Le préfet de Saint-Etienne : interpeller les casseurs c’est dangereux !

Publié le 25 octobre 2016 - par - 7 commentaires - 3 166 vues
Share

evencerichardprefetC’est ce qu’annonce le monsieur accueil des migrants 42 et Aïd Kebir (1 et 2) le préfet, Evence Richard, dans un insensé communiqué après le week-end de terreur vécu par les Stéphanois. Le commissaire politique aux ordres socialistes avoue s’être contenté : « de sanctuariser le centre de Saint-Étienne ainsi que l’ensemble des cibles que s’étaient fixées les manifestants ». Avec l’échec que l’on a vu.

Rappelons tout d’abord que cette manifestation « Désarmons la police » dont j’avais annoncé, seul, le projet à grand son de trompe sur RL et dans les milieux directement concernés http://ripostelaique.com/saint-etienne-un-collectif-pretend-desarmer-la-police.html   a été, ensuite, interdite par décision préfectorale.

Ainsi pour la deuxième fois en trois semaines, la racaille a été tolérée et encouragée dans Saint-Etienne http://ripostelaique.com/la-racaille-deboule-en-centre-ville-scene-de-guerre-civile-a-saint-etienne.html 

Pour rappel, malgré l’interdiction préfectorale, le ramassis habituel de casseurs gauchistes « Désarmons la police » s’est livré à de nombreuses provocations et saccages. En plein état d’urgence, le Comité Anti-fascisme (sic), le CNT, BDS, la JC 42 et autres signataires  appelaient à un week-end d’action « Désarmons la police, démilitarisons les conflits, les 22-23 octobre ».

evence-richard

Vidéo de la manif

http://www.leprogres.fr/loire/2016/10/23/saint-etienne-la-manifestation-pour-desarmer-la-police-en-video  (à noter que cette vidéo reflète insuffisamment la violence des « manifestants ». La presse qui court librement en tête du cortège disparait ensuite et, prudemment, ne montre pas toutes les images du saccage). http://www.leprogres.fr/loire/2016/10/24/l-extreme-gauche-est-passee-mais-pas-son-message  

Quelques photos des racailles (dont certains vieux chevaux de retour)

http://www.leprogres.fr/loire/2016/10/22/saint-etienne-200-personnes-bravent-l-interdiction-de-manifester

 Bilan de la manifestation du 22 octobre 2016 à Saint-Etienne, selon le préfet Evence Richard

Au-delà des mesures préventives qui avaient été annoncées, le préfet de la Loire a mis en place un dispositif important composé d’unités de la direction départementale de la sécurité publique, de renforts des départements de la région, d’unités de forces mobiles ainsi que d’un hélicoptère, afin de prévenir les troubles graves annoncés par les manifestants qui avaient décidé de braver l’interdiction de la manifestation, même confirmée par le tribunal administratif de Lyon.

Ce dispositif important a permis de sanctuariser le centre de Saint-Étienne ainsi que l’ensemble des cibles que s’étaient fixées les manifestants. Toute tentative de s’opposer à la « déambulation » ou d’interpeller sur le champ des manifestants aurait immanquablement conduit à des échauffourées voire des combats de rue, ce que souhaitaient ces manifestants et qui auraient généré des dégâts beaucoup plus importants et éventuellement des blessures.

Ce dispositif n’a malheureusement pas permis d’éviter un certain nombre de dégradations tout au long du parcours emprunté par les manifestants, ni la mise à sac du siège du parti socialiste.

Néanmoins, les services d’intervention et d’enquêtes sont actuellement au travail sous la direction du parquet pour exploiter les images de la vidéoprotection et celles prises par l’hélicoptère de la gendarmerie, sachant toutefois que c’est un travail qui s’annonce long, la plupart des manifestants étaient déguisés, cagoulés et masqués et une part importante d’entre eux venait de départements autres que celui de la Loire.

Tout sera mis en œuvre pour que les auteurs de ces actes de vandalisme inqualifiables et inexcusables puissent être identifiés et déférés à la justice.

Avant la manifestation, 6 personnes ont été retenues pour contrôle d’identité et 75 ampoules de peinture ont été saisies.

Le tribunal administratif de Lyon a rejeté la requête des organisateurs de la manifestation et ainsi confirmé la légalité de l’arrêté préfectoral http://www.loire.gouv.fr/bilan-la-manifestation-du-22-octobre-2016-a-saint-a5588.html

Ce que ne dit pas le préfet Evence Richard, c’est que le préjudice de plusieurs milliers d’€uros résultant du vandalisme organisé par « Désarmons la police », va bien au delà du seul saccage alibi de la permanence du Parti socialiste.

http://www.leprogres.fr/loire/2016/10/24/le-ps-lance-un-appel-aux-dons-apres-le-saccage-de-son-siege-departemental

Le Progrès prenant curieusement soin d’indiquer : « Il ne s’agit évidemment pas de colmater des problèmes de gestion. Mais une mise à sac du siège du PS 42 par des manifestants de l’ultra gauche, ce samedi. Les dégâts occasionnés sont estimés à 40 000 euros. » 

En revanche, les commerçants qui ont accusé une nouvelle perte de chiffre d’affaire, eux recevront, comme d’habitude, le bonjour d’Alfred. De toute façon la clientèle, comme la population avait fui, comme d’habitude, un Saint-Etienne loin des clichés des salons destinés à attirer des investisseurs.

La date de cette manif pacifico violente n’a pas été choisie au hasard

Elle est intervenue, juste après la fête du Livre business et promotion du maire Perdriau Les Républicains,  et son important dispositif de sécurité, public et privé. Juste après la Journée Sécurité routière, promotion des forces de l’ordre et promotion du maire Perdriau Les Républicains, le mercredi 19 octobre.

Comme par hasard aussi, il n’y avait aucun match de foot au stade Geoffroy Guichard, le week-end du 22/23 octobre. Cette précision a son importance car l’accès à ce stade se fait par le boulevard périphérique et le boulevard Thiers, qui ont été l’objet d’embouteillages carabinés. Savez-vous  pourquoi? Parce que au n° 54 du boulevard Thiers, se situe, l’entreprise Verney-Carron, le plus grand et le plus ancien des survivants fabricants d’armes de chasse français.

Or Vernay-Carron était visée par les commandos casseurs : « Les armes policières utilisées en France et exportées dans le monde entier, sont fabriquées sur le sol français. Verney Carron à Saint Etienne… »  https://desarmonslapolice.noblogs.org

http://www.verney-carron-security.com/fr/

Signalons que, comble en temps d’état d’urgence, les locaux de cette société ont dû être confinés et protégés, de peur qu’ils soient mis à sac par les « manifestants »

Interdiction d’une manifestation sur la voie publique : les sanctions prévues par les articles 431-9 et R 610-5 doivent s’appliquer aussi aux commandos de « Désarmons la police »

Comme il y a trois semaines, ainsi que lors des saccages de la manif contre la loi El Komhri, la municipalité stéphanoise est complice en ne portant pas plainte : http://ripostelaique.com/saint-etienne-perdriau-ne-deposera-pas-plainte-contre-les-racailles.html

Signalons au passage que la police en civil, dans des appartements dédiés aux planques et aux surveillances, ne saurait ignorer l’identification des auteurs d’exactions.

Sur le site de la préfecture http://www.loire.gouv.fr/bilan-la-manifestation-du-22-octobre-2016-a-saint-a5588.html, figure ces 3 documents intéressants :

 La racaille est la bienvenue dans Saint-Etienne. Comprenez bien pourquoi

http://ripostelaique.com/saint-etienne-la-racaille-aux-ordres-du-pouvoir-provoque-la-police.html

Pour la deuxième fois en trois semaines, la racaille est la bienvenue dans Saint-Etienne. Comprenez bien : il y a trois semaines, c’était la démonstration de force (impunie, bien entendu) des bandes islamisées des quartiers de la ville et de la communauté urbaine. Le week-end dernier, c’était au tour du ramassis gaucho-arnaco-coco-antifas (sic) d’assaillir Saint-Etienne. Nul doute que des éléments communs encapuchonnés, grimés et porteurs de masques à gaz étaient dans les rangs des casseurs. Un bruit court en outre que parmi ceux-ci, des éléments étrangers, russes, allemands – entre autres – étaient dans l’action. Une rumeur qui intéressera peut-être les enquêteurs.

Reste que l’exemple de Saint-Etienne, comme celui d’autres villes, est clair, c’est celui-là même dénoncé depuis longtemps par le président d’honneur du Parti de la France, Roger Holeindre  : le gouvernement n’hésitera pas  à armer les banlieues ».

https://youtu.be/PVWPs41xrvk   

https://youtu.be/WL8YfRthijU 

http://ripostelaique.com/carl-lang-france-nest-terre-dislam-ne-deviendra.html

http://ripostelaique.com/carl-lang-reclame-nation-armes-volontaires-francais.html

http://www.parti-de-la-france.fr 

Les policiers peuvent donc légitimement ne rien concéder à la racaille en col blanc et à ses nervis subventionnés des quartiers. Et les patriotes être légitiment armés pour sauver leur peau, celle de leur famille et leur patrimoine http://ripostelaique.com/ne-pas-etre-arme-cest-etre-incapable-de-proteger-soi-meme-et-les-autres.html   http://ripostelaique.com/larmement-civils-reponse-valable-terrorisme-islamiste.html   http://ripostelaique.com/pour-une-riposte-armee-et-une-reforme-de-la-legitime-defense.html

Autrefois les préfets redoutaient Saint-Etienne

Quant à Saint-Etienne, les préfets successifs ont toujours eu en mémoire la mésaventure de leur collègue Henri de l’Espée. En 1871, ce préfet qui voulait faire preuve de fermeté envers les besogneux a été arrêté par des émeutiers dans les couloirs de l’Hôtel de Ville et tué avec deux gardes nationaux.

Pour être plus précis : «  M. Thiers venait de l’envoyer comme préfet à Saint-Etienne, lorsqu’il y est assassiné le 26 mars 1871, après un long martyre, par des émeutiers qui, s’étant rendus maîtres pour quelques instants de la préfecture, lui réclamèrent vainement sa capitulation et la proclamation de la Commune » (Extrait du LIVRE DU CENTENAIRE DE L’ECOLE POLYTECHNIQUE, tome III page 142).  Et aussi :  http://www.forez-info.com/encyclopedie/histoire/675-la-commune-de-saint-etienne.html

J’ai pour ma part d’ailleurs toujours entendu dire que si le bâtiment de la préfecture-hôtel du département de Saint-Etienne est aussi massif, austère et bien fermé, c’est autant suite à ce traumatisme que par méfiance des grèves ouvrières. C’était une époque où, sur ordres, les gardes mobiles, la troupe, n’hésitaient pas à cogner dur sur des pauvres bougres qui réclamaient un minimum pour vivre. Contraste saisissant avec aujourd’hui où les forces de l’ordre reculent sur ordres devant quelques racailles prêtes à les occire. Et sauf à ce que ces forces de l’ordre ne tremblent enfin plus devant un pouvoir corrompu, le traumatisme avec les braves gens risque de ne jamais cicatriser.

(1) Après la réunion publique de mercredi soir à Saint-Denis de Cabanne, le Préfet de la Loire annonce sur France Bleu que des plaintes vont être déposées. Des propos très durs ont été tenus, une « incitation à la haine raciale » selon le Préfet qui tape du poing sur la table « Quand on me dit « on va violer toutes les femmes qui vont passer », non seulement ça relève du fantasme, mais ça relève très exactement de l’incitation à la haine raciale ! » (Evence Richard, préfet de la Loire) https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/accueil-migrants-dans-la-loire-des-plaintes-apres-la-reunion-publique-de-mercredi-1473939291

(2) Sur le plan qualitatif, les abattages se sont correctement déroulés dans tous les abattoirs autorisés, toutes les améliorations demandées par les services de l’État ont été apportées par les responsables des sites soit préalablement, soit lors des inspections conduites ces derniers jours. Le site temporaire à Saint-Étienne (rue de l’apprentissage) -NDLR JC, alias l’abattoir poubelle Perdriauet le site d’Andrézieux-Bouthéon ont été visités par un chef de bureau de la direction générale de l’alimentation qui a constaté une organisation de qualité pour le site temporaire notamment sur le plan du respect de la réglementation relative au bien être animal http://www.loire.gouv.fr/bilan-de-l-organisation-sanitaire-de-la-fete-a5519.html

Jacques Chassaing

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Clamp

C’est beaucoup plus dangereux de ne rien faire car à chaque pas qu’on fait en arrière, ils gagnent du terrain et en demanderont toujours plus, casseront toujours plus et ça n’en finira pas. Si on ne donne pas d’ordre aux policiers pour les neutraliser, je rêve qu’ils s’emploient à manifester eux-mêmes dans la même rue que ces merdeux mais en sens inverse. Timing parfait. S’ils pouvaient faire un tour devant les studios des médias menteurs manipulateurs, ça serait pas mal aussi. Aujourd’hui BFM a été pris en flagrant délit de mensonge en rapportant les propos de la préfète qui dit… lire la suite

Pauvre préfet! Il vaut la préfète du Pas de Calais/ Médiocre. Vilenie personnifiée

BELPHEGOR

Médiocre, vous avez dit médiocre !

BELPHEGOR

Pourquoi ne pas les arroser avec un liquide indélébile pendant plusieurs semaines, histoire de les calmer et de pouvoir les identifier et surtout, surtout de leur faire payer les dégradations imposées à tous ces commerçants innocents dont le petit sous-préfet au champs se fout complètement. Ce bon à rien de préfet devrait être déclaré pénalement et financièrement responsable de toutes les exactions de ces néo fascistes d’extrême gauche.

Fabrice

A la limites, si les casseurs trouvent normal de casser le bien d’autrui, pourquoi la force publique ne se rendrait pas chez eux pour détruire ce qu’ils possèdent. Ce serait sans doute une meilleur leçon que de pseudo sanctions judiciaires.

Marianne

Dans un sens, il n’a pas tord, les interpeller pourrait se révéler effectivement dangereux… Dangereux pour les autorités, qu’en faire après, comment se justifier auprès des représentants de l’état. Les interpeller, c’est le risque d’être confronter à des représailles… Pas bon ça pour la carrière ! Par contre, qu’est-ce qui caractérise un casseur ? C’est sa propension innée à casser le bien d’autrui et le bien public pour x ou y raisons. Pourquoi donc les interpeller, pour qu’ils soient libérés ipso facto avec des reproches aux interpellants. Ne vaudrait-il pas mieux leur appliquer leur principe majeur, les casser. Avec un… lire la suite

Par contre, imposer tout ce qu’on veut aux honnêtes citoyens, aucun danger!