Le non vacciné, nouveau bouc émissaire

Le philosophe René Girard explique que le fondement des sociétés humaines repose sur le mécanisme du bouc émissaire : la violence intrinsèque des groupes humains s’exerce sur une personne ou un groupe de victimes, et ce sacrifice permet de conserver la cohésion de la société. Ce mécanisme est dans la majorité des cas invisible pour les persécuteurs, ils n’ont pas conscience de faire quelque chose de mal, pour eux ce sacrifice est éminemment juste. Dans l’Antiquité nous avons l’exemple des sacrifices humains chez les Incas ou les Gaulois, les arènes chez les Romains (du pain et des jeux).

René Girard explique que voulant étudier le Nouveau Testament en comparaison des textes et mythes de l’Antiquité il a découvert quelque chose de totalement nouveau pour l’époque : un texte qui dévoile ce mécanisme et révèle l’innocence de la victime, en l’occurrence Jésus. C’est le premier texte selon lui qui ne trouble pas la vérité des faits de persécution sacrificielle. Dans l’Antiquité on attribue au sacrifié des tares ou des crimes qui justifient son châtiment. René Girard donne de nombreux exemples dans les mythes et ceci dans toutes les cultures. Pour que ce mécanisme fonctionne, il est nécessaire qu’il reste voilé, que la victime soit affublée des pires crimes. Lire certains textes du Moyen Âge sur les Juifs nous fait dire : « comment ont-ils pu croire qu’ils répandaient des maladies, empoisonnaient l’eau des puits, s’en prenaient aux enfants, etc. ? »

Ce mécanisme que René Girard décrit comme diabolique ou satanique est encore à l’œuvre aujourd’hui. Cependant la révélation de l’Évangile le dévoile de plus en plus au cours de l’histoire, le rendant ainsi de plus en plus inopérant. René Girard explique que l’affaiblissement  de ce qui permet aux société de se maintenir dans cette fausse paix conduit paradoxalement à de plus grands massacres et exterminations.

Je pense que c’est ce qui est à l’œuvre aujourd’hui, la mise à l’index puis une forme de mise à mort sociale de toute une partie de la population. J’ai entendu sur une chaîne d’info de la part d’un chroniqueur : «  je n’ai pas envie qu’une bombe bactériologique s’asseye à côté de moi dans un bus » en parlant des non vaccinés. Là encore on déshumanise la personne et on l’accuse des pires maux, de « répandre la peste ».  L’intelligence est incapable de percevoir ces phénomènes de persécution. Après la Seconde Guerre mondiale, quasiment tous les intellectuels français ont adhéré sans réserve au communisme et n’ont pas vu ni compris qu’il y avait des millions de victimes.

Seuls votre intuition et votre cœur peuvent nous faire sentir que « quelque chose ne colle pas », qu’il y a un souci. Je vous en prie, pour vous-même, tenez-vous debout, résistez à ce courant malsain, ayez le courage de reconnaître en vous-même cette propension à l’accusation et à la condamnation pour mieux la combattre. Ne vous laissez pas entraîner ! Le jour où Pilate a livré le Christ à Hérode, d’ennemis qu’ils étaient ils sont devenus amis. Refusez cette fausse amitié et fausse paix qu’on vous propose.

Éphésien 5 verset 11

Ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. Car il est honteux de dire ce qu’ils font en secret ; mais tout ce qui est condamné est manifesté par la lumière.

Christophe Sévérac

image_pdf
0
0

8 Commentaires

  1. Faut reconnaître que ca change: d’habitude sur RL c’est plutôt le juif ou l’arabe qui est montré du doigt.

  2. La brutalité du virus arrivé on ne sait pas et si son départ était aussi brutal ? Pour les vaccinés dommage si le virus fuit notre protéine ? Dommage pour eux car en 1918 c’est exactement ce qui s’est passé !😇

  3. Le rite du bouc émissaire – le sacrifice d’un bouc qui endossait les fautes du peuple – se pratiquait dans toutes les sociétés humaines.
    Aujourd’hui, on accuse les non vaccinés de contaminer les vaccinés – mais alors, à quoi sert le vaccin ??? – alors qu’en réalité, c’est le contraire : l’oxyde de graphène contenu dans les vaccins attaque les poumons, et les vaccinés se retrouvent avec une pneumonie bilatérale, et les symptômes du « covid-19 » (virus imaginaire).
    On fait porter le chapeau aux personnes saines, pour cacher que c’est le « vaccin » qui tue, ou rend les gens malades.

  4. Comment ne pas avoir une pensée pour Claire Séverac en lisant votre nom…jamais oublié cette personne courageuse.
    Bienvenu Christophe Sévérac….article de haut niveau, pas forcement facile à lire.Mais à chacun son expression.

  5. Le Nouveau Testament est le premier texte qui ne trouble pas la vérité des faits de persécution sacrificielle ?

    En quoi Socrate et Platon désignaient-ils des boucs émissaires ?

    • Le problème de la philosophie c’est « qu’elle tourne autour du pot » pour ne pas dire qu’elle y est dedans. Elle n’a pas les armes pour discerner ce principe sacrificiel à l’œuvre dans les sociétés. Les philosophes sont toujours à la traine, voir aujourd’hui le naufrage de Michel Onfray et plus largement le silence des intellectuels français concernant la vaccination obligatoire (pass sanitaire). Cela est du au fait que l’intelligence et la raison ne sont pas suffisantes face au mensonge et à la séduction ( Les non-vaccinés sont égoïstes et dangereux pour les autres). Ce courant d’accusation est si puissant qu’il peut entrainer même les personnes les plus intelligentes et les plus savantes.

    • Vincent Sureau : Les esprits étriqués ont toujours rejetés ce qu’ils ne pouvaient comprendre . Vous voulez nous parler du « nouveau Testament » !!! Laissez moi vous dire ceci : La religion empoisonne tout , la religion se mêle de sexe , contrôle ce que nous mangeons et multiplie les interdits les plus arbitraires . La religion diabolise la science ,se fait complice de l’ignorance et de l’obscurantisme .

Les commentaires sont fermés.