Le prix du bio inabordable : un mensonge d’État

Lors d’une conversation entre messieurs Zemmour et Onfray, ils ont dit que « le bio est inabordable…  »

Cela est un mensonge. Cela est même un mensonge d’État.

Le mensonge

Le bio, ce n’est pas une laitue de temps en temps, c’est une prise de conscience individuelle, fondamentale et globale.

Chacun sait quel type d’essence il doit mettre dans son automobile mais rares sont ceux qui savent quel type de combustible ils doivent mettre dans leur moteur corporel pour qu’il fonctionne (soit sain) et n’ait pas de pannes (ne soit pas malade).

Le bio, c’est le carburant idoine au corps et pas seulement la nourriture.

L’être humain est un être vivant dans la nature. Les êtres vivants s’adaptent au milieu dans lequel ils vivent. Les hommes des forêts se sont adaptés aux forêts, ceux des déserts aux déserts, etc.

Les Occidentaux se sont adaptés depuis des millénaires à la nature de l’Europe.

C’est un ensemble en équilibre : 8h de sommeil par nuit, l’adaptation aux saisons, aux températures, à l’intensité de la lumière, à l’alimentation, aux vêtements etc.

Chez nous, l’activité de la nature est au minimum en hiver, se réveille au printemps, est à son maximum en été et décline en automne.

L’heure d’été et l’horaire fixe de travail sont contre-nature : tout devrait être réglé selon le soleil. La vraie heure se calcule à partir de l’instant où le soleil se trouve à notre verticale, c’est midi. Nos sociétés ont imposé le rythme de l’économie, contrairement à la nature, plantes, animaux mais aussi sociétés primitives qui vivent selon le rythme naturel du soleil.

Nous sommes prisonniers des exigences de nos professions, par exemple 8 h de travail par jour, mais nous pouvons décider des 16 autres heures. Personne ne peut nous obliger à regarder la télé au lieu de dormir ou de pratiquer une activité physique ou intellectuelle ou artistique.

(Oui, oui, je sais, il y a la famille. J’ai moi-même été mariée, divorcée et comme de nombreuses femmes me suis retrouvée avec mes deux enfants et sans la pension alimentaire de mon ex-mari et donc l’obligation de travailler à temps plein qui, pour moi,  en Suisse, était de 40 h par semaine).

L’adaptation au milieu ambiant regarde aussi l’alimentation. Pour fonctionner, en plus du repos,  notre corps a besoin de manger des sucres, graisses, protéines et fibres, produits dans la région dans laquelle on vit et en harmonie avec les saisons. En hiver pas de fraises mais des nèfles, pas de tomates mais des choux, en été pas de soupe d’oignons mais des salades crues, etc. Logique.

Premier test : le poids avec une règle simple et très tolérante :

Si on mesure 1 m 60 le poids idéal est au minimum 50 kg et au maximum 60 kg

Si on mesure 1 m 90 le poids idéal sera au minimum 90 kg et au maximum 100 kg

Les grands, petits, hommes, femmes, os gros, os fins, jeunes, vieux etc. laissez tomber. Bien sûr il y a une infinité de systèmes pour calculer le poids idéal, mais nous ne sommes pas à un cours de biométrie, soyons simples et pratiques.

Si votre poids n’entre pas dans cette fourchette, c’est que votre alimentation est déséquilibrée. Il n’y a pas de mystère : ce que vous mangez de trop, votre corps le met en réserve sous forme de graisses… Voilà que commence le cauchemar des cholestérols… et ensuite les AVC, infarctus, cancers, diabète, maladies dégénératives, etc…

Que devons-nous devons manger ? La règle est très simple et en ordre décroissant : beaucoup de légumes et de fruits, peu de viandes, fromages et œufs, très peu de graisses. La graisse idéale c’est l’huile d’olive bio pressée à froid et même non filtrée, qui, ajoutée à une verdure, va régler votre intestin de façon à aller à la selle régulièrement, tous les matins, ce qui constitue déjà la moitié de votre bonne santé.

Quantité : peu – Qualité beaucoup… et c’est là que le bât blesse.

Pensez à vos grands parents : que mangeaient-ils ? Combien de viande mangeaient-ils ? Une fois par semaine suffit.

Question : sommes-nous herbivores ou carnivores ? Plutôt herbivores car nous avons un intestin très long dans lequel les viandes ont le temps de putréfier et devenir toxiques tandis que les carnivores ont l’intestin court qui évacue vite.

Le lait et ses dérivés… pensez que le lait de vache sert à transformer un veau de 50 kg en une vache de 500 kg en 6 mois… et vous donnez cela à vos enfants ?

Donc, nous voilà au supermarché dans le rayon de l’alimentation…

Là le problème devient chimique : pour rendre appétissant et conserver, les aliments reçoivent des « additifs alimentaires », c’est-à-dire des produits chimiques.

Ça commence dès la culture avec les engrais chimiques, herbicides, fongicides, insecticides, etc. qui ensuite se retrouvent dans les aliments. Les préparations contiennent des colorants, édulcorants, exhausteurs de saveurs, conservant, etc. Souvent les fameux E… qui peuvent être toxiques, cancérigènes et même perturbateurs endocriniens…

La tromperie totale, c’est transformer chimiquement par exemple des pommes de terre de façon à leur donner la couleur et le goût de tout autre chose, par exemple des cerises… C’est écrit sur l’étiquette, mais n’oubliez pas votre loupe.

Donc nous nous trouvons avec notre caddy et nous contrôlons les étiquettes et nous n’achetons pas les produits qui contiennent des additifs alimentaires.

Combien de produits croyez-vous que vous allez acheter? Quasiment plus AUCUN !

Si vous n’avez rien acheté, vous n’avez rien dépensé et donc vous avez de quoi acheter du bio, de préférence des produits simples : carottes, patates, légumes  de saison, pommes et fruits de saison et produits localement. Fini les charcuteries, fromages industriels, plats cuisinés, pizzas précuites, plus aucune confiserie… fini les chocolats, bonbons et autres goûters qui sont tous des produits artificiels.

Vous allez rentrer chez vous avec du sucre de canne non raffiné, de la farine complète et des œufs, le tout bio et vous allez cuire vous-mêmes quelque chose de simple, de bon et surtout de sain.

Non, le bio n’est pas inabordable : quand vous n’achetez pas les cochonneries industrielles, vous épargnez assez pour acheter des aliments sains : peu mais bon.

Un problème : comme moi vous adorez tel ou tel plat gourmet… faites l’expérience… La veille de votre bombance vous vous pesez, le lendemain de votre gueuleton vous vous pesez et vous constatez que vous avez pris 1 ou 2 kg en un seul repas… Pesez-vous les jours suivants et comptez combien de jours il vous faudra pour redescendre à votre poids de départ… Pourquoi ? Parce que vous avez trop mangé et emmagasiné beaucoup de sel. Ce que vous avez mangé de trop vous l’avez stocké sous forme de « bouchon » dans l’intestin et de graisses…

Votre corps va devoir digérer et éliminer les toxines. C’est un effort considérable. Il se rebelle, en devient malade : aigreurs d’estomac, crises de foie, migraines, insomnies, hémorroïdes, etc. Inutile de prendre des médicaments : il suffit d’examiner ce qu’on a mangé et ce qui a provoqué le malaise.

Très rapidement vous saurez quel aliment vous ne supportez pas. Moi, j’adore le vin. Mais, la première gorgée me suffit pour goûter le tanin et savoir que le lendemain j’aurai une migraine qui me clouera au lit pendant deux jours. Ma fille a eu un épisode inquiétant d’hypertension. À force de chercher, elle a fini par éliminer le délicieux thé « earl grey » qu’elle fait arriver de Londres… et sa tension est parfaite. Hélas. Idem pour le sel. Éliminez le sel de votre cuisine et réapprenez les saveurs des aliments, assaisonner avec des herbes, cuisinez à la vapeur. Oui je sais… les barbecues… quel parfum ! mais si vous faites l’analyse de leur toxicité, vous passerez aux soirées crudités bio à l’huile d’olive…

L’obésité

Nos canons de beauté sont ceux de la Grèce antique, mais ce n’est pas seulement une question esthétique. Rubens peint des femmes grasses, chez Botero ou Maillol elles sont rondes, dans certaines cultures être gras est un signe de richesse. Le problème n’est pas esthétique, c’est une grave question de santé.

Tout le monde sait que si une voiture est construite pour porter 1 tonne, quand vous la chargez de 5 tonnes ses amortisseurs sautent… Pour le corps humain, c’est pareil. Les pieds sont des systèmes d’amortisseurs délicats prévus pour un certain poids, au-delà ils cèdent et c’est toute la structure qui s’effondre : chevilles, genoux, hanches, colonne vertébrale et ensuite les organes mous sont affectés. Le surpoids produit des douleurs et des coûts énormes.

Et non, il ne faut pas faire de campagnes contre la grossophobie, il faut combattre le surpoids, informer les gros et les soigner.

Un autre élément vital, c’est la lumière et le soleil. Tout le monde sait que quand on range les géraniums dans le galetas (joli mot suisse qui signifie grenier), ils manquent de lumière, pâlissent et flétrissent. Le soleil qui produit la photosynthèse des végétaux synthétise aussi notre provitamine D qui fixe le calcium dans nos os pour assurer la croissance, la solidité osseuse, éviter les ostéoporoses, arthroses, arthrites et Co, mais aussi, le calcium est l’agent de liaison entre les nerfs et les muscles : sans calcium les muscles ne fonctionnent pas. Tout ça c’est compliqué et délicat. Dans nos contrées d’ensoleillement modéré on a même inventé l’héliothérapie. C’est aussi une des raisons pour lesquelles on ne doit pas porter de vêtements qui couvrent trop comme entre autres les voiles et burqas. Chaque jour il faut au moins ¼ heure de bain de soleil. L’excès est dangereux et va jusqu’au cancer de la peau.

Le bio c’est le choix de la santé, l’élimination des pollutions et l’équilibre avec la nature. Votre santé c’est la force de votre système immunitaire, votre défense aussi contre les virus au lieu de vaccins qui n’arrivent jamais à rattraper les dernières mutations des virus.

Votre famille va vous dire « Mais qu’est-ce que c’est que ces patates à la vapeur et sans sel ? »

Répondez-leur : « Je n’ai plus l’argent pour vous permettre d’être malades. »

Si cela ne suffit pas vous ajoutez : « Je fais ma révolution culturelle. Si cela vous plaît, c’est comme ça. Si cela ne vous plaît pas, c’est encore comme ça. Et vu que c’est moi qui cuisine… D’ailleurs, comme dirait le gouvernement : c’est pour votre bien…»

Mais pourquoi le bio inabordable est-il un mensonge d’État ?

Imaginons que tout le monde soit informé.

Donc pour éliminer la pollution phonique, plus personne n’écoute ni la radio, ni la télévision. Le silence rend la capacité de réfléchir et le citoyen qui réfléchit, c’est le danger mortel pour le pouvoir. C’est aussi le chômage pour les employés de ces « médias ».

Si tout le monde veut dormir 8 h par nuit, c’est la faillite du monde nocturne : restaurants, spectacles, etc.  et tous ces gens vont au chômage…

Pire : si plus personne n’achète d’alimentation frelatée, c’est la faillite de l’agro-alimentaire, de l’industrie chimique alimentaire, de l’agriculture industrielle, de l’élevage intensif, fermes mille vaches, des accords commerciaux qui nous déversent le bœuf brésilien, etc. Par contre c’est l’essor des maraîchers bio, de proximité, de saison et des petites fermes.

Vous avez la pression trop haute ? Pour quelle raison ? vous buvez trop de café ? de thé ? vous mangez trop de sel ? cherchez l’aliment qui perturbe votre tension.

Quand vous aurez éliminé l’aliment qui est un poison pour vous, vous ne devrez plus prendre de médicaments qui ont des effets secondaires.

Si vous arrêtez de boire 20 p’tits cafés par jour, vous n’achetez plus ni les machines, ni les capsules, mais plus non plus les médicaments contre les maux d’estomac, ni les calmants, ni les somnifères…

Autre exemple : mauvaise haleine = mauvaise digestion = mauvaise alimentation – mauvaise odeur corporelle = mauvaise alimentation…

L’alimentation a un effet immédiat : si vous mangez des asperges, 10 minutes plus tard votre urine a déjà changé d’odeur.

Si vous changez d’alimentation vous n’avez plus besoin de déodorants et Co.

Nos vêtements sont imbibés de substances toxiques ? N’achetons pas non plus de fibres synthétiques mais du coton, lin, laine ou soie bio.

Les cosmétiques comprennent des produits toxiques et nous les étalons tous les jours sur notre peau ? Il y a même des « jeux » pour habituer les petites filles à se maquiller dès leur plus jeune âge et donc commencer le plus tôt possible à s’enduire de produits douteux ? Que contiennent les produits d’entretien ? les parfums d’ambiance ? les bougies parfumées ? TOUT peut comprendre des produits toxiques et si on ne les achète plus, toute cette industrie s’écroule. À nous de vérifier et de préférer des produits non toxiques.

Pire encore : si tout le monde comprend et se met à vivre bio, plus personne n’est malade et alors c’est la faillite des structures hospitalières et de l’industrie pharmaceutique avec des millions de gens au chômage…

Vous vous rendez compte du désastre si tout le monde se soigne pour ne pas être malade et que l’industrie de la maladie s’écroule… si la super haute technologie des labos, scanners et Co ne servent plus à rien…

Semblablement, si tout le monde comprend que les téléthons et Co ça ne guérit personne mais finance « la recherche »… Ben oui, le bio c’est révolutionnaire !

Allez encore un pas plus loin : personne ne peut vous obliger à passer vos week-end sur des autoroutes, ni vos vacances dans des avions. Des villages se dépeuplent, allez-y, apprenez à cultiver un potager et à vivre bio, relax, cool…

Inutile de fulminer contre le lobby des transporteurs, agissez à votre niveau : n’achetez plus de vin de Californie, ni d’agneau de Nouvelle-Zélande, ni de kiwi du Chili, achetez local et bio. Que ces pays-là ne produisent plus pour l’exportation mais pour nourrir leur propre population. Souvenez-vous: chaque achat est un vote !

Pour terminer je vous raconte une petite histoire vraie.

Il y a des décennies, on a déversé des stocks de vieilles munitions dans les abysses du lac de Thun, où elles sont irrécupérables…

Mais maintenant on remarque que les poissons ont un problème : dégénérescence des organes reproducteurs des mâles…

Mais… toute la région autour de Bern boit l’eau qui provient du lac de Thun…

Mais… soyez tranquilles : aucun danger pour les humains. Ailleurs, on constate quand même que la qualité du sperme humain est en dégringolade…

Parallèlement on constate une augmentation des naissances de bébés hermaphrodites : un peu mâles et un peu femelles, pas très clair, un peu flou… et dans les magazines, les conseils aux mamans expliquent quelle attitude avoir envers les petits enfants qui se sentiraient mieux dans la peau du sexe opposé… J’dis ça, j’dis rien…

Alors faites cette expérience : achetez le livre de Corinne Gouget qui date déjà de 2007 « Additifs alimentaires, danger » et vous lisez ce que font les innombrables E320 ou E321 qui sont des antioxydants ajoutés aux céréales du petit déjeuner… que vous donnez à vos enfants… ou qui sont cancérigènes ou perturbateurs endocriniens…

C’est quoi des « perturbateurs endocriniens » ? Internet : « ils perturbent le fonctionnement des hormones sexuelles engendrant des pubertés précoces, des anomalies du sperme, une baisse de fertilité ou des malformations…»

Ne dites pas  « bébés hermaphrodites » (ça fait peur) dites enfants transgenres ou dysphorie de genre (Internet : détresse due à la discordance entre l’identité de genre d’une personne et son sexe à la naissance).

Imaginez la tête de madame Machin qui vient d’accoucher : « C’est une fille ou un garçon ? »… « Heu… on ne sait pas très bien… y a un peu de ceci et un peu de cela… il va pouvoir choisir…»

NB : les « perturbations génétiques » sont irréversibles.

D’ailleurs en Hollande le sexe ne sera plus indiqué sur la carte d’identité.

Mais ne vous inquiétez pas, le Système a déjà tout prévu depuis longtemps : la coiffure unisexe, les vêtements unisexes, le « genré », la chasse au mâle blanc, les metoo, les trans, etc. et puis la procréation artificielle… Vous mangez des perturbateurs endocriniens, pas de problème, on vous fait un cocktail d’ADN et on vous met en fabrication le bébé de votre choix…

Tout ça c’est normal : les enfants hyperactifs, les enfants autistes, les homosexuels, les procréations artificielles, les gestations pour autrui, le mariage homo, tout ça, méli mélo, c’est normal, c’est le futur… Les Conchita Wurst ne sont-ils/elles pas mignon(ne)s ?

On ne va quand même pas mettre des millions de personnes au chômage parce que les additifs alimentaires ont des « effets secondaires »…

Bien sûr que l’État sait tout ça, il n’en parle pas pour ne pas vous effrayer et éviter que vous passiez au bio en provoquant l’écroulement du système. S’il se tait c’est un pieux mensonge, un p’tit mensonge par omission… pour votre bien.

Quand ça et tout le reste, vous en aurez assez, que votre bol aura dépassé son ras et que vous voudrez foutre tout en l’air, n’allez pas vous faire casser la figure sur les ronds points, ni éborgner, ni amputer, ni tabasser… Non, tranquillement, quand vous allez faire vos emplettes, refusez d’acheter ce qui vous fait du mal. Acheter et vivre bio c’est l’arme fatale pour faire s’écrouler tout le Système.

C’est pour cette raison qu’on vous dit que le bio coûte trop cher pour vous.

Documentation :

Pour vous alerter :

Isabelle Saporta : « Le livre noir de l’agriculture »

William Reymond : « Toxic food »

Pour vous encourager, soigner et guérir

Katherine Kousmine : « Soyez bien dans votre assiette » que manger, comment soigner le cancer, la polyarthrite chronique évolutive et la sclérose en plaque.

Mais surtout, à la base de tout : il y a la terre, le sol, la production de l’alimentation : les travaux de Claude Bourguignon

Pour vous alerter : Claude Bourguignon

https://www.youtube.com/watch?v=7ipPmc5RplU

https://www.youtube.com/watch?v=HK1IT7dJ1Cw

Pour vous encourager

La ferme Sainte Marthe

https://www.fermedesaintemarthe.com/

Le jardin de la grelinette.

https://www.youtube.com/watch?v=2iyIVa7Gq9Q

Conclusion : quand je vois les caddies devant les caisses j’ai envie de dire « vous rendez-vous compte des poisons que vous avez achetés ? »

On me répondra : « Mêlez-vous de ce qui vous regarde. »

Ben, justement : la non-assistance à personne en danger, c’est un délit.

Anne Lauwaert – 21.IX.20

À la mémoire de Tom, le fils de ma cousine, compagnon de jeux de mes enfants, décédé d’un cancer à l’âge de 10 ans.

 

 

image_pdf
0
0

31 Commentaires

  1. « Nous DEVONS manger ceci et cela… »
    Autant d’êtres humains différents, dans des environnements différents, autant de systèmes immunitaires, de microbiotes individuels. Autant de besoins spécifiques.
    La viande sera indispensable à tel (comme le Dalaï lama ) et toxique pour tel autre.
    Donnez des carottes (même bio!) à des eskimos : ils ne survivront pas longtemps !
    Pourquoi DEVONS- nous manger peu de graisses? Les noix, les olives, les avocats, le saumon sauvage, les oeufs ( le jaune) sont excellents. L’enveloppe de notre cerveau n’est faite que de graisse, le cholestérol est indispensable à l’élaboration des hormones, notamment sexuelles, et si le corps en est privé, il en fabriquera…

  2. Article très intéressant…ne pas oublier non plus les épandages aériens de cochonnerie qui impactent directement la qualité du bio.

  3. Il ne s’agit pas de ma part d’idéologies théoriques. Moi aussi j’ai passé une période pendant laquelle je n’avais qu’une boite de haricots blancs à la sauce tomate à offrir à mes enfants. J’ai appris sur le tas. Le livre de la dr. Kousmine a été une révélation.

  4. Mourir de mal bouffe ou du COVID ou d’un AVC ou écrasé par un train, etc… on a tellement de choix pour mourir que ça ne vaut pas le coup de s’en soucier.

  5. hum, le poids par rapport à la taille est une vaste blague…
    ce qui importe c’est le rapport poids muscles – os -graisses-eau !
    si comme beaucoup de personnes âgées vous faîtes 1m60 et 60 kg mais vous avez 40 kg de graisse vous êtes en état d’obésité morbide sans le savoir !!!
    il existe des balances électroniques à moins de 50 euros qui vous donnent votre poids en graisse, en muscles, en os, votre pourcentage d’eau (très important) et une dizaine d’autres paramètres (et en vous indiquant les pourcentages à avoir selon votre âge et votre taille)…
    en france le bio est une escroquerie. il suffit qu’un seul élément soit « bio » (même l’emballage !) pour que vous ayez droit à l’estampille « bio »…

    • VOTRE DERNIERE PHRASE EST TOTALEMENT FAUSSE…. Du grand n’importe quoi . Avez-vous au moins travaillé dans le bio (agriculture, magasin, ou transformation? )

  6. Votre article est intéressant et fort juste. Il n’en reste pas moins que Mrs Zemmour et Onfray ont raison : Le bio est inabordable. Une famille avec 2 enfants et un revenu de 3000€ par mois ne peut pas se nourrir 100% en Bio. C’est impossible financièrement. Le Bio est donc réservé a des gens qui ont les moyens et la majorité des familles ne peut se permettre de passer au Bio. C’est fort dommage, mais c’est trop cher.

    • L’idéal est d’avoir un bout de jardin pour savoir ce que l’on mange…des tomates qui connaissent le soleil auront un gout que vous ne trouverez pas au supermarché, ETC…

    • Si, et j’en suis la preuve . Su cette famille vous dit le contraire, et bien qu’elle arrête d’acheter des merdes de Nutella, bonbons, gâteaux sucrés ou salés et autre truc tout fait. Ceux qui vous disent ca veulent acheter ce qu’ils achètent d’habitude ET du bio, alors que ca nécessite de revoir complètement le contenu du caddie pour n’acheter que ce qui est nécessaire .

  7. (suite 2) Chez nous, à titre d’exemple, la culture du Petit Epeautre, en Hte-Provence, la filiaire bio, avec 30 ans d’engagement, intègre l’ensemble de ses travailleurs et leur assure une rémunération juste et durable avec une visibilité sur volumes à 3 ans, avec un cahier des charges strict. La garantie d’une traçabilité rigoureuse, de la parcelle au produit fini. Enfin, le « commerce équitable », grâce à la filière bio » permet à des agriculteurs africains, du Maghreb, d’Amérique Latine, au travers de leurs cultures d’huile d’Argan, de cacao, de quinoa, etc, d’exploiter leurs terres et d’en vivre. Dès lors, on voit bien qu’en plus d’être bénéfique pour la santé, le bio est vertueux puisqu’il sauve des peuples de la pauvreté et les préserve de l’immigration.

  8. (suite) Dans ma jeunesse j’ai dû lutter auprès de ma propre famille pour imposer mes choix. En refusant le pain blanc de la table familiale j’ai essuyé les foudres paternelles mais j’ai tenu bon et je puis dire, qu’en dépit de petites misères, je ne souffre d’aucun des maux qui affligent mes contemporains. Je ne consomme jamais de lait de vache, responsable des problèmes articulaires et de l’arthrose, comme l’a dit K. Kousmine.
    De surcroît, la culture bio est solidaire car elle contribue, en + du respect de la santé, du corps, des organes, au développement durable dans toutes les régions du monde. Le bio c’est le respect des hommes et de la terre.

  9. Un article étonnant sur RL ! J’aurais pu l’écrire… Mme Lauwaert, ce craignez-vous pas d’être taxée « d’écolo » ? de « pastèque » ? Car à chaque fois que j’ai vanté les mérites de l’écologie et du bio, qui pour moi sont indissociables, les choses se sont mal passées… Je consomme écolo/bio depuis l’âge de 12/13 ans et suis aujourd’hui retraitée. Cliente de la boutique La Vie Claire depuis ce temps. Je ne consomme jamais de produits/plats préparés mais toujours des légumes de saison et bio. Et contrairement à ce que je viens de lire les légumes bios peuvent être beaux, propres en + d’être sains et très goûteux…

    • Non Olivia, je ne crains pas d’être taxée de n’importe quoi parce que depuis 75 ans j’ai dit ce que je pensais, je me suis trompée, j’ai attrapé des baffes et des tuiles, mais j’ai toujours voulu être honnête en disant « voilà, avec mes connaissances d’aujourd’hui ce que je pense, peut-être, demain j’aurai plus appris et changerai d’avis, je vous le dirai, honnêtement » C’est comme cela que j’ai répondu à mes patients et que j’ai cherché avec eux à améliorer leur vie. C’est aussi comme cela que j’ai mené des combats « écolo » car je les considérais justes et j’ai toujours expliqué et argumenté mes positions.

  10. Elle n’a jamais entendu parler des maladies génétiques? c’est pas le bio qui vous guérit d’une myopathie!!
    je le sais, je mange bio depuis toujours et ma fille est myopathe…
    Je suis obèse parce que pendant 5 ans et demi, j’ai reçu des perfusions mensuelles de 500 mg de cortisone pour lutter contre ma sclérose en plaques
    Elle peut dire ce qu’elle veut mais il y a plein de n’importe quoi!!!

    • Qui “elle”? Joyce, vous me parlez, à moi? Joyce, croyez-vous vraiment que pendant mes 75 ans et ma carrière de physiothérapeute, aussi en hôpital et aussi dans le Tiers Monde, je n’aie pas rencontré de parents, amis, patients souffrant de maladies les unes plus horribles que les autres ? Si aujourd’hui j’en suis arrivée à vous communiquer un des résultat de mon expérience c’est aussi pour vous aider et d’abord en vous disant que vous n’êtes pas condamnée à votre situation : votre santé est d’abord entre VOS mains. RL n’est pas un lieu de consultation – si vous voulez me contacter allez sur mon site https://atelier-ca-della-fiola.blogspot.com/ mais de toutes façons, qui que vous soyez, commencez à penser à votre santé en lisant le livre de la dr. Kousmine « Soyez bien dans votre assiette

  11. La bouffe dite » bio » est une imposture.
    Nos paysans produisent depuis des millénaires du « bio », puisque TOUT ce qui pousse est ORGANIQUE, nom scientifique de « BIO »logique », opposé à synthétique.
    Si bouffer bio, c’est acheter des légumes sales, tâchés, rabougris, déformé, ou roulés dans de la poussière de tourbe pour leur donner du bio’pss, non merci. Si bouffer bio, c »est du faux camembert au lait pasteurisé, du miel de Chine ou d’Espagne, non merci!
    Si boire bio-coca, ce sont des bouteille de cidre « bio » breton qui éclatent dans la cave, un blanc liquoreux devenu acide et dont le bouchon explose à l’ouverture, non merci.

    Aujourd’hui, nos agriculteurs Français produisent agriculture raisonnée. Ils sont LABEL ROUGE! et ça convient au citoyen athée qui s’oppose à la croyance écolo.

    • vous n’auriez pas envie de vous renseigner vraiment au lieu de déverser des clichés idéologiques? ne confondez pas agriculture saine et politique anti-écolo-verts – je suis tout autant anti écolo-verts que vous – mes grands-parents étaient des paysans bio, ma mère cultivait un potager bio, ma fille et moi nous cultivons un potager bio – par contre l’agriculteur qui a racheté les terres quand mon grand père est mort ne cultive pas bio – connaissez-vous la différence ? regardez les videos de Claude Bourguignon ci-dessous – surtout n’arrêtez pas votre intérêt à un lever de bouclier politique, entrez dans la conversation : parlons-en

      • Me renseigner? Mais, chère Anne, de formation scientifique, athée et antithéiste, j’aurais passé mon existence à apprendre et je continue.
        La marionnette Greta, futur prix Nobel de la peur, n’est pas mon égérie.

        L’église de climatologie, nouvel opium des peuples occidentaux, est une croyance. Toutes les religions ont quelque chose à dire sur l’alimentation: ce qui est pur, ce qui est impur, ce qui convient à tel ou telle, ce que doit éviter tel ou telle autre, ce qui est prescrit et ce qui est proscrit, ce qui est requis et ce qui est tabou « .
        La « bouffe » bio, je n’ai pas d’autre mot, est en générale moins belle et bien moins gouteuse. Si le bio avait un avantage hygiénique ou sanitaire, les zécolo-bobios seraient tous surdoués et centenaires.
        Est-ce le cas?

        • La “bouffe” bio, je n’ai pas d’autre mot, est en générale moins belle et bien moins gouteuse. Si le bio avait un avantage hygiénique ou sanitaire, les zécolo-bobios seraient tous surdoués et centenaires.
          Est-ce le cas? » OUTCH !!!!! Certainement, on l’a bien compris, vous n’avez jamais mangé quelque chose de sain dans votre vie !!!

    • Encore un qui ne connait rien au label bio, à ses chartes, et qui ne sait pas de quoi il parle…. Vous confondez tout, ne connaissez rien au sujet mais comme tous ceux qui critiquent l’AB, vous le critiquez sans rien savoir .

  12. Je sais que le « bio » est difficile car avec ce qui tombe du ciel le vrai bio n’existe même plus. Bien sûr il y a aussi les escrocs et le bio instrumentalisé par les politiques. On peut faire le mieux possible. Si on refuse d’acheter les aliments frelatés on a déjà fait un grand pas. Au lieu de passer des « vacances » aux Seychelles, cultivez un potager : c’est un art, avec des règles, comme la musique ou la peinture, difficile mais gratifiant. C’est de la méditation, du zen, du fitness, une gymnastique globale. Quand vous verrez combien la nature est volontaire pour survivre, vous verrez que même dans la situation grave que nous vivons, nous avons la force en nous.

  13. Se nourrir de fruits et légumes si on veut ressembler à une crevette pourquoi pas.

    Graisses et protéines animales en priorité car il s’agit des constituants les plus proches de la physiologie humaine. On ne fait pas une membrane lipidique de neurone avec du cholestérol végétal. On a tous vu les résultats du véganisme sur le cerveau des écologistes.

    • Didounou,
      Est-ce que Anne a parlé de véganisme ? Non, elle a tout simplement dit qu’il ne fallait pas manger de viande tous les jours ; moi par exemple, je mange de la viande une fois par semaine parfois je laisse passer 10 jours et je cours à la boucherie m’acheter une bonne escalope de veau, de poulet ou un succulent rom-steck. Il faut comprendre un texte, ce qui actuellement n’est plus donné visiblement à tout le monde !

    • Encore un grand n’importe quoi .. Je suis triathlete depuis 7 ans, j’ai 41 ans et je ne mange quasiment jamais de viande….. Vous n’avez aucune connaissance en biologie pour écrire de telles âneries.

  14. bien dit
    mais vous oubliez quand même les gênes,
    certains peuples faisaient des réserves de graisse en prévision des jours de disette i
    ou de famine, ceux qui ont hérité de ces gênes ne peuvent se changer

    • Bien sûr, je ne parle pas des Hottentots , mais des gens de chez nous, j’allais dire de notre race. Nous aussi nous héritons des gènes de nos ancêtres. Je suis héritière de gènes paysans qui au petit déjeuner mangeaient deux œufs sur le plat avec une bonne tranche de lard, rissolés dans du beure car ils travaillaient dur physiquement. Les générations suivantes ont cessé de travailler physiquement et continué à « bien » manger et sont devenues obèses. Rester dans les normes est une discipline quotidienne pour moi et ma fille. Si nous mangions comme nous l’aimerions, nous ne passerions plus les portes. A 75 ans j’applique cette discipline au lieu de prendre des médicaments.

    • Oui: l’heure et les saisons! Retrouvons le sens des fêtes traditionnelles comme bientôt la fête de Samein qui est devenue la Toussaint , les solstices et équinoxes qui ont été christianisés et au fond de nous rythment notre biologie. Méditez les illustrations des Très riches heures du duc de Berry. Eteignez l’antenne télé déployez vos antennes. Réactiver nos antennes c’est aussi une lutte positive contre l’agression allochtone.

Les commentaires sont fermés.