Le nazisme, un chancre sur la mentalité ukrainienne ?

Je voudrais apporter un petit quelque chose à l’excellent article écrit il y a quelques jours par Christian Navis intitulé « Le nazisme et l’Ukraine, une longue histoire d’amour : exemple Stepan Bandera ». Christian Navis a admirablement décortiqué le processus historique de ce phénomène. Au vu de la guerre actuelle, je suis interpellé pour ma part, par l’aspect psychologique, je veux dire par les inclinations très spécifiques des combattants ukrainiens, des inclinations que j’analyse comme des tares et des tares qui, sans faire d’exagération, s’apparentent à celles qui ont caractérisé les nazis de 1930 à 1945. Cela saute aux yeux.
Qu’est-ce que le nazisme finalement ? Outre le fait qu’il est un pouvoir politique propre aux seuls Allemands qui se considèrent comme la race supérieure devant dominer le monde puisqu’en bonne logique, tous autres humains sont inférieurs, il est, sur le fondement d’une inclination à la violence et à la cruauté qui est un état naturel du peuple allemand, une mécanique mieux, un apprentissage consistant à  façonner et à rationnaliser ladite inclination au service de l’objectif à atteindre. Cet apprentissage est la première arme du nazi. Elle est déjà la déclaration de guerre au reste du monde. En quoi consistait en gros cet apprentissage ? D’abord, à créer l’insensibilité totale du nazi face au mal (toujours extrème) qu’il cause lui, le membre de la race des seigneurs, à tous les autres êtres humains qui ne valent pas plus que larves de mouches. Ensuite, à agir avec la plus grande des fourberies.
Je voudrais citer deux déclarations significatives. En 1943, voilà ce qu’Himmler dit aux officiers S.S. : « Ce qui peut arriver à un Russe ou à un Tchéque ne m’intéresse pas le moins du monde … Que ces peuples soient prospères ou meurent de faim ne m’intéresse que dans la mesure où nous avons besoin d’eux comme esclaves de notre kultur : en dehors de cela, je ne m’en soucie aucunement. Peu importe que dix mille femmes russes tombent d’épuisement en creusant un fossé antichar pourvu que ce fossé soit terminé ». La déclaration suivante de Rudolf Höss, commandant du camp d’extermination d’Auschwitz est encore plus significative : « Dans le but de faire appliquer les ordres, il était psychologiquement essentiel que je paraisse convaincu de la nécessité de cet ordre terriblement dur. Tout le monde me regardait. Je devais me contrôler dans le but de ne pas laisser paraître mon sentiment d’oppression. Je devais passer pour indifférent et froid aux événements qui auraient déchiré le coeur de n’importe qui doté de sentiment humain. Je ne devais même pas détourner mon regard quand l’émotion menaçait de me submerger. Je devais regarder froidement, quand les mères avec leurs enfants riant ou pleurant se dirigeaient vers la chambre à gaz ». Le nazisme est une méthode d’extirpation de l’âme -refuge de bonté et de compréhension- en vue de parvenir à un esprit qui ne soit plus qu’une mécanique de mort.
 
Il semble bien que ce soit cette méthode qu’a choisie l’armée ukrainienne et particulièrement le régiment Azov, et des milices comme Secteur droit et Svoboda … quand pendant des mois et des mois, ils tirent au canon sur les populations civiles du Donbass jusqu’à tuer plus de 10 000 personnes en 8 ans et obligeant les gens à vivre comme des bêtes, quelquefois sans nourriture, dans le froid et souvent dans l’obscurité ; quand ils planquent leurs armes et tirent sur les soldats russes dans les immeubles où résident encore les populations civiles ; quand ils tirent à la kalachnikov sur les genoux des prisonniers russes attachés, quand ils crucifient puis brûlent un infirmier russe ayant eu la mauvaise idée de soigner les soldats russes ; quand le 5 mai 2004,venus de l’ouest de l’Ukraine, ils exterminent à la hâche et par le feu à Odessa plusieurs dizaines de Russes dans le Syndicat des travailleurs. Ca, c’est pour la cruauté ! S’agissant maintenant de la fourberie, les exemples ne manquent pas. Avant de les emmener à la mort, les nazis faisaient croire aux déportés qu’ils devaient se déshabiller pour aller prendre une douche. Les Ukrainiens eux sont devenus spécialistes du théâtre : à Boutcha et à la maternité de Marioupol notamment ; ils se planquent dans les immeubles, (je viens de le dire) se servant des populations civiles comme boucliers humains et les empêchant ainsi d’évacuer par des couloirs humanitaires ; pendant 8 ans, ils ont négocié les Accords 1 et 2 de Minsk entérinés par le Conseil de Sécurité de l’Onu ce qui n’a pas empêché Zélinski de publier en mars 2021 un décret prévoyant la reprise de la Crimée et dans ce sens, de renforcer les forces ukrainiennes dans le sud du pays.
Ce qui paraît renversant c’est que ces Ukrainiens très particulier parce qu’admirateurs des nazis et emprunteurs de leurs méthodes, semblent oublier que pour les nazis, après les Juifs et les Roms, les Slaves sont la race la plus inférieure. Or, les Ukrainiens sont des Slaves !
Philippe Arnon
image_pdfimage_print
15

13 Commentaires

  1. Bravo pour cet article. En fait c’est bouleversant et terriblement vrai. Je suis d origine slave. Zelensky est une honte pour les slaves. Beaucoup de personnes ne peuvent pas comprendre ce sentiment si particulier. Merci Philippe Arnon. J imprime et je transmets.

  2. CE DONT VOUS PARLEZ , c’est ça le judeo-nazisme soutenu bien sûr par l’OTAN OTTOMAN et par l’UE de BHL et de son chiot Macron . Zelenski n’est pas du tout un slave, un euro-chrétien , ni un ukrainien . c’est un juif ainsi que les mercenaires Azov , de l’Usine de Marioupol . Les russes les ont identifiés …. On en peut plus cacher la vérité si longtemps et on ne peut pas mentir tout le temps

    • C’est vrai. Plus que vrai dans le cas de Zelensky. Ajoutez Stoltenberg et Blinken entre autres et vous avez le trio des provocateurs inconséquents qui veulent la dislocation voire la disparition de la Russie. Les enfants d Israël ne sont pas des pacifistes, ce sont des universalistes à condition que ce soient eux qui contrôlent l univers. Ce n est pas une injure antisémite de le dire. Regardez les noms des grands destabilisateurs ( finance, géopolitique, idéologies progressistes ) , c est une réalité incontournable. Stoltenberg se frotte les mains en ce moment. Il la veut la guerre contre la Russie. Biden et Blinken sont aux anges. À mon avis plus pour longtemps.

  3. qui a été recruté comme kapos dans les camps? qui faisaient partie des premiers ersatzgroupen ? ils disent aujourd’hui que zelinsky est juif, mon oeil, il s’est fait marier par un pope et ses enfants sont tous baptisés orthodoxes!

    • Le bout de peau qu on lui a enlevé à la naissance ne repoussera pas. Cet homme a renié sa religion et ses principes,donc sa foi. Un renégat, un
      un imposteur et quelque part un criminel contre son peuple.

  4. j’avais apprécié la mise au point historique effectuée par Ch.NAVIS dans son article , mais elle m’avait un peu laissé sur ma faim, traitant bien le cas Bandera , maisn’expliquant pas comment le peuple UKR avait pu engendrerun tel individu, l’HOLODOMOR n’expliquant pas tout , et le mal étant beaucoup plus profond et durable .L’une de mes grands mères était née , avec le siècle précédent , en GALICIE , dans une famille de la petite noblesse terrienne polonaise .entre 1920 et 1944 , elle a vu massacrer la plupart des gens de sa famille , pendus, fusillés , crucifiés sur les portes de sa maison , C’est peu dire qu’elle a tout perdu , et ces crimes ont été perpétrés par les UKR….

    • Je connais très bien la pointe sud-est de la Galicie polonaise au sud de Sanok, notamment, les petits villages de Cisna, Lutowiska … Le paysage de montagnes est splendine. On trouve parfois des églises en bois extraordinaires. On s’étonne qu’après l’histoire mouvementée de cette région, elles soient encore debout.

  5. PARLONS DE L’HOLODOMOR ( 8 à 10 Millions d’ukrainiens euro-chretiesn massacrés par la Tcheka et le NKVD communistes ) : 1- Genrikh YAGODA ( chef du NKVD de 1934 à 37 sous Staline , juif ukrainien ).2- Lazarare KAGANOVICH (membre du politburo ami de Saline et chargé du génocide ukrainien , juif ukrainien )… »Selon certaines sources (notamment les travaux de l’écrivain russe Soljenitsyne et du juriste polonais Raphael Lemkin), il serait l’un des plus grands meurtriers du XXe siècle. Le 21 décembre 2006 le journal israélien Yediot Aharonot publie un article de l’historien Sever Ploker présentant Iagoda comme le plus grand criminel de l’Histoire puisque directement responsable de la mort d’une dizaine de millions de personnes. Ses subordonnés ont, sous son commandement, mis en place et géré le système du Goulag.

    • Bravo Octave ! Tout cela est édifiant et devrait faire réfléchir et réagir certains Schtroumpfs qui ne jurent que de la main gauche. Je diffuse votre commentaire éclairé à des proches. Merci.

    • Oui vous avez raison Monsieur : les extremes se rejoignent!!! C’est desesperant. C’est comme s’il etait impossible a l’homme de sortir de sa bestialite. Par ailleurs, et comme beaucoup, j’ai ete frappe par la participation de nombreux Juifs a la barbarie communiste. J’en ai parle dans mon essai « Les Juifs irremediablement arraches a Dieu par Satan ».

  6. La grande bourgeoisie allemande revient à ses racines et inclut sans complexe son passé de domination sur l’Europe, depuis Bismarck jusqu’à Adolf, en fait il n’y a pas eu de véritable dénazification. Tout les rangs n°2, 3 et la suite ont survécu sans problème et ont fait souche. Après plusieurs décennies de Takkya à l’usage des européens naïfs et désormais soumis, l’arbre émerge de nouveau, avec le gentil Klaus Schwab et la chouette famille Von Der Layen-Albrecht, oui l’ombre de Walter Hallstein plane manitenant sur l’Empire; C’est pour ça que la propagande de l’UERSS aime tant les neo-nazis ukraininens, Azov, Pravy Sektor, etc. Un passé que l’on croyait révolu, comme celui des extrêmistes gauchistes de 1968-70, qui dans les camps de l’OLP fréquentaient ceux du côté néo-nazi……Ils sont tous revenus!

    • Eh oui ! Quand la mémoire s accomode de petits arrangements entre amis. L empire du mal n a jamais cessé de tisser sa toile.

    • MichelUltraLucide, je partage tout à fait votre point de vue. Tous les pays ont leur propre mentalité. Celle des Germains c’est depuis l’antiquité de cultiver la haine des autres avec cruauté en se croyant supérieur. Là encore, j’en parle dans un de mes essais intitulé « L’Allemagne, chef du califat d’Europe d’ici peu ». Or désormais, il est question de remilitariser l’Allemagne. Les gens sensés n’ont pas encore compris. Il est vrai qu’en France, c’est désormais le temps de la bêtise et surtout de l’inculture.

Les commentaires sont fermés.