Le pire des mondes vous souhaite la bienvenue sur Burk-TV

Publié le 16 février 2017 - par - 6 commentaires - 1 392 vues
Traduire la page en :

En ce temps-là, tous les esprits étaient sous contrôle des média par le biais d’écrans de toutes tailles. Il était devenu impossible de les éteindre ou les débrancher tant le problème de l’addiction aux écrans chez les sans-dents devenait urgent. Depuis l’ère du Président CéMoi, plus personne ne pouvait résister au gavage de cerveau orchestré par le matraquage en règle des épisodes du feuilleton « Peine_et_love_guerre_à_vous ».

Big Brother, patron de la chaine TV  « Burk For Memory », observait un couple de robots perroquets-répétiteurs qu’il avait programmé pour les voir s’acquitter, tour à tour, de leur mission de désinformation sans émotion ni effusion. Tous les soirs, au JT de 20 heures le soft totalitarisme de Big Brother triomphait dans une colère froide, morbide.
Le PIRE DES MONDES vous souhaite la bienvenue sur Burk TV disait-il !…

Par l’influence de ce canal dominant, le couple en collusion transmettait sa névrose obsessionnelle, parfois sa psychose d’angoisse aux sans dents lobotomisés par l’amnésie endurée. Les réseaux d’entrismes fomentaient leurs coups d’états permanents aux allures d’une révolution copernicienne. La marche du Grand soir était, elle-même, En Marche dans cette marche forcée. Ils pensaient la gauche morte ? Erreur !…

Une monumentale campagne était En Marche. Celle d’un illusionniste-arriviste, sans programme, vertueux, venu tout droit du patronat par la bande pour un futur qui mènerait tout le monde nulle part. Donc Ni à droite, ni à gauche, bref l’immobilisme d’arrêt sur mur. Les clameurs se délectaient à la cantonade de l’oxymore issu de la marche de cette marionnette immobile, mue par le Président CéMoi. Ce candidat, soucieux d’une immigration sans limites, issu de tous les conservatismes politiques d’un autre âge, polichinelle propulsé par l’establishment énarchique et financier.

Le palmipède des basses-œuvres, aura appris à survivre à la grippe aviaire qui avait dévasté presque toutes les fermes de gavage du Sud-Ouest. Paradoxalement, c’est en défendant la liberté d’expression et le pluralisme des idées, qu’il continuait inlassablement à se gaver chaque mercredi, pour pouvoir nourrir une justice aux dents si longues qu’elles rayaient le parquet sans se soucier de qui allait le financier ? Qui peut encore croire à la séparation des pouvoirs politique, économique et judiciaire ? Comment des salaires vieux de vingt ans, perclus par l’oubli et le flou des situations passées peuvent-ils mettre en action un nouveau parquet financier qui a démarré avec une agilité et une rapidité insensées ?

Quel vengeur masqué voulait lyncher le gagné pour décimer les hébétés qui l’avaient plébiscité ? DSK s’est (ou a été ? tout est possible) auto écarté du pouvoir par un plan Q (dit dans le FION telle la quenelle brandie et introduite symboliquement par le pseudo humoriste Dieudonné). Avec un peu d’imagination et d’humour, on peut y trouver une situation analogue, vue de dos et au même endroit, pour le gêneur FILLON à qui, ils auraient tenté de couper les deux L afin d’être sûr de pouvoir confisquer son élection présidentielle.

Voulaient-ils lui substituer un plan B comme Bayrou ? Un plan S comme Sarkozy précipité subitement en correctionnelle pour fermer définitivement la porte élyséenne à la Droite républicaine ? Un plan M comme celui du jeune gourou aux airs de pucelle outragée ?
Alors complot ou campagne présidentielle confisquée en chasse gardée de l’Élysée ?
Fallait-il enfin élargir l’audience des partis populistes par : Un trotskiste altermondialiste n’ayant jamais travaillé ? Ou un révolté avarié de la 6e ri-pou-bli-que ?

Au secours la gôooche revient : son hyper élite va s’arroger tous les pouvoirs ; son idéologie va nous niveler par le bas ; sa bureaucratie va plumer les classes moyennes ; son système éducatif va nous abrutir et nous faire mourir idiots ; sa tyrannie va nous emprisonner ; son irresponsabilité va nous ruiner… etc.

Nous, victimes consentantes, basculons progressivement et inéluctablement vers un totalitarisme mou qui ne dit pas son nom. À moins que le résultat de la leçon des élections présidentielles américaines ne se reproduise ailleurs, en Europe et en France à l’identique.

Tout ce chamboulement, tout ce dévoiement d’État altère les libertés publiques et démocratiques. À l’ère du Président CéMoi, il se disait prêt à tout pour se voir, promu par sa promo, « alla » présidence de l’UE. Voilà de quoi satisfaire ses ambitions et les enjeux économiques de souveraineté nationale, d’émancipation et de relèvement de la courbe du chômage !…
Allons-nous vous prier de bien voter pour que tout cela n’arrive jamais ?

Patrick Granville

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
sylvie d.

Cela fait rêver !!
Lire ou relire 1984 de G. Orwell (écrit en 1948) ou “le le meilleur des mondes ” d’A. Huxley. Cela fait rêver aussi……

Echec&Mat

Burk TV a ne pas confondre avec Burke Edmund, homme politique britannique du XVIIIème siècle, adversaire de la Révolution française : toujours intéressant de lire ses réflexions sur notre révolution bourgeoise dont nous continuons de payer encore aujourd’hui les dérives.

catherine

album ” Animals” de Pink Floyd :

La société est ainsi divisée en trois castes qui donnent leurs titres aux morceaux : Pigs — la bourgeoisie —, les porcs qui baignent dans la luxure et l’oisiveté ; Dogs — la petite bourgeoisie, la classe intermédiaire —, les chiens qui recherchent le profit, qui exercent le contrôle des masses avec agressivité et Sheep, les moutons qui suivent docilement, comme aveuglés et impuissants.

wika

Nous basculons progressivement et inéluctablement vers un totalitarisme de moins en moins mou !

Erick

Oui, ca semble inevitable…. Cela deviendra plus difficile pour le peuple de se soulever envers the gouvernement…..Je suis parti de France il y a bien longtemps. Mes visites recentes suggerent une avancee dans cette direction

Echec&Mat

A propos d’animaux, le commentaire de @ sylvie d. sur Orwell, nous rappelle sa fable intitulée “Animal-farm”, où le cochon de la ferme se révolte contre le fermier, (j’allais dire Mélenchon), promettant un avenir meilleur aux autres animaux domestiques, alors qu’arrivé au pouvoir, il impose une tyrannie encore pire, sans commune mesure avec ce que leur imposait le fermier.

Lire Aussi