Le noble Coran et notre Prophète bafoués par 60 personnalités « musulmanes » de France dans Libération

Je découvre dans mon quotidien préféré, Libération, un appel intitulé « L’islam bafoué par les terroristes », qui « réunit 60 citoyens de foi, de tradition ou de culture musulmane (ou héritiers de ces références) » vivant en France :
http://www.liberation.fr/societe/01012313114-l-islam-bafoue-par-les-terroristes
http://www.respectmag.com/2011/01/12/pourquoi-cet-appel-4757
Voici cet appel in extenso :
« Dès les premières heures de l’année, 21 chrétiens étaient massacrés à la sortie de la messe, devant l’Église des Saints d’Alexandrie en Égypte. Deux mois auparavant, veille de la Toussaint, des terroristes assassinaient 45 chrétiens dans la cathédrale de Bagdad. Des atrocités commises «au nom de l’islam». Nous rappelons, haut et fort, que ces meurtriers ne sont pas l’islam, et qu’ils ne représentent en rien les musulmans. Nous voulons signifier par cet Appel notre refus de ce rapt de nous-mêmes: celui dont on usurpe l’identité est plus à même de démasquer le faussaire. L’instrumentalisation de la religion est certes trop souvent, ici, le fait de certains médias ou politiques. Elle reste, de par le monde, la terrible arme des extrémistes. Et ce sont eux qui tuent, dans différents pays, des femmes, des hommes et des enfants de toutes confessions, dont de nombreux musulmans. Le meurtre de chrétiens, comme de tout être humain, est une horreur absolue. Et c’est aussi l’islam qu’on assassine en commettant ces crimes en son nom. Alors comment se taire quand on tue en votre nom? Depuis la France, les citoyens de foi, de tradition ou de culture musulmane – ou héritiers de ces références – veulent ici dire leur indignation devant ces crimes. Pour leurs voisins, pour leurs enfants et pour eux-mêmes, contre les amalgames destructeurs. Ils clament haut et fort leur refus de l’intolérance et des violences commises, de par le monde, à l’encontre de minorités. Et plus fort encore lorsque certains bafouent leur foi ou leur identité en tuant au nom de l’islam. Construisons partout le vivre ensemble dans nos pays multiconfessionnels. »
Certes, je salue le courage du quotidien Libération pour tout ce qu’il fait pour notre belle religion et pour les musulmans de France. Je me souviens de cet éditorial et cette une condamnant « le vote de la honte », c’est-à-dire le référendum suisse contre les minarets, ou encore de cette couverture et de ce dossier de quatre pages « Quand la France fait ramadan ». Que Paix et la Bénédiction d’Allah le Très Haut soient sur Laurent Joffrin, sur sa famille, sur toute l’équipe de Libération et sur ceux qui suivent la voie juste jusqu’au Jour du Jugement Dernier !
Certes, je me réjouis de trouver parmi les premiers signataires plusieurs convertis à l’islam, et d’apprendre que Vincent Geisser, chercheur au CNRS, se compte désormais parmi les « citoyens de foi, de tradition ou de culture musulmane ». Je m’en doutais étant donné son zèle à défendre notre religion par exemple au Congrès de l’UOIF ou en faisant la tournée de mosquées de France en compagnie de nos frères Mouloud Aounit et Tariq Ramadan. Mais ça va mieux en le disant.
Cependant, comme je suis moi aussi musulmane et fière de l’être, je m’interroge sur la pertinence et la justesse d’une telle pétition, et en particulier sur son adéquation avec le fait de se réclamer de la foi musulmane.

Tout d’abord, rappelons que l’islam est basé sur des sources précises. En premier lieu, le saint Coran. En second lieu, la Sunnah, qui a transmis les faits et dires de notre Prophète (que le salut et la bénédiction soient sur lui) et qui doit être le modèle de toute personne se réclamant de l’islam. En troisième lieu, l’avis de savants musulmans au travers des siècles, qui ne peuvent baser leurs fatwas que sur les deux premières sources et en aucun cas sur des décisions humaines, a fortiori sur des principes ou des lois édictées par des mécréants égarés sous le prétexte de concepts anti-islamiques comme « démocratie » et autres « droits de l’homme ».
Or cet appel publié par Libération et Respect Mag ne suit absolument l’orthodoxie musulmane. Aucune référence religieuse à l’appui de leurs affirmations ! Par exemple, les signataires peuvent-ils me citer la moindre source coranique ou haddithique qui condamnerait les « atrocités commises au nom de l’islam » ou qui prônerait le « refus de l’intolérance et des violences commises, de par le monde, à l’encontre de minorités », le « vivre ensemble » ou le fait que nos « pays » puissent être « multiconfessionnels » ?
Je me permets donc de vous rappeler, chers frères et sœurs musulmans signataires de cet appel, quelques prescriptions de notre noble Coran qui démontrent que vous vous égarez, ou du moins que l’islam que vous prônez dans votre texte n’est aucunement conforme à la parole du Très-Haut révélée à Son messager Muhammad (que le salut et la bénédiction soient sur lui).
Tout d’abord, selon notre noble Coran, le musulman est supérieur au non-musulman :
« Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre (Chrétiens et Juifs) croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers. » (Coran 3:110)
Ensuite, l’islam nous enseigne le contraire du « vivre ensemble » :
« Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. » (Coran 5:51)
« Les Juifs disent : « Uzayr est fils d’Allah » et les Chrétiens disent : « Le Christ est fils d’Allah ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ? » (Coran 9:30)
« Et de ceux qui disent : « Nous sommes Chrétiens », Nous avons pris leur engagement. Mais ils ont oublié une partie de ce qui leur a été rappelé. Nous avons donc suscité entre eux l’inimitié et la haine jusqu’au Jour de la Résurrection. Et Allah les informera de ce qu’ils faisaient. » (Coran 5:14)
Enfin, la parole d’Allah est très claire sur notre conduite envers les infidèles quels qu’ils soient :
« Et tuez-les, où que vous les rencontriez ; et chassez-les d’où ils vous ont chassés : l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants. » (Coran 2:191
« Ils aimeraient vous voir mécréants comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez ; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur. » (Coran 4:89)
« Vous en trouverez d’autres qui cherchent à avoir votre confiance, et en même temps la confiance de leur propre tribu. Toutes les fois qu’on les pousse vers l’association (l’idolâtrie) ils y retombent en masse. (Par conséquent,) s’ils ne restent pas neutres à votre égard, ne vous offrent pas la paix et ne retiennent pas leurs mains (de vous combattre), alors, saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez. Contre ceux-ci, Nous vous avons donné une autorité manifeste. » (Coran 4:91)
« La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment. » (Coran 5:33)
« Et ton Seigneur révéla aux anges : « Je suis avec vous : affermissez donc les Croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous (décapitation) et frappez-les sur tous les bouts des doigts. » (Coran 8:12)
« Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n’est pas toi qui lançais : mais c’est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d’une belle épreuve de Sa part ! Allah est Audient et Omniscient. » (Coran 8:17)
« Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakát, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » (Coran 9:5)
« Et, sauf en droit, ne tuez point la vie qu’Allah a rendue sacrée. Quiconque est tué injustement, alors Nous avons donné pouvoir à son proche [parent]. Que celui-ci ne commette pas d’excès dans le meurtre, car il est déjà assisté (par la loi). » (Coran 17:33)
« Ce sont des maudits. Où qu’on les trouve, ils seront pris et tués impitoyablement. » (Coran 33:61)
« Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru, frappez-en les cous (décapitation). Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c’est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c’est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d’Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions. » (Coran 47:4)

Evidemment, selon les prescriptions même de notre noble Coran, le musulman est invité à imiter autant que faire se peut notre beau modèle Muhammad (que le salut et la bénédiction soient sur lui). Voyons comme la Sunnah montre qu’il a suivi parfaitement les commandements divins :
« Un groupe des Banû Israel (fils d’Israël) était perdu. Je ne sais pas ce qui leur est arrivé, mais je pense qu’ils se sont transformés en rats. » (Récit d’Abu Huraira, Muslim XLII 7135 et Bukhari LIV 524).
« Quand l’apôtre d’Allah eut coupé les pieds et les mains de ceux qui avaient volé ses chameaux et qu’ils leur eut enlevé les yeux avec des clous chauffés au feu, Allah le gronda et il révéla : la punition de ceux qui font la guerre à Allah et à son apôtre et qui les affrontent avec toutes leurs forces pour semer la discorde sur la terre sera l’exécution (par décapitation) ou la crucifixion. » (Récit d’Abu Zinad, Dawud XXXVIII 4357).
« L’apôtre d’Allah a lapidé à mort une personne de la tribu des Banû Aslam, un Juif et sa femme. » (Récit de Jabir Abdullah, Muslim XVII 4216).
«Mais sans aucun doute je les aurais tués puisque le Prophète a dit : si quelqu’un (un musulman) s’écarte de sa religion, tuez-le. » (Récit d’Ikrima, Bukhari LII 260)
Enfin, l’Histoire elle-même confirme ces pratiques de notre Prophète Muhammad (que le salut et la bénédiction soient sur lui) conformes aux prescriptions de notre noble Coran.
Voici par exemple la missive qu’il écrivit au peuple d’Oman : « Paix soit sur celui qui suit le chemin droit ! Je vous appelle à l’islam. Acceptez mon appel, et vous serez indemne. Je suis le messager de Dieu envoyé à l’humanité, et l’annonce sera effectuée sur les mécréants. Si, donc, vous vous identifiez à l’islam, j’accorderai la puissance sur vous. Mais si vous refusez d’accepter l’islam, votre puissance disparaîtra, mes chevaux camperont sur l’étendue de votre territoire et nous régnerons en votre royaume. Signé : Muhammad, messager de Dieu ».
Et même le tribunal administratif de Paris, par un jugement du 26 février 2008 qui annule une sanction disciplinaire contre Monsieur Louis Chagnon, professeur d’histoire, reconnaît comme véridique cette ligne de conduite du Prophète (Muhammad). En effet, ce jugement affirme explicitement que « la vérité historique des propos relatés n’est pas contestée », à savoir ces propos que le professeur avait dicté à ses élèves : « Mahomet va se transformer en voleur et en assassin. Il va imposer sa religion par la terreur. Il a fait exécuter 600 à 900 juifs en un jour. » Louis Chagnon faisait évidemment allusion à la célèbre tribu juive des Qoraïza en 627 dont les 600 à 900 hommes furent décapités en une nuit pour avoir refusé d’embrasser l’islam ou de s’y soumettre.
Qu’il me soit permis d’abréger ici ce court exposé, puisqu’il serait trop long de vous narrer tous les faits d’armes de Muhammad (que le salut et la bénédiction soient sur lui) et de ses compagnons destinés à faire comprendre aux mécréants (juifs, chrétiens, athées ou idolâtres) tout le bénéfice qu’ils peuvent retirer en rejoignant la communauté de notre belle religion d’amour, de paix et de tolérance. Pour de plus amples détails, on consultera par exemple « Les débuts des conquêtes arabo-musulmanes : Mythes et réalité » du professeur Louis Chagnon, fin connaisseur de l’islam dont devraient s’inspirer bien des musulmans qui connaissent hélas mal les fondamentaux de leur religion (Editions Godefroy de Bouillon, 2007, ISBN 978-2841911905).
Dès lors, et quelle que soit la conception pour le moins hétérodoxe que se font de l’islam les « 60 citoyens de foi, de tradition ou de culture musulmane (ou héritiers de ces références) » qui sont signé l’appel de Libération, il convenait de mettre les choses au point pour éviter que notre noble Coran, notre saint Prophète (que le salut et la bénédiction soient sur lui) et par conséquent notre belle religion qu’est l’islam ne soient bafoués et présentés sous un jour fallacieux par des affirmations pour le moins fantaisistes.
Leila ADJAOUD

image_pdf
0
0