Le passe vaccinal viole l’accord du patient : c’est un crime

passeportjuifs.jpg

Le passe vaccinal ne relève plus de la médecine humaine, mais de la médecine animale et encore. La différence entre un être humain et un bétail tient à l’exercice de son libre consentement à la thérapeutique recommandée par le médecin.

Nous savons tous que le médecin est à notre écoute et que nous pouvons à tout moment lui indiquer des désagréments. Il en tiendra compte et changera tel ou tel médicament ou dosage pour tenter de soigner et d’éviter les effets constatés. De même pour des maladies plus graves, le patient pourra à tout moment renoncer à des souffrances liées à la thérapeutique, préférant des soins palliatifs par exemple, ne supportant plus la chimiothérapie. La liberté du patient, son libre consentement font partie intégrante de l’exercice responsable de la médecine.

Or, les politiques votent bien plus qu’une obligation vaccinale. Ils votent en ce moment même une extorsion répétée du consentement. En effet, le politique va ensuite décider du nombre de doses et des délais indispensables à la pérennité du passe vaccinal. De fait, les élus finissent le travail de destruction de la médecine au bénéfice d’une politique sanitaire du « bétail humain ». Vous n’aurez plus aucune liberté de vous rétracter, de signaler vos douleurs à la 3e ou 4e dose. Peu importe votre santé personnelle, peu importe les réactions ; votre vie sociale va dépendre d’un traitement universel qui va s’imposer à vous sans votre consentement, sans le suivi ou le contrôle d’un médecin. Vous êtes piégés.

Ce sont donc nos élus et des fonctionnaires d’Etat qui vont décider du temps venu de la 4e dose, puis de la 5e dose, vous menaçant de désactiver votre passe vaccinal et les droits associés. Ce n’est bien sûr plus de la médecine. Cet exercice illégal de la médecine est patent. L’administration décide seul d’un traitement qui s’impose à tous, sans aucun discernement sur la santé de chacun, les incompatibilités médicamenteuses, voire le fait d’être contaminé au moment de la Nème dose.

Comment peut-on imaginer pareil dispositif ? Cela signifie que les élus auraient la certitude absolue que le « vaccin » est la solution. Est-ce possible au regard des résultats des études et des prises de position des plus éminents scientifiques qui démontrent jour après jour que le consensus scientifique n’y est plus du tout ? Eric Caumes vient d’exprimer sa déception chez J.J Bourdin en constatant l’échec de Pfizer. Ce n’est pas un vaccin dit-il. Cela signifierait qu’ils connaissent déjà les bénéfices des doses suivantes ? Impossible, car personne ne les a, et les doutes sont plutôt grandissants. Les tergiversations des scientifiques israéliens sur la 4e dose inciteraient à la prudence. Cela signifierait enfin que la médecine est une politique qui peut faire fi de la situation personnelle du patient ? Sont-ils sûrs de pouvoir imposer sans aucun discernement un traitement de masse à une population en supprimant le diagnostic, le choix de la thérapeutique ? C’est la faire fi de toute la science médicale, au profit d’un projet politique qui n’a plus rien à voir avec l’état de l’art scientifique. Ce ne sont pas les élus de la République qui doivent nous soigner, mais ils doivent donner les moyens aux médecins d’exercer. Cette confiscation est incompréhensible, sauf à déplorer le basculement dans le biopouvoir tant décrié lorsqu’il fut à l’œuvre chez les Nazis.

La situation est alors inédite. Chaque citoyen va devoir accepter un traitement dont il ne connaît pas aujourd’hui la durée et les doses. Il est donc ignorant et soumis. Il va devoir en subir les aléas en l’absence de tout suivi médical. Voilà le progressisme. vous êtes un animal auquel on impose des piqures comme à une vache et vous n’avez rien à dire. Cette conception de l’être humain paraît très majoritairement partagée par les sénateurs et les députés qui feignent de débattre sans s’opposer. Peut-être devons-nous simplement tout débrancher. Renonçons tous ensemble à leur 3e, 4e et 5e dose. Refusons pacifiquement. Nous n’aurons pas de passe vaccinal. Et alors. Si nous sommes des dizaines de millions à refuser leur emprisonnement. Il leur restera l’obligation pure et dure. Et là encore nous pourrons dire non, nous soutenir les uns les autres et ne pas se soumettre.

Et les faits vont être têtus. Quand des professeurs commencent à dire ouvertement comme E. Caumes que ce n’est pas un vaccin, que dire d’un passe vaccinal pour une thérapie qui n’est pas ce que le législateur déclare ? L’échec est donc total et nous devons maintenant nous appuyer sur ces scientifiques pour ouvrir le front contre cette appellation irrecevable et les menaces pour la santé d’une répétition de ces doses.

Non, messieurs les législateurs, ce n’est pas le parlement qui décide de la qualification d’un produit. Ce sont les hommes de l’art. Et l’art dit maintenant clairement que la mixture Pfizer n’est pas un vaccin car elle ne procure pas l’immunité. Et vous en apportez la preuve en voulant asservir les populations à une thérapie généralisée par multi-injection. Cette fuite en avant est une tragédie économique et sanitaire.

Pierre-Antoine Pontoizeau

 

 

image_pdfimage_print
19

20 Commentaires

  1. Vous dites ce qui est! Les représentants du peuple de France sont des lâches, des traîtres et des idiots. À l’image de la majorité des français.

  2. Il y a lieu de féliciter l’auteur de cet article qui a parfaitement perçu l’abominable crime contenu dans ce projet de loi rabaissant l’homme au niveau de l’animal, ce qui fait qu’il sort de la compétence de notre Parlement comme de tous les Parlements.
    Aussi, nous serions honorés et heureux s’il prenait contact avec nous à:
    alliance@souverainete-france.org
    Merci.

  3. NON ce ne sont pas nos elus et fonctinnaires FRANCAIS qui vont decider pour nous mais ceux de l europe . on nous ment et on nous MANIPULE comme des gamins de CM1 . le pass sanitaire intitule green pass A ETE VOTE EN juin 2021 par le parlement europeen A 524 VOIX SUR 700 ! et nos politicards princes de la TAQYIA nous ont dit que c etait temporaire pour 3 MOIS .C est l initiative de van der lahyene qui a la moustache d adolf dans sa culotte ! nous n aurons IN FINE pas de tatouage mais une puce … les boches sont doues pour la marquage ; c est bien connu …

  4. MATRICULE 21665 vous connaissez ? ca ne vous dit rien ? A MOI SI ! c etait le matricule de MICHEL CRESPIN BEBE D UN MOIS DEPORTE ET GAZE AU CAMP D AUSCHWITZ . les boches ont oublie ? moi non ! un square a vichy porte son nom et je crois bien que je vais me faire tatouer son matricule pour l exhiber devant ceux qui l ont oublie !

  5. Cette histoire de COVID est l’arbre qui cache la forêt… Ill n’y a aucun danger sanitaire mais un projet satanique.

  6. Ben, vu les files d’attente, quotidienne, devant les pharmacies pour recevoir la piquouse et avoir droit a l’ausweis vaccinal, ça en fait beaucoup de violés… à l’insu de leur plein gré, quand même, car être con, n’est pas un crime.

  7. A cet article bien étayé (comme toujours) de Mr. Pontoizeau, devrait se lire en prenant en compte une dimension peu évoquée dans ‘l’histoire’ du passe vaccinal.
    C’est la première fois depuis août 1789, qu’un gouvernement bafoue le principe d’égalité entre les individus, … principe découlant de l’abolition du clivage traditionnel entre tiers-état, clergé et noblesse (source, J.P. Pelaez – BVoltaire 07.01.2022).
    Il y a un retour en arrière de 233 ans (!), pour satisfaire uniquement l’aveuglement narcissique d’un homme retors, et l’ivresse du pouvoir (limité) de quelques courtisans toujours avides de miettes jetées en aumône.
    L’efficacité démontrée de l’abrutissement médiatique de la population est -pour combien de temps encore ?- le seul vainqueur inévitablement éphémère de cette lutte pour le pouvoir.

  8. Qui va enfin dénoncer qu’il est illégal d’imposer à la population d’expérimenter un nouveau produit qui n’a même pas d’AMM ?

  9. d’autant plus que dans vaccinal il y a vaccin, or pour le covid il n’y a pas encore un vaccin qui empêche transmission et contamination
    Quand par ailleurs les produits actuels, dont l’intérêt se trouve au niveau des rétrocommissions, ne conduisent pas à des pathologies qui n’ont rien de secondaires

  10. la preuve est que à aucun moment « ils » nous parlent des nouveaux vaccins qui arrivent, et qui n’ont pas d’ARN messager …
    c’est donc la preuve qu’ils veulent absolument nous faire piquer par leur mixture trop souvent mortelle et en plus inefficace !
    le docteur mengele n’est pas loin du tout, en effet …

  11. Pour terminer votre conclusion: C’est plus, c’est la dictature type 3ème Reich qui vient de se dévoiler devant les Français toujours en état de stupeur… ou de connerie profonde vu que 60% approuve les propos du Reichsfuehrer. Comme dit H16 ce pays est foutu et les délateurs habituels vont se révéler. Il reste a rétablir la gestapache de le rue Lauriston ! Délire? Non réalité crue et terrifiante et plus personne pour dire aux armes citoyens.

  12. Je lis les commentaires ,vous êtes déçus ,en rogne,prêts à en découdre?
    Voici une raison supplémentaire:A quand pour tous les français la même information que me fait parvenir sur me portable,le véto et sans retard :votre chien « Rantanplan » n’est plus protégé contre les puces et les tiques.Pensez à renouveler son traitement,idem pour le chat.Qu’attend Macron pour utiliser cette méthode.Un smartphone ,un carnet de vaccination à jour ,affaire classée.Elle n’est pas belle la vie.Tatouage à l’oreille??

Les commentaires sont fermés.