Le prochain président de la République musulman s’appellera peut-être tout simplement… Ali Juppé

Publié le 14 février 2015 - par - 1 805 vues
Share

Ri7juppe et Feltesse, concours de lèche baboucheDans son livre « Soumission », Houellebecq décrit avec une tranquille assurance l’islamisation de la France, islamisation qui profite de la veulerie des veaux que sont devenus les Français comme le prédisait de Gaulle. Pas tous, pas tous, il reste des Gaulois irréductibles, mais il est vrai que la situation est inquiétante, comme en 1940 où des Français ont paru accepter facilement la défaite face au nazisme. Dans ce livre, les Français élisent un président musulman, en 2022. Cela a étonné et saisi beaucoup de monde, mais y-a-t-il de quoi être étonné, vraiment : n’avons-nous pas déjà, et depuis 2012, un président musulman ?… Donc en fait, loin d’être étonnant, ou en avance, Houellebecq au contraire est en retard, mais oui, et en retard d’une décennie.

Depuis 2012, Normal I er est bel et bien devenu, en catimini, mais avec la place de la Bastille pavoisée de drapeaux musulmans, le premier président musulman de France, que ça nous plaise ou non. Enfin, s’il ne l’est pas dans les textes, c’est tout comme. Même si l’islam n’est pas encore devenu « religion d’Etat » (dans un pays laïc…) ! Normal I er a été élu grâce au vote musulman, et il le leur rend bien, chaque jour, par ses actions, sa politique, sa manière de donner la première place à  l’islam toujours et partout, sa censure de qui hasarde la moindre critique de l’islam, avec une justice aux ordres pour cela. Il a des ministres musulmans, il s’est choisi un entourage islamophile, qui ne cesse de nous bassiner de gros mensonges comme ceux-ci : l’islam c’est très bien, tout à fait conforme à la démocratie, une chance pour la France et un avenir radieux, etc., etc. Il est donc vraiment le premier président musulman de France. Profitons-en pour souligner que rien que le fait qu’il soit le premier, prouve bien que l’islam n’est pas enraciné en France comme le prétendent certains, et mieux, que notre histoire n’a absolument rien à voir avec l’islam, comme certains le disent dans un mensonge éhonté.

Sont et seront musulmans tous les présidents qui ne s’opposeront pas à l’islam et le favoriseront en tout. 2017 est proche, qui va poursuivre cette politique suicidaire ?… Qui, sauf candidature de Normal Ier à un second mandat, va être candidat pour devenir le second président musulman de France ? Cela pourrait bien être Ali Juppé lui-même. D’abord parce qu’en bon musulman, il nous ment sans arrêt comme le montre la fin de cette vidéo qui fait froid dans le dos car il y avance devant un large public que tout homme politique, et lui le premier, ment et utilise la démagogie et le mensonge pour être élu, ce qui prouve de manière simple à quel point il méprise les électeurs et se moque d’eux, vidéo qui à elle seule devrait décourager quiconque aurait la moindre velléité de voter pour lui :

http://www.youtube.com/watch?v=7IeG8clf_O4&feature=youtu.be

Ensuite parce qu’Ali Juppé (voir sur ce nom l’article de Josiane Filio dans RL : http://ripostelaique.com/quand-juppe-pris-la-main-dans-le-pot-de-confiture-se-defausse-minablement/) : est clairement musulman, sa grande amitié pour Tareq Obrou le prouve, c’est lui qui a décoré Tareq Obrou en 2014 de la légion d’honneur, ce même Obrou grand admirateur de Hassan el Banna le fondateur des frères musulmans. Obrou est bien sûr membre de l’UOIF, branche et bras des Frères musulmans en France.

Pour Obrou, en droite ligne de Hassan el Banna, l’islam n’a pas de frontières, le califat doit être instauré (avec la charia), l’Etat doit d’abord être islamique puis tous les Etats islamiques réunis, car la politique de l’islam n’est pas celle des autres, qui est mensongère  : http://www.islamisation.fr/archive/2008/12/11/islam-trop-visible-en-france-joachim-veliocas-invite-sur-fra.html et c’est lui qui est promu, par Ali Juppé, grand imam de Bordeaux !…

Obrou l’ami d’Ali Juppé est un takkiyste exemplaire, il est pour le voile un jour et le lendemain il affirme que le coran ne dit rien donc qu’on peut être contre, il dit d’un côté que le coran ne peut pas être interprété et de l’autre que bien sûr l’islam n’est pas contre le christianisme or que dit le coran du christianisme ? Que ses adeptes sont des « associateurs » et qu’il convient de les tuer. Si ce n’est pas de la takkiya qu’est-ce que c’est ?…

Obrou, ami d’Ali Juppé, est dangereux : en 2011 il a soutenu le mouvement « les fils de France » dont Camel Bechikh est le représentant. Bechikh, rapporte l’AFP en 2008, collectait des fonds pour les familles des terroristes suicides du Hamas, par l’intermédiaire de l’UOIF : http://www.dreuz.info/2013/01/qua-donc-fait-lislamiste-tareq-oubrou-pour-meriter-la-legion-dhonneur-a-part-vouloir-instaurer-la-charia-bien-entendu/

Ali Juppé enfin est clairement musulman dans ses projets de construction contre vents et marées d’une mosquée pharaonique à Bordeaux : http://www.sudouest.fr/2014/09/29/un-nouveau-site-pour-la-mosquee-sur-la-rive-droite-1686563-2780.php
Enfin en ce qui concerne Ali Juppé, analysons les événements récents de l’élection dans le Doubs, au cours desquels, trahissant la droite dont Ali Juppé se réclamait jusqu’à maintenant, (enfin, si on fait abstraction de son passage chez Alain Krivine… ) il a, lui l’ancien n°2 du RPR, …invité à voter PS !

On sait maintenant, si on ne s’en était pas déjà rendu compte, que non seulement Ali Juppé n’hésite pas à mentir, mais encore qu’il n’hésite pas à trahir les idéaux de son parti aux profit du PS. (Qu’en pensent les élus municipaux de L’UMP de Bordeaux qui ont démissionné en 2006 pour permettre de nouvelles élections et permettre ainsi à Ali Juppé de revenir après sa condamnation à un an d’inéligibilité ?… ) Cette trahison signifie aussi que pour des élus umpéistes, l’UMP, c’est vraiment l’UMPS, bonnet blanc et blanc bonnet, et aussi, ne nous y trompons pas, que Juppé se positionne clairement pour se présenter aux élections présidentielles de 2017, s’imaginant pouvoir rafler ensemble les voix du PS et de l’UMP. Mais ce qui est arrivé dans le Doubs montre la fausseté de ce calcul et l’échec de l’UMPS. Car pour le PS, avoir moins d’un millier de voix d’avance sur le FN dans un fief du PS, ce n’est pas la gloire.

Quant on a des journalistes tels que Bruno Roger-Petit qui s’est permis de dire : « Oui, il y aura un jour, avant la fin de ce siècle, un président de la République française dont le prénom sera Mohammed, ou Ahmed, ou Norredine. C’est une perspective formidable, parce qu’au regard de l’histoire, et contrairement à ce que raconte la fable zemmourienne, ce sera authentiquement français. », on comprend que la partie sera chaude, peut-être plus avec les kollabos qu’avec les musulmans eux-mêmes. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1290601-zemmour-et-la-deportation-des-musulmans-le-revelateur-d-une-france-qui-vit-dans-la-peur.html

Ce qui est certain, c’est qu’Ali Juppé n’aura pas les voix de ceux qui n’aiment pas les menteurs ni les bonimenteurs ni les traîtres, ni de ceux qui sont indignés par le comportement des candidats démagogues qui n’aiment pas et ne respectent pas les électeurs, et ne font que les utiliser à des fins toutes personnelles. Il n’aura pas non plus les voix de ceux qui aiment la France, son identité, sa culture et ses valeurs, et qui, sans pour autant manquer d’ouverture, ne veulent pas se renier eux-mêmes, ni jeter aux orties leur civilisation en la livrant à l’ennemi sans combattre comme le fait en ce moment même celui qui se prend déjà pour le futur élu, et successeur de « Moi président ».

Sophie Durand

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.