Le port du masque obligatoire est la pierre angulaire de la dictature

Message aux défenseurs des libertés de tous bords

Les globalistes sont en passe de réaliser leurs objectifs de domination. Le monde d’après est déjà là, il va se déployer inexorablement.

  • L’effondrement organisé et ciblé d’une partie de l’économie va entraîner la « disparition » et un asservissement des pays par la dette ;
  • La mise en place d’un passeport sanitaire, outre une vaccination (obligatoire ?) mortifère et permanente va permettre un contrôle des individus et les astreindre à des injonctions possiblement abusives, incontournables qui conditionneront toutes leurs libertés.

L’ingénierie sociale de grande ampleur utilisée repose sur deux piliers : la peur et la confusion entretenues par des informations incomplètes, faussées, voire carrément mensongères.

La peur

Tel un 11 septembre 2001, le début de l’année 2020 restera ancré (de manière traumatique ?) dans les mémoires à cause d’un confinement inattendu, contraignant, de la présence quotidienne sur les écrans d’un croquemort égrenant le nombre des décès en constante progression (du jamais vu pour les autres maladies !) et d’une surcharge des hôpitaux médiatiquement orchestrée.

Cette surcharge hospitalière récurrente se répète en période hivernale, s’aggrave d’année en année à cause d’une baisse continue des moyens qui s’est poursuivie, même en 2020 ! Cherchez l’erreur !

Or, selon le Conseil scientifique indépendant, démonstration à l’appui, la mortalité de 2020 n’a pas été plus importante qu’en 2015 !

La confusion

Comment ne pas évoquer la comédie des masques d’abord inutiles, interdits (puisque soi-disant en nombre insuffisant), puis nécessaires en certains lieux, aujourd’hui obligatoires en extérieur, même sur les plages, sous peine d’amende !

D’abord une pénurie (organisée ?) pour susciter un sentiment de manque, entraînant le désir et finalement une obligation acceptée ! Pour toujours ???

Le port du masque obligatoire est la pierre angulaire de cette dictature sanitaire en marche.

Malgré l’inefficacité du masque contre les virus, comme indiqué sur certains emballages, il est devenu le nouvel objet économique de consommation et fabrication industrielle à grande échelle.

Mais aussi, il est l’objet d’un matraquage télévisuel permanent : pas une émission de variété, pas un reportage, pas spot publicitaire, pas une information sans personnage (quidam ou acteur politique de premier plan) portant ostensiblement l’incontournable masque.

La gouvernance mondiale à l’œuvre a ainsi institué un asservissement semi-volontaire, physique et mental, suscité en permanence dans les médias et qui est basé sur l’idée invraisemblable que nous serions tous potentiellement malades et contagieux. Ceci augure le monde déshumanisé de demain !

Cette manipulation mentale est renforcée par des éléments de langage (variants, vaccins, passeport sanitaire) qui, martelés à longueur de journée, précisent les contours d’un futur effrayant.

Une désobéissance civile, uniquement déclarative, prônée par quelques figures politiques ne suffira pas à endiguer la montée totalitariste. Il est nécessaire que tous les défenseurs des libertés, détenant un certain pouvoir, prennent des mesures, comme le maire de Montfermeil, Xavier Lemoine, qui a décrété dans sa ville le port du masque non obligatoire dans les rues. La généralisation de telles décisions permettraient aux citoyens excédés de retirer cette muselière physique et mentale inutile, insupportable, sans crainte d’être verbalisés de 135 €, une tâche rébarbative que commencent à dénoncer certains policiers qui ont bien conscience d’exécuter des ordres absurdes. Ce pourrait être le début de la reconquête de nos libertés et du recul de la peur.

Depuis 2020, ils nous contraignent par un chantage à la santé et nous font basculer progressivement  dans une dictature techno-sanitaire qui va s’intensifier et devenir de plus en plus contraignante et peut-être violente.

Comment, aujourd’hui, en est-on arrivé à cette situation insensée et potentiellement dangereuse : l’interdiction de soins d’une part, et d’autre part, l’autorisation et la promotion d’une expérimentation de masse, basée sur l’injection de produits génétiquement bricolés, sans connaître les effets à moyen et long terme ?

La reconquête de notre liberté ne sera possible que par, notamment, un changement de cap de la politique de santé.

Aussi, 2 conditions seront nécessaires pour obtenir l’adhésion massive de la population et retrouver notre souveraineté :

  • Union des défenseurs de la liberté de tous bords politiques pour une vraie démocratie et la défense de l’intérêt général ;
  • Promotion d’une politique sanitaire au service des soins et du bien-être (et non des intérêts des firmes pharmaceutiques arrosées par les millions de dollars d’investissement du super-vaccinateur, Bill Gates) : fin du port du masque, liberté vaccinale, interdiction d’expérimentation médicale en population générale, mise en place d’un Conseil scientifique vraiment indépendant (sans conflit d’intérêt), abolition du passeport sanitaire.

Messieurs les politiques, défenseurs des libertés, candidats potentiels aux élections de 2022 (si elles sont maintenues ?) vous n’avez plus le choix !

Philippe Rossi

 

image_pdfimage_print