Le plan des Frères Musulmans : faire brûler Le Caire pour réinstaller Morsi

Publié le 24 juillet 2013 - par - 1 596 vues
Traduire la page en :

Le site égyptien Youm7 (le 7e jour) vient de divulguer à 16 heures 45 ce mardi 23 juillet que les Frères Musulmans comptent exécuter un plan pour semer le désordre sécuritaire et le chaos pour tenter de réinstaller le président déchu Morsi.

La date choisie sera le jeudi 25, veille de la manifestation «  du million » prévue le vendredi. Les Frères comptent sur l’aile militaire spécialisée qui a reçu l’approbation du guide suprême de la Confrérie et précisent que le plan est similaire à celui de l’incendie du Caire d’il y a 60 ans (1).

Ce plan consiste à incendier l’immeuble de la Ligue Arabe près de la place Tahrir, l’immeuble de la Radiotélévision à Maspero, l’immeuble du Tribunal Militaire ainsi que les centres commerciaux du centre-ville. Ces incendies seront synchronisés pour surprendre les forces de sécurité du Ministère de l’Intérieur et les autorités de la défense civile. Ces incendies seront lancés de l’intérieur des immeubles provoqués  par des incidents électriques et avec des matériaux très inflammables. Les sources estiment que l’instant propice sera l’heure de la rupture du jeûne où la surveillance du ministère de l’intérieur et de l’armée est moindre. Cela réduira les pertes des Frères et causera le plus de dégâts aux infrastructures publiques et vitales.

Ce scénario sera appliqué aux centrales électriques du Grand-Caire dans les gouvernorats afin de transformer le Caire en champ de bataille en pleine obscurité.

Ce plan sera accompagné d’assassinats ciblés de personnalités du gouvernement actuel, de politiques, de militaires (2) avec le soutien de jihadistes armés localisés dans le Sinaï.

Pour l’incendie du Caire, les Frères Musulmans comptent sur les jeunes gens de la Confrérie entraînés au combat. On estime à 2.000  le nombre de  membres de l’aile militaire qui seront aidés de 100 jihadistes entrainés à l’utilisation des mortiers, des fusées Grad et des grenades de fabrication locale.

Les Frères Musulmans envisagent de filmer l’incendie du Caire  et des principales  institutions afin de diffuser les vidéos sur les canaux complices, notamment sur Al-Jazeera-Egypte et sur les chaînes étrangères de langue arabe afin d’exporter le désarroi provoqué chez les égyptiens et de démontrer que les Frères Musulmans sont capables de se révolter contre les institutions de l’État après la destitution de Morsi.

Lors de la manifestation du lendemain, vendredi 26 (3) des attaques sont prévues contre les établissements célèbres dans la ville de Nasr  et  contre la caserne de la Sécurité Centrale, principale force de frappe du ministère de l’Intérieur.

D’autre part, pour semer la confusion, des jeunes de la Confrérie porteront le récent uniforme des Forces Armées et tireront sans distinction sur la foule pour saper la réputation de l’armée. Ces mêmes éléments des Frères Musulmans, portant toujours en tenue de l’armée régulière, attaqueront  les communautés syrienne et iraquienne dans la ville de Sades min Octobre.

Bernard Dick

(1) Le 26 janvier 1952

(2) Al-Qardawi est paru sur al-Jazeera, le 21/07/2013 à l’émission La charia et la vie,pour délivrer une fatwa visant à liquider ceux qui ont décidé et exécuté  le « coup d’état » qui a renversé le président Morsi » en ces termes : « Celui qui se révolte contre le pouvoir et ne se ravise pas, la loi [de la charia] impose de le tuer. Il y a un chef légal [Mohamad Morsi] on l’écoute et on se soumet ». Les analystes concluent qu’al-Qardawi visait par cette fatwa le Général al-Sissi ministre de la Défense et les hauts gradés de l’armée.

(3) Le vendredi 26 juillet a été choisi parce qu’il correspond au 17e jour du ramadan où eut lieu la razzia de Badr, le 13/03/624.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi