Le néo-macronien Woerth s’accroche à une présidence réservée à l’opposition

Qu’Éric Woerth, 66 ans, deux fois ministre de Sarkozy, ait envie de l’être une troisième fois peut se comprendre. Macron a dû lui proposer un titre ou un maroquin très attrayant  pour parachever sa carrière  et comme tout bon politicard, il est allé à la soupe sous des prétextes idéologiques et fallacieux.

Ayant beaucoup taclé Macron, il s’en défend par une pirouette grotesque, justifiant son lâchage de Pécresse, en pleine campagne, par le fait de soutenir sa candidature n°2…

« Il est le mieux à même de défendre l’intérêt de la France et des Français […] Un second mandat serait une chance pour la France, comme ça aurait été le cas pour Nicolas Sarkozy », a-t-il affirmé dans une interview au Parisien, affirmant qu’« on ne peut pas avoir un Président débutant tous les cinq ans » et qu’il « n’est pas plus de gauche que moi. »

« Face au mur de réformes, le pays a besoin d’un Président expérimenté et pragmatique. Emmanuel Macron a beaucoup évolué. Je l’ai beaucoup critiqué au début de son mandat et je reste contre un certain nombre de mesures, mais il a été un bon Président de crises gravissimes ».

Woerth n’est pas énarque mais issu de HEC et a surtout fait une carrière politique, occupant tous les postes, pour être actuellement député de l’Oise et président de la prestigieuse commission des Finances de l’Assemblée, depuis 2017, cette présidence incombant systématiquement à l’opposition.

C’est ainsi que par la voix de Véronique Louwagie, les députés LR lui ont demandé “solennellement”, le 16 février,  de “démissionner”, au nom “des droits de l’opposition” et d’un “esprit d’équilibre démocratique”.

La cheffe de file des socialistes, Valérie Rabault, a réitéré, réclamant de “l’exemplarité”,  soulignant que la commission “peut être convoquée à tout moment” dans les quatre mois restants de la législature.

“Assumez votre choix”, a renchéri Michel Zumkeller de l’UDI, invoquant le respect de la “démocratie”, Charles de Courson de Libertés et territoires plaidant pour une “clarification”.

Évidemment, LREM a fait bloc derrière sa nouvelle recrue. « Le règlement de l’Assemblée stipule que le président de la commission doit appartenir à l’opposition au moment de son élection, mais pas forcément au-delà » a fait valoir le rapporteur du budget Laurent Saint-Martin, LREM, la commission des Finances “mérite mieux que l’importation d’un débat politique et symbolique”.

Impavide, Éric Woerth a affirmé : “je ne démissionnerai pas, c’est ainsi”. “Je ne soutiens pas le premier mandat d’Emmanuel Macron, j’ai dit que j’allais soutenir le 2e mandat d’Emmanuel Macron. Il y a une différence”, a-t-il ajouté, se faisant aussitôt huer.

Les députés de l’opposition ont alors quitté la salle.

La révision de la Constitution de 2008 précise que : “Ne peut être élu à la présidence de la commission des Finances qu’un député appartenant à un groupe s’étant déclaré d’opposition”.

Dès 2007, la majorité UMP de l’époque avait pris les devants, laissant cette présidence à Didier Migaud du Parti socialiste. Depuis, la présidence est toujours revenue à un membre du plus important groupe d’opposition.

Toutefois cette règle s’applique au moment de l’élection. Formellement donc, Éric Woerth ne bafoue pas la règle mais joue habilement du flou induit pour s’accrocher à son fauteuil, ses prérogatives et narguer Les Républicains qui l’ont qualifié de traître.

Woerth, un poitocard bien comme ses pairs, avec de belles casseroles… qui fera merveille en Macronie dont il partage déjà toute la mauvaise foi et l’arrogance. Ne lui manque que le ministère de la Vérité !

Daphné Rigobert

Tollé à la commission des Finances !

https://www.youtube.com/watch?v=CisVYK_xnoE

Éric Woerth explique pourquoi il a  choisi Macron.

https://www.youtube.com/watch?v=t8wi9m-VthE

image_pdfimage_print

9 Commentaires

  1. l’autre woerth disparu dans les abimes de la politique depuis l’ére sarko et ump l’autre sort a 2 mois et commence a sucer le macron espérant un poste de ministre en cas de victoire macron,ces gens la n’ont aucune morale ni fiété cde vraies charognes…..ca suce pour un poste,vieux ténia de woeurrrrrth

    • Oui @kabout,

      Sans gêne et sans scrupules c’est le genre de type qui irait aux Restos du Cœur taxer une boîte de cassoulet.

  2. Woerth est un traitre il passe chez macron et va disparaître de la scène politique comme son nouveau maître tres très provisoire qu’il crève d’un bon cancer du pancreas

  3. jamais deux sans trois (fois ministre) mais je doute qu’éric zemmour le choisira

  4. Il a ete un mauvais député, un mauvais ministre des Finances , et il soutient un mauvais cheval (je ne parle pas de l’hippodrome de Chantilly où il a été mis en cause) !

  5. Les mauvaises langues disent qu’il a changé de cheval afin de faire oublier (enterrer) l’épisode de la vente de l’hippodrome de Compiègne.

  6. Ce type est un ange comme beaucoup ! Il est sur notre terre pour des missions ? Avec cet hijo de puta de virus on vit en perfusion avec les zorros de la BCE qui nous a rendu notre pognon ! Il faudra un effort de chacun pour se sortir de cette dette, donc il faut formater et virer le crif ? Pourquoi Woerth est poussé à la démission ? Il est alsacien et ça c’est gênant !😇

  7. Ce Sinistre personnage est blindé de Casserolles ,ses Electeurs ne le suivront pas à commencer par moi mème !

  8. Il est encore là cet escroc, il n’a pas honte ?
    Les français auraient ils déjà oublié les affaires de l’hippodrome de Compiègne, l’affaire Woerth-Bettencourt, Sarkosy-Kadhafi, Tapie-Crédit lyonnais ??? Ca commence à faire beaucoup non ?

Les commentaires sont fermés.