1

Le Pourri Socialaud Julien Dray ose donner des leçons aux généraux !

Si on devait énumérer les noms d’oiseaux que mérite le Dray pour sa prestation télévisée ci-dessous et tout le reste, un livre de 500 pages n’y suffirait pas.

Ecoutez-le, ce gros bouffi, suffisant… se permettant, lui le manipulateur, lui le socialaud amateur de montres à 25 000 euros dont celle à 7000 euros qu’il s’est fait payer par SoS racisme de faire la leçon à des hommes qui ont toute leur vie lutté pour la France, prêts à donner leur vie pour la France. France que Dray a passé sa vie à compisser…

Or, une fois de plus, Dray a tort, il n’a pas du tout pris la peine de se renseigner, de chercher, ben non, les socialauds détiennent la vérité absolue, n’est-ce pas ?

La phrase sur laquelle il se focalise ?

Nous avons publié ce matin, sous la plume de 2 militaires retraités, 2 réponses, claires et nettes, à l’ambitieux… 

-François P :

Presque personne ne cite l’article 36 de notre Constitution qui prévoit l’état de siège et le recours à l’Armée pour le retour à la paix civile sur décision du Président de la République.  Cas très envisageable lorsque nos policiers, gendarmes et pompiers, ne voudront plus aller au casse-pipe face à la racaille se croyant en Palestine et à Gaza.
Il y a un règlement militaire pour cette mission, et des installations d’entraînement au camp de Sissonne.
Les signataires n’ont fait qu’alerter sur les risques à recourir à cette extrémité.

-Major Bonte :

[…]

Ce que les politiques ne savent pas, c’est qu’il existe pour les militaires deux missions fondamentales, non écrites, qui sont non négociables.
La première c’est la transmission des traditions qui remontent à la création du premier régiment d’infanterie, régiment de Picardie qui est le plus vieux régiment de la chrétienté plus de 500 ans, jusqu’à nos jours. Encore aujourd’hui, les jeunes officiers sont “adoubés” par un de leurs anciens en recevant, un genou à terre lors d’une cérémonie, le plat de leur sabre sur chacune de leurs épaules (ils sont donc anoblis pour la fonction, on comprend mieux leur peu de goût pour la FM). Cette mission ne contrarie pas les politiques.

La seconde, c’est de prendre les armes pour la défense de la Patrie si les dirigeants du pays portent atteinte à la souveraineté de la France et donc contribuent à son délitement (négation de son histoire, atteinte à l’honneur des soldats, soumission à une autorité extranationale, etc.). Cela ne peut arriver me direz-vous ? Ah oui ? et que s’est-il passé le 18 juin 1940 ?
Vous comprenez que cette mission-là a de quoi inquiéter fortement le gouvernement et les politiques qui depuis 40 ans détruisent le pays (tous partis confondus).

Cette lettre est le signe avant-coureur d’une suite qui, si rien n’est fait dans le sens qu’elle demande, va déclencher une situation que le gouvernement ne pourra et ne saura pas gérer. Son incompétence étant manifeste face à la pandémie, on imagine facilement l’état de sidération dans laquelle il se trouvera si “un chef” avec l’appui et le consentement du peuple, prend les décisions qui s’imposent.

[…]

https://resistancerepublicaine.com/2021/05/01/major-bonte-cette-lettre-des-generaux-est-le-signe-avant-coureur-dune-suite-necessaire/

Point barre. Rien d’autre à ajouter, sinon que l’infâme et ambitieux Dray est en train de lécher le cul de Macron lui-même en déshérence de majorité et qui cherche désespérément des soutiens, à gauche comme à droite…

POLITISCOPE. A un an de la présidentielle, Emmanuel Macron cherche à consolider ses soutiens à droite : il a ainsi récemment dîné avec des ténors de LR, dont Christian Estrosi, le maire de Nice. Il faut dire que sa majorité est exsangue. Le chef de l’Etat, sans doute adepte lui-aussi, comme Edouard Philippe, du « Baron noir », a aussi dîné avec… le socialiste Julien Dray, l’inspirateur de la série à succès. Une future prise de la Macronie pour 2022 ? La bataille fait rage entre les faiseurs de rois…

À l’Elysée, le président Macron ne cesse de multiplier les dîners « secrets » depuis deux mois. Edouard Philippe début mars, Philippe De Villiers début avril… Pas vraiment des fans du chef de l’Etat ! Mais à un an de la présidentielle, Emmanuel Macron cherche surtout à consolider ses soutiens à droite. Il a ainsi dîné récemment avec de grands élus LR, comme Hubert Falco, le maire de Toulon, ou Christian Estrosi, le maire de Nice.

République monarchique oblige, la valse des courtisans continue donc autour du Roi.
C’est qu’Emmanuel Macron, seul en son château élyséen, a besoin de renouveler son équipe dans l’optique de 2022. Sa majorité est exsangue.

lire la suite réservée aux abonnés ici :

https://www.latribune.fr/economie/france/a-un-an-de-la-presidentielle-le-retour-du-baron-noir-aupres-d-emmanuel-macron-883703.html

Christine Tasin