Le Parti socialiste porte en lui l’ADN du mensonge, de la manipulation et de la prévarication

Le François de l’Elysée devrait laver les pieds du Jérôme des Finances…

Comme son homonyme papal, il aime les délinquants… en cols-blancs, ou à la mode « taubiresque », ça lui est indifférent…

A ces derniers, il  a  tout (et n’importe quoi) promis quand il est allé faire sa campagne électorale dans les banlieues…

Les premiers, il les a pris au gouvernement… enfin, certains… quoique…

Pris la main dans la malversation fiscale et financière, le Cahuzac louangé à « gôche » comme à « drôate » et destiné à impulser la lutte contre la fraude fiscale se révèle être un braconnier de première main, et de vieille pratique… Aujourd’hui, il professe son « mea culpa », la tête couverte de cendres, et le coffre-fort bien à l’abri .

Il est difficile de faire mieux en matière de mensonge et de manipulation que ce qu’a pu inventer pour se dédouaner le Cahuzac ministré dès les premiers soupçons, et il faut bien dire que toute la clique socialo-bobo n’a pas manqué de monter au créneau pour le défendre mordicus…  un peu comme pour nous dire: « ne jetez pas la pierre à Jérôme… nous sommes derrière ! »

C’est pour cela que le Jérôme des Finances devrait, à son tour, laver les pieds du François de l’Elysée, son maître ès-mensonges et manipulation !

Car l’imposteur de l’Elysée le bat à plate couture… même s’il  pousse ce jour des cris de vierge effarouchée, jurant qu’il ne savait rien, mais rien de rien, des turpitudes de son obligé ministre qu’il avait promis aux honneurs les plus élevés.

C’est drôle, mais « Le Canard Enchaîné » a révélé que depuis décembre dernier l’Elysée, informé par Beauvau, savait authentiques et vraies la communication téléphonique et la voix reconnaissant l’existence d’un compte en Suisse. De plus, l’ouverture d’une enquête préliminaire à l’encontre de Cahuzac le 8 janvier a abouti à des investigations internes dans les banques suisses concernées dès le 12 mars, et celles-ci en ont averti l’avocat de l’intéressé… qui a démissionné le 19 mars… comme ça, brutalement, sans que ni Hollande ni Ayrault n’aient eu à en connaître les raisons ? Allons donc…

Mais la solidarité du président de la République, du premier ministre, des ministres, des responsables socialiste, des personnalités de ce parti ayant été totale  pour couvrir des agissements dont ceux qui n’étaient pas informés se doutaient parfaitement de l’aspect délinquant, on comprend que la bombe qui a éclaté avec les aveux de l’accusé ait  provoqué la panique et « le sauve qui peut » général afin de limiter des dégâts dont chacun comprend qu’ils vont être irrémédiables.

En fait, il n’y a rien d’étonnant ici.

Ce qui caractérise le parti socialiste, élus et responsables confondus (« militants de base » inclus), c’est qu’il a, intrinsèque,  l’ADN actif du mensonge, de la manipulation, de la prévarication.

Le squatteur de l’Elysée s’est fait élire sur le mensonge, cela a été parfaitement démontré dans « Riposte Laïque » au fil de maints numéros, cela ressort encore aujourd’hui, par exemple,  du  projet de la réforme des retraites :  après avoir manifesté contre le projet « Sarkozy », après avoir réclamé « la retraite à 60 ans » (et délivré un décret avant les législatives pour l’octroyer à un total de 100 000 personnes en situation particulière), Hollande et sa clique préparent un texte encore plus néfaste aux travailleurs qui cotiseront encore plus longtemps pour moins de pension (pendant ce temps, « on » continuera à servir des indemnités de  retraites aux étrangers venus en France et qui n’y ont jamais cotisé…)

Mensonge permanent, oui, mais prévarication coutumière… Pas moins de 60 élus et responsables « socialistes » sont aujourd’hui poursuivis (ou l’ont été récemment) pour des faits de conflits d’intérêts ou de dilapidation d’argent public…

Hier Cahuzac était mis en examen… mais Guérini aussi , et pour la deuxième fois… Guérini, toujours président du Conseil Général des Bouches du Rhône et sénateur : ce type-là vote les lois de la République… Mais la nommée Andrieux aussi, dont le procès est en attente de verdict… Mais le sieur Ciot, député et secrétaire départemental du PS en 13, aussi… et le conseiller général Noyes aussi… et le nommé Navarro dans l’Hérault… et les responsables socialistes du Pas-de-Calais…

Comment s’en étonner quand on connaît le pedigree de Jean-Philippe Désir, qui n’a dû qu’à l’action mitterrandienne, de rester « au soleil »… quand on sait le passé du premier ministre… quand on se rappelle l’affaire « Urba » ou la condamnation de l’ancien ministre Teulade ?

Et tout ça noyé dans des postures et des discours, que reprennent à l’envi les médias serviles et les journaleux larbins, notamment ceux  du service public, où, la main sur le coeur (et le portefeuille en Suisse) ces élus et « personnalités » socialistes jurent de leur honnêteté et de leur dévouement gratuit « à la cause du Peuple »… alors qu’ils confortent leur carrière politicienne à coups d’indemnités cumulées et de prébendes diverses, qu’ils assurent les arrières de leur famille et de leur clan, casent leurs amis et distribuent les biscuits qui nourrissent leur clientèle électorale.

Il règne rue Solférino et sous les « plafonds dorés » des palais de la République une atmosphère de décomposition morale et  civique.

Le passé et les agissements (jusque dans les plus petites communes qu’ils dirigent) des élus socialistes éclairent les comportements actuels de ceux qui sont aujourd’hui aux manettes de tous les pouvoirs avec, seulement, 17% des inscrits…

Seuls les naïfs, les aveugles ou ceux qui mangent dans la gamelle socialo-écolo peuvent accepter ce dépérissement du mode de fonctionnement de la République laïque et  démocratique qui nous organise.

Les autres, les citoyens à la conscience libre et à l’action responsable, doivent maintenant affirmer avec force et persévérance qu’ils ne veulent plus de ces partis politiques qui, depuis 40 ans, ont amené la pratique politique de la France dans la fange la plus noire et la plus nauséabonde.

Il faut nettoyer…

Et donner au seul Héraklès qu’il nous reste hors du système et de toute compromission, les moyens de le faire, et dès 2014.  C’est, d’ailleurs,  une « Héraklesse ».

Empédoclatès

 

image_pdf
0
0