Le Pen père et fille n’ont jamais voulu du pouvoir

Le premier tour des législatives a donné ses résultats. J’ai voté le dimanche 12 juin 2022 pour la dernière fois de ma vie. C’est maintenant pour moi une certitude, les élections en France sont la baballe pour amuser le petit clébard, le petit point lumineux rouge pour exciter le chat. Les dés sont pipés et ils le sont définitivement. Ce à quoi aspire le peuple resté lucide, on s’en tape ! Ses souffrances, on n’en à rien à cirer. La France se meurt ? Quelle importance, après moi le déluge ! Le monde politique est un marigot infesté de crocodiles, une clique de parasites n’ayant aucune intention d’abandonner leurs avantages. Une fois en place, ces truands sont quasiment indélogeables. Les médias d’État veillent au grain : la soupe est bonne, abondante, les râteliers bien fournis, rien ne doit changer.

Marine Le Pen, confortablement installée politiquement, gère ses affaires et sa boutique au mieux de ses intérêts. Sa connivence avec Moumoute 1er et les médias s’affiche maintenant au grand jour. Elle est bien la fille de son père.
Dès 1995 j’avais acquis une certitude : Jean-Marie Le Pen ne veut pas du pouvoir. Ce qui était devenu pour moi une évidence provoquait systématiquement un éclat de rire général autour de moi quand je faisais partager ce point de vue, et pourtant…

En 1980, le Front National stagnait à 1,5 %. Une fois élu en 1981, Mitterrand, qui n’a cessé d’attaquer Giscard sur le chômage pendant la campagne électorale, met en application son programme coûteux, irresponsable et démagogique. Les résultats ne se font pas attendre et en 1983, alors que « tous les clignotants sont au vert », selon la célèbre phrase de Mauroy, le monsieur Coué de Matignon, un virage à 180° est opéré. La trahison du peuple est affichée.

Que reste-t-il à Mitterrand pour espérer sa réélection en 1988 ? Diviser la droite, bien évidemment. C’est alors qu’il fait passer une circulaire dans tous les médias : au nom de la démocratie, il faut ouvrir tous les plateaux à Le Pen. S’enchaînent pour le président du Front National : l’Heure de vérité, Questions à domicile, Sept sur Sept, journaux télévisés, etc. etc., avec des records d’audience.

Les européennes de 1984 en France sont une première victoire pour le tandem Mitterrand-Le Pen : le Front national atteint 11 % et Mitterrand voit sa stratégie machiavélique se mettre en place.
Dès lors, Jean-Marie Le Pen va jouer le rôle qui lui a été attribué par Mitterrand : taper de toutes ses forces et en permanence sur la droite.

Au fil des années, je remarque que ce que les crétins de journalistes des médias publics appellent « dérapages » me semblent de plus en plus curieux et d’un premier abord inexplicables. Comment un homme politique comme Jean-Marie Le Pen peut-il régulièrement faire des « sorties » qui n’ont pour seule conséquence que de servir sur un plateau d’argent, aux journaleux, des raisons de le faire haïr aux yeux d’une bonne partie des électeurs ? Il devient peu à peu un repoussoir pour une branche de son électorat potentiel et semble parfaitement s’en accommoder. Mieux, il en rajoute « une couche » à chaque fois que l’occasion lui en est donnée. Comment est-il possible de s’y prendre d’une telle manière quand on est censé vouloir faire échapper la France à la tragique destinée qui lui semble promise ?
Est-ce que Le Pen est limité intellectuellement ? Pas du tout, son intelligence est remarquable, très au-dessus de la moyenne. Est-ce que Le Pen manque de culture ? Bien au contraire, il est l’un des hommes les plus cultivés de la classe politique française, un des plus brillants de la Ve République. Reste pour moi cette évidence : les « dérapages » de Le Pen n’en sont pas, il ne veut pas du pouvoir.

Je remarquais ses prestations dans ses meetings. Il jouait brillamment une pièce de théâtre sur des scènes qu’il parcourait de long en large. Son aisance était impressionnante, il était en représentation, comme un poisson dans l’eau. Beaucoup de patriotes, selon moi, n’ont pas compris que « l’ostracisme » qui le frappait était voulu par lui-même, qu’il était le résultat d’une stratégie parfaitement pensée. Les insultes dont il était l’objet galvanisait ses électeurs. Ceux qui le croyaient victime du système faisaient fausse route. Bien au contraire, il profitait pleinement de ce système. La naïveté de ses admirateurs les aveuglait. Je l’affirme : Jean-Marie Le Pen trompait son électorat dont je ne faisais pas partie, justement pour cela. Ils n’auraient dû retenir que son message politique. Voter pour lui ne servait à rien sinon affaiblir une droite qui, au fil des années, n’a plus eu qu’une lâche stratégie : plaire à une gauche de plus en plus sectaire. Cette idée ne me quittait plus : Le Pen ne veut pas du pouvoir.

Bruno Mégret a confirmé mes impressions en 1998 : il a quitté avec fracas le Front National avec des mots très durs contre Le Pen qui, en retour, l’appela « Naboléon ». Y avait-il la moindre différence entre l’analyse de Le Pen sur la situation de la France et l’avenir qui lui était promis et celle de Mégret ? En aucune manière. Jean-Marie Le Pen avait fait un fonds de commerce de ses excès et autres provocations. Pour Mégret aussi Le Pen ne voulait pas du pouvoir, et son cirque lui était devenu insupportable. Le mot « cirque » est-il trop fort ? Mégret a évoqué en décembre 1998, pour image, les foires dans lesquelles sont organisés « des concours de crachats », rien de moins ! Je l’ai entendu faire, à cette époque, ce parallèle à peine caricatural, sur une radio. Mégret a ajouté en substance que témoigner ne suffisait plus et qu’il fallait se battre pour arriver au pouvoir, ce qui était clairement une remise en cause du comportement politique de Le Pen.

En 2016 Le Pen a admis tout cela du bout des lèvres. « Les Français n’étaient pas prêts » a-t-il dit.
La boutiquière Marine Le Pen est bien la fille de son père.

Jim Jeffender

image_pdfimage_print

27 Commentaires

  1. affirmation gratuite , sans fondement: ce sont les veaux qui disent ça pour se donner bonne conscience.

  2. mais quel âge canonique avez-vous donc pour rabâcher et radoter d’une façon aussi tristement sénile ???

    • Je rabâche, Malo, parce que les petits crétins comme toi sont, malheureusement, majoritaires en France : ils ne comprennent vite qu’à condition qu’on leur explique longtemps, preuve que ta sénilité est déjà bien avancée.

  3. Il y a une différence l’un avait les capacités pour gouverner l’autre n’est même pas capable de gérer un parti

  4. Je suis certain que, comme Daladier en arrivant au Bourget après la honte des accords de Munich en 1938, JMLP en se voyant qualifié pour le 2e tour en 2002 à pensé : ah ! les cons !

  5. Répéter toujours la même chose ça s’appelle une « scie » en chansons de variétoche et un « marronier » dans les médias.

    C’est lassant….

  6. Ce n’est pas Le Pen et sa fille qui ne voulaient pas du pouvoir, mais c’est vous autres qui ne vouliez pas de Le Pen ou de sa fille au pouvoir.

    Nuance

    Vous qui l’avez toujours combattu, et continuez dans la même ligne aujourd’hui. Toujours avec cette même mauvaise foi proverbiale.

    Vous vous lamentez de votre propre sottise. On sait très qui fut historiquement l’ennemi le plus acharné du FN

  7. Incroyable !
    Qualifier de « dérapages » des répliques justifiées à des agressions elles injustifiées.
    Et quid de la liberté d’expression ?
    Jmlp a toujours été un vrai » libéral « , partisan de la libre entreprise et de la libre expression. Son projet politique était un obstacle au projet néo communiste requalifié de » mondialiste « .
    Zemmour, juif, a été qualifié de nazi par les mêmes qui ont diabolisé Jmlp. D’après » Jim Jeffender « , il ne voudrait donc pas du pouvoir.

    • Le Pen a défendu sa liberté d’expression, lui, et on lui en a fait un crime.
      On a monté des petites phrases insignifiantes en épingle, et on les lui a ressorties pendant 20 ans, comme s’il s’agissait de crime.

      C’est de cette façon qu « ils » l’ont diabolisé

  8. Toutes les institutions ont été infiltrées par les mondialistes, les lois liberticides ont permis de terroriser les nationalistes.
    Le projet mondialiste est d’ailleurs celui prévu pour tout le monde occidental.
    Mais ce seraient Jmlp et Mlp qui n’auraient pas voulu du pouvoir !
    Non mais quel toupet !

  9. En 2011 je crois, André Bercoff, invité à « On n’est pas couché », disait aussi la même chose, et que ses sorties « racistes » n’avaient pour but que de le faire baisser dans les sondages…

  10. J’ai pas lu votre article car il est titré d’une fameuse imbécillité qui sent le rat crevé au file de l’eau !

  11. Je suis tout a fait d’accord avec l’exposé ci dessus de Jim Jeffender les Le Pen ne sont que des auxiliaires du pouvoir ou des pouvoirs qui ont défilé pendant plus de trente , les Le Pen nous ont pris pour des billes . lorsqu’un Français vote ce sera toujours pour le choix qui le lendemain matin il n’y est pas trop de contribution et de complications a résoudre dans sa petite vie .Ce constat nous le voyons a chaque élection ceux qui osent parler des problèmes avec courage sont ceux qui font le moins de voix aux résultats , Zemmour est d’ailleurs le dernier exemple qui confirme l’observation .Pour gagner une élection il faut être appesant , si De Gaulle avait dit je vais larguer l’Algérie en revenant au pouvoir jamais il ne serait passé , il a même laisser croire le contraire .

  12. C’est exactement de que j’en ai déduit depuis des années!
    C’est bien plus confortable à tout point de vue de se contenter d’être dans l’opposition permanente! En plus, ça paie bien

    Si de nombreux cadres ont quitté le RN, il y a de bonnes raisons.
    Pour autant, elle n’avait pas à tirer dans les pattes de Z!
    A moins qu’il y ait un deal avec le poudré!
    Je pense que marine va avoir son siège et ses indemnités à l’AN!

    La confiance est rompue avec les politiques mais également aujourd’hui avec la médecine! et ce n’est pas fini, le pire nous attend!

    Nous sommes sacrément dans la m…de mais des kons ont voté pour le camp du bien.

  13. Analyse qui rejoint la conviction que j’ai eue après le débat télévisé du 1er tour en 2017 entre le futur Président et Marine. La nullité de ses joutes oratoires ‘contre EM était trop flagrantes pour ne pas avoir été pensées en amont. Et de ce jour, je me suis dit que Marine ne voulait pas le pouvoir , qu’elle était la parfaite 2eme tout comme son père . De là à penser à un arrangement entre les candidats ????

  14. Tout à fait d’accord et lorsqu’on entend, consterné, l’anti Gaullisme primaire des électeur de Jean Marie Le Pen, on se dit qu’eux non plus n’ont rien compris, aidés d’ailleurs (je l’ai constaté) par une bonne partie de rapatriés d’Algérie à l’origine plus que douteuse, si vous voyez ce que je veux dire.

  15. Le problème ce n’est pas les le Pen, mais l’incommensurable bêtise et l’effroi de la chose liberté pour une très grande majorité des Français.
    On a le gouvernement que l’on mérite.

  16. J’en ai marre de ces niaiseries que je lis depuis des mois sur ce site que le RN ne veut pas être élu. Faut arrêter le délire. Les Français NE VEULENT PAS DE MARINE, NI DE ZEMMOUR, ni de Philippot, ni de Dupond-Aignan, il me semble que c’est assez clair. Marine a obtenu 41% et Macron 59%. Les Français ONT RÉÉLU MACRON et personne ne leur a mis un revolver sur la tempe dans les bureaux de vote. Par ailleurs, si Marine avait foiré son débat en 2017, clairement en 2022 elle a tenu la route. Alors arrêtez votez délire: les Français NE VEULENT PAS D’UN PARTI PATRIOTE. POINT BARRE.

    • Les français n’en veulent pas, mais ça n’empêche pas que les Le Pen n’ont jamais voulu le pouvoir. Juste se remplir les poches en neutralisant l’opposition pour le pouvoir.
      Quant au débat de 2022, on a pas du voir le même.

      • Le Pen n’a jamais voulu être élu ??? Difficile d’être élu avec 15% des voix, Marine a fait le record absolu avec 41.5%, mais ça prend 50% pour être élu. Je vais encore lire un paquet d’âneries dans le genre « elle n’a pas su convaincre les Français », « elle a foiré son débat », et ainsi de suite. Parce qu’il convainc Macron ? Parce que les gens n’en ont pas encore MARRE de Macron ? Parce que Le Bataclan et Nice, ça ne suffit pas encore à « convaincre les Français » ? Ben si ça ne suffit pas, désolé, mais RIEN, ABSOLUMENT RIEN ne pourra les convaincre.

    • Absolument d’accord. Les français sont des veaux, disait de Gaulle. Mon père avait 20 en 1940 et il m’a souvent parlé de la la lâcheté et de la résignation des français de l’époque, semblables à ceux d’aujourd’hui. Les uns se sont couchés devant les nazis, les autres se couchent devant les islamo-gauchistes et subissent les sévices de la mondialisation sans réagir. Les gilets jaunes ont essayé et ils ont été réprimés avec la dernière rigueur. Alors, inutile de faire un procès à MLP et de raconter des bobards à dormir debout. La France est une nation femelle, comme l’a dit Bastien-Thiry à son procès. Ce pays est fichu, ne rêvez plus. Sauf bain de sang, il n’en sortira plus rien de son bon. Game over.

    • Je ne le dirais pas comme ça… mais plutôt qu’un parti patriote leur fait peur, dans le sens où le patriotisme est une exigence morale qui oblige à l’effort voire au sacrifice…
      C’est trop dur !

      • Tout à fait exact pour une société d’assistés et de déresponsabilisés, les français n’ont plus le sens de l’honneur du devoir de la Patrie , l’obsolescence de ces qualificatifs semblent devenus désuets voire inconvenants, il paraît plus facile de fumer le chichon se vautrer dans lgbt et le wokisme pour programme de future société. Le réveil à intervenir risque d’être plus que violent et douloureux pour en sortir, la résilience passera par la résistance et beaucoup d’abnégations . Le souffle du chaos est proche … puisai je me tromper.

  17. je pense que de 1983 son emergence politique due a ses resultats aux municipales a Paris et a Dreux et non a Mitterrand donc de 1983 a 1995 a peu pres Le Pen se battait pour gagner, apres il a vu que le systeme etait trop fort et que les francais ne voulaient pas la grande alternance, sa fille c est different c est deja une incapable comme on en fait pas et elle a finit par s en rendre compte

    • Depuis 1983 , 40 ans sont passés.ou en est le Front National. 20 à 30 députés possibles alors qu’il en faudrait10 fois plus pour espérer un changement politique. Seul un changement des élites est susceptible d’impulser un changement de société.le combat doit être mené sur le plan culturel , et complementairement sur le plan politique,afin d’amener les réformes nécessaires. Sous la 3eme république «x crise » avait esquissé un programme :qui ne put être développé qu’après libération et achevé après la chute de la 4eme. On ne voit pas de telles équipes travailler dans cette optique autour du R N. L’ambition de ce dernier se limite pour l.heure à maintenir la PME. Le sort du pays ne détend pas seulement du prix des carburants ni de celui dela baguette

Les commentaires sont fermés.