Le président toulonnais Mourad Boudjellal insulte les Gaulois qui refusent l’islamisation du rugby…

BoudjellalOM.jpg

Le président du Racing Club de Toulon, Mourad Boudjellal, est un multi-récidiviste. Rassurez-vous, ce n’est pas une racaille, c’est un milliardaire qui a investi une partie de sa fortune pour relancer le club de rugby local au passé prestigieux, à l’époque des frères Herrero et d’un pack de fer qui faisait trembler toutes les équipes de France.

En investissant essentiellement dans des vedettes de l’hémisphère sud, il a réussi à faire remonter le club en Nationale 1, et rêve à présent de le faire devenir champion de France. Seul problème, derrière ce projet, qui à première vue pourrait paraître sympathique, Boudjellal mène également un combat politique… contre le rugby français et ses traditions.

Ainsi, dans ce sport, il est une chose avec laquelle, contrairement au football masculin, on ne plaisante pas, c’est l’autorité de l’arbitre. Jamais un président, un entraîneur ou un joueur ne peut se permettre de critiquer celui qui représente le respect des lois, sans immédiatement subir un sévère rappel à l’ordre.

Pourtant, l’an passé, le président toulonnais avait dérogé à cette règle, suite à la défaite de son club contre le Stade Clermontois, l’imputant à un arbitrage dont il contestait l’honnêteté. Cela lui valut, fort logiquement, une suspension, et, comme une vulgaire racaille, il joua de ses origines pour qualifier alors le rugby français de raciste, et vanter un rugby de demain black blanc beur, opposé au rugby actuel, jugé franchouillard.

http://www.fdesouche.com/271965-boudjellal-le-rugby-francais-est-raciste

Ce milliardaire au langage de racaille vient de franchir une nouvelle étape, en invitant le rappeur Youssoufa qui, parait-il, était venu, à travers l’interprétation d’une de ses chansons, « Dreamin », leur délivrer un message d’amour que, selon le président, des « crétins » et des « salauds » n’auraient pas voulu entendre, en le sifflant.

http://www.fdesouche.com/322100-toulonrugby-le-stade-mayol-siffle-le-rappeur-youssoupha-le-president-mourad-boudjellal-reagit-video

Faut-il rappeler à Boudjellal que son rappeur d’amour, de tolérance et de paix était ce sympathique garçon qui avait fait scander au public de l’Olympia ce mot d’ordre crapuleux : « Zemmour, Zemmour, on t’encule », après avoir, dans une des ses chansons, « mis un billet sur la tête de celui qui ferait taire ce con de Zemmour », ce qui s’apparente tout de même un peu à une menace de mort, même si des juges ont choisi d’acquitter le rappeur.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=kKLCkhbXUsU[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=kKLCkhbXUsU

Alors, on est en droit de s’interroger, après les vociférations du président toulonnais, et ses insultes contre les siffleurs. Boudjellal n’aurait-il pas pris son public pour plus « crétin » qu’il n’est, et le vrai « salaud » est-il celui qui a sifflé un fasciste musulman homophobe déguisé en rappeur pacifique, ou le milliardaire qui, avec son pognon, entend islamiser le rugby ?

On attend la suite, et surtout la réaction de la Fédération de rugby. On rappelle que quand un joueur insulte, par un geste obscène, le public, il est sévèrement sanctionné. Et quand un président insulte grossièrement les spectateurs ?…

Pierre Cassen

 

image_pdfimage_print