Le Pape François est-il l’homme de la situation ?

Publié le 13 septembre 2015 - par - 7 commentaires - 580 vues
Share

HollandePapeFace aux coups de plus en plus violents assénés par un Islam déchaîné, l’Occident tangue comme un navire sans capitaine. Le spectre du Costa Concordia, naufragé à cause de son commandant de bord incompétent et frivole, plane sur lui.

En dépit de larges pans laïcs, cet espace géopolitique, en particulier le continent européen, reste assimilé au monde de la chrétienté dont le chef, tout au moins spirituel, n’est autre que le souverain pontife. Installé au Vatican, c’est à lui qu’incombe la responsabilité, notamment morale, de prémunir ses ouailles, chrétiennes comme laïques, des menaces et dangers extérieurs.

Présentement, il ne lui est pas demandé de lancer de nouvelles croisades mais de défendre les Chrétiens d’Occident et d’Orient contre les persécutions dont ils sont victimes de la part des Mahométans. Le Moyen-Orient qui vit naître Moïse et Jésus-Christ, s’est pratiquement vidé de son élément chrétien. Quant aux juifs, nous connaissons tous, les difficultés que leur font subir les musulmans de la région.

Imbus de leur pseudo-puissance, les fous d’Allah mènent désormais le combat sur le sol occidental. Les guerres de Bosnie et du Kosovo en furent le prélude. La Tchétchénie n’échappa au totalitarisme fondamentaliste que grâce à l’énergique détermination de Poutine. Fortement imprégnés d’Islam, ces trois pays européens n’évoluent plus. Ils sont comme ces branches privées de sève et qui, asséchées, casseront d’elles-mêmes.

Issu de la lointaine Argentine, le père Jorge Mario Bergoglio ne semble pas avoir pris toute la mesure de ce danger. Au lieu d’agir en conséquence, il passe son temps à tendre l’autre joue à qui veut le souffleter.

Les iles grecques et l’ile de Lampedusa sont envahies par des dizaines de milliers de migrants musulmans dont beaucoup d’entre eux sont des terroristes aguerris et déterminés. Mais au lieu de condamner et de combattre cette conquête insidieuse, le souverain pontife tance les pays européens pour leur « égoïsme ». Il leur demande d’ouvrir davantage leurs frontières. Est-il conscient de son attitude suicidaire ?

Sait-il qu’au cours des huit premiers mois de cette année, l’Europe a vu débarquer sur ses côtes 380 000 de ces migrants ? Souhaite-il que durant la même période de 2016, ils seront 3 800 000 ou pourquoi pas 38 Millions ?

Qu’il le veuille ou non, le pape, outre ses responsabilités spirituelles et morales, est aussi un homme d’Etat et qu’à ce titre il participe à la sécurité des Occidentaux. Son haut magistère n’a pas d’autre but ou d’autre justification. La soudaine, inconséquente et dangereuse philanthropie d’Angela Merkel ne saurait l’absoudre de ses obligations.

A la décharge du Pape François, cette politique capitularde à l’égard de l’Islam ne date pas de son pontificat. En fait, elle a été inaugurée par Jean Paul dont les incessantes génuflexions face au mahométanisme ne lui ont pas épargné d’être, dès l’année 1981, la cible d’un attentat commis par un musulman.

En 1999, il embrassera le Coran ; deux ans après, Al Qaeda le remerciera en commettant la gigantesque et effroyable attaque contre les deux tours du World Trade Center où périront plus de deux mille neuf cents personnes appartenant à quatre-vingt-treize pays.

Marchant sur ses pas, le Pape Benoit Seize ira jusqu’à prier dans la mosquée bleue d’Istanbul. Cette visite décidée, parait-il à la dernière minute, fera dire à certains que le cardinal Ratzinger cherchait à se faire pardonner deux petites phrases d’une banale vérité (l’Islam s’est imposé par la violence), rapportées d’une controverse médiévale et qu’il rappellera dans son discours de Ratisbonne, en Allemagne.

Confirmant le caractère agressif et violent de leur « religion », les musulmans du monde entier l’abreuveront d’insultes et de menaces. El Karadaoui, chouchou de L’UOIF et chantre de l’islamisme assassin, exigera une contrition publique. Le Chiite Khatami lui demandera de s’agenouiller devant une autorité musulmane pour s’excuser de sa « faute ».

Cent trente huit pseudo-intellectuels musulmans dont l’islamiste et antisémite Koweitien, Tariq Sweidan qui sera interdit d’accès au territoire Belge en novembre 2014, prendront leur plume et lui adresseront une lettre ouverte dictée, dit-on, par le roi Abdallah II de Jordanie.

Cette lettre est un modèle de Taqya musulmane. Depuis quand en effet l’Islam reconnait la notion de « prochain »? Pour cette idéologie totalitaire et mortifère, on est musulman ou on est bon pour la décapitation ou le statut abject de dhimmi. Le Djihad armé n’a-t-il pas pour but justement de ramener dans le « droit chemin » les « égarés » même en les démembrant comme le fait actuellement l’Etat Islamique en Irak et en Syrie?

Mahomet aimait tellement ses « prochains », juifs de Yathrib (Médine actuellement), qu’il trucidera en une nuit neuf cents d’entre eux. Ces pauvres malheureux qui ne demandaient qu’à vivre tranquillement dans leur coin, inaugureront les millions de morts semés à travers le monde par cette secte barbare. Hydre insatiable, elle continue à ce jour à tuer.

Plus près de nous, nous venons d’apprendre que l’autoproclamé Calife Al Baghdadi éprouvait un si fort amour pour sa « prochaine », l’otage américaine Kayla Mueller, qu’il la viola à plusieurs reprises avant de la tuer.

Pourtant lorsqu’un crétin, pardon un chrétien, se convertit à l’Islam, il ne risque rien tandis que celui qui fait le chemin inverse est déclaré apostat et condamné à mort ? Est-ce ainsi que les mahométans comprennent la notion de prochain ?

Dans cette même lettre, ces pseudo-intellectuels évoquent l’amour de Dieu en occultant le fait que pour eux il s’agit d’Allah, le Dieu des musulmans qui ne reconnait d’autre religion que l’Islam. A l’appui de cet « Amour », ils citent la Fatiha ( le verset introductif), dont ils précisent qu’il est le chapitre le plus important du Coran, en omettant de préciser qu’en le récitant dix sept fois par jour, le musulman insulte autant de fois « Ceux qui ont mérité la colère d’ Allah » et les Egarés, c’est-à-dire, les Juifs et les Chrétiens.

Enfin, au milieu de ce texte, ces champions de la duplicité glissent, mine de rien, la phrase suivante, tirée de la Sourate « Al Baqarah », la Génisse : Si les gens du livre adhèrent à votre croyance (Allah s’adresse aux musulmans), ils seront dans la bonne voie ; et, s’ils s’en détournent, c’est qu’ils auront opté pour la scission. Dieu (Allah) te suffira contre eux, car Dieu (Allah) sait tout et entend tout. Karol Wojtyla avait-il connaissance de cette phrase et d’autres encore plus explicitement haineuses et agressives en embrassant le Coran ?

Outre des insultes et des menaces de mort, le discours de Ratisbonne déclencha une série d’émeutes à travers le monde musulman. A Gaza et en Cisjordanie, sept églises furent incendiées. Cet acte barbare n’empêcha pas pourtant le pape François de rendre visite à Mahmoud Abbas, le chef de l’Autorité Palestienne. A-t-il seulement demandé à ce vieux roublard de reconstruire ces lieux sacrés ? On en doute. Et puis pourquoi gaspiller un argent précieux puisqu’il n’y a presque plus de Chrétiens en Philistie.

Comme son prédécesseur, il est allé lui aussi prier dans la mosquée bleue: un remake du plus mauvais goût. N’aurait-il pas dû attendre qu’un dignitaire musulman de haut rang ait lui aussi prié dans une église ou dans une synagogue, demandé pardon pour toutes les victimes du terrorisme fondamentaliste ou accueilli des refugiés arabes, africains ou autres en Arabie Saoudite ou au Qatar, avant de refaire le même geste ?

Cet homme qui fut docile, pour ne pas dire plus, sous la dictature en Argentine, peut-il affronter le péril mahométan, autrement plus dangereux que le général Videla et ses acolytes et que le fascisme et le nazisme réunis puisque ce monstre, né au fin fond de la péninsule arabique, veut la mort de la civilisation occidentale et conséquemment celle de toute l’humanité?

Le doute est permis au vu de ses perpétuelles dérobades face à cet ennemi irréductible. Et pourtant l’Occident dont il est le plus éminent représentant possède la puissance économique, militaire et technologique capable de réduire en poussière cet Islam arrogant mais stérile.

Mais attention Pape François, ne dormez que d’un seul œil car les « gentils » migrants musulmans que vous avez chaleureusement accueillis à Lampedusa n’hésiteront pas, si vous leur donnez l’occasion, à venir vous surprendre dans votre sommeil pour vous obliger, le couteau sous la gorge, à réciter la « Shahada » (la profession de foi musulmane). Ce jour là, il sera trop tard pour tout.

Philippe Kosla

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
hathoriti

Le pape François est argentin et a, nous dit-on, beaucoup aidé les pauvres dans son pays. Mais les pauvres, en Argentine sont chrétiens, me semble-t-il. Rien à voir avec les malades mentaux qui ne pensent qu’à tuer, tuer, tuer, et qui décapitent des malheureux en chantant leurs conneries (laides au demeurant!) et au cri de allahouakbar ! Ils sont contents, ces ordures ! le pape confond les pauvres de son pays et les « pauvres » qui débarquent en Europe, bien vêtus et munis de teléphones satellitaires !

réaliste

Le Pape François devrait les accueillir au Vatican et ouvrir toutes les églises de Rome et d’Italie.IIl devrait partager les richesses incommensurables de l’Eglise avec les migrants. C’est un homme d’extrême gauche qui ferait mieux de s’occuper de la Curie au lieu de pavoiser et sermer la pagaille en Europe avec ses injonctions.

JEAN PN

Pour moi, le Pape et Hollande sont dans la même combine … Pro islam !
J’ai compris que le Pape François a été obligé de démissionner sinon il aurait subi le même sort que le prédécesseur de Jean-Paul II.

Pivoine

« né au fin fond de la péninsule arabique »
Faux ! Lisez la Bible, et surtout l’Ancien Testament, et vous comprendrez que l’islam en est issu, et que la charia découle directement du code juridique donné à Moïse et à ses successeurs par Jahvé.
On ne peut pas comprendre l’islam si l’on a pas lu la Bible, et ce sont les musulmans eux-mêmes qui le disent, leur religion est celle du Livre.
En cela ils ont raison.

Patricia

Quelques citations qui peuvent être utiles et éclairantes : – « Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de sa famille, il a renié sa foi, et il est pire qu’un infidèle. » Saint-Paul, Première épître à Thimothée, 5,8. – « Comme tu ne peux être utile à tous, tu dois surtout t’occuper de ceux qui, selon les temps et les lieux ou toutes autres opportunités, te sont plus étroitement unis comme par un certain sort ; par sort en effet, il faut entendre quiconque t’est lié temporellement et qui adhère à toi, ce qui fait que tu choisis de l’avantager. »… lire la suite

Dany

De toute façon la barbarie, la cruauté ne touchent pas le Pape…puisqu’il permet la bénédiction des toreros tueurs avant qu’ils torturent à mort un animal !!…mon exemple va vous paraître mince à côté du reste, mais il est parlant!!

Herbert Sogno

Pa mince du tout ; il suffit amplement à répondre à la question du titre : aucun pape ne peut être l’homme de la situation car il est le chef de l’église catholique qui a trahi Dieu et le Christ depuis que l’empereur Constantin a fait le ménage dans les évangiles, a choisi lesquelles conserver, lesquelles jeter aux oubliettes, et a certainement censuré et remanié aussi celles qu’il gardait ( Jésus était un militant végétarien, on nous le cache encore aujourd’hui, et Constantin faisait verser de l’huile bouillante dans les gorges des végétariens de son époque ). Ensuite, les trahisons… lire la suite