1

Le passe vaccinal n’a plus rien de sanitaire, c’est du contrôle social

Tout le monde sait aujourd’hui que ces injections géniques expérimentales anti-covid ne protègent pas des variants de la maladie et n’empêchent pas leurs transmissions, donc le pass sanitaire discriminant, obtenu grâce la « pseudo-vaccination », ne suffit plus puisqu’il devient nécessaire de présenter un test PCR négatif en plus.

C’est ainsi qu’avec le variant sanitaire, les « nouvelles vaccinations », toujours en tests, sont loin d’être une garantie absolue contre l’infection et la transmission ». Un média mainstream le confirme d’ailleurs clairement en publiant que leurs efficacités étant seulement de 50 à 60%… une personne « vaccinée » peut-elle attraper le virus et contaminer des personnes autour d’elle ; c’est pourquoi le pass sanitaire « ne doit pas être compris ni mis en œuvre comme une protection absolue contre la contamination », se référant ainsi à un récent avis du conseil scientifique.

Partant certains établissements de santé préfèrent exiger, en plus, un des PCR négatif de moins de 72 heures (beaucoup plus sensible qu’un prélèvement antigénique). C’est le choix qu’ont fait – notamment – le Centre Hospitalier Nord Deux-Sèvres ou l’Institut Gustave -Roussy…

Dans ces conditions le pass sanitaire, uniquement vaccinal, ne sert plus à rien et il y aurait donc lieu de mettre tout le monde sur un pied d’égalité en exigeant les preuves d’un test covid négatif pour accéder à des zones à risques de regroupements de personnes.

Mais une objection de taille subsiste : le délai de 72 heures eut sembler très long, face à un variant qui peut se développer beaucoup plus rapidement, dans les organismes, que les souches précédentes (or ik faut savoir que le variant représente près de 98% des variants circulant en France !).

La solution serait de se faire, ou faire-faire, régulièrement des tests salivaires rapides de dépistage du covid prouvant notre « innocuité », comme celui mis au point par un laboratoire français, dénommée EasyCOV, d’une sensibilité de 86% et d’une spécificité de 99% validées par une étude clinique, valable sur les nouveaux variants ;

https://www.skillcell-alcen.com/fr/products-licensing/easycov-test-salivaire-rapide-de-depistage-de-la-covid-19

à cela il faudrait ajouter la pérennisation de la recommandation des gestes-barrières, du lavage fréquent des mains ainsi que la mise à disposition de tous les médicaments qui soignent, permettant d’éviter le plus possible l’infection des poumons et sa conséquence la réanimation à l’hôpital et de tous les vaccins mondiaux, ayant reçus un agrément des organisations de santé.
Ces dispositions aboutirait donc au remplacement du pass sanitaire actuel par des obligations d’autotests réguliers, et en cas de besoin, gratuits (ou remboursés totalement ou partiellement par la Sécurité sociale), probablement la suppression du port du masque peu hygiénique, et la mise à disposition de tous les médicaments qui soignent ainsi que de tous les vaccins qui protège contre la maladie du covid-19, avec une étude adéquate et pertinente des conditions de remboursements par les organismes sociaux.
Le maintien du pass sanitaire à l’identique devient donc hérésie et son maintien dans les mêmes conditions une preuve que les Autorités poursuivent des objectifs cachés, autres que sanitaires…

Amies, amis n’oubliez jamais comment 1% de la population, se comportant comme des résistants, peut sauver l’honneur des collabos et des soumis face à une dictature
Colette : A 90 ans, une ancienne Résistante française raconte le combat contre le fascisme-Oscars 2021

https://www.youtube.com/watch?v=J7uBf1gD6JY

Attention les sous-titres français sont parfois délirants (par exemple un « grand beau gars » transformé en « grand bol d’or » !) mais il faut s’en tenir au seul fond de ce témoignage émouvant, réalisé à titre de document par une des Américains, et qui reçut un prix…

Patrick Verro