1

Le PCF avec l’anti-France : Muhammad, Diallo, Bouteldja, Boussoumah, Vergès…

Le parti rouge du sang des cent millions de morts

J’ai toujours été un anti-communiste primaire, comme ils disaient autrefois quand ils étaient sur toutes les chaînes de radio-télévision ! Je le suis devenu bien plus encore en lisant les livres de Stéphane Courtois, dont « Le livre noir du communisme » !

Le Parti communiste avait ses sbires dans les administrations, les services publics, et de profonds débiles dans certains syndicats comme à la CGT et à SUD, que j’ai bien connu autrefois à la RATP !

Dans ces syndicats, toutes les têtes pensantes avaient leur carte au PCF ! C’était la référence suprême et la puissance financière acquise dans les différents comités d’entreprise était au service du PCF ! Les comités d’entreprise, financés par les salariés, étaient et sont encore, pour certaines entreprises publiques, des vaches à lait pour le PCF !

Que fait le PCF, cette sangsue politique actuellement en déshérence ? Il cherche à s’allier avec des ennemis ouvertement anti-France, anti-culture française, souvent islamistes, racistes anti-Blancs, profondément sexistes par leur allégeance à la doxa de l’islam politique et qui sont, pour beaucoup, des revanchards de la décolonisation ! Tous, individuellement, ne sont pas toujours d’accord entre eux, mais tous ont un ennemi commun : la France de nos ancêtres et de nos pères et mères !

C’est avec ces gens-là que le PCF, proche des Insoumis, même s’ils ne sont plus alliés, rêve d’en finir avec la France blanche et judéo-chrétienne !

Qui sont les alliés du PCF ? Qui sont les acteurs de notre destruction, qu’ils souhaitent rapide, avec la complicité des gouvernements qui ont laissé faire, par lâcheté, par couardise ou pour de l’argent ?

Des hommes comme Youssef Boussoumah ! Un militant historique de la cause palestinienne et arabe ! Il est membre dirigeant du parti des Indigènes de la République ! Il est une sorte de cerveau de la lutte contre cette France que nous aimons et se bat contre le sionisme, ce masque gauchiste de l’antisémitisme ! Il déclare sans sourciller que la France avait ouvert des camps de concentration et fait tuer des « millions » d’hommes ! Personne ne lui dit rien, aucun historien, aucun politique ! Il empoisonne la jeunesse avec ses délires anti-France et antisémites, anti-Israéliens et pro-Palestiniens !

Des femmes comme Houria Bouteldjaégalement du Parti des Indigènes. Nous la connaissons bien pour son livre Nique la France et sa déclaration sur les souchiens, ces Français de souche qu’elle maudit à tour de bras et insulte en permanence ! Pour son dernier livre, ouvertement raciste, « Les Blancs, les Juifs et nous », elle fut sommée de s’expliquer sur son racisme, son homophobie, son sexisme par le journaliste Thomas Guénolé !

Qu’est-ce qu’elle en a dit ?  « Je ne vais pas m’étendre car une partie des citations de monsieur Guénolé sont parfaitement vraies et que je les assume ». Elle insiste néanmoins pour que son livre soit lu avec plus d’assiduité pour comprendre les termes auxquels elle recourt. « Je déplore que monsieur Guénolé n’ait pas saisi la complexité de mon propos ». Affligeant ! 

C’est quoi, ce Parti des Indigènes ? Le magazine Marianne a accusé le mouvement de distiller un discours fondé sur « la rancœur et la haine ». Différentes sources qualifient le PIR d’anti-féministe, antisémite, homophobe, identitaire, islamo-gauchiste, racialiste ou encore raciste, tandis que quelques autres observateurs estiment que sa pensée est mal interprétée ou déformée. Le même argument lancé contre Guénolé ! Vous n’êtes pas d’accord, c’est que vous n’avez pas compris ! Si vous êtes blanc et opposé à leur discours, c’est que vous êtes un négationniste de l’esclavage, un révisionniste de la colonisation et donc un raciste !

Que dire d’Anasse Kazib, ce syndicaliste de SUD Rail qui, sur RMC dans l’émission Les Grandes Gueules, semble se démultiplier et paraît impossible à gérer ! Il part au quart de tour, crache sa haine des encadrants de son entreprise, crache sur les Gilets jaunes. Qu’il refuse de participer à leur colère légitime, c’est une chose, mais qu’il déblatère en est une autre ! Ses prises de position sont en permanence conflictuelles. Rien ne trouve grâce à ses yeux de gauchiste ! Quels sont ses buts véritables, en dehors de sa logorrhée sur le grand capital ? 

Que dire de Marwan Muhammad, si ce n’est que c’est un homme au service de l’islam politique, probablement proche des Frères musulmans. Un ancien directeur du CCIF, un organisme financé en partie par George Soros et proche du Qatar !

Rokhaya Diallo, est une égérie proche de la mouvance des Bouteldja et consorts ! Elle tient son prénom de ses origines africaines et musulmanes ! Ruqayya est un prénom arabe et c’était celui de la seconde fille de Mahomet à l’époque où, en bon gigolo, il était marié avec Khadija, une femme riche et puissante ! Ce n’est qu’à la mort de celle-ci qu’il s’est dévergondé dans la polygamie et sur des femmes captives mises en esclavage ou des gamines de 9 ans comme Aïcha !

Rokhaya Diallo tente de déconstruire notre Histoire et de nous soumettre à la dictature de la culpabilisation ! Tout y passe, et même le Louvre ne serait pas à la hauteur de la « science et des arts » africains ! Ce qui oblige certains à promouvoir comme « Art » de simples ustensiles de cuisine et nous sommes priés de nous aplatir devant le génie africain ! C’est avec elle que j’avais eu une polémique sur mon refus de considérer que tous les arts étaient égaux ! Mozart, c’est tout de même autre chose que le tambourin !

Françoise Vergès, c’est le phénomène du déguisement, le diamant de l’hypocrisie ! C’est une politologue et militante féministe « décoloniale » française. Fille de Paul Vergès ! Sa mère, Laurence Deroin, était une militante et salariée au PCF !  

Françoise Vergés « fait » dans le décolonialisme et se veut la mémoire de la lutte contre l’esclavage ! Elle se targue d’humanisme, du partage et de la lutte contre l’Histoire de la France! Mais qui sont ses ancêtres, ses origines ? 

Sa grand-mère était indochinoise (son père est né au Siam en 1925), sa mère, Laurence Deroin, est une métropolitaine, son grand-père, Raymond Vergès, né à Saint-Denis de La Réunion en 1882, est le fondateur de la dynastie politique réunionnaise. Il a été élevé par sa grand-mère, Marie Hermelinde Million des Marquets, née en 1832 et qui avait épousé en 1855 un modeste commis de marine métropolitain, Adolphe Vergès.

Les ancêtres de Françoise Vergés, les Million des Marquets, possédaient une plantation d’une vingtaine d’hectares, à la Ravine Saint-Jean, à Saint-André, « quartier » où elle résidait par ailleurs. Cette famille de planteurs était dans l’île depuis 1767 et elle se situait plutôt, on le devine déjà, du côté des esclavagistes que des esclaves. Ses ancêtres, les Million des Marquets, possédaient, selon l’acte établi à Saint-André en février 1848, « 121 esclaves dont 66 Créoles, 12 Malgaches, 39 Mozambiques et 4 Indiens ou Malais ».(SOURCE)

C’est donc cette femme qui donne des leçons d’Histoire de France et évite de s’attarder sur la sienne !  C’est toute cette engeance gauchiste qui réécrit son histoire et camoufle celle des parents collabos ou, dans son cas, esclavagistes !  

Que peut-on dire sur cette affaire ? Que nul ne peut être tenu responsable de ses ancêtres, de sa famille comme le fait la gauche! Elle culpabilise des descendants de Français qui n’y sont pour rien, pour le coup, dans l’esclavage et la colonisation ! Mes ancêtres, en 1632, étaient des paysans, des journaliers qui n’ont jamais vu de Noirs, pas même la mer ! Culpabiliser les Blancs en général, et en masse, relève de la forfaiture et surtout quand on refuse d’afficher les responsabilités de ses ancêtres, comme le fait Françoise Vergés, ou celles des arabo-musulmans actuels qui vivent en France ! 

On y verra sûrement Danielle Obono, députée Insoumise et proche du parti des Indigènes, si Mélenchon ne le lui interdit pas, vu les relations tendues entre les Insoumis et les anciens camarades communistes ! Qui est-elle ? Elle est née le 12 juillet 1980 à Libreville, au Gabon. Elle est la fille d’Hortense Simbou Mbadinga et de Martin Edzodzomo Ela, économiste, cadre supérieur à la banque Paribas-Gabon de 1975 à 1979, candidat à l’élection présidentielle gabonaise de 1998. Famille bourgeoise, donc, et militante gauchiste, comme beaucoup qui crachent dans la soupe !  Elle fut, avant son élection, bibliothécaire et se prétend docteur en sciences politiques !  

Bref, que du beau monde gauchiste, des décoloniaux, des racistes anti-Blancs, sexistes à souhait et dont certains luttent pour la suprématie de la race noire dans un discours « racialiste » !

Sans compter l’islam, qui trouve dans le PCF un bon allié avec ses quelques centaines d’adhérents fidèles qui lui restent, mais aussi ses relais de transmission nocifs qui sont, de fait, les nouveaux idiots utiles pour une islamisation rapide de notre pays ! 

Gérard Brazon (Libre Expression)