Le point Taubira, nouveau point Godwin

Publié le 24 juin 2013 - par - 1 938 vues
Share

La loi Taubira est passée. La grande prêtresse du «mariage pour tous» mérite maintenant, en son nom, un principe, une théorie. Ou tout simplement un point.

Le point Taubira ou l’équivalent islamofasciste du Godwin.

Celui-ci s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle une personne formulant une opinion objective, une critique fondée voire une vérité attestée, mais présentant une connotation péjorative à l’encontre d’un quelconque aspect de la religion dite musulmane, est susceptible d’être accusée d’islamophobie.

Contrairement au Godwin qui survient après une longue discussion, le point Taubira prend effet immédiatement, sans aucune possibilité d’argumenter rationnellement ou d’étayer raisonnablement sa réflexion. Le point Taubira est adressé à, et évidemment discrédite, celui qui formule cette accusation.

Pourquoi Taubira ?

Ri7taubira vengeresseParce que Taubira, ministre de la justice de tous les Francais (sic!) qui ne souhaite «pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes », distille à la perfection, à travers ses combats anciens et récents, notamment au sein du régime islamo-poujadiste de Hollande, la quintessence de ce qu’on peut qualifier de nos jours, l’idéologie antiFrance, et dont l’islamisation est l’un des aspects les plus visibles, certainement le plus nuisible et possiblement irréversible.

En pratique, chaque fois que vous défendrez vos valeurs, vos convictions patriotiques, vos traditions contre un islam ouvertement conquérant, et que votre légitime défense sera censurée sous prétexte d’une islamophobie indue, un point Taubira sera accordé à votre accusateur.

Chaque fois qu’on vous persécutera au nom de votre citoyenneté, de la couleur de votre peau ou de celles de votre drapeau et que vous signalez les convictions religieuses de votre agresseur, vous êtes taxé immédiatement d’islamophobie : point Taubira.

Quand vous osez émettre la crainte légitime d’un remplacement de population en faveur d’une immigration spécifiquement musulmane, que vous dénoncez l’occupation outrageuse de nos espaces publics par des individus dont les signes externes d’appartenance sont inhérents au prosélytisme en faveur de leur invasion.

Quand vous dénoncez l’apartheid musulman qui s’installe dans nos crèches, nos écoles et à tous les échelons de nos institutions, ou les incivilités, les outrages aux forces de l’ordre, aux représentants et à la profanation des monuments des cultes «mécréants», inexorablement occasionnés par les mêmes individus et qu’on vous accuse d’islamophobie : point Taubira.

Quand vous énoncez des vérités indiscutables tels les versets coraniques incitant sans ambages à la haine, au mensonge, à la guerre, au massacre, à la lapidation, à la pédophile et qu’on vous reprochera votre islamophobie, ou à chaque fois qu’on vous lynchera parce que vous avez soit-disant provoqué un musulman par vos habitudes alimentaires, vestimentaires ou cultuelles …

Point Taubira, point Taubira…

Chaque fois que vous avez envie de vomir à la vue de ces individus barbus, cette racaille fétide au regard hargneux, ces voilées sans regard, qui vous exècrent, qui sifflent votre hymne national, crient impunément qu’ils veulent baiser la France jusqu’à ce qu’elle les aime et qui souhaitent vous envahir. On vous traitera d’islamophobe car vous refusez cet état de fait.

Chaque fois que vous vous étonnerez du silence assourdissant de vos « compatriotes » musulmans dits modérés devant les atrocités commises par leurs coreligionnaires dits immodérés, et qu’on vous traitera d’islamophobe : encore un point Taubira.

Quand vous êtes révoltés par la justice partiale à l’encontre des citoyens de souche qui veulent pacifiquement défendre leurs valeurs et la honteuse bienveillance à l’égard des racailles multi-récidivistes toujours majoritairement adeptes d’une même idéologie fasciste et totalitaire, ou que vous refusez ce multiculturalisme suicidaire, monocultuel et facteur manifeste d’instabilité sociale actuelle et de future guerre civile : on vous accusera encore et toujours d’islamophobie.

Je termine par un appel qui, j’espère, engrangera une myriade de points Taubira à tous ceux qui le condamneront.

Mon compatriote, mon frère souchien et mon futur compagnon d’arme, l’islamophobie est un droit, combattre l’islam est un devoir.

Cinq points Taubira.

Pierre Mylestin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.