pas grand’chose, mais ce serait une bonne récré. Merci de l’idée.

    • Provo troll infiltré ou irresponsable? Ce qui est remarquable pourtant est l’existence bien réelle d’un courant politique favorable aux cinglés néo-conservateurs qui gouvernent en souterrain les USA, des faucons bellicistes américains criminels, un courant politique contraire aux intérêts vitaux de la France, des collabos des USA, et qui comporte un grand nombre de citoyens français d’origine juive qui déshonorent leur communauté: BHL, Kouchner, Glucksmann, Cohn-Bendit, Fabius, etc. Ils ont milité pour les guerres scélérates des américains en Yougoslavie, en Irak, pour les terroristes islamistes en Syrie, et maintenant pour que les pays d’Europe entrent en guerre contre la Russie sous la bannière factice de l’OTAN. Les dénoncer n’est pas de l’anti-sémitisme, mais il faut soigneusement choisir ses mots et ne pas verser dans des délires d’un autre âge….

  2. les ukro-nazis sont parmi nous ; compte-tenu du soutien actif dont le « joueur de piano avec sa bite » profite actuellement… des états-unis à l’europe, un soutien au nazisme devrait éveiller les consciences, mais j’ai l’impression que non!

    • La France est totalement soumise à une pyramide de pouvoirs: USA, UE, OTAN, Allemagne. Ils prennent leur source dans des milieux des classes dirigeantes qui en 1945 n’étaient pas totalement opposés au nazisme, aux USA comme en Allemagne. L’UE est née de cela: Le père d’Ursula Von Der Layen qui commande maintenant, mr Albrecht, était de ceux-là: Un ami et collaborateur de Walter Hallstein, dignitaire nazi responsable de l’organisation juridique de ’empire nazi en Europe, récupéré ensuite par les USA pour participer à la création de la future UE avec leur agent Jean Monnet. Voilà à qui nous obéissons.

      • Et le grand père du chancelier OLAF SCHOLTZ était général de brigade dans la SS, en poste à DACHAU ….Depuis 1945 , nous vivons sur les mythes élaborés par les livres d’histoire « fernand nathan « , avec les libérateurs américains , les américains qui ont gagné la guerre( le ratio étant de 1 soldat us tué pour 60 soldats soviétiques )….Depuis 1945 , les pays occidentaux se sont bien gardés , sous la tutelle US de dénazifier, ils n’ont éliminé que les plus voyants , ou ceux qu’ils ont bien voulu trouver : tout n’est que mensonge !

  3. Comment nazifier tout un peuple en reprenant la propagande soviétique. Répugnant et d’une débilité crasse. Et en plus on a droit à la censure stalinienne qui va avec. Quel choix judicieux d’avoir migré ses serveurs en Russie ! On ne peut même plus critiquer un pays étranger. RL n’a rien de patriote vu qu’il est soumis à des puissances étrangères. Comme quoi on se plaint des lois Pleven Gayssot mais en fait c’est pour mieux pratiquer le révisionnisme et imposer une nouvelle doxa au détriment de la liberté d’expression. Peu importe que vous publiez mon post. Je pensais que vous aviez touché le fond mais vous continuez à creuser.

    • LES nazis UKR n’ont pas éliminé , lors de la « SHOAH PAR BALLE  » évoquée dans l’article uniquement les juifs , mais tous ceux dont ils voulaient récupérer les biens , si modestes fussent ils : polonais de GALICIE ET VOLHYNIE , russes, hongrois .La plus grande partie de ma famille a été éliminée crucifiés sur les portes des granges et maisons avec des fourches ….J4y suis retourné il y a quelques années, dans le village , les ukrainiens sont oublieux de ces évènements et très discrets sur la période !

      • Exactement ce qu’on fait les Soviétiques en Allemagne. Rappelons que lesPolonais avaient discriminéds et persécutés les Ukrainiens dans la partie qui sera rattachée à l’URSS en 1939.

  4. Encore quelques jours sans nourriture et surtout boissons et nos nazillons si courageux pour tuer des civils désarmés ,crèveront dans leur trou à rat d’ Azovstal .😎
    Leur cher Bidet ou sa saleté François Bergo ne peuvent plus rien pour eux !

  5. Excellent rappel complet et précis, à diffuser largement. L’emblème d’Azov? Pas n’importe quel emblème d’un quelconque division Waffen SS, c’est directement adapté de celui de la Das Reich d’Oradour-Sur-Glane, le WolfSängel (crochet à loups) ce qui ajoute encore à l’infamie macronienne et de notre armée qui se déshonore en aidant ces salauds néo-nazis et criminels justement dénoncés par Poutine. Allô, Burkhard, tu es au courant? Tu a été à Oradour? Tu es encore français?

  6. Mais enfin puisqu’on vous dit que les nazis ce sont Zemmour et Le Pen !
    Eux oui ce sont les vrais méchants, tandis que Azov, ce sont de gentils patriotes agressés qui défendent leur pays. Bon d’accord, ça fait 8 ans qu’ils massacrent et torturent des civils ukrainiens pro-russes mais c’est quand même moins grave que Zemmour qui veut renvoyer dans leurs contrées d’origine des violeurs, des assassins exotiques, non mais !!

  7. Les ukraino-nazis d’Azov utilisent les civils dans les souterrains de l’usine d’Azov stal à Marioupol comme boucliers humains. Une des épouses de ces vermines a d’ailleurs confirmé que, si les civils étaient tous libérés, les Azov ne seraient plus protégés ! Ces salopards de nazillons savent que, dès le dernier civil libéré, les Russes vont tous les liquider car ce sont des criminels de guerre. A part cela, les salopards criminels gauchistes, déguisés en journalistes, continuent à accuser les Russes à Marioupol de tirer sur des civils et d’empêcher leur évacuation par l’ONU à Marioupol ! Je serais à la place des Russes, je liquiderais chaque « journaliste » occidental présent en Ukraine pour complicité néo-nazie avec les criminels de guerre d’Azov et les autres déchets néo-nazis ukrainiens. Une balle russe pour chaque Azov, criminel de guerre, et pour chaque gauchiste néo-nazi déguisé en journaliste !

  8. Pas un seul gauchiste propagandiste néo-nazi, déguisé en journaliste, pour poser ouvertement la question du pourquoi du retranchement fanatique et suicidaire des crapules néo-nazies d’Azov dans les souterrains de l’usine à Marioupol ! Pourquoi ne se rendent-ils pas ? Ces rats d’égouts, gros porcs néo-nazis, détiennent des civils comme otages. La vermine néo-nazie d’Azov empêche les derniers civils d’évacuer les souterrains ! C’est un crime de guerre caractérisé et toute la vermine journalistique occidentale s’en fout et s’en contrefout ! Ce sont les Russes les méchants et les barbares ! Une balle russe pour chaque propagandiste néo-nazi journaliste, complice des crimes de guerre des Azov !

    • Dans les souterrains d’AZOVSTAL, les types d’AZOV ne sont certainement pas seuls , des agents de l’OTAN et des israeliens sont probablement avec ;ce qui expliquerait l’acharnement téléphonique de macron por créer des couloirs « humanitaires , afin de faire libérer ses pions , et le limogeage du général de la DRM ainsi que les tentatives d’évacuation faites par les UKR , vraissemblablement

  9. zélinski juif par sa mère s’est converti il y a longtemps et a fait baptiser ses enfants selon le rite orthodoxe

1 Rétrolien / Ping

  1. Le nazisme et l’Ukraine, une longue histoire d’amour : exemple Stepan Bandera – Résistance Républicaine

Les commentaires sont fermés.