Le prix Nobel d’économie Shiller voit des bulles et des krachs à venir partout !

Publié le 4 novembre 2019 - par - 16 commentaires - 1 291 vues
Share

Christine Lagarde, interrogée tout récemment sur RTL pour savoir si elle avait des craintes au sujet d’un krach financier, a répondu que la question ne se posait pas et qu’au FMI, on se préoccupait seulement de taux de croissance ! Mme Lagarde, comme les boursiers et les médias, ne veut voir que ce qu’elle croit, alors que l’investissement recule aux États-Unis et que la croissance américaine est à son plus bas, en rythme annuel, depuis trois ans. A contrario, selon le milliardaire américain Ray Dalio, fondateur de la société d’investissement Bridgewater Associates, le pape du marché obligataire mondial, tout comme Warren Buffett est le pape du marché mondial des actions, la situation est « effrayante » !

Ce mercredi 23 octobre, à Los Angeles, le prix Nobel Robert Shiller, l’auteur du livre Irrational Exuberance qui a prédit le de 2000 et le krach immobilier de 2007, professeur d’économie à Yale, a déclaré, à l’occasion du lancement de son dernier ouvrage Narrative Economics : « Je vois des bulles partout, il n’y a pas de solution sur les marchés actions, sur les marchés obligataires et sur le marché immobilier », sur le site Investor’s Business Daily en date du 25 octobre 2019.

Shiller est un saint Thomas très intelligent qui ne s’embarrasse pas des pourquoi théoriques des bulles actuelles de tous les actifs en même temps, même si la seule explication valable est la fuite en avant de la création monétaire laxiste ainsi que les bas taux d’intérêt, les taux négatifs des banques centrales, mais il nous éclaire avec un ratio financier indiscutable, appelé le CAPE (Cyclically adjusted price-to-earnings ratio) ou Shiller P/E. En bon français, c’est tout simplement le ratio représentatif cours/bénéfice par action sur dix ans. Le bénéfice retenu n’est plus le dernier bénéfice comptable annuel trop volatil, mais le bénéfice moyen correspondant à une moyenne mobile calculée sur dix ans des bénéfices réajustés chaque année, en tenant compte de l’inflation monétaire.

Premier élément fondamental : le coefficient moyen P/E Shiller pour le XXe siècle, de 1881 à nos jours, s’élève à 15,21 alors qu’il est aujourd’hui à 29, soit pratiquement le double ! En 1929, il était de 35 et le Dow Jones chuta de 13 %, le 28 octobre. En 1987, il n’était que de 16 et la grande faute des banques centrales fut d’élever les taux d’intérêt, ce qui entraîna le plus grand krach de l’Histoire le 19 octobre 1987, avec une chute du Dow Jones de 23 %. En 2000, le coefficient Shiller était de 45, ce qui entraîna une correction de 49 % entre 2000 et 2002. En 2007, le coefficient Shiller était à 25, donc légèrement inférieur au 29 actuel, ce qui entraîna une correction de 57 % de 2007 à 2009.

De plus, Shiller s’inquiète autant pour les obligations, dont les cours anciens s’envolent suite à l’écroulement des taux d’intérêt, que pour les actions. Il remarque que le fonds obligataire SPDR™ Portfolio Aggregate Bond ETF a généré un rendement de 8,31 % cette année, soit deux fois plus que la moyenne annuelle de ces dix dernières années. Quid le jour où les taux finiront par s’inverser ?

Shiller est un peu moins pessimiste pour la bulle immobilière car, si une bulle est de nouveau en train de se reconstituer aux États-Unis, au même niveau qu’en 2005, avec des fonds immobiliers progressant parfois de 29 % en 2019, soit davantage que les 20 % de progression des actions du S&P 500, l’Amérique a toujours en mémoire la sinistre crise des crédits immobiliers subprime de 2008 pour freiner son avidité.

En résumé, si la baisse des taux et le laxisme monétaire continuent avec Lagarde, qui a déclaré « On sera plus content d’avoir un emploi que d’avoir une épargne protégée », la bulle des actifs pourra gonfler encore jusqu’au krach boursier et la perte de confiance dans la monnaie. Et si les taux remontent, le système explosera immédiatement, comme en 1987, avec un krach boursier encore plus violent ! C’est la raison pour laquelle le très humble et réaliste Shiller, face aux conséquences de la folie humaine passée, n’a plus de solution à nous proposer.

Marc Rousset

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
saurer

Rappelons le dicton bien connu: quand il y a un crash boursier, l’argent ne disparait pas, il ne fait que changer de mains …

Pedro de la Mancha

Ce matin aux infos RTL: L’activité économique de la France repart à la hausse. C’est la méthode Coué ? Macron serait il le Messie ? Et là, patatras ! Je lis ici ben que c’est pas vrai. Qui est le menteur?

POLYEUCTE

OUI ! Vendez ! Et investissez dans du « solide » ! Immobilier et foncier.
Même en cas de « bulle », la demande existera toujours et ça remontera !
L’Or ? Droits d’entrée et de sortie qui peuvent s’emballer par décision du Gvt. Prudence.

zéphyrin

ben pour tondre les non initiés, il faut bien un petit krach de temps en temps…au pire c’est nous qui renflouerons les banques.. c’est comme après une petite guerre les affaires reprennent jusqu’à la prochaine tonte.
si les banquiers annonçaient à temps leurs…errements, comment gagneraient ils de l’argent en « pleine crise » J’ai toute confiance dans cette grande dame ….

François BLANC

encore un « prix Nobel » bien pensant comme l’islamo-marxiste Obama

Christine

Chaque lundi ,vous devriez lire le site de Pierre Jovanovic ,la France croule économiquement .Regardez dans la colonne de droite ,le nombre d’entreprises qui ferment ou licencient,tout ça parce qu’ils croulent sous les taxes et les commandes se font plus rares ,marché mondial oblige !
Pourtant la BCE fabrique de la monnaie quelle donne aux banques ,malgré cela les banques coulent , et on vous dit que la France est un pays riche qu’il y a de l’argent ,mais pour qui ,et pour quoi ??
Attention ,la banqueroute peut avoir lieu du jour au lendemain ,prévoyez de l’argent liquide ,ne laissez pas tout votre argent en banque !!

BERNARD

La pyramide de Ponzi existera tant que les banques centrales seront OK pour la soutenir. Les actions montent du fait des QE. Ce n’est pas la valeur intrinsèque des entreprises qui s’améliore mais leur valeur vénale puisque on fabrique en coeur de la « fausse monnaie officielle ».
Mr Rousset nous prévient d’un crack « sous-peu » depuis maintenant 4 ans et tous les trois mois environ, en fait nul ne peut prévoir le moment. Mais comme il faut le prévoir voici quelques précautions à prendre :

Transformez vos assurances-vie en or physique
Pour le cash, il est aussi bien, voire mieux chez vous que sur votre compte en banque.
Achetez un peu de crypto-monnaies. (maintenant on peut aussi avoir une carte de payement utilisable partout pour dépenser ses cryptomonnaies)

senechal

Si nous avions des « cracks » indépendants en économie, cela se saurait, et comme les sciences économiques sont empiriques, personne, je dis bien personne n’est en mesure de donner conseils, informations ou directives sures pour pour prévoir et diriger une orientation politique fiable quelconque.
Les seuls économistes que je connaisse, ce sont les chefs d’entreprises, car eux seuls ont suffisamment de recul, d’expérience, de savoir faire et de vécu pour mettre en avant leur analyse de gestionnaire.

François Desvignes

Le maximum historique du CAC 40 est à environ 6000 et nous sommes à 95% de ce maximum.
La chaudière est dans le rouge vif.
Il ne reste plus que quelques % avant l’explosion.
Fô pas s’inquiéter : les marchés exagèrent tout mais finissent toujours par dire la vérité.
On est surcoté partout : monnaie, actions, obligations, immobilier, dettes.
Moins 66% et ça repartira.
La grande victime, ça va être l’Etat et l’assisté (tous deux incapables majeurs) : c’est très simple, zéro plus zéro égale la tête à Marianne et à la CAF
Donc les gris-noirs vont se révolter
Va falloir pacifier à la mitrailleuse lourde.
(…)

Parler vrai

Les assistés premières victimes des crash boursiers ? Ça ne m’a pas sauté aux yeux en 2008.

François Desvignes

Normal : en 2008 on vous a fait payer le trou de la banque ET l’assistanat.
Aujourd’hui qu’ios nous ont déjà tout pris, la banque et l’assisté vont se prendre la crise de plein fouet;

kinns

De toute façon , la ruine viendra de la surproduction .
Un exemple tout simple: un boulanger vend 1000 pains par jour ; il les façonne en 5 heures , si en s’améliorant il arrive à réduire son temps de travail à 4 heures , il restera à 1000 pains parce que c’est son marché .
Regardez la production automobile(par exemple) , nous n’arrivons pas à consommer tout ce qui se fait !! Et on s’améliore en rendement sans arrêt quitte à délocaliser!!!

François Desvignes

D’une part, toute l’Histoire de l’économie politique est l’histoire de la compression des couts par l’augmentation de la productivité.

Et d’autre part, toute marchandise en fin de cycle sait qu’elle est en fin de cycle par la surproduction de son secteur : les productions de diligences étaient en surnombre dès l’apparition de l’automobile et les porteurs d’eau dès l’adduction à l’eau courante.

kinns

Donc après l’automobile, vous voyez quoi vous ??
Pour moi, nous allons vers la récession

Parler vrai

Ton boulanger est un esprit étriqué.
Il devrait penser au marché chinois !

kinns

Ben oui!! les baguettes pour manger!!