Le préfet Mathurin récompensé pour sa brutalité contre les manifestants de Vannes

Après une année passée à Vannes, le Préfet du Morbihan, Joël Mathurin, vient d’être nommé au ministère de l’Intérieur. L’occasion de faire le bilan de la répression sévère qu’ont rencontrée les manifestants anti-passe sanitaire de la ville.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morbihan/le-prefet-du-morbihan-joel-mathurin-nomme-au-ministere-de-l-interieur-641aa850-fc66-11ec-a759-d283bfecb6a2

Chez nous, comment un peu partout en France, les manifestations ont commencé en juillet 2021, suite à l’annonce par Emmanuel Macron de la mise en place d’un passe sanitaire. Elles ont rassemblé des milliers de personnes au cours de l’été. Ces rassemblements étaient pacifiques, joyeux et libérateurs. Aucun incident notable n’est venu les troubler. Ils bénéficiaient, il faut le souligner, de la surveillance bienveillante et discrète de la police, et bien souvent du soutien des Vannetais et vacanciers que nous étions amenés à croiser.
Des musiciens, joueurs de bombarde et de biniou, nous accompagnaient à chaque défilé. Au début, ces rassemblements étaient déclarés en Préfecture puis ils ne l’ont plus été.

La répression a commencé après quelques mois de défilés. Le samedi 11 décembre, nous étions 350, d’après les journaux. Sans doute plus… Ouest-France et le Télégramme ont quand même fâcheusement tendance à diviser les chiffres par deux, voire par trois ou quatre, quand ils nous comptent… Ce jour-là, une petite vingtaine de manifestants sont rentrés sur le marché de Noël des remparts, accessible uniquement sur passe sanitaire, en mettant à terre les grilles qui entouraient le site. Cet acte n’était pas forcément une bonne idée, et il faut dire que la presse s’en est emparée. Elle a soudain oublié toutes ses règles habituelles de calcul et multiplié par deux le nombre de personnes entrées sur le marché : elles étaient, selon Ouest-France, une cinquantaine ! Le Préfet Joël Mathurin a haussé le ton. Il a parlé de radicalisation du mouvement, évoquant, pour souligner son propos, ce qui était arrivé au Mont Valérien, monument à la mémoire des résistants et des combattants français de la seconde guerre mondiale. Ce mémorial situé dans les Hauts-de-Seine a été vandalisé par une inscription Antipasse faisant référence au nazisme. On était bien loin d’une telle radicalisation à Vannes !

En fin d’année 2021, plusieurs manifestants se sont fait arrêter puis verbaliser pour participation à une manifestation interdite. D’autres manifestants, qui n’ont jamais été contrôlés, ont reçu des PV de 135 euros pour non-port du masque, directement dans leurs boîtes à lettres. Deux de ces personnes n’étaient d’ailleurs pas dans la ville à la date de leur verbalisation.
On s’interroge sur la légalité de telles verbalisations.

A la même époque, une personne s’est retrouvée en comparution immédiate et a pris 500 euros d’amende, accusée d’avoir tagué la permanence de LaREM.

La répression s’est accentuée quand le nombre de manifestants a diminué en mars dernier, suite à la suspension du passe.
Contrôle d’identité et PV de 68 euros pour bruit excessif causé par leur musique pour chacun de nos musiciens bretons, nos deux bardes bretons, l’un au biniou, l’autre à la bombarde !
Monsieur Mathurin, comment pouvez-vous considérer que cette musique qui ravit l’oreille des Bretons et fait vibrer leur cœur puisse être qualifiée de bruit excessif ?

On fait perdre son temps à la police avec quelques dizaines de personnes sans violence qui se contentent de se réunir pour rappeler leurs droits ! Il est pourtant des quartiers de la ville qui bénéficieraient grandement de la présence de forces de police.

Le samedi 14 mai, en fin de manif, on a assisté au contrôle d’identité d’un homme coupable d’animer les défilés avec une sono. Les choses ont mal tourné, on l’a vu soudain plaqué au sol par les policiers et menotté dans le dos, avec pour conséquence une blessure au visage. Ce jeune a subi une GAV très éprouvante jusqu’au dimanche midi.
Le même jour, contrôle d’identité et convocation au poste d’un homme qui marchait en tête du défilé. Il sera lui aussi mis en GAV 24 heures lorsqu’il se présentera au poste quelques jours plus tard.
Ces faits ont sonné le glas des rassemblements à Vannes.

Pourquoi s’acharner ainsi sur de pacifiques manifestants ? Ce sont les véritables délinquants que l’on arrête et met en GAV habituellement. Notre mouvement qui ne rassemblait plus qu’une cinquantaine de manifestants début mai était-il si dangereux pour le pouvoir ? Il faut croire que oui. Nous sommes ceux qui dérangent, ceux qui osent dire que le vaccin est dangereux, qu’on ne veut de cette injection expérimentale ni pour nous ni pour les autres.
On peut en déduire que si les non-vaccinés ne sont pas un danger pour les autres, ils sont une menace pour le pouvoir.

Qui sont donc ces manifestants capables de dire NON ?
Ce sont des personnes capables de lucidité, d’autonomie de jugement, qui ne se sont pas laissées bercer mollement par le discours officiel, qui ont été capables de chercher de l’information ailleurs que dans les médias contrôlés par le pouvoir. Elles ont cette capacité à s’extraire de la masse, de refus à se conformer aux normes. Elles ont le courage de partir en quête de la vérité et de la révéler. Elles ont été écartées, interdites un peu partout, raillées, ridiculisées, traitées comme des moins que rien. Certaines ont dû accepter d’être mises à l’écart de leur famille, toutes ont perdu des amis ; d’aucunes affirment que cela permet de faire le tri ! Beaucoup ont perdu leur emploi pour avoir refusé ce vaccin qui n’en est pas un.

Et s’il faut du courage et de la détermination pour subir tout cela, il est nécessaire aussi de ne pas penser qu’à soi. C’est pourtant l’accusation dont elles sont parfois l’objet. L’égoïsme.
Voici ce que j’ai entendu un jour : « Vous, vous ne pensez qu’à votre pomme en ne vous vaccinant pas ! »
Et m’a dit une fois un pharmacien : « Vous n’êtes pas encore vaccinée ? Il faut le faire. On va tous y passer. » Ce dernier propos peut se comprendre de différentes façons…

Égoïstes, nous ? En 2021, au début du mouvement, l’une des principales motivations des manifestants a été de défendre les pompiers et soignants suspendus sans aucun traitement, ces soignants, encensés pendant le premier confinement et jetés à la rue comme des malpropres l’année suivante pour ceux qui ont refusé l’injection ! Des soignants sans ressources aujourd’hui encore et dont le nouveau ministre de la santé, François Braun, a dit que la réintégration n’était pas à l’ordre du jour.

Petite anecdote. J’ai rencontré récemment un couple de soignants suspendus l’un et l’autre en 2021 pour refus du vaccin. Ils ont pu reprendre leur activité en début d’année 2022, pour une période de six mois, car ils ont eu le Covid en janvier. Ils seront à nouveau arrêtés courant août, à la fin de cette période de six mois, sans traitement, bien sûr ! Et on sait que l’immunité naturelle est bien meilleure que celle acquise par un vaccin. C’est une histoire de fous. Quand on sait que l’hôpital manque de soignants, on se dit que le monde marche sur la tête.

S’opposer à la tyrannie de ce passe de malheur suppose un sens aigu de nos responsabilités face aux générations qui nous ont précédé et à celles qui nous succèdent. Cela suppose d’avoir intégré que nous sommes des êtres finis, que nous ne faisons que passer, que nous prenons le monde de nos ancêtres pour le laisser à nos enfants dans le meilleur état possible. Nous ne sommes pas immortels, contrairement à ce que semblent penser ceux qui sont prêts à vacciner l’ensemble de la population, y compris les enfants, sous le prétexte insensé de prolonger indéfiniment la vie des anciens. Je rappelle que, dans cette crise de folie collective, les enfants ont été déclarés responsables de la santé de leurs aînés. Bien sûr qu’il faut préserver les personnes âgées, mais la question est ailleurs : pourquoi nous empêcher de vivre dans le but de sauver notre vie ?
Ce n’est pas notre état de santé qui les intéresse, c’est l’emprise qu’ils ont sur nous.

On a accepté les confinements, le masque, les couvre-feux, la perte de notre liberté fondamentale d’aller et de venir. Et dans l’espoir d’en finir avec ces mesures liberticides, on s’est adapté, on s’est plié. Mais c’est pour cette raison que ça continue. Attention, nous allons finir par accepter le contrôle total de notre vie. On en est là ! Tout se prépare sans trop de bruit depuis des mois, entre autres un passeport numérique européen contenant notre statut vaccinal. Être à jour de son schéma vaccinal pour voyager, il fallait y penser. Ceux qui refuseront les injections resteront chez eux.

Quel monde veut-on laisser à nos enfants : un monde de contrôle total, du type crédit social à la chinoise, ou un monde libre, comme celui que nous avons connu ?

Quand les lois sont injustes, la solution n’est pas de s’y adapter.
Face à la tyrannie, se révolter est le devoir de tous.

Jeanne Le Vézu

https://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/violences-lors-de-la-manifestation-anti-passe-a-vannes-consterne-le-prefet-durcit-le-ton-13-12-2021-12888247.php

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/morbihan/vannes/des-manifestants-anti-pass-verbalises-a-distance-lors-d-une-manifestation-est-ce-legal-2413174.html

image_pdfimage_print
17

15 Commentaires

  1. Il doit heureux bocassa, récompensé pour avoir volé les Français ! La prochaine fois bocassa pourra même s’adonner à ce qu’il affectionne le plus, le cannibalisme…

    • Filouthai ; Ouais , il a une « belle » tête d’exterminateur .Ce mec doit jubiler de « bouffer » du blanc .

  2. moi les journalistes de télé ou de presse m’écœure. Aucune enquête sur les vaccins. Qu’est-ce qu’ils font, ils répètent les messages de l’AFP.
    C’est pas eux qui vont nous aider à arrêter tout ce cirque sur le covid.

  3. il est scandaleux de réduire cet homme en serviteur zélé ….. c’est du racisme

  4. Je n’arrive pas à me décider pour la ressemblance avec Idi Amin Dada, le dictateur cannibale qui a expulsé les 50 000 Asiatiques d’Ouganda et massacré jusqu’à 500 000 personnes… Ou Jean Bédel Bokassa, « président à vie » de la République centrafricaine, qui se couronne empereur lors d’un véritable pastiche napoléonien. Ses homologues africains, de l’Ivoirien Houphouët-Boigny au Zaïrois Mobutu, ont préféré ne pas s’associer à cette mascarade dont ils mesurent la portée néfaste… Ben koi ? il y a un réel air de famille !

  5. Rintintin le Préfet. Mathurin, relis tes classiques avec Asterix et Obélix. Même le Préfet romain n’a pas osé s’en prendre au barde. Et toi tu l’as fait. Pauvre joueur de cornemuse qui s’est retrouvé verbalisé pour un tapage diurne. On aura tout vu ! Ne sais tu pas qu’il y a en Bretagne un village qui résiste ? Vive la révolte des bonnets rouges.

  6. On lâche un peu la grappe aux Français pendant l’été.
    Là-haut, ils attendent septembre pour nous annoncer les nouveautés. On peut se préparer au pire pour nos libertés.

  7. Attention ! Micronescu n’est pas loin désormais …. il peut lui venir le désir ardent de courir caresser la couenne d’Amin Dada….;; >}

Les commentaires sont fermés.