Le nouveau négationnisme fait des ravages chez certains lecteurs de Riposte Laïque

Publié le 23 mai 2014 - par - 2 182 vues
Share

autruche.mahometC’est cet article de Gérard Barettapiana paru dans le numéro du 20 mai qui m’amène à réagir :

http://ripostelaique.com/mes-amis-de-riposte-laique-doivent-nuancer-leur-discours-sur-lislam.html

Contrairement à vous, Gérard, je n’ai pas suivi l’équipée de Riposte Laïque dès ses premiers jours. J’ai d’abord été réticent et, à l’époque, j’avais publié dans France Soir un article titré Le foulard, faux problème. J’exprimais ma conviction qu’à l’école ce sont seulement les enseignants et autres agents de l’Education Nationale qui doivent s’abstenir de manifester des convictions religieuses, en particulier par le port de vêtements communautaires. Surtout, je disais que les bases théologiques sont bien pires, dans toutes les religions, que la multiplication, en France, des femmes islamiquement enfoulardées.

C’est la courageuse Fanny Truchelut qui m’a fait changer d’avis. J’ai été stupéfait et révolté par la lourde condamnation de cette femme, qui avait simplement demandé à une musulmane de retirer son voile islamique dans les parties communes de son Gîte des Vosges. J’ai compris que, chez les jeunes militantes qui cherchaient à imposer en France le voile islamique, le vêtement était avant tout une bannière de combattant politique, le signe d’un ferme refus des règles du pays d’accueil républicain et laïc.

Puis il y a eu, sur son site Nouvel Islam, des échanges très libres avec Pascal Hilout né Mohamed – celui qui deviendra par la suite le terrible guerrier toujours armé d’un épouvantable saucisson et d’une inaltérable bonne humeur. Pascal – qui, je crois, évoluait en même temps que moi – m’a fait comprendre que je devais dépasser mon seul combat à long terme contre les bases théologiques de la violence religieuse, et regarder plus particulièrement ce qui se passait, en la matière, dans la France où la religion musulmane était de plus en plus prise en main par ses fondamentalistes.

Il a renforcé ma conviction que les plus dangereux des islamistes sont les vrais musulmans, ceux qui sont les plus fidèles à leur prophète Mohamed et aux rédacteurs du Coran.

J’ai alors envoyé à Riposte Laïque un petit texte où je m’affirmais sans détours islamophobe. Cyrano (ou Pierre Cassen, je ne sais plus) m’a demandé si RL pouvait le publier. J’ai répondu que je l’avais envoyé pour ça.

Je n’ai pas cessé, depuis, de republier ce petit texte et de m’indigner contre les journalistes qui veulent faire passer l’islamophobie pour une forme de racisme, de xénophobie, de haine de l’autre parce qu’il est différent; ce qui est devenu pour moi, avec le temps, une tricherie franchement odieuse (1).

Parallèlement, Gérard, je rêvais encore un peu d’une évolution pacifique de l’Islam, notamment en suivant, comme vous, les interventions de musulmans individuellement pacifiques ayant de hautes responsabilités dans leur communauté. Vous avez cité l’ancien grand mufti de Marseille Soheib Bencheikh. J’ai été amené à écrire à plusieurs reprises que, dans un petit livre que m’avait conseillé un ami bahaï, Les versets douloureux (éd. Lessius 2007) dans lequel trois amis religieux, un juif, un chrétien, un musulman, réfléchissaient sur des textes violents sacralisés, c’était ce dernier, Soheib Bencheikh, qui faisait avancer le plus lucidement et le plus courageusement vers la désacralisation de la violence. Islamophobe affirmé, ça ne me posait aucun problème de le dire puisque je l’avais constaté dans ma lecture.

Mais, Gérard, vous vous posez vous-même la question : que deviennent les musulmans réellement pacifistes comme Soheib Bencheikh ? Ouvrez les yeux : ils disparaissent de l’actualité parce qu’ils représentent de moins en moins l’islam en France. Il n’en est certes pas de même des illusionnistes, vrais musulmans faussement compatibles avec la démocratie, la laïcité et la paix qui, tel Malek Chebel apparemment pacifique sincère, sont systématiquement invités depuis le 11 septembre 2001, par les journalistes spirituellement paresseux, chaque fois qu’il faut rassurer les Français et les Européens sur la « religion islamique d’amour et de paix ». On est sûr que ceux-là répèteront inlassablement le discours mensonger : ceux qui commettent des massacres au nom d’Allah n’ont pas compris la réalité de leur religion… et bla bla bla… Mais des massacres, ils en commettent toujours en plus grand nombre, et de plus en plus souvent en France et en Europe. Et toujours au nom de leur seul vrai Dieu Allah.

C’est que la France et l’Europe – plus exactement leurs gouvernants – ont démissionné, et continuent de trahir les idéaux démocratiques, la laïcité, les Droits humains, l’égalité des femmes et des hommes et, ne sachant plus quelle pitrerie inventer pour le masquer – mettre les lycéens en jupe à Nantes ? – tentent de racoler les voix des islamistes qu’ils croient naïfs. Alors que ceux-ci sont beaucoup plus cohérents dans leur rapport entre leurs convictions – beaucoup plus réelles – et leurs actes.

Des musulmans individuellement et réellement pacifiques, j’en compte parmi mes amis de la génération de mes enfants (bientôt de mes petits-enfants, qui arrivent à l’adolescence) et je les reçois chez moi avec des chrétiens, des juifs, des athées, des agnostiques et des indifférents, toujours sans problème et dans la joie partagée. Mais j’en connais qui n’ont, comme c’est de plus en plus souvent le cas, jamais choisi d’être musulmans. Leur mère catholique a découvert, à l’arrivée de son premier bébé, qu’il serait forcément musulman puisque son père l’était et que, même s’il n’est nullement pratiquant, cela ne se discute pas : un enfant de musulman est musulman.

Cela fait que, dans la France du nouveau négationnisme cultivé par de nombreux politiciens et journalistes, cet enfant, même s’il se moque éperdument de toute croyance religieuse, devra se conduire en enfant musulman et, par exemple, « méritera » d’être tabassé par les autres enfants de « sa » religion s’il est surpris en train de manger pendant le Ramadan. Cela fera aussi que, quand un tel cas sera relaté dans la presse, un dirigeant UMP se servira du fait divers pour faire sa pub puis, l’affaire du « pain au chocolat » faisant ricaner humoristes, adversaires politiques et journalistes tout aussi superficiels et lâches, il reviendra sur son indignation et s’excusera platement, montrant que ses convictions sarkoziennes sont de même valeur et de même niveau que les « convictions » hollandiennes qui les ont remplacées pour diriger la France.

Car là est le plus manifeste problème, Gérard. Sans la couardise des dirigeants français des partis de gauche (toutes tendances confondues) comme de droite, sans la complicité de nombreux journalistes, de nombreux spécialistes des religions et intellectuels divers, sans celle, même, de juges qui acceptent de condamner pour islamophobie au lieu de condamner les élus corrompus affectant des capitaux publics à la construction de nouvelles mosquées (ce qui est un comble dans un pays qui se dit officiellement attaché à la laïcité républicaine) bref, sans la trahison de la laïcité par ceux qui ont le devoir de la faire appliquer, on ne serait pas tombé aussi bas dans l’abandon de nos plus précieux acquis.

Et il n’y aurait pas, dans les pays déjà soumis à l’islam, chez les démocrates aspirant à la liberté de pensée, à la laïcité, à l’égalité des femmes et des hommes, un terrible sentiment d’avoir été trahi par la France républicaine dont ils attendaient tant.

Et il n’y aurait en France, parmi les immigrés venus de pays fortement islamisés (c’est-à-dire de pays où la plus importante des lois pratiquées est le ferme refus de tout ce qui ressemble de près ou de loin à la laïcité et à la libre pensée) il n’y aurait que ceux qui acceptent les lois, les règles et les traditions du pays d’accueil, les autres renonçant à islamiser un pays qui résiste, et retournant dans leur pays d’origine (ou choisissant d’aller conquérir pour Allah, comme leur prophète Mohamed et les rédacteurs du Coran leur font un devoir de le faire, un pays plus fragile). Il n’y aurait que d’anciens Marocains, Algériens, Tunisiens, Turcs, Iraniens… tout aussi intégrés et tout aussi agréables à fréquenter que les ancien Italiens, Espagnols, Portugais, Polonais… devenus Français au siècle dernier.

Je n’ai pas renoncé à mon combat pour la désacralisation de la violence religieuse et, dans un texte de 2006 titré Neuf propositions pour sortir de la violence religieuse, texte que je reproduis souvent, la huitième proposition était ainsi formulée : « Le choc des conceptions (pacifiste et criminogène) au sein des religions est le plus sûr moyen d’éviter le choc des civilisations« .

Je prétends cependant que beaucoup de ceux qui ont condamné avec grand tapage le livre de Samuel Huntington titré Le choc des civilisations ne l’ont simplement pas lu. Je prétends que l’auteur y décrit plutôt bien la situation du monde et la réalité des menaces qui pèsent sur lui, dont la très grande menace islamique.

Mais ce qui est inacceptable et qui m’a indigné, dans ce livre, c’est qu’une fois de plus les Etats-Unis y étaient présentés comme étant et devant être tout naturellement les gendarmes du monde, c’est-à-dire que c’était à eux de diriger, entre autres, la lutte contre le danger islamique. Or les dirigeants états-uniens sont particulièrement tricheurs et hypocrites sur ce point. Ils n’hésitent pas, dès lors que leurs intérêts économico-politiques sont en jeu, et contre les démocraties et autres pays qui leur déplaisent, à faire alliance avec les dirigeants des pires pays islamisés, ceux qui alimentent et soutiennent très activement la barbarie ou/et la conquête islamique « pacifique ».

Aussi je considère que, dans l’indispensable résistance à l’islamisation du monde, les Etats-Unis ne sont nullement des alliés. Ils sont en fait, sous d’autres formes, aussi menteurs et aussi lâches que les dirigeants français et la plupart des dirigeants européens. Ils sont même les plus dangereux de tous ces tricheurs, et on le voit en ce moment avec le monstrueux Traité transatlantique qu’ils tentent de mettre en place avec les pires démissionnaires européens. Ce traité, et plus généralement l’économisme mondialisé qu’ils ont déjà réalisé, sont aussi, sont une autre catastrophe, aussi grave que l’islamisation.

Mais ouvrez les yeux, Gérard, les rédacteurs de Riposte Laïque n’ont pas à nuancer leur combat contre l’islam. Je résume ainsi le mien: les 4 grandes religions qui se réclament de la filiation spirituelle d’Abraham doivent abandonner leur conception d’une prétendue violence voulue par Dieu (2 et 3). Mais il n’y a aucune commune mesure entre la dangerosité actuelle de trois d’entre elles et la quatrième. La folle croyance duale et contradictoire dans le judaïsme, le christianisme et le bahaïsme reste partiellement et indirectement criminogène puisque les hiérarques de ces religions persistent à enseigner que Dieu a bien commandé des massacres – et même un très explicite génocide – à l’époque de l’Ancien Testament mais que, maintenant c’est fini, il ne commande plus aucune maltraitance.

La conception de Dieu reste au contraire, dans l’islam, fondamentalement et directement criminogène, puisque la conquête du monde pour soumettre tous les peuples à Allah est la plus importante des missions qui sont confiées aux croyants, puisque la violence est l’un des « justes moyens » ordonnés pour y parvenir, et puisque cette violence reste et restera préconisée tant que le but ne sera pas atteint.

Ne vous laissez pas tromper, Gérard, par le nouveau négationnisme imposé par les tricheurs et lâches démissionnaires dominant la politique et les médias.

Pierre Régnier

(militant socialiste depuis toujours et résolument islamophobe)

(1) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/lettre-ouverte-a-l-ambassadeur-des-82314

(2) http://www.blog.sami-aldeeb.com/2011/09/18/benoit-xvi-premier-responsable-de-la-violence-religieuse/

(3) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-nouveau-pape-devra-supprimer-la-130677

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.