Le parti-pris systématique de la majorité des journalistes en faveur des musulmans

Publié le 29 décembre 2011 - par - 5 406 vues
Share

Avec beaucoup de dignité, un Belge explique l’incroyable différence de traitement des journalistes de son pays, entre le massacre d’Oslo, et celui de Liège. Il réaffirme l’amour de son pays, de ses valeurs, et son refus de voir une autre civilisation, venue d’autres pays, supplanter la sienne. Six minutes durant lesquelles la manipulation de l’information est remarquablement démontrée, sans jamais aucune agressivité. Il montre comment notamment une ministre belge, quelques minutes après le massacre, exclut totalement la piste terroriste…

[youtube pg_e2r2iEhI] 

http://www.youtube.com/watch?v=pg_e2r2iEhI

Autre exemple, dans ce remarquable article, Alexandre Delvalle montre l’incroyable traitement médiatique sur les massacres que subissent les chrétiens au Nigéria.

Face aux attentats antichrétiens perpétrés au Nigeria le jour même de Noël, une première remarque vient spontanément à l’esprit. Lorsque les médias français et occidentaux dénoncent le « terrorisme » au Nigéria (déclaration de Catherine Ashton, la Haute représentante de la PESC de l’Union européenne) ou déplorent les « heurts entre communautés musulmanes et chrétiennes » – comme si chacun avait les mêmes rôles et les mêmes responsabilités – il s’agit d’une véritable désinformation et d’une inversion des responsabilités. Car au Nigeria, comme en Irak, ou au Pakistan, depuis des décennies, les chrétiens sont les victimes et non pas les alter ego des assaillants islamistes. Ils ne sont pas persécutés uniquement par des « terroristes » non identifiables, mais bien par des islamistes, et même souvent par des gouvernements musulmans locaux (Etats fédérés) parfaitement identifiables, qui leur font subir moult discriminantes fondées surla charià. A cet égard, les tueurs de chrétiens ne font que pousser jusqu’à leur paroxysme la logique des persécutions d’Etat, lorsque, comme au Nigeria, au Pakistan (cas de Asia Bibi) ou en Egypte (coptes), ils tuent des chrétiens « blasphémateurs » que les lois « anti-blasphème » inspirées de la charià ont déjà condamnés à mort, même si les peines sont souvent commuées en incarcération. Il y a donc bien un camp de persécuteurs et un camp de persécutés. Et on ne peut en aucun cas mettre ces deux camps sur un même plan d’égalité.

C’est en raison de cette confusion des responsabilités que la veille et le lendemain de Noël, les pogroms antichrétiens ont été présentés par les médias comme d’énièmes « heurts intercommunautaires ». Le 26 décembre par exemple, au lendemain des terribles attentats de Noël, des magasins de chrétiens ont été incendiés et des centaines de chrétiens ont dû prendre la fuite, à la suite de véritables chasses à l’homme organisées dans tout le Nord-Est du Nigéria. D’après les témoignages recueillis auprès des survivants, une trentaine de boutiques de chrétiens ont été brûlées dans la nuit de dimanche à lundi dans la seule petite ville de Potiskum ; un supermarché et le domicile d’un dirigeant chrétien local ont été incendiés ; des incendies criminels ont été déclenchés dans d’autres villages et villes, comme Damaturu, où Boko Haram a défié les forces de l’ordre, et où des centaines de chrétiens terrorisés ont fui leurs maisons incendiées. En fait, les assassinats de chrétiens au Nigeria ne se résument pas à de tragiques épisodes d’attentats suicides perpétrés à la façon d’al-Qaïda, mais sont tout autant le fruit de persécutions et attaques perpétrées de façon presque « banale », souvent par des groupes de musulmans accompagnés de membres d’une même tribu « ennemie », eux-mêmes fanatisés par une propagande religieuse et étatique christianophobe « officielle ».

http://www.francesoir.fr/actualite/international/nigeria-christianophobie-meurtriere-en-guise-cadeau-noel…-169007.html

Que penser de l’affaire Kamel Chafni, ce joueur d’Auxerre qui a fait la une en inventant de toutes pièces une histoire de racisme à l’encontre d’un juge de touche lynché par toute la bien-pensance médiatique. durant quelques jours. Lisez le traitement de L’Equipe

http://www.lequipe.fr/Football/breves2011/20111228_233029_chafni-suspendu-a-titre-conservatoire.html

… Et celui de Riposte Laïque.

http://ripostelaique.com/affaire-chafni-football-et-racisme-chronique-dune-grossiere-manipulation-mediatique.html

Dans le quotidien sportif, pas un mot sur les mensonges grossiers du joueur d’Auxerre, confondu par les enregistrements des discussions entre arbitres. Vous ne lirez nulle part qu’il a inventé une histoire de racisme pour se victimiser, alors qu’il a eu sur le terrain un comportement de racaille, insultant un juge de touche et bousculant l’arbitre !  

Partout – nous pourrions citer des dizaines d’autres exemples, notamment lors des agressions d’islamo-racailles, comme dirait Soral, contre des citoyens d’origine européenne, on constate une formidable propagande médiatique au service de l’islam, visant à minimiser les méfaits commis par les disciples de la religion d’amour et de paix, pourtant majoritaires dans nos prisons. La stratégie est toujours la même. On distille d’abord le doute (rappelons l’incendie de Charlie Hebdo, c’était peut-être l’extrême droite qui avait monté une provocation). Ensuite, on commence à victimiser les coupables, avec le coup de « Pas d’amalgame ». Enfin, on fait passer pour raciste quiconque cherche à expliquer certains actes violents par la mise en pratique d’une idélogie particulièrement guerrière. Par contre, on l’a vu notamment lors de l’affaire de l’ophtalmologue d’Aix, sur un seul témoignage (faux), il y aura systématiquement un déchaînement médiatique ahurissant contre le soi-disant raciste français, avec immédiatament l’appui des imposteurs du combat anti-raciste. Personne n’a oublié comment la journaliste (du moins est-elle en possession d’une carte de presse) Chloé Leprince, ira jusqu’à donner sur Rue 89 le nom et l’adresse du malheureux ophtalmo aixois ! A noter que cette brillante représentante de la caste médiatique sera récompensée de ses exploits par une chronique sur France Info

http://ripostelaique.com/Lynchage-mediatique-et-antiraciste.html

Le message des médias consiste systématiquement à montrer, au prix des pires dénis de réalité, que les musulmans sont les principales victimes du racisme dans le pays du colonialisme.  

Cette propagande date-t-il d’aujourd’hui ? Un de nos lecteurs, Olivier, nous envoyait cette intéressante réflexion sur le film « Robin des Bois » paru en 1991.

La propagande ne date pas d’hier, décidémment. Souvent, on parle de 20 ou 30 ans en arrière, et on n’a que trop raison : la preuve avec le film d’hier, Robin des bois. Qui ne connait pas Robin des bois ? Le grand voleur au coeur d’or qui vole au riche pour donner au pauvre.
Bon, dans les faits, il n’a donné qu’à un seul chevalier, et il n’était pas forcément dans les bois, au fil des siècles, la légende a pris le dessus sur la réalité, et comme le dit wikipedia, « soumis au passage à de nombreuses manipulations idéologiques « , on peut voir l’influence de l’époque façonner la légende.

Preuve en est avec le film d’hier, donc, film de Kevin Reynolds, datant de 1991, ou Robin des bois revient des croisades (en réalité, l’histoire se situe après les croisades, mais des versions l’y mettent dedans, avec Richard Coeur de lion qui part pour les Croisades)… Accompagné d’un prisonnier maure., musulman. Nous nous retrouvons donc face à l’idéologie marquante de cette fin de siècle, avec le refus des locaux de l’intégrer, au grand damn de notre vaillant Robin, qui va forcer les autres à l’accueillir comme un égal et à lui donner à boire (c’était sans compter sur Allah, qui interdit cette boisson impure), mais aussi, le savoir érudit de notre homme, plus grand que tout ceux du village, et, bien évidemment, la vaillance, le courage, l’héroisme du maure, qui n’hésitera pas à apprendre son savoir aux locaux, et à sauver la vie de notre héros.

En réalité, avec du recul, cet homme, Azeem, n’a qu’un rôle mineur, de second voir de troisième rôle. Le problème, c’est que son rôle est plus idéologique qu’historique : il nous présente les musulmans, et l’islam par extension, comme une religion d’amour, de paix et bla bla bla. Preuve en est avec l’affirmation d’Azeem qui prétend, à un moment, que l’islam est une religion de partage et de tolérance. La bonne blague !
Et puis, au niveau historique, quoi de plus abbérant que d’intégrer des ennemis (à l’époque) dans la vie de tout les jours ? C’est un peu comme si on mettait, en compagnon de Jeanne d’Arc, un anglais ! En plus de cette abbération historique, on a en plus droit à un personnage tout ce qu’il y’a de meilleur, courage, fidélité, vaillance, éducateur, sage-femme, force, sagesse…
Le pire, c’est que le film date d’il y’a 20 ans ! C’est vous dire le degré de manipulation idéologique qu’il peut y’avoir dans nos films et séries actuelles, je n’en nommerais pas, faites la liste vous même, c’est facile…

Il n’y a pas grand chose à attendre de cette presse manipulée et manipulatrice, ni de la majorité des bobos de gauche qui la composent, et pas davantage du monde bien-pensant du spectacle qui envahit nos écrans. Dans une interview accordée au journal Médias, de Robert Ménard, Pierre Cassen disait que « les médias n’osent pas se frotter à l’islam ».

http://www.revue-medias.com/pierre-cassen-les-medias-n-osent,686.html

C’est pire que cela, ils lui déroulent le tapis vert ! La contre-information vient d’internet, grâce à l’action de sites militants qui montrent au grand jour l’ampleur de la désinformation que subissent nos compatriotes. Rendez-vous, en 2012, tous les soirs, à 19 h 50, pour le Journal des Résistants, de Christine Tasin.

Martine Chapouton

http://fr.wikipedia.org/wiki/Robin_des_bois#Robin.2C_personnage_principal

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.