Le nouveau Besancenot, c’est Damien Rieu

Publié le 21 novembre 2014 - par - 2 075 vues
Share

besancentvoiléePersonne n’a oublié, au soir des élections européennes, sur les plateaux de télévision, les larmes de Mélenchon, et surtout sa phrase : « C’est épouvantable, la question identitaire a supplanté la question sociale ». Il est évident que pour un homme qui n’a jamais été capable de raisonner autrement qu’en marxiste et en termes de rapports sociaux, niant les identités culturelles des peuples, c’est quelque peu dérangeant.

https://www.youtube.com/watch?v=lrRgesTfSTk

Dans les années 2000, on ne jurait que par le facteur de Neuilly, Olivier Besancenot. Celui-ci avait su remplacer avantageusement son dinosaure de beau-père de l’époque, Alain Krivine, inamovible porte-parole de la LCR depuis 1968. Il amenait un ton nouveau, il était jeune, talentueux, et, sur tous les plateaux de télévision, il éclatait la vieille gauche molle du Parti socialiste, Hollande en tête. Il savait toucher les gens en parlant des bénéfices exorbitants des grands groupes capitalistes, des licenciements boursiers et de l’exploitation des travailleurs. Il réussit alors une percée spectaculaire, à 4,25 % lors de la présidentielle 2002, proche d’Arlette Laguillier, alors au sommet de ses votes, qui atteignit 5,72 %.

Les bobos s’encanaillaient en votant pour lui, mais curieusement, ce ne fut pas contre les trotskistes que les médias et les socialistes se déchaîneront, suite à la chute du candidat Jospin, mais contre la candidature de Jean-Pierre Chevènement, qui pourtant ne fit pas davantage que les deux candidats d’extrême gauche.

Il est vrai que les électeurs de Besancenot, séduits par la jeunesse et le dynamisme du discours, n’approfondissaient pas trop certains aspects de l’idéologie de la LCR, qui apparaîtront au grand jour dans les années qui suivront : immigrationnisme, défense des clandestins, candidate voilée aux régionales, et le soutien aux islamistes du Hamas, lors de manifestations parisiennes où, sans vergogne, Besancenot se joindra aux fascistes antisémites et à leur haine d’Israël.

Aujourd’hui, le masque est tombé, le facteur n’intéresse plus grand monde. Son image de prolétaire est même sacrément écornée quand on apprend quelques détails sur son train de vie.
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Olivier-Besancenot-portrait-1030.html

A la télévision, où il continue à être fréquemment invité, il pleurniche sur les bonnes ventes d’Eric Zemmour, accusant le climat nauséeux et l’ère du temps d’écouter de tels discours. Toujours aussi respectueux pour l’avis du peuple, le camarade.

Douze ans plus tard l’apparition du facteur de Neuilly, c’est un autre jeune qui commence à se faire connaître. Il s’appelle Damien Rieu, il est président de Génération Identitaire. Lui n’est pas invité sur les plateaux de télévision, mais il sait tout de même faire la « une » de l’actualité. Il avait réussi cette formidable opération de l’occupation du toit de la mosquée en construction de Poitiers, ce qui lui avait valu une condamnation unanime de la classe politique et médiatique, par ailleurs fort complaisants avec les actions, autrement plus violentes, des Femen.

Damien a également fait l’actualité par des opérations spectaculaires dans le métro de Lille, et en faisant un reportage à Lampedusa, où il dialoguait avec un clandestin africain.

Il donne totalement raison à Mélenchon, dans ce discours où se reconnaissent beaucoup de Français de moins de quarante ans. La question identitaire a en effet supplanté, dans l’esprit de nombre de nos compatriotes, la question sociale, encore davantage quand elle est défendue avec autant de talent par le jeune porte-parole de GI.

Il y a tout de même une différence importante entre les deux hommes, à douze années d’intervalle. Besancenot était très courtisé par les médias, alors que Damien Rieu est totalement ignoré. Ainsi, personne n’a relayé les Assises sur la Remigration, où il faisait partie des neufs intervenants, à l’initiative de ses grands frères du Bloc Identitaire.

L’explication est fort simple. Dans une période où les oligarchies financières ont besoin de casser les Etats-Nations et de broyer l’identité des peuples, pour favoriser un monde sans frontières faits de consommateurs sans racines, il vaut mieux écouter un bobo gauchiste déguisé en travailleur vanter l’Europe des travailleurs (cela ne mange pas de pain), réclamer toujours plus d’immigration et le droit de vote des étrangers, qu’un jeune patriote défendant son pays, sa culture, son identité et la souveraineté de son pays.

Le vrai rebelle, c’est Damien Rieu, le vrai collabo, c’est Besancenot.

Lucette Jeanpierre

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.