Le paradis perdu ou les replis de l’âme

 

Il fut un temps où moi aussi, je rêvais d’un monde sans frontières et sans drapeaux – Il a fallu attendre ma maturité et une étude plus sérieuse et plus approfondie de l’histoire, de la Bible, pour comprendre qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil. En ce sens que notre cher Churchill disait : « Plus loin tu vas dans l’histoire, plus loin tu iras dans le futur ».

J’ai mis un temps assez considérable avant d’arriver à des conclusions sidérantes mais si actuelles…

J’ai le plaisir de partager avec vous certaines conclusions qui vous feront entrevoir les dangers supposément non encore déchiffrés du progressisme pour vous révéler qu’en effet cette utopie est plus dangereuse qu’elle ne semble l’être.

Début de citation

– Ainsi, la quête d’une vie meilleure conduira à nos portes des hordes du tiers-monde. Le risque d’une véritable substitution de population est patent. Les régimes actuels, démocratiques et libéraux, encouragent ces remplacements, étant donné que leur démographie est en chute libre. Les Occidentaux ont cessé de se reproduire, par égocentrisme, ou comme toi, par crainte du futur. En conséquence, le nomadisme préhistorique revêtira les oripeaux de l’émigration progressive actuelle et subséquente. Comme dans le passé, la prospection de ressources meilleures guidera les pas de ces peuples vers les pays riches et supposément civilisés. L’hospitalité ne sera jamais en mesure de satisfaire ces flots incessants de pauvres gens, fuyant les guerres, les conflits, l’insécurité, la disette, la famine, l’incapacité de se hisser au niveau des Occidentaux. Toute cette invasion tacite créera des pommes de discorde, entre ceux qui compatissent, et ceux, plus réalistes, qui craindront de se voir dépouillés de tous leurs avoirs et identifiants.

– Suite au mondialisme et au multiculturalisme officiellement déclarés, bien que ce dernier existe depuis la nuit des temps, l’Occident pourrait durant ce processus perdre irrémédiablement son effigie caractéristique. Les races connues tendront à se dissoudre pour donner naissance à une race nouvelle issue du métissage et du brassage des peuples. Pour qu’une race perdure, il aurait fallu qu’elle demeure inaccessible à l’approche de toute autre race. Or cela, ni l’expansion hégémonique des peuples, leurs conquêtes, le progrès, l’évolution naturelle de l’homme ne le permettraient. Avec l’apport des esclaves sous les dominations, qu’ils soient des Noirs d’Afrique ou des Jaunes de l’Asie, l’Occident et les USA ont de fait, ouvert les portes à la fusion des races et au multiculturalisme…

– Mais en réalité, tout ce processus est naturel. Il suit pas à pas les règles du progrès et de la modernisation. Ce qui nous semble à certains degrés absurde ne l’est pas, mais nous ramène à reculons, à l’homme préhistorique dans son modèle originel, lorsque le monde n’était pas divisé, n’avait aucune frontière, hormis celles naturelles, n’avait aucune bannière, alors que les concepts « nation » et « patrie » étaient inconnus mais se profilaient insensiblement. La division s’est opérée par la suite, entre les tribus, les clans, qui formaient la population de la terre, face à la nécessité de se défendre et protéger leurs possessions, leurs acquis et leur culture. Cela n’empêcha jamais le plus fort de tuer le faible et de s’approprier ses biens.

– Est-ce en réalité le remaniement de la création, une tentative de corriger ses prétendues erreurs ? La trajectoire prise par l’être humain s’affirme avec chaque jour qui passe. Ces initiatives porteront-elles de bons fruits, ou, à l’inverse, exacerberont-elles les esprits de certains peuples, et galvaniseront-elles les opportunistes ? La Seconde Guerre mondiale à laquelle tu as pris part a créé un malaise nouveau. Elle a changé les données approuvées et implémentées quelques décennies plus tôt. L’homme d’hier n’est pas celui d’aujourd’hui. Il n’est en principe qu’une autre étape transitoire dans la mutation perpétuelle de l’être humain.

– Mais alors, me diras-tu, l’histoire se répète-t-elle ?

– Absolument. L’homme fait inconsciemment marche arrière. L’humanisme, dans sa connotation la plus correcte, est paradoxal au regard du concept de patrie, de nation, de peuple, de culture. Si l’homme veut suivre ses instincts humanitaires, ce qui est fondamentalement noble, il doit se dépouiller de tous ces éléments qui forment une clôture autour de son identité et de sa foi. L’aspect déplorable de cette initiative provoquera inévitablement la perte de sa sécurité vitale. Il l’exposera à de nouveaux défis, dont, en premier lieu, une conquête pacifique, lente ou violente de son territoire par ceux qui, hier encore, faisaient partie des pays pauvres. Son identité, sa nation, son peuple et son pays seront, de ce fait, remis en question, mais renaîtront sous d’autres identités, d’autres formes. Inutile de te faire un dessin de ce deviendra le monde… C’est en quelque sorte l’homme préhistorique en format moderne. La lutte pour l’espace et la sécurité nécessaires à la survie reprendra de plus belle.

Fin de citation

Et en effet, c’est bien ce que nous sommes à l’heure actuelle en train d’expérimenter.

Rien de nouveau sous le soleil.

Thérèse Zrihen-Dvir

http://theresedvir.com/ (Copier coller sur google chrome)

https://theresezrihendvir.wordpress.com/

 

image_pdfimage_print

31 Commentaires

  1. Dure constat que vous décrivez , mais je garde malgré tout espoir que le sens de la culture homogène donc non-métissé refasse surface.
    Pour le moment tout semble aller dans la mauvaise direction.

  2. j’apprécie beaucoup cet article. Il vient du fond des âges, et il annonce des lendemains qui rangeront nos années d’équilibre et de paix dans les bibliothèque de l’histoire.
    la sauvagerie humaine ne s’est jamais éteinte, elle saisira d’effroi ceux qui ont toujours cru
    que la paix entre les peuples était le garant de notre sécurité.
    une paix par terreur mutuelle succédera à une paix démocratique non défendue tant qu’il était encore temps.

  3. la race blanche est en effet en péril et pourrai disparaitre dans 2 métissage , une avec les noirs africains et une autre avec les arabes , il va apparaitre dans 1 voir 2 siècle 2 race métissée comme au Mexique ou les indiens se sont métissé avec les espagnols donnant lieu a une nouvelle race d’ailleurs une voyante comme Nostradamus en parle justement , elle s appelle BABA Vanga , elle avait prédit l arrivée d Obama , le world trade center , la prochaine guerre en Europe en 2066 avec l attaque sur le Vatican par les muzz et la troisième guerre mondiale en 2200 avec les arabes et les russes , et la disparition des blancs dans le métissage complet

  4. Une très profonde réflexion qui fait émerger un avenir qui avance à reculons. N’est ce pas le pire scénario mais hélas tellement vrai, tellement lucide, tellement messianique, qu’il donne envie de profiter du présent, sans rien attendre du lendemain. Après moi le déluge… Que feront, que dirons nos descendants ?…

    • Non, la citation que Churchill disait : « Plus loin tu vas dans l’histoire, plus loin tu iras dans le futur ». Devrait nous inspirer pour le pas laisser à nos enfants un monde horrible.

      • Dans l’histoire oui mais pas dans la construction historique d’un passé qui est mythifié et qui n’a jamais existé que dans des fantasmes. Vercingétorix n’était pas français pas plus que Clovis.

  5. Les races apparaissent et disparaissent. C’est comme ça que la société humaine évolue. Par race j’entends la notion d’un groupe d’individus partageant des caractéristiques socio-cultureles communes. L’occident est un mythe, comme l’orient d’ailleurs.

      • Le « progrès », un slogan des gauchistes, une utopie des évolutionnistes… N’y croient plus que les formatés et les intoxiqués.

    • Pas QUE socio-culturelles : RACIALES ! Physiques, ataviques, morales et religieuses. Il faudrait une fois pour toutes arrêter de se pincer le nez en regardant ailleurs, et laisser sa propre lâcheté faire le travail. Parce que COMBATTRE est bien plus difficile.

      • Mais bien sûr, la sainte bible est écrite dans les gênes des blancs …Je ne sais pas de quelle race vous êtes selon votre classification mais vous êtes certainement de celle qui n’a pas beaucoup étudié, vous vous êtes sans doute limité à Mein Kampf.

    • mais oui, il suffit de débarquer dans des « mythes émergeants » pour constater qu’on s’y sent bien partout , comme chez soi.
      et…qu’on y est considéré fraternellement comme faisant partie du même mythe .
      les vrais mythos en fait sont ceux qui bêtement refusent l’hybridation sans se battre. Ceux dont les enfants se sont adonnés au merveilleux métissage en sont tellement heureux.
      d’ailleurs les enfants du métissage répugnent souvent à revenir au mythe initial et cherchent à poursuivre leur dilution pour changer de mythe.
      il faudrait des lois ou des aides financières pour aider ceux qui acceptent de bon cœur le changement de mythe.

      • Le métissage est la règle et non l’exception dans l’histoire de l’humanité. L’endogamie abouti a la dégénérescence. Et de toute façon, personne ne peut l’interdire, cela fait partie de nos libertés et de notre atavisme.

        • ok mais on n’est pas obligé de se précipiter pour autant.
          l’europe est blanche depuis des
          millénaires, et je ne constate pas une nette propension à notre dégénérescence .
          idem pour le monde asiatique…
          un choix politique d’une limitation de « l’étranger » ne me choquerait pas quel que soit le pays qui le déciderait.
          chaque pays doit être comptable de sa population en jugeant de la cohérence de leur religion avec leur natalité qui les affament.
          je ne pense pas que les camerounais se seraient réjouis de leur équipe nationale entièrement blanche..

    • Tiens tiens . . . . me voilà censuré pour une remarque qui prouve une évidence : les races existent, et si je suis de nouveau censuré, j’en fait un grand désordre !

      • J’avais répondu à ce post de libellule et j’ai été – une deuxième fois – censuré moi aussi !
        Bravo Riposte Laïque, un site qui publie les trolls gauchiasses et donne en plus la préférence aux descendants d’abraham !

      • Les races en tant que construction sociale, oui certainement. Apres leur donner des caracteristiques physiques ou intellectuelles specifiques, c’est impossible.

    • Les caractéristiques socio-culturelles définissent plutôt une classe sociale ou une ethnie. La race est biologique. Des mythes l’Orient et l’Occident ? Je ne me vois pas finir mes jours en Arabie ou au « Pakistan ».

      • En tout cas les biologistes ne savent pas definir scientifiquement ce qu’est une race.

  6. Encore et toujours Thérèse la « Pense-Bête » …Grosse fatigue sur RL….

    • Fermez-là si vous êtes incapable de pondre une réponse logique aux arguments exposés par l’auteur…

      • Ce serait plutôt à vous de la fermer.
        On n’a même plus envie de la lire, votre Sainte-Thérèse du Peuple Elu…
        Encore une fois : si Israël c’est si bien que ça, c’est mieux que tout le reste, alors qu’est-ce que vous attendez pour faire votre alyah ?

      • Ce serait à l’auteur d’être libre de répondre çà, non ?

      • Dommage que ma réponse à libellule a été – sans surprise – censurée.

  7. Combattre, combattre par tous les moyens à notre disposition. Mais c’est avant tout une affaire d’organisation mentale qui nous prédispose à ne jamais accepter ce qui semble une fatalité. La fatalité; çà n’existe que dans le coeur des lâches !

  8. L’islamisation est-elle un progrès pour l’humanité ? Non, tout simplement un retour à tout ce qui est détestable dans l’homme puissance 5 : la domination par la force : massacres, égorgements, viols, la négation de la science, la négation des autres avec un nivellement par le bas. Donc on efface tout et on recommence ? Effacer plus de 2000 ans de lent progrès pour arriver à quoi ?

    • J’approuve cette vision: adopter l’islam est la négation du futur. Ils ont saccagé toutes les avancées que les français leur ont apportée et ont été incapables de continuer sur les lancées éducative, d’hygiène et de techniques qu’on leur a laissé et dont la majorité d’entre eux reconnaissent les bienfaits. Sur notre sol ils ne seraient capables que de détruire comme ils laissent chez eux une terre brûlée.

  9. Quand au métissage, c’est la disparition de toute identité, et cela NE SERA JAMAIS RÉALISÉ !

  10. Dieu dans l’Exode dit aux Hébreux qu’ils seront une nation sainte, un peuple de prêtres (ou de sacrificateurs). Il ne dit rien des autres peuples, les frontières, les migrations, les races, ne semblent pas l’intéresser outre mesure.

  11. Les occidentaux payent leurs croyances: égalité des hommes devant Dieu (christianisme), puis égalité des hommes devant la loi (droits de l’homme) et aujourd’hui égalitarisme (surtout financier) et égoïsme au niveau individuel mais motivés par l’envie et la jalousie (axe de manipulations de la gauche si nous analysons les discours). Puis au niveau général égalité des cultures et des races car reconnaître ces inégalités serait reconnaître l’inégalité des hommes entre eux, ce qui est insupportable pour les égalitaristes. Conséquences: les incompatibilités culturelles et le fait que les races intelligentes se reproduisent moins et sont plus pacifiques aboutissent soit à la disparition par métissage de la race la plus intelligente avec ou sans guerre civile. C’est notre avenir ….

Les commentaires sont fermés.